AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Arrivée au camp

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Yoru Nakatomi
avatar

Hypocondrie

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 374
XP : 192

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 920 rubz

MessageSujet: Re: Arrivée au camp   Dim 20 Sep - 23:05

-Oui. Allons-y...

Yoru sourit et ricana même, il saisissait fermement le poignet d’Aldaée, les capsules de verre avaient été assez longtemps en contact direct avec la glace, ça devait marcher. Plissant les yeux, l’asiatique fit le geste final et bascula leur bras dans l’eau bouillante.

-Wouaaaa la vache ça tue !

La réaction fut direct, le jeune homme serra les dents et plissa les yeux et tandis que sa main et son poignet étaient engourdies, il l’a laissa plongée dans l’eau (même si c’était douloureux, le contact chaud froid s’appliquant aussi à la main). Là, il regarda Aldaée qui était dans le même cas que lui, ils avaient pas l’air con comme ça -__- ! Normalement le verre aurait du se briser dès qu’il rentrait en contact avec l’eau mais l’hypocondriaque avait un peu peur du résultat. Remonter le bracelet et le voir intact le mettrait dans un colère… ! Il remonta alors son poignet et posa le regard dessus…

(Il faut attendre le verdict ?)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dr. Parkinson
avatar

Nombre de messages : 337
XP : 230

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 0 rubz

MessageSujet: Re: Arrivée au camp   Lun 21 Sep - 15:10

... mais qui a dit que l'ampoule de poison était en verre ? Surement pas moi, et vous allez apprendre à vos dépends qu'il est dangereux de faire des conclusions hâtives !

L'ampoule est en réalité constituée d'un alliage made in Dreamland, conçu pour résister à à peu près tout (et il faut bien vu qu'il servent en partie pour les voyageurs et leurs pouvoirs divers et variés). Le choc thermique ne leur fait donc malheureusement rien, mais le système électrique de son côté n'apprécie pas trop, se dérègle et... déclenche le mécanisme du bracelet. Les aiguilles s'enfoncent donc dans vos chaires meurtries et brûlées par la chaleur et le froid extrême que vous leur avez fait subir. Non seulement le poison s'étend dans votre organisme mais vous ne pourrez utiliser vos mains blessées avant deux jours (en temps de rp). Il ne fallut pas plus de quelques secondes pour que vous vous écrouliez sur le sol, inconscients.

Dans une heure à peine vous rendrez l'âme dans des douleurs atroces, mais le hasard joue en votre faveur ! En effet, aujourd'hui n'est rien d'autre que le jour du bain pour Boris Strogonov, un homme bourru et solitaire vivant seul non loin d'ici. A peine êtes vous à terre que ses pas tassant la neige se mettent à résonner et que sa barbe noire et broussailleuse apparait non loin de là. D'ailleurs, l'homme est réellement une apparition étrange ! Chaussé d'énormes bottes en fourrures, l'homme ne porte comme habit pour cacher sa nudité qu'une serviette enroulée autour de son tour de taille titanesque. Je ne parle bien sur pas de sa carrure impressionnante et de ses yeux noirs et hostiles brillant sous ses sourcils touffus. Lorsqu'il vit les deux jeunes gens tombés à terre, sa voix tonna :

-"Ah ! Si j'avions su j'serions pas v'nu m'baigner par là ! V'la qu'on abandonne des corps dans ma baignoire ! Quel monde ! Quel monde !"

Il s'approcha un peu plus et se rendit compte que les intrus n'étaient pas morts, même s'ils n'en étaient pas loin. Il poussa un profond soupir désapprobateur et se pencha pour prendre Aldaée sous un bras et Yoru sous l'autre avant de faire volte face pour retourner à son chalet à 500 mètres de là, bien caché au milieu d'un bouquet de pins. Tout en rentrant on pouvait l'entendre grommeler entre ses dents :

-"Et v'la qu'j'devions jouer les infirmières coquines ! Par Razel ! Si j'avions su... si j'avions su..."

Une fois passé la porte de sa demeure, il installa le duo dans son lit gigantesque en bois brut et entreprit d'aspirer le poison à l'ancienne avant d'appliquer quelques mélanges d'herbe de son invention. Il fallut malgré tout une demi journée à Aldaée et Yoru pour ouvrir de nouveau les yeux dans ce chalet éclairé par un feu vif et où flottait une bonne odeur de ragoût...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hypnose.hypeforum.net
Aldaée Devard
avatar

Acrophobe

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 471
XP : 160

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 660 rubz

MessageSujet: Re: Arrivée au camp   Lun 21 Sep - 18:15

Aldaée regardait leurs poignets dans l'eau. Elle trouvait cela bizarre que l'ampoule n'ait pas déjà explosé. Elle commençait à avoir peur. Elle aurait du le faire toute seule, d'abord, pour que Yoru puisse vérifier que cela fonctionnait. Servir de cobaye. Elle entendit un léger déclic et ses yeux s'écarquillèrent...non...Elle sentit l'aiguille transpercer la peau fine de son poignet, serra les dents. Elle releva les yeux vers Yoru.

On...On va...

Elle n'eut pas le temps de finir sa phrase, sentant sa tête tourner, sentiment qui ne lui était pas inhabituel. Le vertige qu'elle venait toutefois de ressentir était d'une toute autre nature que l'habituel. Celui-ci l'approchait non pas du sol mais d'une mort certaine. Alors qu'elle sombrait dans l'inconscience elle ne put s'empêcher d'espérer se réveiller dans le cabinet de Parkinson, laissant son "elle" volant derrière elle.

Pourtant non. Lorsqu'Aldaée ouvrit les yeux, elle était allongée sur un grand lit chaud, et l'atsmophère environnante lui était totalement étrangère. Ses paupières clignèrent un instant, elle sursauta en sentant une présence à ses côtés, et bondit du lit en constatant que c'était un garçon. Affaiblie par le poison, elle tomba néanmoins à genoux sur le sol et eut un léger soupir rassuré. Ce n'était que Yoru. Sa main était douloureuse. Très. Elle ne sentait plus vraiment ses doigts, et tentait de les faire bouger...sans y parvenir. Se rasseyant au bord du lit, la jeune fille eut les larmes aux yeux. Elle n'était pas morte. Malheureusement, ils étaient encore dans ce monde pourri. Combien de temps avaient-ils dormi ? OH MON DIEU ! Combien de temps avaient-ils dormi ?! Combien de jours lui restait-il avant le dîner avec Bobby ? Gaby était-ilencore en vie ? Elle avait pris tant de retard ! Elle devait partir, vite !
Casper se précipita autant que sa forme actuelle le lui permettait vers une autre pièce où un bonhomme corpulent et surtout costaud était installé. Clignant des yeux, Aldaée eut un petit sourire gêné.

Euh...Bonjour...Euh...Désolée ^^'...Je...vous nous avez sauvés...M...Merci ^^'

Se sentant particulièrement idiote, Aldaée cherchait quelque chose à dire d'autre que "combien de jour ai-je dormi ? Savez vous où est Freedoom et comment puis-je y aller ?". Son ami ne s'étant pas encore réveillé, Aldaée opta pour son habituel côté maternel et désigna Yoru d'un doigt.

...Il...Il va bien ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yoru Nakatomi
avatar

Hypocondrie

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 374
XP : 192

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 920 rubz

MessageSujet: Re: Arrivée au camp   Lun 21 Sep - 21:10

Yoru fut surprit lorsqu'il plongea sa main dans l'eau mais le soudain engourdissement de son bras était du au poison qui commença à se propager. Il s'en plaignit vivement croyant seulement à l'action du changement de température avant d'entendre Aldaée bredouiller ces quelques mots révélateurs:

-On...On va...

Là, il comprit toute l'ampleur du problème et son visage se décomposa d'un seul coup. Il regarda la jeune fille d'un air désemparé. Ça ne pouvait pas se finir comme ça. Il n'eut pas le temps de lui prendre l'autre main pour vivre cette épreuve ensemble, il eut juste le temps de dire:

-Non....


Bam! Le duo s'effondra au sol. Yoru perdit subitement connaissance. Le poison eut raison d'eux qui avaient voulut se montrer plus fort, ils avaient échoués.

Yoru ouvrit difficilement les yeux, il était étendu dans un lit, ses muscles parfaitement détendues. Lorsque sa vue fut moins flou il s'aperçut qu'un plafond se trouvait au dessus de lui. Il était dans une maison inconnu, dans un lit inconnu. Sa tête était lourde et il ne parvenait pas a concevoir clairement sa situation mais la douleur de sa main le fit revenir à la réalité. D'un coup, tous ses souvenirs revinrent et le jeune homme se redressa brusquement, il cria:

-Alda.. Aaaarg!!!!


Sa main lui lança d'un coup l'empêchant d'en dire plus. Il tenta alors de bouger ses doigts de la main mais n'y parvenant pas, il l'a manipula avec l'aide de sa deuxième main, elle ne répondait plus, ne voulait pas bouger. Son cœur s'accéléra puis il posa le regard sur son poignet, le bracelet n'y était plus, il était sauvé. Les draps à côté de lui étaient défait, il se demanda inquiet "qui était là?" Sans perdre un instant, l'asiatique descendit du lit se prenant les pieds dans ces immenses draps et tomba de haut, il pensa alors

*Mais à qui peut bien appartenir ce lit*


Il fallait qu'il trouve Aldaée et en l'absence de repères son cerveau encore un peu engourdit, il avança affolé vers la seule porte qu'il vit et tomba nez a nez avec elle. Un cri de surprise s'échappa de sa bouche quand il se rendit compte que c'était bien la française, il l'a serra contre lui avec son bras valide puis laissant sa main sur son épaules, il dit:

-Ça va, tu n'as rien! J'suis vraiment désolé, tout est ma faute, c'était une vieille idée.


Son discours s'arrêta net quand il posa son regard vers l'homme qui se trouvait derrière elle. Ses bras en tombèrent et bouche bée, les yeux agrandis de surprise, il observa un moment le géant homme qui était assit là. Il se sentit tout petit un instant puis il bredouilla confus:

-Je... Vous..On a faillit...euh.. Vous étiez...J'ai pas... C'était...


Pas moyen d'aligner deux mots, l'hypocondriaque s'assit contre le mur derrière lui et passa nerveusement sa main sur son visage, c'était trop d'émotion, il n'avait pas l'habitude: Il était toujours en vie, il y avait un géant devant lui, il était enfin libre, il avait faillit mourir, trop de choses d'un coup. Il fallait qu'il décompresse un peu. Il lança juste:

-Merci...Vraiment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aldaée Devard
avatar

Acrophobe

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 471
XP : 160

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 660 rubz

MessageSujet: Re: Arrivée au camp   Lun 21 Sep - 22:29

Aldaée restait là, pétrifiée, à regarder le grand homme, lorsqu'elle entendit son nom dans un cri. Nerveusement, elle hésitait. Elle avait envie de courir rejoindre Yoru et le câliner, rassurée de le savoir en bonne santé. Mais elle n'y parvenait pas, à la fois gênée, appeurée, et comme buguant sur le géant. Elle finit par se retourner pour entrer dans la chambre mais Yoru était déjà là et elle écarquilla les yeux en l'entendant crier et en voyant son menton d'aussi près. Elle eut un léger sourire qui s'effaça pour laisser place à une mine incrédule lorsqu'il la serra contre lui avec un bras, par conséquent elle ne lui rendit pas sn câlin. Il paraissait tout nerveux, tout désolé, Aldi eut un sourire amusé. Pour une fois que ce n'était pas elle qui avait fait une bourde et risquer leur vie ! Elle n'en voulait toutefois absolument pas à son ami et lui souriait doucement.

Mais non, mais non, c'était une trèèèèès bonne idée, tu ne pouvais pas deviner que ce ne serait pas efficace. Et puis on est en vie, grâce à monsieur, hein ? Donc tout va bien...

Elle souriait tranquillement, comme s'ils n'avaient jamais failli perdre la vie. La petite française s'en voulait. De n'avoir, une fois de plus, eu peur que pour Yoru et pas pour elle-même. Elle était encore loin de pouvoir s'inquièter pour elle.
Elle regarda Yoru s'asseoir contre le mur, et, soucieuse de sa santé, s'agenouilla devant lui, posant une main sur la jambe de l'asiatique, cherchant à savoir s'il avait un quelconque problème. Non. Désormais Yoru n'avait plus de soucis à se faire. Il avait l'argent, il n'avait plus le bracelet, il était vivant et en bonne santé. Aldaée, elle, avait encore le problème Gaby en tête, mais était heureuse que sa liste de soucis se raccourcisse au fil du temps. Se relevant doucement, elle sourit au géant.


Excusez moi...Nous n'allons pas abuser éternellement de votre hospitalité...Vous...pensez qu'on est aptes à partir ou qu'on meure en sortant ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yoru Nakatomi
avatar

Hypocondrie

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 374
XP : 192

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 920 rubz

MessageSujet: Re: Arrivée au camp   Ven 9 Oct - 17:35

-Mais non, mais non, c'était une trèèèèès bonne idée, tu ne pouvais pas deviner que ce ne serait pas efficace. Et puis on est en vie, grâce à monsieur, hein ? Donc tout va bien...

A ces mots, Yoru s’assit pour décompresser, il avait vraiment eut peur. Ce moment où ses yeux se fermèrent, ce moment froid et obscure où il fut plongé dans une faiblesse extrême, jamais il ne voulait le revivre. Aldaée ajouta en direction du géant :

-Excusez moi...Nous n'allons pas abuser éternellement de votre hospitalité...Vous...pensez qu'on est aptes à partir ou qu'on meure en sortant ?

L’asiatique releva la tête, il souffla quelques chose d’inaudible:

-Qu’on meurt en sortant ?


Un sourire naquit sur ses lèvres, Aldaée pouvait dire de ces choses des fois. Pourquoi mourrait-il en sortant? A présent, il n’avaient plus les bracelets, plus de dettes( arf le diner -___-), il ne leur fallait juste un moyen de partir de cette ile déserte et gelée pour aller retrouver l’ami d’Aldaée. L’hypocondriaque se releva alors, s'avança vers le géant et lança :

-Il nous faudrait un moyen rapide pour quitter cette ile au plus vite et rejoindre freedom... C’est vraiment important pour nous, alors si vous voulez bien nous aider…

Cela était peut-être un peu poussé mais il fallait le faire. Demander de l’aide encore une fois alors que ce géant leur en avait donné tant. Seulement, seuls, ils n’arriverons à rien. Et preuve en est qu’il avait du parcourir longuement la forêt pour se perdre. Cette rencontre tombait sous le coup de la chance mais celle-ci sera forcé de s’en aller à un moment ou à un autre, il ne fallait pas compter dessus. L’avis d’une personne habitant les lieux valait mieux que toute supposition dangereuses (oh oh ! Yoru aurait-il changé avec le temps ?!).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aldaée Devard
avatar

Acrophobe

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 471
XP : 160

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 660 rubz

MessageSujet: Re: Arrivée au camp   Dim 8 Nov - 14:47

[ n’ayant pas de réponse du docteur et celui-ci ne semblant pas décidé à intervenir, je me permets d’improviser.]

Aldaée ne détachait plus son attention du géant, elle tentait d’obtenir une réponse, mais celui-ci ne semblait pas très disposé à les lui donner. Légèrement vexée, elle fit une petite moue, se retourna vers un Yoru moqueur, visiblement pas très convaincu quant au tact légendaire d’Aldaée pour parler de choses délicates comme...la mort.
Yoru demanda au géant comment rejoindre Freedoom, et Aldi le regarda doucement. Elle était surprise qu’il soit si motivé pour aller dans cet endroit dangereux où ils risquaient, une fois de plus, de perdre la vie. La petite française était émue par cette aide constante que lui apportait l’hypocondriaque, il était réellement adorable avec elle. Quand elle pensait qu’au départ, il avait peur d’elle à cause de son étrange pouvoir, et la pensait peut-être contagieuse...Leurs tristes aventures les avaient rapprochés et Aldaée se rendait compte, au fur et à mesure de leur avancée, que leurs phobies se faisaient moins ressentir. Elle voletait avec plus d’aisance, et Yoru...et bien, il se mettait à la câliner, et il n’avait même pas frémi devant le côté rustique du petit chalet où ils dormaient. Les progrès étaient là. Bon, à côté de ça, ils avaient failli mourir plusieurs fois, sans doute une dizaine, maintenant, la dernière étant de loin celle qui les avaient le plus approchés de la Mort, ils avaient des envies de meurtre face au docteur Parkinson, étaient à la recherche d’une prison où le danger se ferait évidemment très présent, étaient perdus au milieu d’un désert de glace et ne savaient même pas s’ils reviendraient un jour dans le monde normal où ils vivaient...
Aldaée cherchait un calendrier des yeux, cherchait à savoir depuis combien de temps ils étaient là. Depuis combien de jours ils étaient arrivés dans ce monde horrible. Combien de temps il lui restait avant le dîner avec le prétentieux Bobby. N’en trouvant pas, elle chercha à aider Yoru dans la mission « essayer de faire comprendre à ce géant qu’on est perdus », et ils finirent par obtenir une réponse, un chemin à suivre pour arriver à une plage où ils trouveraient des bateaux. Aldaée notait tout dans un coin de sa tête, espérant qu’ils ne se perdraient pas, cette fois. Elle espérait aussi qu’ils ne croiseraient personne, encore moins aptes à se protéger que d’habitude, ayant tous deux une main invalide.
Ils sortirent donc, après avoir mangé, sans doute, et peut-être même emportant des provisions, ce serait bien la première fois qu’ils ne seraient pas ENTIEREMENT dans la mouise. Aldaée sourit doucement à Yoru.


Bon et bien...On est repartis...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yoru Nakatomi
avatar

Hypocondrie

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 374
XP : 192

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 920 rubz

MessageSujet: Re: Arrivée au camp   Dim 10 Jan - 14:25

Lorsque Yoru vit que le géant les ignorait, il serra les points. Quoi ! L’asiatique pouvait comprendre qu’il était décu d’avoir à faire à des étranger, des voyageurs mais a ce moment la, il n’avait qu’a les laisser crever. A moins que les murs aient des oreilles, personne ne saura qu’il les avait aidé, il ne serait pas accusé de complicité, trahison envers les habitants de ce monde.

-Bon et bien...On est repartis...

Yoru jeta un regard plutôt méchant (sans le faire exprès) en direction de la demoiselle puis il se retourna vers le géant :

-Merci de nous avoir sauvé. Vous avez été courageux !


L’hypocondriaque salua le grand homme, puis il sortie en trombe très énervé les mains sur le visage. La porte claqua violement. La ! Il était énervé. Pas contre le géant, comment le pourrait-il, il les avaient sauvé de la mort (A cause d’une idée de Yoru). Et maintenant, Yoru s’en voulait énormément d’avoir fait courir ce risque à Aldaée. Il s’éloigna quelque peu de la maison et s’assit sur un rocher, des larmes commencèrent a couler sur son visage, il s’effondra, il ne savait plus quoi faire. C’est comme si il revenait au point de départ. Comme si il vivait toujours la même chose, sous ses faux airs de « t’inquiètes je gère tout » se cachait quelqu’un de très fragile. Si cette mascarade continuait, il allait devenir fou. Ils étaient encore plus perdus dans cette foret qu’il détestait maintenant. Seul la présence d’Aldaée empêchait Yoru de commettre un suicide à ce moment précis. Une pierre tranchante juste en face de lui le narguait, il l’a prit en main et l’appuya sur les veines de son bras si fort comme pour se soulager d’un énorme poids. Ce serai le rêve, ressentir cette mort, douce, s’endormir sans s’en rendre compte, serein et oubliant tout ses problèmes. Il pressa d’autant plus la pierre tranchant qu’il en marqua son bras et du sang commença à couler mais il pensa a ce petit bout de femme encore à l’intérieur. Effrayé par ce qu’il venait de faire, il lâcha la pierre et regarda pensif son poignet. Il se ressaisit alors et essuya nerveusement ses larmes, pas question qu’Aldaée le voit pleurer. Pas question qu’elle voit qu’il avait voulut se suicider. Il sortit un long torchon en tissu qui se trouvait dans une des poches de son manteau et enroula son poignet. Aldaée sortit et surprit en action, il mit nerveusement son bras dans son dos.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aldaée Devard
avatar

Acrophobe

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 471
XP : 160

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 660 rubz

MessageSujet: Re: Arrivée au camp   Dim 10 Jan - 15:04

Aldaée sourit d'un air gêné à Yoru. Il était très énervé. Certes le géant les ignorait...Peut-être était-il muet ? Et puis, quand même, il avait du les porter jusqu'ici, les soigner, ça lui avait pris du temps, il avait sans doute mieux à faire que de récupérer les voyageurs qui se plantaient tout seuls des aiguilles mortelles dans le bras. L'asiatique sortit rapidement, bruyamment, sa colère faisant claquer la porte. La petite française eut un sourire gêné en direction du géant.

Oh, ne lui en veuillez pas, il est un peu sur les nerfs avec tout ça...En tout cas merci pour tout...

Elle mit son manteau sur ses fines épaules, se demanda si elle était réellement reposée, tenta en vain de faire bouger sa main sans souffrir, mais le mouvement lui arracha une grimace de douleur et elle haussa les épaules. Elle dit aurevoir au géant, le remercia à nouveau, et sortit, avec tout pleins de questions en tête. Elle avait perdu la notion du temps, et le rendez-vous avec Bobby se rapprochait. Et elle était moyennement motivée.
Poussant la porte, la demoiselle sortit calmement dans le froid, regarda autour d'elle. Yoru venait de cacher son bras dans son dos avec la discrétion du Caribou en mission spéciale la plus incroyable qu'il soit. Elle fronça les sourcils, leva les yeux vers son ami, les écarquilla. En bonne chouineuse qu'elle était, elle connaissait trop bien les conséquences des larmes : joues brillantes, yeux rouges, gonflés, nez qui coule. Lorsqu'on essuyait trop rapidement ses larmes, le liquide lacrimal était repoussé vers les côtés du visage, près des oreilles. Aldaée se rapprocha alors avec son petit sourire doux, calmement.

Qu'est-ce qu'il t'arrive, mon grand ? Ca ne va pas ?...

Elle baissa son regard vers le bras qu'il cachait, le prit doucement pour l'amener à le rapprocher d'elle, qu'elle puisse voir ce qu'il y avait de si honteux pour qu'il le lui cache. Repensant à la cabane, elle pensa évidemment qu'il avait à nouveau volé un objet.

Tu as volé quelque ch...

Ses yeux se plissèrent, sa voix mourut dans sa gorge. Elle se tut enfin. Le calme avant la tempête. La petite française releva les yeux vers lui, des yeux pleins d'un espoir qu'elle savait déjà vain. Inutile de se voiler la face, pourtant, elle ne pouvait s'en empêcher. Elle ne voulait pas que ce soit réel.

...Tu t'es blessé ? Contre la porte ? Tu es tombé ?...Tu...

Elle relâcha doucement le bras, se baissa, son regard attiré par la pierre rougie par le sang de son ami. Elle ramassa la pierre coupante, regarda Yoru sans rien dire, secoua légèrement la tête de gauche à droite. Il avait fait ça. Elle comprenait, en un sens, elle savait à quel point c'était dur à vivre, à supporter, mais elle ne pensait pas à vivre un jour cela, à voir son ami tenter une chose pareille. C'était une terrible déception pour elle, sans pour autant être une trahison, elle se sentait horriblement coupable, et une envie de vomir lui donnait des difficultés à parler.

...T...tu regrettes ? Qu'on ait été sauvés ?

Aldaée retenait ses larmes, bien décidée à ne pas laisser son émotivité l'envahir. Elle n'en voulait pas réellement à Yoru, elle ne pouvait pas, mais elle aurait aimé que ceci n'arrive jamais. Elle ne s'y attendait pas. Pas de sa part. Il était le côté fort du groupe, et si lui abandonnait, s'il était désespéré à ce point, alors tout était perdu, ils étaient fichus. Voilà comment la petite française voyait les choses. Refermant son manteau autour d'elle, tremblant d'un froid intérieur que rien n'aurait pu réchauffer, elle se sentait vraiment faible et sans défense, là, au milieu de cette terre hostile. En silence, et combattant son inquiétude terrible, son envie de se jeter à l'intérieur de la maison et de réclamer du désinfectant, du coton, des pansements, elle tourna le dos à son ami et fit quelques pas.

Tu devrais voir s'il n'y a pas de quoi te soigner dans la maison du géant.

A moins qu'il désire que cela s'infecte, bien sûr. Côté hygiène, il aurait pu choisir mieux, en effet, que la pierre tranchante qu'Aldaée tenait toujours. Elle n'arrivait pas à la lâcher. Ses doigts refermés autour de la roche froide, elle s'était arrêtée un peu plus loin et regardait la forêt. Repartiraient-ils vraiment ? Pour aller où ? Chercher Gaby ? Yoru n'était pas concerné. Elle ne voulait pas l'emmener dans un nouvel endroit périlleux et où le chemin serait long. Pas en sachant qu'il était désespéré au point de vouloir mettre un terme à sa vie. Serrant la pierre entre ses doigts, elle attendait patiemment. Soit qu'il la rejoigne, soit qu'il lui dise de continuer seule. Elle espérait au moins qu'il l'accompagnerait jusqu'à une ville, un endroit où il pourrait mieux s'en sortir qu'au milieu de la forêt, sil décidait de ne pas la suivre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yoru Nakatomi
avatar

Hypocondrie

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 374
XP : 192

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 920 rubz

MessageSujet: Re: Arrivée au camp   Dim 10 Jan - 15:46

-Qu'est-ce qu'il t'arrive, mon grand ? Ca ne va pas ?... Tu as volé quelque ch...

Cela devait arriver, c’était inévitable. Yoru releva le regard au même moment et plongea son regard dans celui d’Aldaée, elle avait comprit, lui non plus ne pouvait rien dire, il essaya de s’excuser mais rien ne voulut sortir. Il se trouva terriblement honteux.

-...Tu t'es blessé ? Contre la porte ? Tu es tombé ?...Tu...

Elle ne voulait pas y croire, tout comme Yoru qui regrettait tellement son acte impulsif Elle comptait sur lui, il devait la protéger et lui, il avait tenté de se suicider, plus jamais elle ne lui fera confiance à présent. Il réussit a parler, sa voix était tremblante, son visage crispé :

-J’suis désolé… Aldaée… S’il te plait crois moi…

Des larmes coulèrent de nouveau et de sa main valide, il pressa son poignet meurtrit. Il vit Aldaée prendre la pierre rougit par son sang et inexpressivement, elle dit :

-...T...tu regrettes ? Qu'on ait été sauvés ?

L’asiatique pressa d’autant plus sa blessure mais il ne sentit rien. Toute sa douleur venait de l’intérieur, il brulait intérieurement, ses larmes chaudes lui faisait presque mal, il regrettait tellement, il se sentait nul :

-Aldaée… J’suis désolé… vraiment… désolé….


Il tenta de se ressaisir mais se mit à trembler.

-Tu devrais voir s'il n'y a pas de quoi te soigner dans la maison du géant.

Elle pensait toujours à lui, à sa santé, mais lui s’en foutait à présent. Il avait atteint un point culminant, le top de ce qu’il pouvait donner psychologiquement, c’en était trop. Et même si Yoru avait voulut quitter ce monde, Aldaée pensait toujours à lui. Il se trouva moins que rien, Aldaée était beaucoup plus forte que lui. Si elle le voulait, elle pouvait même le frapper, il ne riposterai pas. Elle pouvait même l’insulter, le traiter de lâche, tout, il l’aurait mérité. L’asiatique retira le torchon de son poignet et se redressa, le sang coulait le long de sa main, il s’en fichait, mais devint de plus en plus pale. Il dit alors d’une voix neutre :

-Je ne recommencerai plus, je te le promet. On ira … ensemble… sauver ton ami.

Il fit quelque pas en direction de la maison et s’effondra comme une masse. Et oui, il ne supportait pas vraiment la vue du sang, d’autant plus quand ce fut le sien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aldaée Devard
avatar

Acrophobe

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 471
XP : 160

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 660 rubz

MessageSujet: Re: Arrivée au camp   Dim 10 Jan - 16:25

L'impulsivité de Yoru devenait réellement dangereuse. Pas tant pour elle (après tout, elle s'en fichait complètement), mais réellement pour lui. Il se mettait lui-même en danger de mort et même s'il regrettait, le mal était fait. Aldaée ne pouvait s'empêcher de se sentir tellement responsable de tout ça. Il était désolé. Mais il n'y était pour rien. Rien. Si son pouvoir avait été plus discret, si elle n'avait pas volé au dessus du sol, ils n'auraient pas été poursuivis longtemps. Ils ne seraient pas là. Ils n'auraient pas eu à marcher, à vivre toutes ces épreuves, à affaiblir leurs esprits. Et voir pleurer Yoru lui brisait le coeur. Elle s'en voulait tellement. Il tremblait, pâle, il saignait. Elle avait l'impression que c'était sa main à elle qui avait tenu la pierre.
Ne supportant pas ces idées, Aldaée tournait en rond, mordillant l'intérieur de sa joue nerveusement. Il répétait des excuses, faiblement, il voulait encore l'accompagner. Mais la faiblesse dont il faisait preuve, psychologiquement et physiquement, serrait le coeur d'Aldaée. S'il s'obstinait à vouloir la suivre, dans cet état, elle devrait, une fois arrivés dans un endroit plus habitable, le semer et partir seule. Elle ne supporterait pas de le voir aussi affaibli par sa faute.
Elle lui tournait toujours le dos. Lorsqu'elle l'entendit s'effondrer, perdre conscience près de la maison, elle se retourna vivement, et courut vers lui, saisit son bras. L'entaille était vraiment moche. Elle grimaça.

Yoru ! Yoru...ouvres les yeux, mon grand...me forces pas à te donner des baffes !

Incapable de le baffer normalement, même dans un moment pareil, elle passa juste la main sur son visage mouillé, doucement, essuyant les larmes de ses doigts. L'autre main de la jeune fille était pressée autour de son poignet, cherchant à arrêter le sang de couler, merci les cours de secourisme totalement bidons mais imposés par ses parents. Elle ne savait pas quoi faire. Récupérant le torchon, elle l'enroula autour de son poignet et serra assez fort pour compresser la plaie et arrêter le sang. Agenouillée à ses côtés, elle mantenait la tête de Yoru, inquiétée par sa pâleur, et lui tapota touuut doucement la joue d'une main.

Imbécile...

Le mot était dit tout doucement, en français, loin d'être une insulte, ni vraimentune constatation (pourtant ça aurait pu --'). La petite française attendait qu'il se réveille sans savoir quoi faire. Elle avait toujours la main sur sa joue, regardait la porte de la maison du géant, comme la suppliant de s'ouvrir seule. Rebaissant les yeux sur Yoru, elle secoua la tête en retenant ses larmes. Parlant toujours avec une douceur maternelle, avec une voix à la fois très triste et très inquiète, elle soutenait son ami en espérant qu'il se réveillerait vite. Caressant ses cheveux d'une manière rappelant tout à fait une mère cherchant à endormir un enfant, elle continuait de dire des insultes sonnant comme des mots doux.

T'es vraiment un crétin...t'es adorable mais qu'est-ce que t'es bête...C'est incroyable. T'as un don, mon grand. Tu finiras réellement par me faire avoir une crise cardiaque...

Depuis le temps qu'il s'amusait à lui faire peur, c'était de loin la manière la plus réussie pour la traumatiser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yoru Nakatomi
avatar

Hypocondrie

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 374
XP : 192

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 920 rubz

MessageSujet: Re: Arrivée au camp   Dim 10 Jan - 17:17

Aldaée vint s’agenouiller auprès de l’asiatique pale comme un linge et immobile comme mort.

-Yoru ! Yoru...ouvres les yeux, mon grand...me forces pas à te donner des baffes !


Elle n’osa pas et pourtant… Ca l’aurait réveillé. Le jeune homme sombra dans un sommeil obligé, même s’il continuait à entendre l’extérieur, sa douleur intérieur l’emportait loin dans un monde cotonneux, ou le silence et la douceur régnait. Le caractère maternelle, poussait Aldaée à s’occuper de Yoru, elle maintenait sa tête, lui essuya ses larmes et … l’insulta ! O__o En français certes mais quand même ! Yoru luttait mais ne pouvait plus bouger comme emporter dans un trou noir. Il revivait presque l a même sensation que lorsqu’ils avaient échoués au bord du lac chaud sauf qu’à ce moment précis, il n’allait pas mourir. L’hypocondriaque sentit son poignet lui faire terriblement mal. La jeune femme appuyait de toute ses forces si bien que l’asiatique fronça les sourcils. Il n’ouvra pas les yeux pour autant. Il était bien la, blottit contre Aldaée. Son cerveau lui disait « Vas-y réveille toi ! » mais son corps en était incapable

-T'es vraiment un crétin...t'es adorable mais qu'est-ce que t'es bête...C'est incroyable. T'as un don, mon grand. Tu finiras réellement par me faire avoir une crise cardiaque...

Du français ! Encore, il reconnaissait la langue mais pour ce qui est de la signification… Il se doutait bien que ce fut des insultes ou choses qu’elle ne pourrait dire en Anglais, devant lui, elle était trop gentille. Il commença à se réveiller, son sang avait arrêté de couler, il plissa les yeux et dit…

-Baka… Watashi ni wa mochiron anata shika inakute… Nani mo hajimaranai keredo…


On passera la traduction. Sa voix était faible, il tenta de se relever s’agrippa à Aldaée et blottit son visage dans son cou un moment et la pressa contre lui son bras meurtri pendant le long de son corps, il ne voyait pas très clair à vrai dire. Après un moment à retrouver ses esprits, il souffla :

-Merci…

Son visage était toujours blanc, il regrettait toujours mais toutes ses idées étaient revenu en place, il était très reconnaissant face à la force dont avait fait preuve Aldaée. Il voulait repartir sur un bon pied, faire de bonnes actions, se racheter, les sortir de cette forêt, retrouver l’ami d’Aldaée et tant d’autres choses…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aldaée Devard
avatar

Acrophobe

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 471
XP : 160

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 660 rubz

MessageSujet: Re: Arrivée au camp   Dim 10 Jan - 18:04

Aldaée gardait Yoru contre elle, elle l'observait attentivement, attendant nerveusement qu'il ouvre les yeux. Elle s'inquiétait pour son ami, cette espèce de tête de mûle impulsive qui la tuerait probablement par ses gestes irréfléchis. La petite française continuait de caresser ses cheveux, même une fois qu'il eut enfin ouvert les yeux. Enfin...ouvert...Il les plissa. Voir des yeux en amandes, bridés, se plisser, c'était un spectacle intéressant, surtout vu de si près. Elle sourit doucement, ne comprenant pas un seul mot de la phrase de son ami. C'était normal, elle lui avait bien parlé français, après tout.
Continuant de le border comme un enfant, elle sursauta lorsqu'il se redressa. Il s'agrippa à elle et elle l'entoura de ses bras, doucement, tandis qu'il la gardait contre lui. Elle était surprise de le voir tant s'améliorer au niveau de sa phobie. Il l'impressionnait. Souriant doucement dans les cheveux de son ami, elle lui caressa le haut du dos, attendit qu'il se remette de son traumatisme pour le libérer doucement, gardant toutefois un bras autour de lui pour le soutenir.

C'est rien, c'est normal...ça va aller ? Tu devrais peut-être te reposer un peu avant de partir ? T'es toujours tout pâle...

Elle posa la main endolorie sur sa joue toute blanche, les yeux pleins d'inquiétude, et sourit tout doucement. Il lui avait vraiment fait peur. Le soutenant toujours, elle se releva un peu, tenter de le mettre debout sans le voir s'effondrer immédiatement. Il fallait qu'elle le fasse rentrer, qu'elle l'allonge, qu'elle désinfecte la plaie et l'entoure avec un pansement plus potable que celui-ci. Elle était heureuse qu'il ait décidé de rester avec elle. Mais bien décidée à ne pas le garder jusqu'au bout. En plus, il risquait de devenir méfiant à l'égard de Gaby, il avait déjà évoqué la possibilité que celui-ci devienne agressif et la morde. Mais elle ne s'imaginait pas aller là bas sans lui. C'était impossible...

Tu peux tenir debout ? Ca va aller ? Mon pauvre grand.

Le gardant contre elle, elle cherchait à voir s'il pouvait marcher sans retomber, elle ne tenait pas à ce qu'il se fasse encore plus mal ! Il n'en était pas question ! Avançant légèrement vers la porte de la maisonnette, elle espérait que Yoru retrouverait vite la forme. Ils avaient déjà pris beaucoup de retard. Mais pas question de partir avant qu'il ne soit complètement remis de sa blessure. Mais le géant les laisseraient-ils rester un peu plus de temps ? Pas sûr...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yoru Nakatomi
avatar

Hypocondrie

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 374
XP : 192

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 920 rubz

MessageSujet: Re: Arrivée au camp   Dim 10 Jan - 19:23

-C'est rien, c'est normal...ça va aller ? Tu devrais peut-être te reposer un peu avant de partir ? T'es toujours tout pâle...

Yoru aimait mieux ça, losqu’Aldaée souriait. Son côté maternel avait prit le dessus sur sa colère intérieure. Elle soutenait Yoru et l’incita à se redresser et tenir sur ses jambes. Le jeune homme fit un gros effort et une fois debout, il se tenait en équilibre, une main sur l’épaule d’Aldaée. Il secoua la tête énergiquement se forçant à ne pas refermer les yeux. A présent, il était bien décidé à ne plus se montrer comme ça devant Aldaée, aussi faible et nul.

Il ne savait pas ce qu’Aldaée avait en tête, mais lui savait qu’il devra rester avec elle, mais ce n’était pas une obligation, c’était un vœux de sa part. Elle avait fait tant de chose pour lui qu’il voulait l’aider en retour. Il se sentait bien avec Aldaée : sa première amie si l’on peux dire. La première personne avec qui il est resté le plus longtemps, la première aussi à s’être inquiété pour lui, la première personne qu’il approcha aussi, la première fille qui avait attiré son attention, qui avait quelque chose de plus que les autres.

Elle, elle le laissera tomber une fois qu’elle aura retrouvé son ami le vampire. Yoru enfin de compte ne servait que de bouclier. Il passait pour un naïf, quelqu’un qu’on utilise, car de son côté, il ne se souciait que du bien de la jeune fille et à l’accomplissement de son souhait. Il n’était pas rassuré sur l’identité de ce vampire, il avait peur qu’il lui fasse du mal et c’est pourquoi il l’accompagnait pour s’assurer de sa sureté. Il n’était pas au courant de ce qu’Aldaée tramait, et heureusement… Mais peut-être que laisser tomber Yoru était plus sûr pour Aldaée. Leurs pouvoirs sont de plus en plus puissant, et vu le caractère de Yoru, il pourrait mal les utiliser et blesser quelqu’un. Elle avait peut-être peur de lui, peur de ses actes de plus en plus graves, qu’il lui fasse mal, qu’il l’abandonne.

-Tu peux tenir debout ? Ca va aller ? Mon pauvre grand.


Profitons du moment présent comme on dit, même si celui-ci n’est pas le meilleur qui puisse être. L’asiatique se mit à marcher seul chancelant et se rattrapant sur la porte, il dit :

-Je reviens, attend moi ici…

Il entra doucement et sans bruit puis quelques minutes plus tard ressortie. Il avait bien observé la maison avant d’en sortir et avait grillé la salle de bain. Il s’était servit dans un placard puis était ressortie, plusieurs trucs, de quoi survivre à leur trajets. La il se dirigea vers Aldaée, il avait repris des couleurs, il lui dit en lui tendant les produits :

-Est-ce que tu pourrai…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aldaée Devard
avatar

Acrophobe

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 471
XP : 160

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 660 rubz

MessageSujet: Re: Arrivée au camp   Dim 10 Jan - 20:50

La petite française fronça les sourcils lorsqu'il secoua la tête, elle ne voulait pas repartir s'il était aussi mal. Il tenait à peine debout, c'était du suicid...ah ouais, forcément --'.
Par contre, c'est faux, je tiens à rectifier : elle ne tenait pas à l'abandonner, encore moins pour continuer seule avec Gaby. A aucun moment elle avait pensé à ne pas retrouver Yoru après, il s'agissait juste de lui éviter la corvée du voyage jusqu'à Freedoom et de la libération de Gaby. Ils iraient le retrouver après ! En aucun cas Aldaée désirait se servir de Yoru comme d'un bouclier, bien au contraire puisqu'elle ne voulait pas l'emmener dans les endroits dangereux. La seule peur de lui qu'elle avait était en effet qu'il l'abandonne (bien qu'elle pense que s'il le fait, c'est que c'est mieux pour lui), mais de rien d'autre. Elle s'en fichait du pouvoir des autres, après tout, elle n'avait jamais eu peur de Nathaniel dont le pouvoir était encore plus dangereux que celui de Yoru, et ce n'était que pour lui qu'elle s'inquiétait. Elle ne voulait même pas continuer sans lui, elle s'en sentait obligée après l'incident, mais ce n'est même pas dit qu'elle y arrive, parce que jusque là, elle a quand même toujours suivi Yoru et a du mal à supporter leurs disputes, tout ça, elle a réellement besoin de lui, et elle l'apprécie énormément.
Ceci étant dit, passons. Alors que l'asiatique repartait dans la maison sous le regard inquiet d'Aldaée, la petite française récupéra la petite pierre tranchante et la glissa dans une des poches de son manteau. Geste étrange, mais cela importait aux yeux d'Aldi.
Il revint avec des produits pleins les mains et les lui tendit. La petite française les prit, ouvrit un désinfectant.

Bien sûr...Tu serres les dents...jveux...enfin pas te faire mal... Et regardes pas, hein.

Elle entreprit de défaire le torchon, regarda la blessure et la tamponna doucement, serrant les dents et plissant les yeux, compatissant grandement à la souffrance de son ami. Elle avait peur de lui faire mal mais elle ne voulait pas qu'il reste comme cela non plus. Donc, pas le choix, elle nettoyait la plaie avec tout plein d'empathie.

Ca va ? J'te fais pas trop mal ? Tu m'arrêtes sinon, hein.

Elle mit ensuite une espèce de baume cicatrisant, après avoir lu tout bien la notice, puis lui entoura une compresse autour du poignet. Ca faisait plutôt pas mal. En bonne fausse maman qu'elle était, elle déposa un baiser sur le pansement genre bisou magique x). Rassurée, elle rangea tout ça soigneusement et sourit à Yoru.

T'es sûr que tu ne préfères pas te reposer un peu, t'es moins pâle mais quand même...c'est pas un peu imprudent ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yoru Nakatomi
avatar

Hypocondrie

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 374
XP : 192

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 920 rubz

MessageSujet: Re: Arrivée au camp   Lun 11 Jan - 0:22

-Bien sûr...Tu serres les dents...jveux...enfin pas te faire mal... Et regardes pas, hein.

Yoru détourna le regard et serra les dents en prévision d’une souffrance considérable car sa blessure était profonde et moche surtout. Bah attends, comment tu veux faire une entaille nette avec une pierre sérieux ? xD Impossible… Enfin bon…

-Ça va ? J'te fais pas trop mal ? Tu m'arrêtes sinon, hein.


L’asiatique avait coupé sa respiration, la douleur passait mieux comme ça, il dit d’une voix étouffée et toujours les dents serrées et les yeux plissés :

-Nan nan, t'inquiètes pas, cha va très bien comme ça…

L’épreuve de la désinfection passée, l’asiatique souffla un peu et observa les mains d’Aldaée appliquées a lui mettre la compresse autour du poignet et tout le bazar comme si ce fut une œuvre d’Art. Il eut un début de sourire en coin qui s’éteignit lorsqu’il repensa a ce qu’il venait de faire.

-T'es sûr que tu ne préfères pas te reposer un peu, t'es moins pâle mais quand même...c'est pas un peu imprudent ?


Il l’arrêta et sans qu’elle puisse dire autre chose, il prit sa main et commença à marcher dans une direction en disant :

-Nan pas question ! J'en ait connu des pires t'en fais pas... Je t’ai déjà fait perdre assez de temps comme ça, il faut plus tarder maintenant et trouver vite une solution pour regagner la ville, déjà sortir de cette putain de forêt et penser à ce que l’on fera une fois sur ces pleines gelées…

C’est d’un pas déterminé qu’il s’enfonça dans la forêt entrainant la jeune fille avec lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aldaée Devard
avatar

Acrophobe

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 471
XP : 160

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 660 rubz

MessageSujet: Re: Arrivée au camp   Lun 11 Jan - 0:47

Aldaée observait le visage de Yoru par moments, se concentrant principalement sur la blessure à soigner. Il était nerveux, tous les muscles de son visage étaient crispés dans l'attente de la douleur à venir. Il est vrai que l'entaille était très moche, une coupure vraiment pas nette, ni droite, mais bien profonde. Cela dit, elle se laissait soigner gentiment, donc Aldaée se dit qu'elle avait beau être moche elle était docile et plutôt coopérante. Mais ça restait une saleté de plaie méchante pourrie qui avait fait du mal à son ami !
Elle entreprit donc de bander son poignet, et une fois le bisou fait et les produits rangés, elle sourit doucement à Yoru, lui passa un doigt sur la joue.

Fais pas cette tête, mon grand, c'est fini.

Tout était fini. L'incident. La désinfection. Le fait qu'elle lui en veuille pour ça. Elle lui offrit un sourire, mais fut surprise par sa rapidité. Il avait saisi sa main, elle avait à peine eu le temps de prendre le sac qu'il marchait déjà rapidement, d'un pas décidé vers la forêt. Elle était contente de le voir comme ça, c'était bien mieux ainsi ! Il se ressemblait enfin et elle était rassurée de le retrouver. Le rattrapant rapidement au lieu de se laisser trainer derrière comme un gros boulet, elle hocha la tête tout en rajustant son manteau sur ses épaules. En mettant la main dans la poche, elle sentit le contact du caillou. Et se promit que plus jamais elle le laisserait aller jusque là.

Vi chef.

Aldaée serra un peu plus la main de son ami, triste d'être à nouveau sur la route, mais heureuse d'être avec lui. Trouver la sortie de la forêt. Elle regarda autour d'eux. C'était pas encore gagné. Le dîner avec bobby était ce qui l'inquiétait le plus à présent. Elle n'avait pas envie d'être entraînée loin de Yoru pour passer une soirée avec ce stupide crâneur égocentrique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yoru Nakatomi
avatar

Hypocondrie

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 374
XP : 192

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 920 rubz

MessageSujet: Re: Arrivée au camp   Lun 11 Jan - 1:26

Yoru regarda autour de lui, tout était vert mais il était bien motivé et déterminé à trouver une sortie. Il cogitait tout en observant les moindre recoin et avançait sur un chemin presque tracé. Peut-être était-ce un chemin qu’utilisait le géant pour acceder à la mer. Les arbres y étaient grandement espacés et les feuillages au sol piétinés. Ils étaient sur la bonne voie. L’asiatique était presque exité à l’idée de voir un nouveau paysage, cette forêt, il l’a détestait, il allait devenir fou s’il restait ici. Il fallait qu’il respire, toutes ces plantes, ça l’oppressait. L’hypocondriaque dit alors a Aldaée :

-J’ai jamais autant hait les forêts. J’suis nul en orientation… Et le pire c’est qu’en E.P.S j’avais ces putain de courses d’orientation au lycée mais à chaque fois j’me retrouvait avec une bande de naze qui pensait qu’a faire un feu de camp et se faire des lignes… Bon… Les secours nous retrouvaient quand même le lendemain mais j’ai jamais aimé le camping tu sais… Si tu n’avais pas été la, je pense que j’me serait laissé mourir sur ce rocher. Mais tu n’as rien à regretter, tout est de ma faute… Maintenant, je crois qu’on est sur la bonne voie, regardes, les arbres sont très écartés et les herbes piétinées, ce doit être un chemin qu’emprunte le géant pour mener quelque part. On verra bien.


Sur ce petit monologue, l’asiatique avança. Un silence se fit et il demanda :

-J’me suis toujours demandé… t’as un p’tit copain Enfin... t’as laissé beaucoup de gens dans le monde réel ? Si c’est pas indiscret…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aldaée Devard
avatar

Acrophobe

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 471
XP : 160

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 660 rubz

MessageSujet: Re: Arrivée au camp   Lun 11 Jan - 1:48

Aldaée regardait autour d'elle. Question orientation elle était bien pire que Yoru, nul doute là dessus. Elle avait à peine remarqué le changement de paysage, et elle était loin de se douter que cela disait qu'ils étaient sur la bonne voie. Elle commençait elle aussi à détester la forêt. Elle n'irait plus jamais se promener dans les bois après ça. Jamais. Et tout le monde devient Maki. Aldi regardait tour à tour ses pieds, Yoru, le lieu vers lequel il allait, très sûr de lui. Il lui raconta ses campings de lycéen et elle eut un sourire. Il lui parlait peu souvent de lui, il la laissait beaucoup parler d'elle mais elle ne savait pas grand chose de sa vie à lui. Souriant au début du récit, elle s'assombrit dès lors qu'il lui avoua qu'il se serait laissé mourir si elle n'avait pas été là.

C'est sûr que le camping, ça devait être l'enfer pour toi, avec toutes ces bestioles, ces plantes, ces...trucs...Enfin je préfère encore le camping dans notre monde que dans celui-ci...Les bêtes ont des dents moins flippantes.

Elle lui sourit doucement et caressa sa main du pouce, comme pour effacer une blessure imaginaire.

C'aurait été horrible, je suis contente que tu ne te sois pas laissé aller...

La petite française suivit son regard et la direction qu'il indiquait en écoutant ses paroles. Ca semblait tout à fait logique. Aucun doute, le cerveau de Yoru était revenu à sa place habituelle et était en état de marche. C'était une nouvelle fantastique. Elle hocha la tête.

T'as raison ! C'est dingue, t'es pas si nul que ça on dirait !

Toujours se sous-estimer, rahlala, quel modeste, ce Yoru. Elle le trouvait plutôt doué. L'admirant pour une nouvelle faculté qu'elle venait de découvrir, elle écouta attentivement sa question, fit une légère grimace. Dans le monde réel...Peut-être n'y retourneraient-ils jamais ? Aldaée avait l'impression d'être reste ici durant des mois.

Oh et bien, à part ma famille...non, pas vraiment, une amie par ci par là...tu sais les gens me trouvent un peu bizarre alors je suis quelqu'un d'assez isolé !

Avec un petit sourire comme si cela était tout naturel d'être isolée parce qu'on meurt de trouille devant un escalier, Aldaée pencha un peu la tête sur le côté. Elle savait que Yoru n'avait plus ses parents, et elle se doutait que sa maladie ne lui permettait pas d'avoir beaucoup d'amis...mais la question lui brûlait tout de même les lèvres.

...Et toi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yoru Nakatomi
avatar

Hypocondrie

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 374
XP : 192

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 920 rubz

MessageSujet: Re: Arrivée au camp   Lun 11 Jan - 16:15

-C'est sûr que le camping, ça devait être l'enfer pour toi, avec toutes ces bestioles, ces plantes, ces...trucs...Enfin je préfère encore le camping dans notre monde que dans celui-ci...Les bêtes ont des dents moins flippantes.

A ces mots, l’asiatique regarda Aldaée avec une certaine moue interrogative opérée avec le rehaussement de sourcil approprié qui signifiait « Et les filles alors, elle flippent encore plus, non ? », mais il n’osa pas le dire.

-C'aurait été horrible, je suis contente que tu ne te sois pas laissé aller...

Yoru ne dit toujours rien mais n’en pensait pas moins. Lorsque le jeune homme demanda si Aldaée avait des attaches dans le monde réel, il se doutait bien de la réponse qu’il allait entendre. De la famille… Des amis…

-Tu sais les gens me trouvent un peu bizarre alors je suis quelqu'un d'assez isolé ! Et toi ?


Et merde ! -___- Yoru serra les dents, il n’aimait pas trop parler de ça mais il se prêta au jeu :

-Après mes 14 ans, j’ai passé le restant de mon existence scolaire dans un établissement pour orphelin que je détestais. J’ai tenté plusieurs évasions car je ne supportait pas d’être guidé et enfermé. J’passais mon temps à faire des conneries…. Putain mais qu’est-ce que j’étais con… J’étais l’enfant terrible et tout les autres élèves me trouvaient étrange et les profs aussi. Ma phobie n’était pas encore dérangeante, j’étais juste révolté à cause de mes parents, j’étais butté, je détestais tout les adultes que je considérais comme des lâches et menteurs. Je suis alors passé du côté des méchants si l’on peux dire….

L’asiatique marqua un temps et observa Aldaée tout en continuant de marcher :

-A ton avis, ils me viennent d’où tout ces tatouages et piercings… ? Quelques années plus tard, j’avais muri et je me figurais mieux la mort de mes parents, j’avais comprit quelque chose, tout devenait clair et je me suis calmé. Ma phobie est alors apparu, radicalement je suis devenu quelqu’un d’autre. Très discret, distant, solitaire et mon seul souhait fut d’avoir la majorité. A mes 18 ans j’ai quitté le Japon et je suis venu m’installer à San Francisco dans un petit appartement seul, pour commencer une nouvelle vie. Je pensais que tout allait s’arranger mais c’était pire alors j’suis allé voir un psy… Tout ça pour dire que personne ne m’attend… dans le monde réel…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aldaée Devard
avatar

Acrophobe

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 471
XP : 160

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 660 rubz

MessageSujet: Re: Arrivée au camp   Lun 11 Jan - 19:26

Aldaée ne comprit pas le scepticisme de son ami. Et bien quoi ! En tant qu'hypocondriaque, les maladies transportées par les bestioles et les plantes douteuses des forêts devaient l'inquiéter, non ? Enfin bref, elle ne se sentait pas particulièrement effrayée, elle, en forêt avant son petit séjour ici. M'enfin, on sait à quel point Aldi n'a peur que du vide et du sort de ses amis. Passons.
Arriva la discussion sur les amis, et Aldaée fit une petite grimace. Elle l'écoutait attentivement, la tête baissée, consciente qu'elle n'aurait sans doute pas du lui poser une telle question. Après tout, ça ne la regardait pas. Il se jugeait passé "du côté des méchants". La phrase fit sourire malgré elle la petite française. C'était assez étrange qu'il se voit comme ça. Il allia à cette idée le côté tatouages et piercings. Mais là, Aldaée n'était pas d'accord, elle trouvait ça plus mignon qu'effrayant ou quoi. Ouais...Tout est relatif. Cette fille m'effraie. Bref.
Elle se sentait bizarre. C'était dur d'imaginer ça. Elle ne pouvait s'empêcher de le voir entouré d'amis très propres. Mais il n'existait pas de club d'hypocondriaques à ce qu'elle savait...Enin...si ? Non, ils devaient avoir peur les uns des autres --'.

Mais ça, c'était avant. On rentrera dans le monde réel, et comme tu n'as plus aussi peur, tu...peux approcher les gens, les toucher, tu te feras très vite des amis, t'es un ange. Puis...mon offre tient toujours, hein, tu viens quand tu veux chez moi. Et...si tu veux pas ben...j'irai te voir contre ton gré quitte à enfoncer ta porte avec ma force surhumaine bien connue. J'te laisserai pas m'oublier si facilement, namého.

C'est cela. Une petite touche d'auto-dérision sur la fin. A ses yeux, le reste était vrai. Elle était persuadée que si une fois rentré, il agissait avec tout le monde comme il agissait avec elle, il aurait vite une foule d'amis et de nombreuses admiratrices, wouhou. Pas sûre que ce soit un point positif ça. Mouais. Passons. Elle sourit doucement, marchant à la suite de son ami, et pensant à après. Une fois qu'ils seraient rentrés. Ils n'avaient plus aussi peur. Ils auraient une vie tellement plus facile. Ca semblait irréel. Mais rentreraient-ils un jour ou Parkinson était-il décider à les garder piégés dans ce monde affreux ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yoru Nakatomi
avatar

Hypocondrie

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 374
XP : 192

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 920 rubz

MessageSujet: Re: Arrivée au camp   Mar 12 Jan - 1:22

-Mais ça, c'était avant. On rentrera dans le monde réel, et comme tu n'as plus aussi peur, tu...peux approcher les gens, les toucher, tu te feras très vite des amis, t'es un ange.

Un ange ? O__o Le mec venait juste de lui dire qu’il faisait partit des pires élèves de son établissement et elle dit que c’est un ange ! Yoru passa ce détail, elle continua :

-Puis...mon offre tient toujours, hein, tu viens quand tu veux chez moi. Et...si tu veux pas ben...j'irai te voir contre ton gré quitte à enfoncer ta porte avec ma force surhumaine bien connue. J'te laisserai pas m'oublier si facilement, namého.

L’asiatique se mit à rire comme il ne l’avait jamais encore fait, il ne voulait pas vexer Aldaée mais pouvait s’en empêcher alors ramena ses mains sur son visage et se cachait, ça donnait un truc à la fois étouffé et incontrôlable. Puis il se calma peu à peu et la larme à l’œil, il dit tout en continuant de marcher devant Aldaée:

-Ta force surhumaine ! xD oh ! Tu me fais peur !(Ironie) J’aurai pas le choix que de t’ouvrir ma porte alors… (sourire)Mais qui sait, peut-être qu’on ne partira jamais d’ici… Où si ça se trouve, on gardera nos pouvoir dans le monde réel ! Et p’têtre même qu’on aura pour mission de jouer les supers héros et sauver le monde réel du mal qui y règne. Alors on aurait été choisit… Et ici… ce serai un peu comme un lieu d’entrainement où les gens sont tous des figurants et qui nous mettent des bâtons dans les roues pour nous forcer à développer nos pouvoirs. Ce serai carrément possible… (Gros délire) En parlant de force surhumaine… Tes pouvoirs vont peut-être évoluer et tu te transformera en oiseau et tu pourra voler et exploser ma fenêtre, ou peut-être même que tu te transformera en aigle aux griffes acérées… méchant ! J’en frissonne d’avance (Grosse ironie -__-‘) !


Il s'arrêta et se retourna vers Aldaée en disant:

-En tout cas... Je serai ravis de t'accueillir chez moi...


Il ne s'attendait pas à voir ce qu'il allait voir...

[Je suis désolé mais c'est + fort que moi ! Wink ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aldaée Devard
avatar

Acrophobe

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 471
XP : 160

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 660 rubz

MessageSujet: Re: Arrivée au camp   Mar 12 Jan - 19:11

Oh si, aux yeux d'Aldaée, Yoru était un ange. Il pouvait faire ce qu'il voulait, avec elle, il restait adorable et méritait amplement ce surnom. Lorsqu'elle évoqua sa force surhumaine, Yoru éclata de rire et ne put s'arrêter. Prenant un faux air vexé, Aldaée lui appuya légèrement sur la hanche de l'index, lui intimant de se taire .

Vile créature.

Elle écouta ensuite attentivement le délire dans lequel Yoru commençait à se lancer avec un petit sourire. N'importe quoi, vraiment, il avait de ces idées ! Ses sourcils se froncèrent toutefois lorsqu'elle eut l'impression de tomber. Sa chute fut rapide et brutale. Elle dut tomber dans l'inconscience puisqu'elle ne voyait plus rien. Non. Quand on est inconscient, on ne se demande pas pourquoi on a une bretelle géante sur la tête.
La dernière phrase de Yoru, celle où il ne se moquait pas d'elle et était gentille, Aldaée ne put l'entendre. Le son était étouffé par la tonne de vêtements au dessus de son corps faible, et ses oreilles avaient disparues, laissant la place à des ouïes peu perfectionnées.
Dégageant vaguement d'une papatte un bout de tissu, Aldaée sursauta. Papatte ?! Elle observa la minuscule patte où de toutes petites griffes inutiles gigotaient joyeusement en guise d'orteils lorsqu'elle les agitait. Génial. La taille du canari moyen étant d'une treizaine de centimètres, vous vous doutez bien que la petite Aldaée en fasait dix, onze à tout casser. Des petites ailes d'un jaune intensif décoraient son dos, et, à sa plus grande joie, elle était étouffée sous ses propres vêtements.
Yoru, lorsqu'il se retourna, se retrouva donc face à...un tas d'habits. Bougeant à peine sous l'effort monstrueux que faisait Aldaée pour se dégager de là. C'était luiii qui l'avait transformée ! Impossible que ce soit autre chose, elle n'avait pas dit un mot, et encore moins penser à être une espèce de poussin volant. Prisonnière de son amas de vêtements, elle s'assit au milieu, attendant que Yoru veuille bien venir la sortir de là. Il allait rire. Obligé. Sans se rendre compte de l'horreur que cela inspirait à la petite française. Pourquoi était-elle canari ? Le resterait-elle jusqu'à la fin ? Pourquoi ses vêtements étaient là et pas restés avec elle ?! Et surtout...comment avancerait-elle ? Elle ne pouvait pas voler sans risquer de perdre connaissance, ce qui les ralentirait grandement, mais sautiller joyeusement dans la neige pour suivre Yoru ne lui semblait pas le meilleur plan. En plus, les canaris étant un oiseau domestique, ils n'étaient pas faits pour le froid, peu résistants. Quand à s'accrocher à Yoru, ok, mais...ben...si elle redevenait humaine, ses vêtements seraient toujours loin d'elle. Elle soupira, laissant échapper un très faible sifflement triste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yoru Nakatomi
avatar

Hypocondrie

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 374
XP : 192

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 920 rubz

MessageSujet: Re: Arrivée au camp   Mar 12 Jan - 20:49

C’est au moment où Yoru tourna la tête que la jeune fille se transforma en canari. Tout alla très vite si bien que l’asiatique se retournant pour regarder Aldaée de trouva… tout seul ! Son regard scruta l’horizon jusqu’à redescendre au sol où il vit avec surprise les vêtements de la demoiselle. Le jeune homme s’immobilisa, il n’osait plus bouger, il ne savait pas trop comment réagir, il dit tout en scrutant les feuillages autour :

-Euuuh… Aldaée ? T’es là ?


L’asiatique craignait le pire puis il réfléchit un instant en marmonnant comme pour lui même:

-Alors attends attends… Aldaée n’est visiblement pas la… Bien ! J’lui parlais à l’instannnt, j’me suis retournéééé (il parlait tout seul et mimait l’action passé étape par étape, histoire de faire le bilan, ce qui pouvait paraitre un peu ridicule -__-) Donc j’me retoooourne, hop ! (remime) et je vois… ses vêtements… Si ces vêtements sont là, c’est qu’elle est quelque part… sans vêtements (Bravo Yoruu ! -__-‘’)…

L’asiatique écarquilla les yeux et scruta les feuillages, puis il réessaya :

-Aldaée ? Je sais pas c’que tu trame mais c’est pas drôle !

Là, le jeune homme commença à flipper, il fit les cents pas. Il émie l’hypothèse du kidnapping mais l’oublia car personne ne serai assez rapide et discret pour kidnapper et déshabiller quelqu’un en sachant qu’il lui parlait à l’instant ! 2ème hypothèse ! Elle aurait été dévoré par une bête féroce ! Déjà plus probable mais encore fallait-il que ce soit une bête féroce discrète ! Yoru tout d’un coup se sentit moins à l’aise au milieu de cette végétation. Il se mit à scruter nerveusement les alentours se tenant en position pour une possible attaque. 3ème hypothèse ! Ce serai lui qui l’aurait fait disparaitre ! A cette idée l’asiatique sautilla nerveusement les mains sur la tête et il commença à murmurer :

-Oh nan c’est pas moi… J’ai rien fait, dis moi que c’est pas moi… ALDAEE !!! T’ES LA !?BORDEL MAIS REPONDS MOI!!! Putain de bordel, j’l’ai faite disparaitre, c’est horrible, qu’est-ce que j’ai fais, j’ai dis quoi ? Merde…

Il se calma et souffla appuyé contre un arbre toujours le regard fixé sur les vêtements.

- Bon j’vais prendre ses affaires et appeler du s’cour.. (où ? On s’le demande !)

Yoru s’approcha des vêtements et les prit un a un jusqu’à tomber sur un petit canari qui était quelque peu chiffonné au milieu de tout ces tissus. Dans un premier temps, il sursauta de voir un truc jaune surgir ; Puis le considérant un instant, il souffla et d’un doigt, l’asiatique poussa la créature un peu plus loin avec dégout et marmonna :

-Eh oh toi c’est pas le moment hein… Va-t-en tu veux !

L’asiatique continua de récupérer les affaires d’Aldaée en prenant soin de ne rien oublier et reprit la route en espérant trouver de l’aide, une solution, une réponse…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aldaée Devard
avatar

Acrophobe

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 471
XP : 160

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 660 rubz

MessageSujet: Re: Arrivée au camp   Mar 12 Jan - 21:29

Petite Aldaée commençait vaguement à manquer d'air, et pousser les vêtements était fort difficile pour un être de sa taille. De plus, elle pouvait entendre les cris étouffés de Yoru, et espérait qu'il aitle bon sens de ramasser ses habits.
Au bout d'un moment, elle entendit les pas se rapprocher et la lumière se fit, un gigantesque Yoru attrapa ses vêtements et les garda. Pire. Il poussa Aldaée d'un doigt. Ayant son équilibre habituel, le petit oiseau écarquilla et yeux, voulut battre vainement des bras, s'envola un peu mais s'arrêta net et retomba sur le sol, sur ses petites papattes. L'hypocondriaque avait eu un air tellement dégoûté en la voyant qu'Aldi en avait eu envie de pleurer. Dieu soit loué, les oiseaux ne pleurent pas.

~Crétin ! Les canaris sauvages ça existe pas, espèce de blaireau !~

Ce qui se traduisit par un chant aigu, pas aussi long que celui d'un canari mâle (heureusement pour Yoru, Aldi est un canari femelle x) ) une suite de "pi", "ti", "twit" et autres sons qu'elle ne se pensait mêmepas capable de faire. Elle sautilla vers lui, tentant d'attirer son attention. Il ne pouvait quand même pas la laisser là toute seule ! Elle mourrait de froid ! Le petit canari jaune se mit donc à sautiller sur place, sans oser voler, mais Yoru s'était déjà relevé, ayant ramassé tous les vêtements d'Aldi. La petite française à plumes se sentait fort désespérée et sautillait à sa suite, refusant de se laisser abandonner ainsi. Comment ! Il avait adopté la bête bleue pleine de dents sans problème et il refusait un canari ? La tristesse était totale dans le petit corps duveteux de l'oiseau qui suivait Yoru comme il pouvait, lentement, et sans pouvoir lui dire de s'arrêter, sans pouvoir lui expliquer.
Aldaée savait bien qu'elle ne pourrait pas suivre le rythme indéfiniment, que l'asiatique allait bien trop vite pour elle, et qu'elle resterait seule dans la forêt, se ferait manger par une créature malfaisante. Elle ne ralentit pas pour autant et appelait Yoru par de petits piaillements désespérés. Si le vent ne la maltraitait pas encore, le froid engourdissait ses petites pattes et lui était tellement plus violent que sous sa forme humaine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Arrivée au camp   

Revenir en haut Aller en bas
 

Arrivée au camp

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hypnose :: Continent Onirique :: Terres gelées-