AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une perspective d'avenir bien sympa [vers le camp]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Une perspective d'avenir bien sympa [vers le camp]   Dim 29 Mar - 16:11

Ce qu’elle adorait dans ce genre de situation, c’est sa tête limite blasée qu’elle essaye de cacher à tout prix par un sourire limite hypocrite et un ton presque sans émotion, ce qu’elle ne risque pas de faire, vu sa situation psychologique. Deviendrait-elle folle ? Que ferait-elle de sa vie avec son autre qui apparaît sans le faire exprès ? Bref, ce n’était pas forcément le moment d’y penser, mais quand on est sur le point de mourir, on y pense … M’enfin, ce n’était qu’un camp de travail genre camp de travail de la seconde guerre mondiale, ou quelque chose dans le genre. Mille neuf-cent trente huit jusqu’à quarante-cinq … il nous semble. Peut-être, les cours d’histoire et géographie ne l’intéressait pas. Boarf, passons aux choses sérieuses.

Elle ne faisait qu’écouter les sages paroles de Nathaniel, ou quelque chose dans le genre. Il paraissait déjà très mature pour son âge, sa taille, sa tête, sa coupe de cheveux, ses yeux. Il racontait si bien le conte de fée dont Aldaée, Yoru et Katharina étaient plongés depuis quelques jours … ou quelques minutes, à l’échelle réaliste. Ils étaient devenus des monstres, des bêtes de foires féroces, c’était comme dans ce jeu vidéo « Mana Khemia », tout le monde voulait renvoyer un personnage à cause … de sa dangerosité. C’était presque la même situation mais en pire. Même dans la réalité, la peur de mourir était un très grand motivateur, ou pire encore, un trop gros motivateur, ou du moins, la peur de ne pas connaître le bonheur avant de mourir ?

N’était-ce pas ironique ? N’était-ce pas tragique ? Non, cela ne l’était pas encore, pour Katharina, ce n’était pas la pire histoire qui puisse être inventée par l’homme ou par les rumeurs des gens et de ces frêles esprits.

« Le terme de Justice signifie en règle général c’est réparer un dommage dont on a été victimes. Ce comportement, certes injuste, est donc tout à fait justifié … C’est ce qu’il me semblait. »

Kath’ soupira. Elle n’avait pratiquement rien à faire. Non, rien. Elle ne pouvait que rassurer tout le monde en souriant, comme à son habitude. « Nous pouvons revenir à la conscience morale. La justice n’est appliquable que sur l’être humain. De plus, les gens n’ont pas de devoir envers les choses inanimés et les animaux, d’où leur comportement … » Elle réfléchissait, encore, sur le comportement des habitants de ce pays, pour rien en fait. Elle le faisait pour elle-même, inutilement.

« Bon, si ils veulent nous enfermer, ils nous enfermeront, j’espère seulement que ce rêve éphémère ne durera pas trop longtemps. » Elle se leva et pris Aldaée par l’arrière. « Bouh bouh, un rêve ça s’arrête, pas vrai ? ». Elle lâche Aldaée et revint à sa place, jusqu’à que la voiture ou quelque chose dans le genre s’arrêta brusquement. Nous sommes presque arrivés au camp de travail. Dernière ligne droite : le voyage en bateau … Elle ne tombait pas, elle s’était juste assise brusquement à cause du choc. Un garde vint, nous annonça donc, et il partit.

« Et demain, nous saurons ce qu’il va nous arriver. » chuchota silencieusement Katharina dans son sombre coin, dans le voile de la nuit qui enveloppait ce décor urbain, ou presque. Et si …. Elle revenait après son réveil ? Peut-être, c’était une éventualité. Sur ce, Katharina s’endormie, facilement, se reposa et …
Revenir en haut Aller en bas
Aldaée Devard
avatar

Acrophobe

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 471
XP : 160

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 660 rubz

MessageSujet: Re: Une perspective d'avenir bien sympa [vers le camp]   Dim 29 Mar - 18:04

Alors qu'elle était roulée en boule, Yoru s'approcha, elle sursauta lorsqu'il posa la main sur son épaule, et leva les yeux vers lui.

-Arrête de penser aux autres... Aux dires du petit, ce monde n'a pas vraiment l'air d'être rose partout. Il va falloir s'accrocher et être forte ok...? Ne fais confiance à personne, personne ! C'est compris ! Ce monde est un monde imaginaire ! Tout peut arriver... Fais attention à toi.

Comment ? Comment pouvait-il oser lui d'arrêter de faire attention aux autres ? De ne faire confiance à personne, elle qui avait tant besoin de s'accrocher à des gens ? Et faire confiance à personne ? Cela signifiait...Même pas à eux ? Elle hocha néanmoins la tête, sans répondre. Katharina s'approcha à son tour.

« Bouh bouh, un rêve ça s’arrête, pas vrai ? »

Aldaée hocha de nouveau la tête. Elle avait légèrement mal au coeur. Ces deux personnes étaient les seules auxquelles elle pouvait faire confiance, auxquelles elle pouvait s'attacher. Mais elle savait aussi que si elle restait avec eux, ils cumuleraient les ennuis.
Alors que l'homme repartait, Yoru semblait plongé dans des réflexions. Ce que l'asiatique avait mal saisi lors du blabla d'Aldaée, c'était qu'elle ne savait pas plonger. Elle nageait très bien. Mais elle ne se doutait pas un seul instant qu'il pouvait penser à ça. S'échapper à la nage. Elle regardait simplement les allées et venues du garçon. Toujours un peu à l'ouest, elle cligna des yeux lorsque Yoru commença à manger. Il devait crever la dalle, depuis le temps. Fermant les yeux, elle essaya de se reposer un peu.

-NE M'APPROCHEZ PAS! C'EST QUOI ÇA BORDEL! C'est pas possible, pas à moi... pas à moi... pas à moi....

Miss Casper ouvrit brusquement les yeux, bondit et regarda, stupéfaite le bras de Yoru. Par esprit de rébellion, ou peut-être simplement par inquiétude, elle s'était précipitée vers lui et regarda d'un air ahuri les plaques disparaître aussi rapidement qu'elles étaient apparues. Montrant ainsi, totalement inconsciemment, qu'elle n'avait pas du tout prévu d'obéir à ce que Yoru lui avait précédemment dit.

-Cool!
COOL ?

Elle allait le tuer ! Non pire, elle allait lui faire trèèèèèès mal avant de l'achever de la manière la plus gore qu'il soit ! Stupéfaite, elle ne bougeait pas d'un pouce.

-Je suis désolé de vous avoir fait peur, j'ai eu peur, je n'ai rien...
PEUR ? TU AS FAILLI ME TUER, OUI !!! (en français)

La demoiselle volante, l'air plus agacé que jamais, le menaça d'un doigt rageur. Il ne fallait pas inquiéter Aldaée. Lorsqu'Aldaée tenait à un ami, elle se mettait dans tous ses états au moindre problème qui lui arrivait. A tel point qu'elle en oubliait de parler anglais, elle dut reprendre ses esprits pour reparler une langue compréhensible de ses compagnons.

Tu ne fais plus JAMAIS ça sans prévenir ! Je peux te TUER si j'veux !

« Et demain, nous saurons ce qu’il va nous arriver. »

Kathou semblait déjà passée à autre chose, alors qu'Aldaée paraissait sur le point d'étrangler l'asiatique. Plissant le nez et faisant une grimace, elle secoua la tête, levant les yeux au ciel, et s'éloigna légèrement de Yoru. Elle ne lui en voulait pas vraiment, il n'avait pas fait exprès. Il fallait juste qu'elle parvienne à calmer l'accélération que son rythme cardiaque avait brusquement adoptée. Elle secoua de nouveau la tête, agacée, puis se tourna vers lui avec un demi-sourire.

Un jour, tu vas me tuer pour de bon, hein. Tss...Allez...Bonne nuit.

Elle grimpa sur sa couchette, soupirant. Combien de temps durerait la traversée ? Seraient-ils attachés aux rames ? A quoi pouvait bien penser Yoru tout à l'heure ? Et cette histoire de "mauvais" voyageurs...Aldaée n'était pas rassurée. Surtout que Yoru n'avait acquiescé à aucune de ses idées, comme s'il n'était pas d'accord avec elle. Faisait-il partie de ceux qui auraient participé au massacre ? Aldaée fronça les sourcils. Non. Elle ne devait pas penser à des choses pareilles. Yoru n'était pas mauvais. Elle n'avait pas le droit de penser cela. Tournant la tête, elle lui lança un regard, se mordit l'intérieur de la joue. Mais on ne sait jamais...Si...? Morphée décida qu'il était grand temps que la demoiselle le rejoigne. Ses paupières se fermèrent alors, et elle plongea dans un sommeil dont elle n'aurait sans doute guère voulu...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yoru Nakatomi
avatar

Hypocondrie

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 374
XP : 192

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 920 rubz

MessageSujet: Re: Une perspective d'avenir bien sympa [vers le camp]   Dim 29 Mar - 21:47

Yoru savait que le moindre truc anormal faisait baliser Aldaée. Partant au quart de tour, elle s'affola tout comme Yoru au début et le menaça du doigt:


-PEUR ? TU AS FAILLI ME TUER, OUI !!! (en français) Tu ne fais plus JAMAIS ça sans prévenir ! Je peux te TUER si j'veux !


C'était marrant à voir tout de même. Un sourire se dessina sur les lèvres de l'asiatique tandis que la jeune fille retourna se coucher. Elle devait être fatiguée a présent. Cela faisait assez longtemps qu'ils n'avaient pas dormit mis à part le seul moment où Yoru s'était assoupi et qu'il avait fait un cauchemard, il n'avaient pas fermé l'oeil depuis longtemps. Seulement l'hypocondriaque n'avait pas envie de dormir, il venait de trouver un nouveau pouvoir et avait envie de le tester encore une fois. Il s'assit alors sur la couchette du bas en face de celle d'Aldaée et la fixa un instant. Elle dormait profondément, enfin ça avait l'air... Aucune raison qu'elle ne le voit, il commença.

Fronçant les sourcils, il se concentra sur ses sensations corporelles et écoutait son corps pendant un long moment, il ferma les yeux. Le silence était de glace, lui seul était éveillé. Il savait que refaire cette expérience ne lui ferait aucun mal, seul les effets visibles physiques avaient pour but d'affecter les autres, de leur faire peur, d'opérer une feinte, mais intérieurement il n'avait rien au bout du compte. Il pensa alors très fort à une maladie qu'il pourrait s'affliger. Comme un jeu, il avait hâte de voir le résultat. Il choisit alors la varicelle. Il n'avait jamais eu la varicelle étant petit, c'était l'occasion de voir ce que ça donnait.

Un sourire aux lèvres, Yoru dénuda ses bras et les leva à sa vue, il se concentra fortement pensant à la maladie de la varicelle et à ses symptômes. Quelques secondes plus tard, il ouvrit les yeux et vit le résultat. D'un souffle il laissa échapper un seul mot:

-Wouaww!

Ses yeux s'écarquillèrent de surprise si bien qu'il se releva, il n'avait rien, toujours rien. Voilà, il avait eu pour la première fois la varicelle, mais lui au moins il n'avait pas les démangeaisons, c'était l'avantage. Pratique pour ne pas aller en cours! ^^ Il laissa cette apparence quelques minutes puis relâcha son attention. Les points rouges disparurent alors de ses bras. Content de lui, Yoru avait trouvé un nouveau jeu pour faire criser Aldaée! D'une humeur taquine, il avait envie de la réveiller pour lui montrer ses prouesses mais la raison l'en empêcha au moment où il la regarda. Elle dormait encore, une chance qu'elle n'ait pas vue la représentation précédente. Le sommeil prit alors l'asiatique qui se rassit sur sa couchette et se laissa tomber comme une masse de tout son long. Si demain il fallait qu'ils soient en forme, il fallait dormir en effet. Le jeune homme ferma les yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dr. Parkinson
avatar

Nombre de messages : 337
XP : 230

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 0 rubz

MessageSujet: Re: Une perspective d'avenir bien sympa [vers le camp]   Mer 1 Avr - 20:17

J'espère que vous avez bien dormis car la suite du voyage risque d'être éprouvante, et surtout éreintante car comme certains d'entre vous l'ont déduit, vous allez devoir ramer pour rejoindre les terres gelées. La galère affrétée pour vous et bon nombre de prisonniers venus des 4 coins de Dreamland trône le long d'un vieux ponton en bois rongé par le sel et l'humidité. Votre carrosse est avancé !

Comme pour illustrer cette joyeuse introduction, l'un de leur gardien vint ouvrir le fourgon à peine l'aube levée. Un froid intense envahis alors le véhicule, à peine arrêté par les couvertures bas de gamme fournies aux prisonniers. Tapant contre la tôle pour réveiller les derniers dormeurs, l'homme s'écria :


- « Debout là dedans ! Le bateau ne doit pas partir sans vous ! Vous allez gentiment me suivre et une fois à bord on vous donnera de quoi tenir la journée... ON SE DEPECHE ! »

Rien de tel qu'un réveil choc ! Les barrissements du geôlier firent merveille et en moins de deux la petite troupe fut sur pied dans la rosée matinale, bon pour une pneumonie. Le gardien qui leur avait apporté leur nourriture la veille vint leur donner à chacun un manteau assez miteux mais l'intention y était.

Enfin il fallait bien qu'ils tiennent jusqu'à l'autre bout de le mer, des hommes malades ou morts n'étaient d'aucune utilité pour le personnel du navire.

Le quatuor fut bien vite emporté par la foule d'incarcérés et, avant même d'avoir pu réaliser ce qui se passait, ils se retrouvaient tous enchaînés au même banc, le long manche d'une rame juste à portée de main. Bien vite un tambour résonna pour marquer le rythme tandis que le capitaine du navire élevait la voix pour établir les règles :


- « Vous êtes sur mon navire ! Vous n'êtes rien ! Des bêtes ! De la main d'oeuvre gratuite et basse catégorie ! Vous faites ce que je vous dis et vous arriverez sur l'autre rive, les autres seront jetés par dessus bord ! Et maintenant... RAMEZ ! »

Clair, net et précis. Un peu trop peut-être...

La foule hétéroclite des prisonniers, allant du vieillard maigrichon au gamin aux joues roses en passant par le mastard tatoué, se saisit des rames et commença leur tâche du mieux qu'elle le pouvait. D'abord de manière désordonnée puis lentement le rythme vint, tout comme les douleurs dans les bras non habitués à l'effort.

Sur son banc, Nathanael gémit en s'accrochant à la rame du mieux qu'il pouvait.

Bon voyage...


[HRP : on a pas créé les océans et les mers, alors faudra poster à la suite, on va faire comme si lol - Ah oui je tiens à préciser : les prisonniers sont pour la plupart Dreamlandiens, et n'apprécient pas forcément les voyageurs, alors faites attention à vos discutions ^^]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hypnose.hypeforum.net
Yoru Nakatomi
avatar

Hypocondrie

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 374
XP : 192

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 920 rubz

MessageSujet: Re: Une perspective d'avenir bien sympa [vers le camp]   Mer 1 Avr - 21:50

Réveillé en sursaut par le bruit fracassant de la porte du fourgon, Yoru ouvrit de grands yeux et se redressa d'une vitesse ahurissante manquant de se prendre le haut de la couchette en pleine tête. Il s'appuya sur sa main pour voir qui entrait. L'air froid tout d'abord envahit le fourgon tandis que l'asiatique passa ses main sur son visage pour se frotter les yeux, il regarda Aldaée et Katharina, elles étaient bien là et il en fut rassuré. Combien de temps avaient-il dormit? Aucune idée mais la porte s'ouvrant donc en grand laissa apparaitre un ciel rosé qui signifiait que le soleil se levait à peine.Un gardien vint donner des manteaux.

-Debout là dedans ! Le bateau ne doit pas partir sans vous ! Vous allez gentiment me suivre et une fois à bord on vous donnera de quoi tenir la journée... ON SE DEPECHE !


Sympa comme réveil! De suite toute la petite troupe s'activa, Yoru mit ce menteau miteux, déjà qu'il n'avait pas bonne mine mais avec un look pareil... Bref, c'était pas son jour. Mais ce morceau de tissu troué allait bien lui servir. L'hypocondriaque portait un jean taille basse, troué et recousu par endroit (effet de style), un long foulard bariolé pendait le long de sa jambe en guise en ceinture jusqu'aux baskets tandis qu'en haut, il portait un débardeur blanc et une veste noire à capuche sans manche, le tout étant assez léger, il s'était habillé sobre pour aller en ville et voir le docteur parkinson ^^. Son manteau était de fourrure, aucune idée de l'animal mais il tenait chaud tout de même! Au sortir du fourgon, l'asiatique fut rafraichit subitement par la rosée du matin qui donna une teinte plus foncée à ses baskets de toile. Il mit sa capuche et avança sans broncher.

Le gardien enchaina l'asiatique au même banc que le petit Nath' et les deux filles. L'asiatique laissa un petit espace entre lui et le garçon mais c'était compréhensible. Le regardant, il lui adressa un sourire complice, il fallait qu'il tienne bon, les forces étaient répartit et Yoru n'aura qu'a un peu plus forcer que lui.

-Vous êtes sur mon navire ! Vous n'êtes rien ! Des bêtes ! De la main d'oeuvre gratuite et basse catégorie ! Vous faites ce que je vous dis et vous arriverez sur l'autre rive, les autres seront jetés par dessus bord ! Et maintenant... RAMEZ !


Yoru serra les dents, il DÉTESTAIT quand on lui parlait ainsi. Il prit une grande inspiration pour se calmer et commença à ramer ne pensant qu'à son objectif: Arriver à l'autre bout. Il dit entre deux souffle aux autres:

-Allez, faut le faire... On va y arriver... Ne vous relâchez pas...

Bien que très peu réconfortants, ces encouragements venaient d'une bonne intention et traduisaient une bonne volonté et une lueur d'espoir. Il n'avait pas envie que l'un d'eux soit balancé par dessus bord, ils avaient commencés ensemble l'aventure, ils devaient continuer ainsi. Les bras travaillaient dur, formant des ronds parfaits, le dos aussi laissait apparaitre des courbes douloureuses mais il fallait avancer, jusqu'au bout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aldaée Devard
avatar

Acrophobe

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 471
XP : 160

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 660 rubz

MessageSujet: Re: Une perspective d'avenir bien sympa [vers le camp]   Mer 1 Avr - 22:08

- « Debout là dedans ! Le bateau ne doit pas partir sans vous ! Vous allez gentiment me suivre et une fois à bord on vous donnera de quoi tenir la journée... ON SE DEPECHE ! »
AAAAh !


Aldaée bondit de sa couchette, en oublia la couchette de Nath, juste au dessus, et la heurta violemment. Elle porta la main à son arcade. Elle avait déjà une sacrée bosse ! Et pour le coup, sous ses doigts, elle put sentir un peu du liquide poisseux qu'elle connaissait trop bien. Fuck. Elle saignait. Elle se leva, sortit du fourgon. Mais il faisait super froid ! Elle écarquilla les yeux et frotta ses bras avec un air agacé. L'homme de la veille leur passa des manteaux.

Oh ! Merci.

Elle le mit sur ses épaules, et frissonna. Au moins, elle ne mourait plus de froid, c'était déjà ça. Aldaée suivit le mouvement. Il y avait beaucoup de monde, sur ce navire. Elle aurait bien aimé savoir ce que chacun avait fait. Si tous étaient comme eux des voyageurs. Elle regardait partout autour d'elle avec son habituel air curieux. Ils furent amenés à une grande rame. Aldaée se retrouva entre Nath et Kath, Yoru étant à côté du petit. Elle soupira en constatant qu'il fallait bien ramer, qu'elle ne s'était en rien trompé. Elle était toutefois rassurée d'avoir Nath sous la main, et de pouvoir surveiller que le petit bout allait bien.

- « Vous êtes sur mon navire ! Vous n'êtes rien ! Des bêtes ! De la main d'oeuvre gratuite et basse catégorie ! Vous faites ce que je vous dis et vous arriverez sur l'autre rive, les autres seront jetés par dessus bord ! Et maintenant... RAMEZ ! »
Ca a le mérite d'être clair.

Aldaée commença à ramer, et s'habitua peu à peu au rythme des autres. Elle s'ennuyait. C'était dingue. Elle passait sa vie à s'ennuyer, ici. Pour le moment, elle n'avait pas trop de problème. Et oui, sous ce petit corps frêle se cachent des muscles ! Nathanael, commençait, lui, à peiner. Elle sentit son coeur et ses dents se serrer. Elle en aurait pleuré de rage !

-Allez, faut le faire... On va y arriver... Ne vous relâchez pas...

Aldaée fit une petite grimace, destinée plus à la rame qu'à autre chose. Il en avait de bonnes, Yoru ! Nath n'avait rien à faire ici. Aldaée avait mal à la tête. Il aurait du être chez lui. Elle voulut porter la main à son front, mais elle était attachée, et ne put rien faire. Il aurait du être un enfant comme les autres. Cette bosse. Il aurait pu. Elle se mordit la lèvre inférieure. Il peinait à ramer. Les bras d'Aldaée commençaient à la faire souffrir. Mais son mal de tête était plus puissant, et elle ne ressentait pas la douleur musculaire. Nathanael se donnait tout le mal dont il était capable. Un gémissement lui échappa, elle souleva la main pour la porter à son arcade. Elle n'était pas libre de ses mouvements. Fuck. Elle sentait les larmes couler sur ses joues, et elle regarda Katharina d'un air de dire "mais bon sang ! Pourquoi ça arrive qu'à moi ?" ce qui lui aurait sans doute valu une réponse du genre "Ben, t'es la seule capable de te cogner la tête contre le lit du dessus en te réveillant...quiche...".

Quelle idiote !

Le souffle lui avait échappé, elle fronçait les sourcils sous la douleur. Mais ce mouvement lui faisait aussi mal à cause de son arcade. Elle se serait baffée si elle avait pu. Mais, hin hin, elle était toujours attachée. La demoiselle fantôme se demanda si avoir la migraine faisait partie de ce qui leur était interdit. Poussant sur ses bras, elle se sentait extrêmement stupide. Bon sang...Se cogner contre un lit...Mais mais mais ! QUELLE IDIOTE ! Ses petits bras poussaient sur la rame. Et dans quelques accès de douleurs, elle appuyait plus fort. Ses doigts étaient serrés autour de la barre, ses phallanges étaient devenues toutes blanches. Elle avait froid. Elle avait mal. Elle aurait voulu être loin. Seule. Et ne rien savoir de ce monde. Le tambour lui cassait les oreilles et empirait sa migraine. Elle avait peur à présent. Peur que sa tête explose. Ou, plus crédible, de tomber dans les pommes. Argh ! Dans cette expression, y a le mot "tomber" ! Ca devrait lui suffir pour faire ça, non ? Aldaée se battait donc contre 1°) la rame, 2°) l'envie de tuer le mec qui jouait du tambour, 3°) l'envie de défaillir, 4°) le besoin de hurler qu'elle ressentait en cet instant précis. Tout cela lui permettait de donner de grands appuis dans la barre, et ainsi avoir un rythme adapté à celui de la plupart des rameurs. Ce qui était un exploit vu son gabarit. Sa pâleur n'avait toutefois pas d'égal sur ce bateau. Et c'est pas peu dire !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yoru Nakatomi
avatar

Hypocondrie

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 374
XP : 192

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 920 rubz

MessageSujet: Re: Une perspective d'avenir bien sympa [vers le camp]   Jeu 2 Avr - 20:58

En plein effort, Yoru sentit le froid lui glacer les doigts, ses mains étaient devenu blanches à trop serrer la rame, quelle merde! Le froid remontant le long de ses bras tandis qu'un frisson remonta le long de son dos. L'air était réelement froid et l'eau devait également l'être. Tout en ramant son regard s'égara à l'observation des petites vaguelettes que provoquait le bateau sur l'eau. Ils venaient de partir et le camp était encore loin. Le froid le reprit rendant son esprit vif, il était au taquet. Il regarda alors le gardien avec un regard de haine, les prendre pour des animaux était inhumain. Il fallait se barrer d'ici et vite fait! L'asiatique pensa alors à tout les stratagèmes possibles et imaginables qu'il pourrait faire une fois au camps mais sans savoir la configuration des lieux, il laissa tomber, ça ne servait à rien... Plongé dans ses pensées, un éclair lui parvint subitement, peut-être que...

Il repensa à la phrase du gardien disant:

-Vous êtes sur mon navire ! Vous n'êtes rien ! Des bêtes ! De la main d'oeuvre gratuite et basse catégorie ! Vous faites ce que je vous dis et vous arriverez sur l'autre rive, les autres seront jetés par dessus bord ! Et maintenant... RAMEZ !


Et plus particulièrement le morceaux: "Les autres seront jetés par dessus bord !" Cette petite partie de phrase ne paraissait d'un première abord pas très cool mais en y reflechissant bien, elle pouvait faire l'objet d'une fuite. Yoru n'avait qu'a contaminer Aldaée, le petit et Katharina et leur provoquer des maux de gorges bien puissants (en s'énervant) quand à lui il simulerai une maladie grave. Et alors si le boulet aux tambour tenait ses promesses, il les balanceraient par dessus bord! Cette pensée fit sourire Yoru qui n'y croyait pas trop malgré tout. Mais quitte à paraitre bizarre, autant essayer, au pire ils se feront frapper dessus -_-.

Il prit alors une concentration extrême ne changeant pas son allure à la rame, et pensa fortement à ses parents. Il est vrai que le seul sujet que Yoru ne supportait pas, c'était de parler de ses parents. De leur indifférence, leur disputes, leur mépris à son égard, les longs moment de solitude qu'il avait subit, la moquerie de ses camarades à l'école, et enfin du rêve qui lui revenait incessamment en mémoire. Cette vision fit l'effet d'un trop plein de souvenir si bien que les larmes lui montèrent aux yeux. Là, il était énervé. De suite, il tourna la tête vers Katharina et lui dit en chuchotant de manière à ce que les autres passagers du bateau n'entendent pas:

-Regarde moi dans les yeux!

Elle s'exécuta sans trop le vouloir car après tout quand on parle à quelqu'un, on le regarde dans les yeux! Mais le temps que les éternuements arrivent, il fit volte face et s'adressa cette fois-ci de la même manière à Aldaée et au petit garçon d'un air assez convainquant:

-Regardez moi dans les yeux!

En deux petites seconde, l'asiatique croisa le regard des deux autres. Là il ferma les siens et pensa à une maladie grave, la première qui lui vint: La petite vérole. Très moche et plutôt répugnante, il commença sa concentration tandis que des pustules se formèrent sur tout son corps. Pour rajouter un peu de piment, il mit ses doigts dans le fond de sa gorge en se courbant fortement vers ses mains pour se faire vomir. Le mec juste devant s'en prit une grande giclée tandis que Yoru tenta de se lever à plusieurs reprise faisant tinter les chaines dans tout les sens attirant ainsi tout les regards vers lui. Il gueula d'une voix agonisante et effrayante:

-BORDEL MAIS QU'EST-CE QUE C'EST! AIDEZ-MOI!

Il jeta un coup d'oeil bref à ses compères qui commençaient à éternuer et à gémir dans leur coin, faisant eux aussi quelque peu la comédie. Ils avaient l'air d'avoir comprit le but de cette action, mettre la panique dans tout le bateau. Et peut-être que si le gardien s'approchait, le petit Nathanael aura l'idée de le toucher. Encore fallait-il qu'il ait l'idée! Autrement Yoru trouverait une solution, cet homme au bout du compte, ne méritait pas de vivre. Pour ce qui était de retourner à la rive, c'était une autre histoire. Si son plan foirait, ils seraient contraint de rejoindre le camps de travail pour un temps indéterminé. La possibilité de réussite était peu probable (car les admins veulent qu'on aille au camps de travail Ha ha!XD è_é) mais ce petit évènement aura bien fait rire Yoru au final.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aldaée Devard
avatar

Acrophobe

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 471
XP : 160

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 660 rubz

MessageSujet: Re: Une perspective d'avenir bien sympa [vers le camp]   Jeu 2 Avr - 21:49

Aldaée avait si mal à la tête. Elle se sentait pâle, faible, fatiguée. Elle aurait donné n'importe quoi pour pouvoir s'éclater le crâne contre un mur. Il y eut un mouvement du côté de Yoru. Elle entendit un bref chuchotement à côté d'elle mais n'y fit que moyennement attention. Nath se tourna brusquement vers Yoru. Qu'est-ce qu'il lui voulait, à présent ?! Pourquoi dérangeait-il le bout de chou ? Aldaée tourna la tête.

-Regardez moi dans les yeux!
Eh oh, tu te calmes, oui, tu vas nous faire du mal, c'est quoi ton...ton...aa...Aaa...Tchi !

Elle secoua la tête. Mais quel abruti ! Maintenant, en plus de galérer (c'est le cas de le dire) à ramer, d'avoir la tête prête à exploser, elle éternuait et toussait sans pouvoir s'arrêter.

Y..Yo..Aatchi ! C'est quoi ce...pl..aaaaaatchiiiii !! Foutredieu (en français) !

Celui-ci commençait à se couvrir de boutons...dégueus...et Aldaée en eut un haut-le-coeur, tant la maladie qu'il avait choisie était immonde...Elle éternua encore et encore, et les secousses dues à ses éternuements résonnaient dans sa tête douloureuse.

Sa mèr...aAaa !! Tchi !

Elle secoua à nouveau la tête, fronçant les sourcils en direction de Yoru. Celui-ci ne pouvait pas savoir pour sa migraine, mais il ignorait sans doute aussi qu'elle avait, en ce moment précis, envie de prendre sa tête et de l'assomer contre la barre de la rame.

TChiaaa ! Mais Fock à la fiin, theu theu...

Elle toussait, et sentait le goût du sang revenir dans sa gorge. "Fuck" semblait en effet le mot le plus approprié à la situation. Elle gémit de douleur lorsque l'écho de sa toux lui parvint au crâne. Entre deux éternuements, elle tentait de vérifier que Yoru était toujours en vie, et lorsqu'elle remarqua enfin que le type de devant était plein de vomi, elle écarquilla les yeux, et commença sa crise.

Yor...Yotchi ! Mais qu'est-ce qu'aaaatchiiii ! Roh ! T'es mala...deuh teuheu, euh ! tu...Theureu !!!

Elle avait beaucoup de mal à s'exprimer, et un peu à respirer, à force de parler, de tousser et d'éternuer en même temps. Les passagers pas très loin d'eux les regardaient, effrayés et se demandant ce qu'était ce mal qui les prenait soudain. Aldaée sentait que ses forces étaient de moins en moins puissantes, elle qui, avec son mal de tête, en avait déjà perdu pas mal. Les éternuements et la toux étaient deux symptômes qui avaient le don d'épuiser les malades. La demoiselle fantôme en voulait à Yoru pour ce sale coup imprévu, d'autant qu'elle ne comprenait pas l'intérêt. S'ils étaient jetés à l'eau, elle n'était pas sûre d'avoir seulement la force de nager jusqu'à trois mètres du navire. Les yeux plissés, elle fixa la barre, tentant de continuer à ramer malgré sa toux et ses éternuements. Purin ! Elle aurait étranglé l'asiatique si elle avait eu les mains libres. Son regard se posa sur Nathanael, le pauvre petit était lui aussi secoué de soubre-sauts violents dus au rhume que leur avait gentiment filé Yoru. La demoiselle finit par ne plus pouvoir ramer, et elle porta la tête à ses mains, secouée par ses éternuements, mais heureuse de pouvoir enfin avoir les mains fraîches contre son crâne brûlant. Elle commença un soupir qui fut interrompu par une nouvelle quinte de toux. A force d'éternuer et de tousser, elle en avait les larmes aux yeux.

Mal à la têteee...

Ce fut un chuchotement, une plainte, une sorte de gémissement qui sortait de sous une masse de cheveux, la tête de la jeune fille étant posée contre le manche de la rame. Elle espérait qu'au moins Yoru savait ce qu'il faisait, elle avait peur du résultat de son opération. Elle tourna légèrement la tête, apercevant l'asiatique entre ses mèches. Beurk...Elle préféra donc tourner la tête de l'autre côté, et entendit des bruits de pas qui s'approchaient. Mais MAL DE CRÂNE BORDEL !! Aucun respect pour les agonisants ou quoi ?!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dr. Parkinson
avatar

Nombre de messages : 337
XP : 230

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 0 rubz

MessageSujet: Re: Une perspective d'avenir bien sympa [vers le camp]   Sam 4 Avr - 11:39

Et bien et bien ! C'était la panique à bord ! Tous les prisonniers s'étaient brutalement écartés du quatuor lorsque leur petite « crise » commença, se collant de plus possible aux rames pour éviter tout contact. Celui qui s'était fait vomir dessus, un mastodonte, véritable montagne de muscles au crane rasé resta bloqué, l'oeil droit saisit de tic.

Il sentait la matière visqueuse dégouliner sur sa peau tandis qu'une veine se mettait à battre furieusement sur sa tempe et il se retourna dans une lenteur maladive. Il fixa Yoru de son regard de fournaise : cet enfoiré lui avait déjà vomi dessus, et c'était pas une raclée qui changerait la donne de la contamination donc...


- « Tu vas mourir. Dès qu'on me retire mes chaînes pour la nuit je t'étripe, prépare toi moustique,on te récupérera à la p'tite cuillère au matin. »

A peine ce joyeux discours fini que le capitaine vint, un air horrifié bizarrement surjoué animant son visage.

- « Mon dieu ! Ils sont malaaaaaades ! On va tous mouriiiiiir ! Dansdes cas pareils on balance les prisonniers atteints par dessus bord pour qu'ils crèvent dans l'océan. Mais t'es chanceux mon gars, parce que tu as oublié quelque chose... »

Le barbu colla alors son visage à quelques millimètres du visage de Yoru tout en prenant soin de ne pas s'approcher trop près de Nathanaël, on était jamais trop prudent. De là où il était il pouvait voir toutes les pustules de l'asiatique mais cette vision ne semblait n'avoir aucun effet, et pour cause :

- « On a peut-être des tronches de pirates ou d'esclavagistes, mais on est rien d'autre que des putains de flics dont le boulot est de vous faire traverser. On est donc au courant de vos petits « dons ». Les gardiens du fourgon avait vu ton petit cirque par la fenêtre de séparation, et on sait aussi que tes yeux te permettent de rendre les autres malades... »

Un sourire carnassier déforma alors son visage et il chopa Yoru au col, le soulevant de son banc de quelques centimètres. Le jeune homme ne pouvait rien faire d'autre que subir, ses chaînes le raccrochant désespérément aux rames.

- « Tentes ton coup sur moi et t'es bon pour le grand plongeon. Et la mer n'est pas chaude, tu peux me croire. Recommences ton petit cirque sur tes compagnons et tu obtiendras le même résultat. T'as besoin qu'on te dresse je crois, donc je vais te filer un compagnon, juste pour toi ! »

Le capitaine fit signe à l'un des homme d'équipage de s'avancer. Le nouveau venu se plaça derrière Yoru et, hors de son champs de vision, tira un long fouet de sa ceinture. Le barbu reprit alors avec une profonde satisfaction :

- « Maintenant tu vas ramer... ramer... ramer... si tu ne respectes pas le rythme tu prendras un coup de fouet, si tu arrêtes tout court du t'en prendras dix et si tu t'évanouis... il te fouettera jusqu'à ce que tu te réveilles. Et maintenant... TOUT LE MONDE SE REMET AU BOULOT ! »

Le capitaine se redressa et tourna des talons, réintégrant sa place habituelle. Le tambour se remit à résonner en rythme tandis que tous les autres prisonniers se remettaient au boulot du mieux qu'ils pouvaient, y comprit celui qui s'était fait vomir dessus. Mais il n'oubliait pas, oh non.

La vengeance est un plat qui se mange froid...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hypnose.hypeforum.net
Yoru Nakatomi
avatar

Hypocondrie

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 374
XP : 192

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 920 rubz

MessageSujet: Re: Une perspective d'avenir bien sympa [vers le camp]   Sam 4 Avr - 18:05

Yoru s'amusait particulièrement à voir que son pouvoir marchait à merveille. C'était trippant, selon lui, de pouvoir faire apparaitre ce qu'il voulait comme maladie sur son corps, sans rien avoir intérieurement. Cependant, si son pouvoir avait bien marché, on ne pourrait pas dire que son plan fasse de même! Il avait agit de manière égoïste poussé par l'envie de liberté dont il était privé depuis bien trop longtemps. Par conséquent, il avait fait subir des maux de gorges affreux à ses compagnons, pour rien... Il s'était fait un plaisir de dégueuler son déjeuner sur le mec devant, créant une panique hilarante, mais n'avait pas bien vu sa... carrure! Une véritable armoire à glace se dressa devant l'asiatique. Yoru aurait pu avoir très peur mais face au ridicule du mec, l'hypocondriaque afficha un sourire en coin, le regarda de travers, à la fois de manière amusé et à la fois de manière insolente faisant face à l'énormité du bonhomme. Il avait bonne mine avec tout ça sur la tête! XD

-Tu vas mourir. Dès qu'on me retire mes chaînes pour la nuit je t'étripe, prépare toi moustique,on te récupérera à la p'tite cuillère au matin.

Toujours droit, Yoru le fixa durant toute cette petite réplique sans sourciller nullement. Il n'avait pas peur, ce n'était que des paroles... Enfin il croyait... Il répondit doucement du ton le plus insolent et méprisant qu'il pu approchant son visage de celui de l'armoire à glace:

-C'est ça mec! Je suis pressé de voir ça... (sourire)

Cette petite entrevu joyeuse fut interrompu par le chef du bateau, celui qui tenait le tambourin. Il s'approcha de Yoru en surjouant bizarrement ses répliques ce qui interpela l'hypocondriaque, il se passait quelque chose de pas normal... Pas comme il l'aurait voulut.

-Mon dieu ! Ils sont malaaaaaades ! On va tous mouriiiiiir ! Dans des cas pareils on balance les prisonniers atteints par dessus bord pour qu'ils crèvent dans l'océan. Mais t'es chanceux mon gars, parce que tu as oublié quelque chose...

Le chef s'approcha vraiment top près de l'asiatique qui, surprit de son attitude peu prudente, se rassit d'un trait sur son banc, bouche bée, les yeux écarquillés.

-On a peut-être des tronches de pirates ou d'esclavagistes, mais on est rien d'autre que des putains de flics dont le boulot est de vous faire traverser. On est donc au courant de vos petits « dons ». Les gardiens du fourgon avait vu ton petit cirque par la fenêtre de séparation, et on sait aussi que tes yeux te permettent de rendre les autres malades...


Le jeune homme baissa la tête et souffla doucement mesurant l'ampleur de son échec. Immédiatement les symptômes de la petite vérole disparurent laissant apparaitre une peau lisse et blanche. Tout ce cinéma pour rien... Il afficha un air subitement dégouté et serrant les dents, son front se plissa de rage. L'asiatique n'eut pas le temps de dire un mot que déjà il fut attrapé fermement par le col et soulevé de sa place, à la merci du chef qui le menaça. Il ne pouvait rien faire, que supporter les cris de l'homme tout près. Ses mains lui faisait mal, elles étaient rougit par tant de mouvement. La fierté du jeune homme descendit d'un trait, refroidit par les dires du chef et surtout par ce qui allait suivre.:

-Tentes ton coup sur moi et t'es bon pour le grand plongeon. Et la mer n'est pas chaude, tu peux me croire. Recommences ton petit cirque sur tes compagnons et tu obtiendras le même résultat. T'as besoin qu'on te dresse je crois, donc je vais te filer un compagnon, juste pour toi !

Reposé sur son siège, l'asiatique avait l'humeur à la révolte. Tout ce qu'il avait envie de faire à présent, c'était d'égorger ce type devant lui, de lui défoncer le crane avec se rame, l'étrangler avec ses chaines. Ses pensées meurtrières rendirent le visage de Yoru terne et immobile. Il contenait sa colère tandis que le silence qui régnait attira son attention. C'était pas fini? (Il n'avait pas vraiment entendu ce qu'avait dit le chef) Il leva les yeux, tout le monde était retourné vers lui mais ne le regardaient pas. Craignant ce qui se tramait derrière lui, l'asiatique se retourna doucement mais pas complètement car il aperçu l'ombre d'un fouet au sol. Un sourire s'afficha sur son visage. C'était plutôt un sourire moqueur, de lui même, de la situation dans laquelle il s'était fourré tout seul, de l'endroit où il était... Ce qui l'inssupportait surtout, c'était le type au tambour qui se la pétait à fond et qui se croyait tout permit. On est pas des chiens quoi! Yoru détestait cette position de soumit, tout comme le fait qu'on lui parle mal, qu'on se foute de sa gueule, qu'on l'insulte qu'on le regarde mal ou qu'on l'ignore.

-Maintenant tu vas ramer... ramer... ramer... si tu ne respectes pas le rythme tu prendras un coup de fouet, si tu arrêtes tout court du t'en prendras dix et si tu t'évanouis... il te fouettera jusqu'à ce que tu te réveilles. Et maintenant... TOUT LE MONDE SE REMET AU BOULOT !

Les dents serrées, Yoru ne put se retenir. D'une rage incontrôlée, il se leva promptement et secoua ses chaines en criant:

-C'EST CA OUAIS! LAISSEZ-MOI PARTIR! HEY CONNARD T'ESTIMES PAS TROP PARCE QUE TU N'VAUX RIEN! SALE CHIEN! J'ME VENGERAI ORDURE! COMPTE SUR MOI J'ME VENGERAI! Putain mais c'est quoi ce monde... J'en peux plus, j'en peux plus bordel, J'EN PEUX PLUS! ET TOI TU ME TOUCHES PAS AVEC TON TRUC!

Les yeux plein de haine Yoru succomba, il regardait partout devant derrière. Il en avait marre de cette vie enchainé, balloté, emprisonné, cette vie de chien! Il avait envie de partir loin, très loin. Etre libre. Mais cette histoire de camps, de procès lui était monté à la tête et l'oppression qu'il ressentait en ce moment était tellement forte qu'il n'avait pu se retenir. Après tout c'était dans sa nature de s'énerver facilement, de ne pas se laisser faire et surtout, d'agir avant de réfléchir. Cela allait faire deux jours qu'il avait changé son comportement de vie, il n'avait plus son chez soi, ses produits anti désinfectants, ses gants, son masque, sa vie antérieur lui manquait tellement. Peut- être que cela aurait des conséquences endomagentes mais ça lui était égale. Véritablement incontrôlable, il gigotait tandis que tout le monde recommença à ramer. Parfois il faut se prendre une bonne claque pour se calmer... Yoru souffrait déjà trop...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aldaée Devard
avatar

Acrophobe

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 471
XP : 160

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 660 rubz

MessageSujet: Re: Une perspective d'avenir bien sympa [vers le camp]   Dim 5 Avr - 12:00

Aldaée, continuant à éternuer et ayant envie de tuer tout ceux qui faisaient du bruit et martyrisaient son pauvre petit crâne, releva la tête.

-Tu vas mourir. Dès qu'on me retire mes chaînes pour la nuit je t'étripe, prépare toi moustique,on te récupérera à la p'tite cuillère au matin.
-C'est ça mec! Je suis pressé de voir ça...

Les yeux de la petite française s'écarquillèrent, elle regarda Yoru, qui, souriant, semblait n'en avoir rien à faire. Elle éternua de surprise, et frissonna quand le chef se rapprocha.

-Mon dieu ! Ils sont malaaaaaades ! On va tous mouriiiiiir ! Dans des cas pareils on balance les prisonniers atteints par dessus bord pour qu'ils crèvent dans l'océan. Mais t'es chanceux mon gars, parce que tu as oublié quelque chose... On a peut-être des tronches de pirates ou d'esclavagistes, mais on est rien d'autre que des putains de flics dont le boulot est de vous faire traverser. On est donc au courant de vos petits « dons ». Les gardiens du fourgon avait vu ton petit cirque par la fenêtre de séparation, et on sait aussi que tes yeux te permettent de rendre les autres malades...
Att..Attend...Atchi !

Yoru fut souleva, Aldaée, Kath et Nath suivirent le mouvement des yeux, d'un air stupéfait. La demoiselle fantôme cligna des yeux, tenta de retenir sa quinte de toux, bien que sa voix commençait à être déformée par son mal de gorge.

Tentes ton coup sur moi et t'es bon pour le grand plongeon. Et la mer n'est pas chaude, tu peux me croire. Recommences ton petit cirque sur tes compagnons et tu obtiendras le même résultat. T'as besoin qu'on te dresse je crois, donc je vais te filer un compagnon, juste pour toi !
Attendez ! Teuheu...Yoru ne contrôle pas bi_ien son pouvoir, il il...tchi ! Pardon. Il était énervé, il n'a pas fait ex...

Ignorée par tous, Aldaée fit une petite moue énervée, et donna un coup de poing rageur dans la rame qui eut un soubresaut. Personne n'écoutait les fantômes, ici, ou quoi ?! Elle regarda le gros bonhomme s'installer derrière Yoru. Mais...Il faisait quoi là ?

Maintenant tu vas ramer... ramer... ramer... si tu ne respectes pas le rythme tu prendras un coup de fouet, si tu arrêtes tout court du t'en prendras dix et si tu t'évanouis... il te fouettera jusqu'à ce que tu te réveilles. Et maintenant... TOUT LE MONDE SE REMET AU BOULOT !

Miss Casper écarquilla les yeux, quelle cruauté pour un si petit crime ! Elle éternua, constatant que les crises que Yoru parvenait à créer duraient de plus en plus longtemps. Inquiète, elle jeta un oeil à Yoru. Celui-ci souriait, il avait un air moqueur. Aldaée n'aimait pas ça. Oh, elle n'aimait vraiment pas ç...

-C'EST CA OUAIS! LAISSEZ-MOI PARTIR! HEY CONNARD T'ESTIMES PAS TROP PARCE QUE TU N'VAUX RIEN! SALE CHIEN! J'ME VENGERAI ORDURE! COMPTE SUR MOI J'ME VENGERAI! Putain mais c'est quoi ce monde... J'en peux plus, j'en peux plus bordel, J'EN PEUX PLUS! ET TOI TU ME TOUCHES PAS AVEC TON TRUC!

En se relevant, Yoru avait tiré sur ses chaînes, il devenait complètement fou. La française avait, elle, recommencé à ramer, et le fixait d'un oeil inquiet, sa tête toujours prête à flancher. Elle plissa les yeux. Il craquait. Enfin. Il comprenait peut-être mieux les crises de larmes, de colère qu'avait eues Aldaée. Elle se leva, se pencha par dessus Nath, n'ayant cure du fait que s'il bougeait de quelques centimètres, elle mourait, et saisit l'oreille de Yoru, y chuchota :

Ecoute, mon grand. Cette fois, tu vas m'écouter, rien à foutre. C'est pas comme ça que tu vas t'en sortir. Je refuse, tu m'entends, je t'interdis même d'OSER penser à abandonner. Tu ne seras pas jeté à l'eau. Tu ne comprends donc pas ? Ils ne veulent pas nous laisser une seule chance. Mais là, ce que tu leur donnes, c'est l'autorisation de te faire du mal. Ce n'est pas le bon moment pour se rebeller, mon grand. Il faut que tu tiennes au moins jusqu'au camp. Avant d'arriver là-bas, on ne pourra rien, absolument RIEN faire. Et puis même s'ils te jetaient à l'eau...On...On fait quoi, nous ? Tu vas...me laisser ?

Elle s'éloigna un peu, surprise elle-même par l'idée que Yoru, qui jusque là l'avait protégée ou du moins avait essayé, pouvait songer à l'abandonner. Que croyait-il ? Que Katharina, avec ses accès de folies, serait capable de l'aider ? Ou le tout petit Nathanael ? Elle avait besoin de lui et il le savait très bien. Elle avait un air triste sur le visage. Elle venait enfin de comprendre qu'il n'avait rien à faire du trio. Que pour lui, il n'y avait pas de trio. Toutefois, elle n'y portait pas trop d'attention pour le moment. Elle avait entouré l'asiatique de ses bras, dans un geste protecteur, et regardait le capitaine. Il ne pourrait pas toucher à l'asiatique sans blesser l'innocente Aldaée. Sans doute l'innocence n'avait aucune raison d'être ici, et nul n'y faisait attention. Mais Aldaée s'en moquait. Elle jouait les boucliers humains, tout en frôlant de son ventre le haut des cheveux du toxique enfant qui était là. Elle-même était incapable de dire si c'était du courage ou de la folie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yoru Nakatomi
avatar

Hypocondrie

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 374
XP : 192

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 920 rubz

MessageSujet: Re: Une perspective d'avenir bien sympa [vers le camp]   Dim 5 Avr - 20:07

Yoru était remonté comme une pendule mais à force de s'agiter il s'épuisait de plus en plus. Il avait si peu mangé, si peu dormit, il se sentit faible d'un coup mais essaya de tenir tête une fois de plus. Sa colère le consumait à mesure qu'elle augmentait jusqu'à un moment, un seul qui le sortit de cet etat second. Aldaée venait de se lever et tandis que Yoru jetait un coup d'oeil vers elle, il s'apercu qu'elle s'approchait dangereusement de Nath' ce qui le stoppa net dans ses cris répétés. Il voulut la prévenir mais elle semblait n'en avoir rien à faire quand elle lui saisit l'oreille. Quelles sont ces méthodes?! O__o L'asiatique fut contraint de se pencher à son tour faisant bien attention de ne pas toucher le petit garçon avec son ventre.

-Ecoutes, mon grand. Cette fois, tu vas m'écouter, rien à foutre. C'est pas comme ça que tu vas t'en sortir. Je refuse, tu m'entends, je t'interdis même d'OSER penser à abandonner. Tu ne seras pas jeté à l'eau. Tu ne comprends donc pas ? Ils ne veulent pas nous laisser une seule chance. Mais là, ce que tu leur donnes, c'est l'autorisation de te faire du mal. Ce n'est pas le bon moment pour se rebeller, mon grand. Il faut que tu tiennes au moins jusqu'au camp. Avant d'arriver là-bas, on ne pourra rien, absolument RIEN faire. Et puis même s'ils te jetaient à l'eau...On...On fait quoi, nous ? Tu vas...me laisser ?

Attentif, Yoru s'était calmé direct et regardait Aldaée dans les yeux, le regard à la fois surprit et intrigué. Elle avait l'air tellement sérieuse et calme mais elle devait contenir sa colère au fond d'elle. L'asiatique l'écoutait mais il pensait aussi à la possibilité que Nath' bouge de trop et qu'il ne la touche, ce qu'il ne pourrait supporter. Elle venait de le faire revenir à la réalité et semblait tenir à lui, alors que lui ne pensait qu'à partir loin d'ici. Il avait été terriblement égoïste et par ses actions avait montré son vrai caractère: associable, impulsif, solitaire, méprisant, insolent voir grossier et violent. La vrai nature d'une personne ne peut se détacher d'elle aussi facilement. Après tant d'années à vivre seul, et avec un passé marquant tel que celui du jeune homme, une coquille s'était formée autour de lui, difficile à traverser mais qui le rendait si fragile au bout du compte. Il fallait qu'Aldaée le sache, il sera dangereux à l'avenir. Qu'elle s'attache trop à lui, lui portera malheur. Mais cela Yoru ne le savait pas encore lui même, il était redevenu calme et réfléchit. Les larmes lui vinrent aux yeux tandis qu'il fourra son visage dans le cou de la jeune fille pour cacher sa honte. Il balbutia quelques paroles:

-J'suis désolé.... Vraiment désolé Aldaée.... J'ai pas reflechit... Je sais pas c'qui m'a prit... J'veux pas t'abandonner, je... J'abandonnerai pas, j'te le promet...


L'hypocondriaque dégluti retirant son visage de l'épaule d'Aldaée et s'éloigna d'elle l'a regardant dans les yeux tout le long, il n'avait pas envie qu'elle récolte les fruits de ses erreurs. Elle n'y était pour rien. Elle venait de le réprimander comme une mère qu'il n'avait jamais eu. C'était à la fois source de réconfort pour Yoru mais aussi source d'une énorme tristesse. Le jeune homme afficha alors un visage sombre qui traduisait la honte qu'il ressentait ainsi que son épuisement. Si il pouvait revenir en arrière à ce moment précis, il le ferai. Yoru se rassit alors et regarda ses mains, à présent les poignets semblaient brulés par le frottement des chaines. Il regarda le petit garçon, il lui faisait tant de la peine à s'agripper à la rame avec tant de hargne. Il jeta un coup d'oeil à Aldaée et, lui afficha, le cœur serré, un sourire timide. Il ne pensait plus à rien à présent. Il reprit la rame en main et recommença son action. Ramer, ramer, ramer, sans broncher. Pour se donner du courage, il repensa aux paroles d'Aldaée se les répétant sans cesse, il fallait y croire....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aldaée Devard
avatar

Acrophobe

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 471
XP : 160

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 660 rubz

MessageSujet: Re: Une perspective d'avenir bien sympa [vers le camp]   Mar 7 Avr - 21:02

Aldaée regardait Yoru, toujours cet air mi-surpris, mi-triste sur le visage, tout en lui parlant. Il s'était brusquement calmé, et écoutait attentivement chacun des mots de la petite française, ce qui l'encourageait à continuer. Ils se regardaient dans les yeux, chacun avec un air surpris différent, puis les yeux de l'asiatique commencèrent à briller et ceux d'Aldaée s'écarquillèrent. Est-ce qu'elle avait été trop dure ? Elle sursauta lorsqu'il cacha son visage dans son cou. Elle eut un sourire attristé, et lui passa une main dans le dos, tentant vainement de le consoler.

-J'suis désolé.... Vraiment désolé Aldaée.... J'ai pas reflechit... Je sais pas c'qui m'a prit... J'veux pas t'abandonner, je... J'abandonnerai pas, j'te le promets...
Tu as craqué, c'est normal. Je trouve d'ailleurs que tu as mis un sacré bout de temps, et je sais que tu n'abandonneras pas, t'es le plus fort d'entre nous !

Elle se mordit l'intérieur de la joue pour ne pas laisser les larmes monter. En parlant, elle essayait de se convaincre et de se rassurer elle-même, autant que lui. Il s'éloigna, et la demoiselle fantôme eut un sourire doux. Yoru avait l'air si sombre. Elle s'en voulait d'avoir du le "gronder", lui rappeler qu'elles avaient besoin de lui. Qu'elle avait besoin de lui. La française était malgré tout assez surprise que l'asiatique l'ait écoutée, et ne se soit pas encore plus rebellé, ne l'ait pas repoussée en lui criant qu'elle ne pouvait pas comprendre. Lui, il avait compris ce qu'elle voulait dire. Il était revenu à l'horrible réalité, elle l'avait forcé à redescendre sur terre, et s'en voulait, d'un côté, d'avoir brisé ses rêves d'évasions. Mais elle avait eu peur. Peur de ce que pouvaient faire les marins qui les accompagnaient. Peur de l'homme de devant qui voulait tant de mal à son ami, peur du capitaine, de sa justice, et peur du fouet qui claquait dans le dos de l'asiatique, telle une sombre menace. Elle refusait qu'il leur donne, en se rebellant, la permission de le faire souffrir. Ils se donnaient déjà assez de droits sur lui comme cela. Aldaée regarda les poignets de Yoru, brûlés par les chaînes. Il s'était trop agité dans son énervement et en payait les conséquences. Elle avait mal pour lui ! Nathanael continuait à s'acharner sur la rame, et sans l'aide d'Aldaée et de Yoru, Kath et lui avaient plus de forces à donner pour suivre le rythme des autres. Aldaée releva les yeux, croisa le regard et le sourire de Yoru. Elle lui adressa un clin d'oeil et se rassit, reprit la barre, sourit à Nathanael d'un air désolé, et se rendit compte, enfin, que la crise était passée. Le silence règnait à nouveau sur le bateau, et la douleur de crâne d'Aldaée s'était apaisée. Le banc du quatuor ramait sans s'arrêter. Le temps semblait moins long, après ce petit interlude. Aldaée avait maintenant de quoi penser.
Elle craignait que Nathanael ne subisse lui aussi une crise de ras-le-bol. Aldaée avait déjà fait la sienne à plusieurs occasions, pleurant pour un oui ou un non en prison, toujours à s'en vouloir, et aller jusqu'à menacer le docteur Parkinson de mort. Katharina, avait elle, ses délires qui lui permettaient de s'évader, mais qui la faisaient passer pour une folle, et, étaient, en vérité, une sorte d'accès de folie passagère, l'empêchant sans doute d'égorger quelqu'un, même si elle se mettait à chanter. Yoru venait de faire sa crise, et, à vrai dire, ce n'était pas trop tôt ! Il avait subi tant d'horreurs qu'il falalit bien que cela arrive à un moment donné. Mais Nath. Lui qui semblait si attaché à la "justice" d'ici ? Il devrait bien craquer, aussi, un jour ? Et...Son pouvoir à lui était drôlement plus dangereux que les leurs.
La petite française continuait à s'inqquièter comme cela. Mais c'était ça, au fond, qui lui donnait le courage de continuer : l'inquiétude, l'envie de savoir ce qui allait arriver après, le désir de protéger ses amis de ce qu'elle redoute le plus.
A force de pensées, le temps passait assez vite...C'avait des avantages, au fond !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Une perspective d'avenir bien sympa [vers le camp]   Mar 7 Avr - 23:53

« Si tu penses que tu as froid, tu aura froid ». Citation que Katha sortait souvent dans ce genre de situation. Mais si on pense avoir chaud, irrémédiablement, l’esprit pensera qu’il aura encore plus froid. C’était pareil. Si tu penses que tout va mal, tout va mal ! Après la délicate attention de ce connard de marin des anciens temps, limite moyen-age ou préhistorique, le groupe se mîment en route vers la case d’arrivée … Gloups, tel est le bruit du désespoir et de la mort qui survient dans tous vos bon mangas et bandes dessinés dans vos librairies ou autres. Peinons donc à voyager vers l’antre de Charon, Peinons donc à marcher sur les flammes ardentes ! Tel est la poésie douce et désespérée que passait en boucle dans la pauvre tête de Katharina, sans qu’elle n’en puisse en contrôler l’origine.

Ramons, Ramons, encore, encooooore ! Toutes sortes de musiques passaient dans la tête de Katharina. Son délire commençait peu à peu à prendre le dessus, dont celui de chanter … Un air de violon, un air de désespoir ironique, une ancienne romance entre une mer, des requins, une eau froide et sale, et quelques marins d’eau douce qui tentaient de voyager, traverser, vers l’infini et au-delà !

« Ce que j’adore chez ce faux vrai pirate, c’est qu’il pourrait trop jouer dans un film ! Franchement, vous êtes excellent dans le rôle du corsaire du vieux rafiot ! Je voudrais un autographe ! » Disait-elle en ramant à une main et en agitant sa main gauche. « Je suis forte vous savez, à force de pétrir les pâtes à gâteau, je suis entrainé !

Elle pensait à son voyage. La rencontre avec les deux autres, sa rencontre avec son premier policier qui lui mit sa main sur ses fesses, sa première arrestation, sa première sentence dans un camp. Que de premières fois, que de premières fois, que de la merde ouai ! … Oups, calmons-nous… Et en plus, elle avait encore eu droit aux fameux discour trop bateau entre Aldaée et Yoru. Mon dieu, allait-elle garder son calme ? Peut-être pas.

Elle continuait d’observer derrière, au loin, le vague agissement de Yoru et Aldaée. On remarquera aussi l’éternuement collectif du quatuor de prisonnier. « J’aimerai bien avoir un pouvoir utile moi aussi, genre faire bouger l’eau » pensa-t-elle dans sa mystérieuse observation.

« Bon écoutez vous deux, arrêtez de vous plaindre et acceptez votre place dans la société. Si vous n’arrivez pas à vous contrôler, vous aurez du mal à vous en sortir quand on y sera. Alors, je vous en prie, CAL-MEZ VOUS ! Je commence à en avoir marre de vos crises de nerf toutes les cinq minutes. Et puis, je vous rappelle par ailleurs que nous sommes entourés de d’autres prisonniers qui voudraient bien arriver à l’heure dans la prison et qu’on leur épargne des épisodes des feux de l’amour. Alors s’il vous plait, essayez de calmer vos pulsions jusqu’à ce qu’on soit arrivé dans nos CELLULES !»


Revenir en haut Aller en bas
Yoru Nakatomi
avatar

Hypocondrie

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 374
XP : 192

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 920 rubz

MessageSujet: Re: Une perspective d'avenir bien sympa [vers le camp]   Ven 10 Avr - 1:10

-Tu as craqué, c'est normal. Je trouve d'ailleurs que tu as mis un sacré bout de temps, et je sais que tu n'abandonneras pas, t'es le plus fort d'entre nous !

-Bon écoutez vous deux, arrêtez de vous plaindre et acceptez votre place dans la société. Si vous n’arrivez pas à vous contrôler, vous aurez du mal à vous en sortir quand on y sera. Alors, je vous en prie, CAL-MEZ VOUS ! Je commence à en avoir marre de vos crises de nerf toutes les cinq minutes. Et puis, je vous rappelle par ailleurs que nous sommes entourés de d’autres prisonniers qui voudraient bien arriver à l’heure dans la prison et qu’on leur épargne des épisodes des feux de l’amour. Alors s’il vous plait, essayez de calmer vos pulsions jusqu’à ce qu’on soit arrivé dans nos CELLULES !


Grace à Aldaée, Yoru allait mieux à présent. Tandis qu'il revenait progressivement sur terre, c'est-à-dire qu'il reprenait doucement conscience de sa situation, dans le calme intérieur et la paix extérieur, Katharina, elle, partait dans un délire. Il est vrai que Yoru venait de s'énerver fort et qu'il avait mal agit jusqu'alors et de ce fait, il s'était attiré que des problèmes. Mais d'un: jusqu'à preuve du contraire, le mec au fouet se trouvait derrière l'hypocondriaque et pas derrière Katharina! De deux: il n'avait pas été le seul à pêter un câble comme l'avait précisé Aldaée.

A ce propos, Yoru pensait toujours que c'était la faute de Katharina, puis d'Aldaée si ils étaient ici quelque part. Mais ne voulant remette ce dossier sur le tapis, il s'abstenait de répondre à cette remarque par un petit sourire moqueur et leva les yeux au ciel. Parce que la jeune fille qui se trouvait à ses côtés s'était mise à chanter sans raison et ça avait foutu le procès en l'air! La moindre chance qu'ils avaient d'être exilés, bien sûr l'asiatique aurait préféré cette solution, anéantit! Par quoi? Une envie de karaoké. Bah bravo!

Ramant inlassablement, Yoru sentait ses bras travailler, et remerçiait interieurement le chauffeur du fourgon de leur avoir prêté des menteaux et de leur avoir conseillé de dormir. N'y croyant jusqu'alors, l'asiatique regrettait d'avoir sous estimé cette traversé et ne se doutait nullement qu'il allait craquer dans la barque. Mais niveau énergie, il n'avait pas encore tout donné. Rattrapant le retard et forçant un peu plus sur la rame, le jeune homme soulagea quelque peu Nath' qui s'était donné beaucoup de mal et cette application à la tache lui permettait en même temps de penser à autre chose, se déconnecter du moment présent et se défouler un peu aussi. Rien de tel qu'un bon moment de sport pour évacuer les mauvaises pensées et se refaire une petite forme. Seulement l'hypocondriaque savait que du travail, il n'allait pas en manquer là où ils allaient. Qu'allait-ils faire? évidemment l'illustration naturelle qu'on se met en tête lorsqu'on nous dit "camps de travail" est l'image des daltonnes qui cassent des cailloux au beau milieu du désert. Pas mal comme cadre, surtout qu'ils y seront pour longtemps. Ils avaient intérêt à trouver rapidement un moyen de partir du camps une fois las-bas.

Un air pensif sur le visage et le regard dans le vague, Yoru songeait à énormément de choses. Et en particulier au mec juste devant lui et cette vision atroce d'un espèce de yaourt avec des morceaux sur la tête. Il n'en revenait pas lui même qu'il s'était fait vomir. Comme quoi, une fois énervé, il n'était pas tout à fait conscient de ce qu'il faisait et de ce qu'il disait. La menace venait donc à la fois de derrière mais encore pire de devant car l'armoire à glace lui avait promit une jolie entrevue nocturne. Chose à quoi Yoru avait répondu ironiquement mais, au bout du compte, il aurait du se méfier. Maiiiiiis on n'en était pas là, et le jeune homme était loin d'être pressé que la nuit tombe, il faut dire que Yoru bien que bagarreur ne faisait pas le poids face à cette armoire, quoique si il s'énervait...

En tout état de cause, le fait est qu'Aldaée, Katharina, Nath' et Yoru n'étaient pas près de résoudre leur problèmes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aldaée Devard
avatar

Acrophobe

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 471
XP : 160

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 660 rubz

MessageSujet: Re: Une perspective d'avenir bien sympa [vers le camp]   Ven 10 Avr - 22:02

« Bon écoutez vous deux, arrêtez de vous plaindre et acceptez votre place dans la société. Si vous n’arrivez pas à vous contrôler, vous aurez du mal à vous en sortir quand on y sera. Alors, je vous en prie, CAL-MEZ VOUS ! Je commence à en avoir marre de vos crises de nerf toutes les cinq minutes. Et puis, je vous rappelle par ailleurs que nous sommes entourés de d’autres prisonniers qui voudraient bien arriver à l’heure dans la prison et qu’on leur épargne des épisodes des feux de l’amour. Alors s’il vous plait, essayez de calmer vos pulsions jusqu’à ce qu’on soit arrivé dans nos CELLULES !»

Mais...Mais ! MAIS VA TE FAIRE VOIR !!! Aldaée écarquilla les yeux, surprise et vexée par cette glaciale réplique de Katharina. De quoi se plaignait-elle ?! Si "ils n'arrivaient pas à se contrôler" ? C'était elle qui disait ça ? Elle qui se mettait au karaoké dans la prison ! Qui se faisait des délires incompréhensibles avec le moindre objet à proximité !! Outrée, la petite française lançait un regard énervé à son amie. C'était quoi cette provocation ? Qu'est-ce que cherchait Katharina à part se mettre Yoru et Alda à dos ? La demoiselle eut un sourire glacé, extrêmement sarcastique.

Attends, tu dis quoi, là ? Je me trouve plutôt calme pour quelqu'un qui fait une crise de nerf ! Et puis tu as été l'une des premières à craquer, en prison, quelle leçon as tu à nous donner ?! Yoru est resté calme depuis le début, il avait le droit à cette crise, et tu n'as pas le DROIT de la lui refuser !
...Et puis, tu sais ce qu'elle te dit, l'actrice des feux de l'amour ?!

C'était la première fois qu'elle s'adressait d'une manière aussi crue et froide à cette femme qu'elle admirait tant. Aldaée trouvait vraiment la situation injuste et honteuse. Elle jeta un regard à Yoru. Il souriait moqueusement mais ne disait rien. Vexée, la demoiselle fantôme émit un petit bruit signifiant son mécontentement ("humpf !"), et secoua la tête. Elle récupéra la rame et continua son petit manège. Toutefois, sa colère lui avait permis de reprendre un peu de force, qu'elle mettait dans le mouvement pour ramer. Au moins, cela avait eu l'avantage de lui redonner la force de ramer. Elle en oubliait un peu son mal de crâne, et se concentrait sur les paroles de Kath. Elle était...si surprise de ces propos ! Comment ? Qui ? Que s'était-il passé qu'elle avait raté ? Elle s'en voulait d'avoir parlé aussi méchamment à la jeune femme, mais ne voyait pas ce qu'elle aurait pu faire d'autre ? Ignorer et se laisser traîter de cette manière ? ET PUIS QUOI ENCORE ?!
Au bout d'un moment, sa colère s'atténua toutefois, et la douleur de ses bras et de son crâne se fit plus ressentir. Elle jeta un coup d'oeil dans son dos, aperçu l'homme au fouet. Wouh, baraqué. Yoru était coincé entre deux mecs qui faisaient deux fois son gabarit. Et l'un d'entre eux avait juré de lui faire payer. La nuit promettait d'être mouvementée. Les yeux d'Aldaée restaient fixés sur le dos de "l'homme au vomi". Ils le restèrent si longtemps que le gros baraqué tourna la tête vers elle. Rougissant, honteuse, elle détourna les yeux d'un air désolé. C'était étrange, ce qu'elle ressentait. Ce n'était pas de la peur, non, Aldaée n'avait pas peur de ce genre de monstre, mais elle était impressionnée, presque admirative. Pas de sa faute ! Elle avait toujours été en relation avec ce genre de types, les amis de son frère. Baraqués, bagarreurs. Ils se chamaillaient entre eux, et venaient parfois titiller la petite française, riant de sa petite taille et n'hésitant pas à la jeter dans les airs pour l'entendre hurler. La surprise venait après, lorsqu'elle 1°) s'évanouissait, 2°) s'énervait d'une telle fureur qu'ils en étaient...effrayés. Elle avait toujours eu ce genre d'amis, et cela lui faisait bizarre que cette fois, la grosse brute soit une ennemi. Mais bon...Il voulait du mal à un ami dont la masse musculaire était...plus modeste, dirons-nous...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yoru Nakatomi
avatar

Hypocondrie

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 374
XP : 192

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 920 rubz

MessageSujet: Re: Une perspective d'avenir bien sympa [vers le camp]   Jeu 16 Avr - 12:44

Tout semblait être rentré dans l'ordre quand Aldaée sembla s'énerver, elle eut un sourire glacé qui faisait presque peur, et qui surprit Yoru qui haussa les sourcils. Il commençait à connaitre Aldaée, elle était gentille et sensible, mais quand elle s'énervait, c'était parce que quelque chose l'avait froissé ou bien quand quelque chose la révoltait. Ainsi elle pouvait s'énerver pour montrer son mécontentement où bien pour réveiller quelqu'un comme elle venait de le faire avec Yoru lors de sa crise:

-Attends, tu dis quoi, là ? Je me trouve plutôt calme pour quelqu'un qui fait une crise de nerf ! Et puis tu as été l'une des premières à craquer, en prison, quelle leçon as tu à nous donner ?! Yoru est resté calme depuis le début, il avait le droit à cette crise, et tu n'as pas le DROIT de la lui refuser !
...Et puis, tu sais ce qu'elle te dit, l'actrice des feux de l'amour ?!


Cela en devenait presque marrant si bien que l'asiatique eut un sourire aux lèvres en entendant ces paroles. Il appréciait à la voir s'agiter comme ça, mais ne pouvait pas dire pourquoi! C'était comme ça et puis c'est tout. Cependant l'asiatique pouffa fortement lorsqu'Aldaée cita la dernière phrase:

-...Et puis, tu sais ce qu'elle te dit, l'actrice des feux de l'amour ?!

L'important c'était que le garçon avait retrouvé le sourire. En tout cas, il espérait qu'Aldaée serait avec lui lors de ses derniers moments, quand il mourra dans sa cellule à la suite des coups promit par l'armoire à glace qui se trouvait devant lui. Cette vision refroidit soudainement l'hypocondriaque qui savait que, bien que bagarreur, il ne ferai pas le poids face à ce tas de muscle ambulant. Mais il ne perdait pas la face, et devait assumer car il venait de le provoquer en niant avec insolence la menace du balèze.

C'est pourquoi, il fallait fuir et au plus vite. Une boule se noua dans la gorge du jeune homme qui se stressait lui même. Il n'avait rien à perdre à présent. Il faudra jouer le tout pour le tout, en restant tous ensemble. Comme des compagnons d'infortune, Yoru se rendit compte à quel point Aldaée était importante pour lui. Sans elle, il ne serait jamais arrivé jusque là. Il aurait surement laissé tombé depuis longtemps où serait même déjà mort qui sait...

A partir de cet instant précis, Yoru s'était dit qu'il prendrait sa vie comme un jeu. Qui gagnera? La seule chose qu'il savait, c'était qu'au fond de lui, il était très mauvais perdant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aldaée Devard
avatar

Acrophobe

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 471
XP : 160

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 660 rubz

MessageSujet: Re: Une perspective d'avenir bien sympa [vers le camp]   Jeu 16 Avr - 20:13

(hj: encore un peu de bisounours, Kath ? Twisted Evil )

En effet, le moins que l'on puisse dire était que la transformation de la douce Aldaée tout sucre et amour en créature glaciale et moqueuse était un brin effrayante. La petite française ne parvenait pas à comprendre son amie et cela l'énervait au plus haut point. Alors qu'elle sortait sa tirade, Yoru se mit à pouffer. Aldaée tourna un regard mauvais vers lui, croyant un instant qu'il se moquait d'elle. Constatant que ce n'était pas autant le cas qu'elle le pensait, elle se calma un peu, heureuse de voir un sourire sur le visage de l'asiatique. Puis il s'assombrit, et Aldaée devina que ses pensées se tournaient vers un avenir proche, incertain...et pas vraiment joyeux. La jeune fille eut un léger soupir.
Pourquoi fallait-il qu'ils en soient là ? Où tout avait commencé ? Etait-ce vrament le karaoké des deux filles au tribunal qui les avaient dirigé ici ? Ou bien est-ce que leur destin était scellé avant, lorsque Maxim avait fui ? Voire...En poussant la porte du Dr Parkinson ? Aldaée se demanda où étaient les autres, à présent, ceux qu'ils avaient croisés. Maxim, Matthew, Edwin et Ashton...Allaient-ils bien ? Avaient-ils réussi à s'en sortir ? Elle sentit son ventre, au niveau du nombril, la picoter. A l'endroit où son flan avait frôlé les cheveux de Nath, en vérité. Sur le moment, elle n'y fit pas attention.
Non. Elle regardait l'homme devant Yoru, inconsciente des pensées de l'asiatique, et pourtant...les siennes en étaient bien proches. Elle savait très bien que l'homme tiendrait promesse et chercherait à tuer son ami. Bien sûr, ce n'était pas Aldaée et son gabarit qui pourraient sauver l'hypocondriaque. Toutefois, elle se jurait déjà de faire son maximum pour protéger le jeune homme. Elle se doutait bien que Yoru n'apprécierait pas forcément son aide, qui pouvait paraître dérisoire, voire ridicule fasse à un tel colosse. Néanmoins la jeune fille était bien décidée, et...on sait bien à quel point la petite française pouvait être têtue. Elle jeta un coup d'oeil rapide à l'asiatique, et eut un sourire timide. Il semblait plongé dans de sombres pensées, les yeux fixés dans le vide devant lui, et Aldaée ressentait à nouveau une de ses envies les plus étranges mais qui faisait qu'elle était ce qu'elle était : une incroyable envie de bondir et d'étreindre entre ses bras l'objet de son attention.
Pour le coup, elle en était empêchée à cause de ses fichues chaînes, et sans doute était-ce mieux ainsi, elle n'osait pas imaginer ce que le type au fouet aurait pu infliger comme punition à Yoru pour s'être laissé serrer. Elle soupira à nouveau, et l'étrange sensation au niveau de son nombril recommençant, elle fronça les sourcils, releva légèrement son tee-shirt. Des pointillés. C'était toute une ligne de pointillés sanguinolent, la peau autour entre le jaune et le gris, qui décoraient à présent son flan. Ecarquillant les yeux, elle remit précipitamment son haut sur son ventre, cachant aux yeux du petit garçon la punition que lui avait été infligée son insouciance. Aldaée était une jeune fille assez irresponsable, intrépide aux yeux de certains, folle aux yeux des autres. Elle était habituée aux petits bobos, c'était malgré tout sa première nécrose, et elle ne s'attendait pas à ce que celle-ci lui soit offerte par un gamin aux airs angéliques. Continuant de ramer, la demoiselle volante se posait des questions. Est-ce qu'elle garderait une cicatrice ? Oui, bien sûr...A la vue de la blessure, oui...Elle releva les yeux.
Bon sang. Elle se prit à espérer que Yoru n'ait pas posé le regard sur elle au moment où elle constatait les dégâts de son inconscience, et que, surtout, il n'irait pas se mettre dans la tête que c'était contagieux...Il serait bien capable de la rejeter, d'être effrayé par ceci. Aldaée n'était pas sûre de savoir quoi faire si Yoru ou Kath la laissait. Il faut bien avouer que ses rapports avec Kath étaient assez étranges, tendus, comme une petite fille impressionnée par son aînée. Et la seule fois où elle avait osé lui adresser la parole un peu "sûrement", c'était pour défendre Yoru et ses droits. On peut également préciser que la relation Yoru/Aldaée n'était pas non plus des plus ordinaires. Ils passaient leur temps à se chamailler puis à se protéger, puis à se détester, puis à se câliner...Au fond, Aldaée savait très bien qu'elle adorait Yoru et qu'elle ne l'aurait laissé partir pour rien au monde, elle avait trop besoin de lui, comme protecteur, comme protégé, comme confident, comme ami...Il était celui à qui, ici, elle faisait le plus confiance, ce qui est facilement compréhensible au vu de leurs longues discussions, et des étreintes qu'Aldaée lui avait imposées.
Mais s'il partait vraiment ? Elle ne serait pas capable de retenir qui que ce soit...Et surtout pas lui. Une nouvelle inquiétude s'ajouta à sa longue liste. Elle commençait à être vraiment trop occupée par ces fichus démons. Si seulement elle pouvait se concentrer sur quelque chose de plus joyeux ! Mais son coup à la tête, ses pointillés sur le ventre, l'avenir de son ami, la suite des évènements pour Nath et les paroles de sa cheftaine la mettaient dans une situation de stress assez impressionnante. Reposant ses yeux sur l'homme au vomi, elle attendit...Que le temps passe. Et le temps passait...Lentement...Lentement...Le bateau avançait tout aussi lentement. Le "boum boum" du tambour retentissant dans leurs oreilles, le claquement de fouet craint...La journée paraissait durer une éternité...


Dernière édition par Aldaée Devard le Ven 17 Avr - 8:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dr. Parkinson
avatar

Nombre de messages : 337
XP : 230

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 0 rubz

MessageSujet: Re: Une perspective d'avenir bien sympa [vers le camp]   Jeu 16 Avr - 22:29

Ramer... ramer...ramer... c'est monotone vous savez ? Mais l'ennui n'est pas la seule torture, car s'ensuit la douleur physique, l'acide lactique qui envahi les muscles provoquant crampes et autres désagréments. Et bien sûr la faim, car du lever du jour au coucher du soleil, aucun repas ne fut servit aux prisonniers destinés à se tuer à la tâche dans le camps d'Enojo.

Mais heureusement, même les pires bourreaux ont leurs moments de pitié, c'est ainsi que le tambour finit par cesser, même s'il résonna encore longtemps dans la tête des occupants du navire, ainsi que sa vibration rythmée dans leurs muscles, de manière résiduelle. Le capitaine s'avança tout en faisant signe à ses hommes d'équipage de commencer à faire descendre tout ce beau monde dans la calle.

Il se mit alors à parler de sa voix puissante et grave, audible de tout le pont même sans hausser la voix :


- « C'est l'heure de récupérer vos forces. Des rameurs morts sont inutiles, alors tâchez de rester en vie jusqu'à la fin de la traversée ! Lorsque mes hommes vous diront de les suivre obéissez ! Les hommes et les femmes seront séparés pour des raisons de sécurité et vous recevrez une fois en bas votre ration de la journée ! Pour les autres besoins, la mer sera à même de les combler. »

Sans un mot de plus il se retira dans sa cabine tandis que ses sous fifres déplaçaient les foules, séparant inexorablement Yoru et Nathanaël de Katharina et Aldaée à leur grand désespoir. Ils furent tous poussés sans ménagement dans les calles encombrées dans lesquelles des couchettes rudimentaires étaient disposées. Les repas posés dans un coin de la pièce avait déjà été pillés à moitié par à peine 10% des prisonniers, que ce soit du côté féminin ou masculin.

Il leur faudrait être rapides s'ils comptaient se remplir la panse ce soir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hypnose.hypeforum.net
Yoru Nakatomi
avatar

Hypocondrie

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 374
XP : 192

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 920 rubz

MessageSujet: Re: Une perspective d'avenir bien sympa [vers le camp]   Ven 17 Avr - 12:25

Yoru sentait la fatigue qui commençait à le prendre. Piquant du nez quelque fois, il se maintenait néanmoins éveillé grâce au vent frais qui lui caressait les joues. Avec cette fraicheur ambiante, nul doute, il n'arrivera jamais à s'endormir au risque de se réveiller congelé. Le froid crispait également ses membres qui sous l'effort avaient du mal à bouger. Une crampe survint alors en profondeur dans le bras de l'asiatique. Il fallait ramer, il devait ramer et ce n'était pas une crampe qui le ferai fléchir. Mais il ne pouvait s'empêcher de grimacer de douleur car à chaque tour de bras. A chaque fois qu'il forçait un peu plus pour faire passer la rame dans l'eau, la douleur s'amplifiait. Il eut une petite pensée pour les filles qui devaient elle aussi souffrir, et surtout le petit garçon qui n'était pas du tout à sa place. Il fallait en finir avec tout ça, c'était du suicide! Ce qu'espérait Yoru, c'était d'en venir à bout de ce lac et d'arriver au camp et de partir aussitôt qu'il étaient arrivé. De cette façon, il éviterai la sentence du colosse devant lui. L'asiatique se forçait à penser à autre chose qu'a sa douleur au bras, il ne regarda pas non plus devant. Le seul endroit où il posa les yeux fut Aldaée et au mauvais moment...

Elle avait soulevé son haut laissant apparaitre une blessure sanguinolente au allure jaune et grise. A cette vision Yoru déglutit et écarquilla les yeux ahuri manquant à la fois de dégueuler et de gueuler. Puis de suite il fit le rapprochement avec Nath' et lui. C'est en voulant le calmer qu'elle s'était trop approchée de Yoru et avait malencontreusement touché les cheveux du petit. Il le savait, il y avait pensé mais n'avait rien pu faire à cause de ses chaines. Cet enfant était aussi dangereux? Il le considéra un instant bouche bée comme s'il devenait soudainement un monstre, quelque chose à éviter. Il faudra à Aldaée qu'elle explique à Yoru que sa blessure ne provenait pas du petit pour qu'il accepte de le considérer autrement à l'avenir que ce qu'il faisait en ce moment même. Ses pensées déplacées furent interrompu par le chef au tambour qui arrêta le rythme et cria à tous:

-C'est l'heure de récupérer vos forces. Des rameurs morts sont inutiles, alors tâchez de rester en vie jusqu'à la fin de la traversée ! Lorsque mes hommes vous diront de les suivre obéissez ! Les hommes et les femmes seront séparés pour des raisons de sécurité et vous recevrez une fois en bas votre ration de la journée ! Pour les autres besoins, la mer sera à même de les combler.

Yoru ne pu laisser échapper son mécontentement:

-QUOI! Mais attendez!


Personne ne l'écoutait. Pour des raisons de sécurité il allait être séparé d'Aldaée et Katharina? Mais quelle sécurité? C'était encore plus dangereux de mettre tout les mecs ensemble. La gorge noué, Yoru lâcha doucement la rame et des souillure causées par le bois se profilaient dans le creux de ses mains. Elle étaient blanches et immobiles, il aura fallu les agiter à plusieurs reprise pour qu'elle reprennent des couleurs et se réaniment. Puis un garde agressif vint pousser Yoru vers l'escalier menant à la cale, il regarda Aldaée affolé et comme voulant la rejoindre, c'était si injuste:

-Aldaée! Ne fais pas de conneries! Tout ira bien...


*J'espère*

L'asiatique fut l'un des dernier à descendre poussé sans ménagement dans les calles peu éclairées du bateau. Il y trouva des couchettes rudimentaires et à cette vision sa gorge se serra un peu plus encore:

*Non... On va pas dormir ici...*


Il aperçu alors des repas tenu par que quelques prisonniers. Certains des autres commençaient à se taper dessus pour en dégoter. Cela se voyait, il n'y avait pas assez de repas pour tout le monde, ils avaient fait exprès, bande de sadiques! Mais l'hypocondriaque avait faim, il fallait qu'il mange au risque de tomber. Il cibla alors un petit, un qui lui arrivait au épaules, assez frêle, enfin plus que lui et s'approcha promptement de lui alors qu'il ne commençait qu'a peine à ouvrir son repas. Il prépara son poing, la rage s'empara de lui et dans un excès de colère, les dents serrées et la faim au ventre, il était près à tout. Arrivant par derrière il abattit avec toute sa force et sa hargne son poing sur la nuque du jeune homme inconnu ce qui l'assomma directement tandis que l'asiatique s'empara de son repas et alla courir dans un coin à l'écart de la foule animé et violente de la cale.

Il comprenait maintenant l'idée de sécurité et le fait qu'ils ne mélangeaient pas les hommes des femmes, ce serait dangereux pour elles d'autant plus qu'à les regarder, certains des mecs étaient réelement des porcs. Dégouté, l'asiatique ouvrit son repas aussi vite que possible et y plongea sa main pour en manger une pleine bouchée. Dans ses conditions, Yoru se sentait terriblement sale et contaminé de partout mais il n'avait pas le choix, il était déterminé et ne comptait pas se laisser mourir de faim comme ça. Il sortira VIVANT de cette situation coute que coute. Un éclair parcouru alors son esprit et le jeune homme fut prit d'une mouvance soudaine. Il chercha Nath' du regard, il l'avais oublié lui! Il l'aperçut et gueula alors tentant de couvrir les hurlements des autres prisonniers, mais rien à faire, il ne l'entendait pas... Il couru alors en sa direction et lui mit son plat encore bien plein entre les main le poussant avec la barquette loin de l'agitation, là il lui dit à l'oreille:

-Mange ça dans ton coin et défend toi si on veux te faire du mal... N'hésite pas une seconde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aldaée Devard
avatar

Acrophobe

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 471
XP : 160

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 660 rubz

MessageSujet: Re: Une perspective d'avenir bien sympa [vers le camp]   Ven 17 Avr - 21:41

Le coeur d'Aldaée battait plus rapidement, son souffle commençait à être un peu haché, elle était épuisée. Ses bras commençaient à être vraiment douloureux, et son mal de crâne n'arrangeait rien. Lorsqu'elle souleva son haut, ou plutôt qu'elle le rabaissa, elle surprit le regard dégoûté de son ami. Mordillant l'intérieur de sa joue, elle retint un juron. C'était malin, toutes ses inquiétudes avaient à présent de bonnes raisons d'exister ! Yoru regardait alors Nath avec une sorte d'effroi dans les yeux. La demoiselle regarda Yoru avec des yeux suppliants. Il ne devait pas regarder le petit avec cet air là ! Il allait traumatiser le pauvre enfant, qui avait déjà vécu bien assez d'horreurs comme ça. Et puis, sa blessure n'avait rien de si extraordinaire, cela finirait par cicatriser. En revanche, elle put constater que le sang collait le haut à son ventre et avait coloré quelques fibres d'une jolie couleur rouge. Heureusement, dans la position pour ramer, personne d'autre qu'elle ne pouvait faire cette sombre remarque. La petite française espérait simplement que Yoru ne se laisserait pas emporter par son dégoût et ne regarderait pas Nath comme s'il allait le tuer. Ce trouble s'amplifia lorsque le capitaine prit la parole :

- « C'est l'heure de récupérer vos forces. Des rameurs morts sont inutiles, alors tâchez de rester en vie jusqu'à la fin de la traversée ! Lorsque mes hommes vous diront de les suivre obéissez ! Les hommes et les femmes seront séparés pour des raisons de sécurité et vous recevrez une fois en bas votre ration de la journée ! Pour les autres besoins, la mer sera à même de les combler. »

Quoiiiiiiiiii? Les hommes et les femmes seraient séparés ??? Saisie d'une frayeur incompréhensible, Aldaée jeta un regard terrorisé à Yoru, lequel fixait le capitaine...

-QUOI! Mais attendez!

Aldaée eut une grimace. Personne n'écoutait le bétail qu'ils étaient, ici. Ca ne servirait à rien. Elle lui lança un petit regard attristé, alors qu'on lui enlevait ses chaînes. Elle ne pouvait pas le quitter du regard, c'était trop difficile. Les mains cruellement froides, bleuies par le temps glacial et ornées de quelques échardes, la jeune fille faisait peine à voir. Le front, le ventre, les mains,...Décidémment...Au milieu de la foule de prisonniers, elle chercha Yoru du regard, le vit se faire pousser dans l'escalier. Elle lui offrit un dernier sourire triste. Elle ne pouvait pas supporter l'idée d'être séparée de son ami, et pourtant, elle était traînée vers d'autres escaliers.

-Aldaée! Ne fais pas de conneries! Tout ira bien...
C'est moi qui devrais dire ça ! Ne t'inquiète donc pas, hein, on se revoit...dès que possible...

Elle avait baissé le ton sur la fin de sa phrase, ne sachant pas exactement combien d'heures constitueraient le "repos" qu'ils auraient. Voyant Yoru disparaître, et Katharina elle-même s'effacer dans l'ombre devant elle, elle avança à contre-coeur. Et Nath, alors ? Il aurait du mal à s'en sortir, le pauvre petit bout. Et le mec au vomi...BON SANG ! Le mec que Yoru avait provoqué lui avait promis de le faire payer ! Aldaée se retourna brusquement, mais le garde l'empêcha de faire le moindre pas et la poussa dans la salle bondée. La jeune fille tomba sur les fesses, pour changer, et regarda autour d'elle. Il y avait des couchettes partout, elle en conclut que toutes les femmes dormiraient ensemble. Géniaaaaaal ! Aldaée se prit à espérer qu'au camp, les hommes ne seraient pas séparés des femmes, sans quoi elle ne survivrait pas un mois, contrairement à ce qu'elle avait prévu. C'est vrai quoi ! Yoru l'avait toujours protégée, et il avait été si gentil, si compréhensif, elle ne s'imaginait pas une minute une galère sans avoir Yoru pour la soutenir. Sinon...Que ferait-elle ? Perdue et songeuse, la demoiselle comprit bien tard que les repas étaient également dans la salle.
Elle s'avança, prit un petit morceau de pain, qui traînait sur le coin d'une couchette, s'assit et entreprit de le manger. Quoi ? Vous aviez vraiment cru que la française allait se battre pour de la nourriture ? Laissez-moi rire ! Vous l'avez vue ? Elle jugeait ce procédé bas et primitif, digne...d'un mec, tiens ! Inconsciente que son ami faisait exactement ce qu'elle n'avait même pas songé à faire, elle regardait les femmes se battant avec une sorte de pitié triste. Lorsqu'elle eut fini son maigre repas, elle alla s'installer sur l'une des couchettes, se mit en position de foetus et, bien qu'allongée, garda les yeux ouverts, observant les disputes et les cris de ses colocataires.
Aldaée se sentait épuisée. Blessée, meurtrie, elle se sentait humiliée. Elle se sentait stupide, responsable, coupable de la douleur des autres. Ses pensées étaient à ce moment tournées vers Yoru, elle espérait que tout allait bien pour lui, craignant que le côté masculin soit plus brutal que celui-ci. Elle avait perdu Katharina des yeux, aussi ceux-là se fermèrent. Epuisée par sa journée de ramage et ses blessures, qui commençaient à faire beaucoup pour elle, elle ne tarderait pas à s'endormir. Les cris des prisonnières lui semblaient lointains, elle aurait voulu pouvoir vérifier que Nath mangeait. Voir l'hypocondriaque, lui dire de ne pas détester le petit, qu'il n'y était pour rien, et surtout, tenter de jouer les boucliers humains une nouvelle fois, essayer de le protéger de la colère du géant. Elle était si inquiète, et si fatiguée...Ses pensées se firent plus troubles. Elle espérait surtout que la traversée ne durerait que deux jours, et que le lendemain ils arriveraient à Enojo, parce qu'elle n'en pouvait déjà plus, et n'était même pas sûre d'arriver en vie au camp. Après tout, à force de se faire des petites blessures apparemment bénignes, elle perdait de la force et de l'énergie, ce qui l'affaiblissait considérablement. Ajoutez à cela le fait qu'elle n'était pas motivée pour se battre afin de survivre, et vous avez un portrait de la pâle demoiselle qui était couchée à ce moment là...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dr. Parkinson
avatar

Nombre de messages : 337
XP : 230

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 0 rubz

MessageSujet: Re: Une perspective d'avenir bien sympa [vers le camp]   Mar 21 Avr - 22:42

Côté hommes


Que de violence de la part du jeune Yoru ! Nathanaël, effrayé par tant de froide agressivité refuse la nourriture et recule précipitamment loin de l’asiatique, sa confiance largement diminué. Le gamin a de plus remarqué la lueur de peur et de dégoût dans l’œil de son codétenu, renforçant cette sensation de déception vis-à-vis du jeune homme.

Mieux vaut être seul que mal accompagné n’est-ce pas ? Et Yoru était loin d’être la meilleure des compagnies à l’heure actuelle. Sans parler du fait que Nath n’avait aucune envie de rester avec quelqu’un qui le considérait visiblement comme un monstre, même s’il refusait de le lui dire en face.

Il ne fallut pas plus de quelques secondes au gamin pour qu’il disparaisse dans la cohue, provoquant sans le vouloir la mort d’un prisonnier qui le bouscula avec brusquerie (ce qui fut son dernier acte, paix à son âme).

L’asiatique se retrouva désormais seul au milieu de la foule trop serrée des prisonniers masculins. Cette masse humaine aurait pu lui servir de protection pour se masquer à la vue du mastodonte, mais c’était déjà trop tard. Celui-ci fondait la foule tel un navire avec le vent en poupe, éjectant sans aucun problème les personnes se trouvant malencontreusement sur son passage. En quelques secondes à peine il fut sur sa proie et le chopa au col en le faisant décoller du sol pour le monter à hauteur de son visage.


- « Assez joué à cache-cache, fouille merde ! Vous, les voyageurs vous vous croyez malins, mais vous n’êtes que des p’tits cons sans cervelle ! Tu vois pas ou t’es mon gars ? Je peux te renseigner… les deux pieds dans la merde, moucheron ! »

Avant que Yoru n’ai pu faire usage de son pouvoir, le géant le lâcha brusquement, le faisant tomber face contre terre. Il posa ensuite son pied massif sur le crâne de l’asiatique pour le maintenir dans cette position de soumission avant de se mettre à haranguer la foule. En moins de temps qu’il n’en faut pour le dire le silence se fit et tous les regards se portèrent vers le duo.

Appuyant un peu plus fort sur le crâne pour faire grogner Yoru de douleur, Baxter King (car tel était son nom) se mit à beugler afin d’être attendu par tous :


- « J’ai chopé un putain de p’tit malin… ça intéresse quelqu’un ? Un cul comme ça ça se refuse pas, hein la fouine ? »

Un vieux au regard pervers hocha alors la tête en lorgnant sur le corps du jeune homme à terre tandis que lentement mais sûrement la masse humaine se refermait sur leur groupe, coupant toute issue…


__________________________

Côté femmes


Beaucoup plus pacifiques, les deux filles passèrent bien plus inaperçues que leur homologue masculin. Malheureusement pour elles, Aldaée avait malencontreusement choisit la couchette d’une autre femme… et mangé son pain. D’accord ça n’était pas volontaire, mais c’était le cadet des soucis de Samantha King (et oui, un couple charmant !), aussi costaude que son mari, et tout aussi agressive.

En voyant sa place prise, elle n’hésita pas une seconde et renversa la couchette d’un coup de pied, faisant dégringoler la petite française à terre qui put remercier son don qui lui évita un contact douloureux avec le sol. Par contre rien n’arrêta son lit de fortune qui lui tomba lourdement sur le dos.


- « Alors on vole les gens ? Pisseuse ! Catin ! Je te ferais vomir ce pain s’il le faut ! »

Tirant Casper de sous l’amas de bois et de tissu par une bonne poignée de cheveux, Sam s’apprêta à enfoncer ses doigts dans la gorge de l’adolescente pour mettre sa menace à exécution quand une voix d’homme, autoritaire de surcroit, résonna dans la pièce.

- « Arrêtes ça tout de suite, vieille morue décatie ! »

La femme de ce cher Baxter, bien que contrariée stoppa tout de même son geste, relâchant du même coup son emprise sur la tignasse d’Aldi. Celui qui avait réussi ce miracle n’était autre qu’un des hommes d’équipage, accompagné d’un de ses collègues. Le sourire engageant qu’il adressa à la française n’avait bizarrement rien de rassurant. Juste quelque chose qui faisait penser au proverbe « aller de Charybde en Scylla »…

Les deux marins s’approchèrent du duo et reluquèrent les deux filles, l’air de plus en plus intéressés. Celui qui n’avait pas encore parlé saisit alors la main de Kath et y déposa un baiser visqueux dans une tentative de galanterie avant de découvrir une dentition toute faite d’or.


- « Mesdemoiselles… mon ami et moi nous proposons de vous… protéger contre ces mégères. Vous êtes trop charmantes pour rester au milieu de ces vieilles putes dégarnies… Alors si vous vouliez bien nous faire ce plaisir… »

Une lueur de lubricité anima son regard, d’une telle intensité qu’elle aurait même donné à un aveugle l’envie de retirer sa main… si seulement il avait put, car la main de Katharina était bel et bien coincée dans la pogne de l’homme massif.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hypnose.hypeforum.net
Aldaée Devard
avatar

Acrophobe

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 471
XP : 160

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 660 rubz

MessageSujet: Re: Une perspective d'avenir bien sympa [vers le camp]   Mar 21 Avr - 23:32

Aldaée se reposait tranquillement quand le lit tomba brusquement. Ecarquillant ses prunelles vertes, Aldaée se sentit tomber. La chute ne fut pas douloureuse. Le lit, oui. Une main aggripa les cheveux d'Aldaée, qui poussa un petit cri, lequel s'amplifia en voyant la bobine de la femme qui lui faisait face.

- « Alors on vole les gens ? Pisseuse ! Catin ! Je te ferais vomir ce pain s’il le faut ! »
De quoi ? Je ne savais paaAAAaaaaa...

Aldaée se fit secouer par la femme...était-ce seulement une femme ? Ah, tiens, oui, ça avait de la poitrine...Sa bosse du lit de la veille, ajoutée à celle de cette couchette là, ajouté au fait que la peste lui tirait les cheveux avait enclenché un violent mal de tête pour la pauvre Aldaée, laquelle avait écarquillé les yeux en voyant la femme s'apprêter à lui enfoncer les doigts dans la bouche. Bizarrement, la seule remarque qui lui vint à l'esprit fut "Nannnnn, elle a les mains saaales !". Elle en conclut que Yoru avait une très mauvaise influence sur elle. Etranges, vraiment, les pensées qui peuvent vous habiter dans les situations dramatiques.

- « Arrêtes ça tout de suite, vieille morue décatie ! »

Aldaée se fit lâcher les cheveux, et elle passa une main sur son crâne endolori. Relevant les yeux vers son sauveur, elle se sentit pourtant cruellement dans la merde. Les larmes commençaient à monter aux yeux d'Aldaée qui n'allait pas tarder à craquer. Elle regarda Kath se faire baiser la main par un autre pervers, et eut un hoquet.

- « Mesdemoiselles… mon ami et moi nous proposons de vous… protéger contre ces mégères. Vous êtes trop charmantes pour rester au milieu de ces vieilles putes dégarnies… Alors si vous vouliez bien nous faire ce plaisir… »

Vous noterez toutefois l'existence d'un vocabulaire assez nuancé, bien que l'adjectif "vieille" reste leur favori. Ce fut la seule remarque qu'aldaée fut capable de se faire entre deux clignements de paupières sur ses yeux larmoyants, tentant de retenir ses pleurs. Elle se laissa tomber contre le mur et se recroquevilla contre elle-même. Elle avait peur de ce qui allait leur arriver. Mais aussi de ce qu'il pouvait bien se apsser dans la chambre à côté. Elle aurait voulu que Yoru soit là, avec elles, et qu'il puisse lui-même dire à la vieille morue d'aller se faire voir. Les yeux cachés par ses cheveux retombant en masse sur son visage meurtri, la petite française, blessée, humiliée, au bord de la dépression nerveuse, se demandait ce qu'elle avait bien pu faire dans une vie précédente pour mériter tout ça. A présent, elle ne souhaitait plus qu'une chose : que tout finisse vite. Elle voulait mourir, elle voulait juste qu'on la laisse seule.
Si elle avait su ce qu'ils faisaient subir à Yoru, juste à côté...Elle aurait probablement complètement craqué devant tant de perversité. Vous imaginez la prude Aldaée à Sextus ? Elle ne survit pas deux minutes...Bref, toujours est-il qu'Aldaée, en détresse totale, cherchait dans le regard de Katharina quelque chose qui aurait pu ressembler à un soutien quelconque. Mais la jeune femme ne semblait pas beaucoup plus rassurée que la petite française. Bon sang, personne n'avait de morale, ici ?!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yoru Nakatomi
avatar

Hypocondrie

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 374
XP : 192

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 920 rubz

MessageSujet: Re: Une perspective d'avenir bien sympa [vers le camp]   Mar 28 Avr - 21:17

Yoru vit son cœur se serrer à la vue du petit Nathanaelle s'éloigner de lui. Il regarda la barquette si chèrement acquise puis le petit quand il comprit immédiatement. Il avait peur, c'était certain. Avec toutes ces brutes épaisses qui l'entourait, cette situation dans laquelle il se trouvait, son avenir incertain... Mais il avait surtout mal comprit Yoru. Il ne le voyait pas comme un monstre mais il avait peur de son pouvoir mortel! De là s'en suivait bien évidement la peur du petit. Mais ce n'était pas pour autant qu'il ne souhaitait pas le protéger. Le cœur déchiré par la peine que lui causait le petit, Yoru se redressa et fixa le sol l'air absent. Il lâcha la barquette et se retourna quand il entendit:

-Assez joué à cache-cache, fouille merde ! Vous, les voyageurs vous vous croyez malins, mais vous n’êtes que des p’tits cons sans cervelle ! Tu vois pas ou t’es mon gars ? Je peux te renseigner… les deux pieds dans la merde, moucheron !

Sans rien comprendre, Yoru fut prit violemment par le col et soulevé à près d'un mètre du sol avec une facilité déconcertante. Cette position serrée autour du coup l'empêchait de respirer. Il mit ses mains sur son col tentant de se dégager autant qu'il pu mais il ne pouvais parler ni pousser un cri. Tout était coupé comme si on le privait de s'exprimer. Après quelques secondes en apnée et que son visage soit devenu assez rouge, le balèze le lâcha. L'asiatique fit un vol plané et alla s'écraser comme une merde à plat ventre sur la parquet râpeux et poussiéreux de la cale.

A ce moment précis, Yoru essaya de se relever, il savait qu'il avait affaire à quelqu'un qui voulait le tuer. Son cœur se pinça durement voyant que personne ne bougeait. Il eut une pensée pour Aldaée. Etait-ce de même chez les filles? Avait-elle des problèmes? L'asiatique n'eut que cette pensée quand il sentit une grosse chaussure le bousculer puis l'aplatir au sol et lui maintenir la tête au sol.

*Il va me tuer, il va me tuer, il va me tuer....*


Voilà ce que Yoru se répétait sans arrêt dans sa te^te. Cette position d'humiliation et de soumission lui détruisit littéralement l'esprit. Il se sentit vaincu. Il ne pouvait rien faire face à cette brute. Il n'avait qu'à mettre un peu de poids sur son pied et le crane du jeune homme ne ferait que craquer sous ses pieds. Un mal de crane prit l'asiatique qui grimaça,, il plaça ses mains tel un réflexe sur les chaussures du balèze. Comme si ça allait servir à quelque chose... Puis arranguant les foules, un cercle se forma autour du duo:

-J’ai chopé un putain de p’tit malin… ça intéresse quelqu’un ? Un cul comme ça ça se refuse pas, hein la fouine ?

*La fouine?*

Yoru ne voyait rien. Juste les pieds de tout ces prisonniers réunit autour de lui et du balèze. Quand l'un d'eux se détacha de la foule et s'approcha de Yoru. Il n'allait pas le faire quand même! Nan, mais si! Il s'approche! Il va le faire! Le cœur de Yoru battait à plus de cent à l'heure. Le stress, la pression, la peur, la haine montait en lui. Il n'avait pas envie que ce vieux pervers le touche et se promit de faire payé cette humiliation à ce balèze. Aux deux! L'un pour avoir commencé, l'autre pour avoir essayé, espèce de gros porc!

Sans réfléchir et poussant violemment sur ses mains Yoru mit toute sa force, toute sa hargne et dans un cri de rage, il souleva le pied du géant et se dégagea la tête. Immédiatement il se remit sur pied faisant face à la créature géante et au pervers squelettique. Yoru était à la fois dégouté, à la fois énervé (très), à la fois inquiet (pour Aldaée), à la fois blessé (à la joue à cause de la chaussure), à la fois humilié.... Et la seule chose qu'il détestait le plus au monde: C'est d'être humilié de la sorte.

L'hypocondriaque regarda furtivement autour de lui, il n'y avait aucune issue. La foule formait un mur épais et impénétrable. A cela s'ajoutait le sentiment de déprime et de détresse! XD

*Hé bah j'suis pas dans la merde moi...*


L'asiatique essaya a plusieurs reprise de bousculer les gens autour mais rien à faire, ceci ayant pour but de déplace la foule en plusieurs endroits différents. Ils avaient envie de baston si bien qu'ils le repoussait sans arrêt en rigolant. Quelle grosse poilade en effet! Renonçant à la fuite, Yoru était contraint de se faire face à ces deux individu. L'un visiblement qui voulait lui détruire la gueule et l'autre... autre chose... -_- Yoru en était conscient et ceci eut l'effet d'une stimulation, une boule vint se former dans son ventre tandis qu'il sautilla sur place tout en reflechissant et en gardant en vue ses adversaires.

Si il fonçait dedans, c'était l'échec assuré et ferait l'effet d'un petit être balancé sur un tronc d'arbre. Si il lui foutait un pain dans la gueule, il n'en reviendrai que plus énervé. Soudain dans une ultime tentative de fuite, Yoru posa le regard sur une caisse servant à y placer des bouteilles de vin (sauf que là évidemment il n'y en avait pas) entre deux types appartenant à la foule. Il se précipita dessus et en cassa la structure pour ne prendre qu'une barre de bois assez épaisse, ronde, de diamètre d'environ 2 bon centimètres. Bon l'arme était bof mais c'était déjà ça.

Là Yoru s'avança et fit face aux deux individus, il prit le pervers en premier et couru vers lui la hargne en lui. Il s'élança et bouscula l'individu, se collant à lui (il devrait aimer ça, non? XD) ne lui laissant pas le temps de l'attaquer à distance ou préparer son poing. Il plaça rapidement sa main dans le dos du type (le coude passant sur l'épaule) et projeta son bâton (qu'il tenait avec l'autre main) avec toute la force qu'il pouvait avoir dans le ventre du mec. A partir de là, il força pour rapprocher ses deux mains (avec le corps du mec entre les deux bien sûr)en plissant les yeux. Avait-il atteint son but? Il souffla entre ses dents:

-Ne me touches plus sale porc!

Prenant conscience de ce qu'il venait de faire, le jeune homme lâcha le pervers et recula promptement. Il le regarda attendant une réaction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Une perspective d'avenir bien sympa [vers le camp]   Ven 1 Mai - 20:00

C’est ainsi que se terminera ce rêve. Disait-on que le suicide dans les rêves menait à une fin, comme ceux de la réalité. C’était l’une des premières idées qui parvinrent à l’esprit de Katharina. S’enfuir, se suicider, étrangler le docteur Parkinson. Mais sa personnalité lui disait seulement de se contrôler et de sourire. Sourire … Sourire. Seulement, comme on lui avait appris, ou pas plutôt, comme on lui n’avait jamais appris. Des sentiments ? Quoi donc ? Qu’est-ce ? Un moment de panique ? Quoi ? Hein ? Ce n’était qu’un rêve, un rêve, plus un cauchemar en fait. Et puis bon, Katharina se disait « Han, mais en fait on se fait violer tous les soirs mais on s’en rappelle pas …. J’imagine » pour se rassurer. Comment montrer un seul sentiment quand on ne les avait pas apprises ? Que faire donc pour rassurer le minimum d’humanité que faisait preuve cette pauvre fille perdue au milieu d’un océan houleux ?

« … You can do it yourself » disait une voix intérieure … « You are dreaming, isn’t it? »


Une voix … qui commençait à résonner dans la tête de Katharina depuis le début du mode repos. Elle regardait la pitoyable scène. Aldaée qui avait volé le pain et la couchette d’une autre se faisait tabasser en beauté ! Elle se demanderait presque si ce n’était pas un travesti … Trop de muscle, mais il y avait les seins, alors bon un travesti avec des muscles et des seins siliconé elle en a pas vu beaucoup dans sa vie … Enfin, peut-être jamais en réfléchissant bien.

« Calmons nous très chère, si vous voulez mangez, prenez ma part, je n’ai pas beaucoup d’appétit ces temps-ci. Comment ? Vous voulez aussi une couchette ? Bah, ce sont tous des couchettes pourries et puis de toute façon, rien ne vaut le sol, ça évite les problèmes de dos, n’est-ce pas ? »

« Hey, answer my call ! »

Elle semblait légèrement perdue, à ses rêveries habituelles. Hah, si seulement. Si seulement quoi d’ailleurs ? … Boarf, c’était la fatigue s’imaginait-elle dans son coin. Personne ne l’écoutait, c’était pitoyable, comme d’habitude, like the other times, et puis, il y avait encore cette voix qui continuait de résonner silencieusement… Et merde, Aldaée avait réussi à foutre la pagaille sans le faire exprès. En voulait se lever l’aider mais … Une main lugubre vint se frôler à sa forte main, puis tenir, puis un léger baiser baveux … De la part d’un mec fort costaud… Berk, trop huileux, trop gras, mais ce qui ne rassurait pas Katharina c’était Aldaée …

« Dont you desire power ? »
« … Quelle sorte de pouvoir ? »

Le corps de Katharina commençait à trembler, à gesticuler, à bouger, à se mouvoir. Comme une folle énervée de s’avoir qu’elle restera dans un asile ou comme une meurtrière de passage qui essaye de s’échapper de la réalité des choses. Et soudainement, elle s’arrêta, comme si c’était son temps qui se faisait. Et … elle s’écroula par terre, les mains libres, par terre, allongée, en état de léthargie.

Son cœur battait, de plus en plus vite … Une corde s’anima au loin, se déplaça tel un serpent … Et la corde commença à monter sur la corps du marin, doucement, jusqu’à l’étrangler. Katharina se releva. Non, Riézel était là.

« Comment oses tu penser que la communauté féminine ne sont que des putes ? Je revendique la présence de toutes les femmes ici présente ! Repensez aux mots de ce fou : Sommes-nous que des jouets des hommes ? NON ! »


… De pire en pire
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Une perspective d'avenir bien sympa [vers le camp]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une perspective d'avenir bien sympa [vers le camp]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hypnose :: Continent imaginaire :: Plaine Félécité-