AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'avenir nous réserve parfois des surprises

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dr. Parkinson
avatar

Nombre de messages : 337
XP : 230

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 0 rubz

MessageSujet: L'avenir nous réserve parfois des surprises   Mer 16 Juin - 23:43

L'homme en noir avait fait monter les voyageurs à l'arrière de sa fourgonnette noire, séparé de l'avant par une épaisse grille métallique. Son comparse du jour, un mastodonte à la masse cérébrale proportionnellement inverse à sa masse musculaire, avait pris place derrière le volant tandis que Flag prenait place côté passager. Accoudé à la portière, il poussa un soupir d'ennui avant d'ôter ses lunettes de soleil et d'en nettoyer soigneusement les verres. Ce boulot était bien payé mais d'un ennui mortel, il faudrait qu'il évite ce genre de tâche ingrate à l'avenir...

Son regard vif capta soudain un mouvement sur le bord de la route et il voulu prévenir son collègue mais n'en eu pas le temps. La vague de froid qui déferla depuis le bas côté fut si violente et rapide qu'il n'eut pas le temps d'ouvrir la bouche avant que leur véhicule se renverse sur le flanc, emprisonné dans une impressionnante couche de glace. L'homme avait attaché sa ceinture et s'en était donc tiré sans mal, mais le chauffeur et les passagers arrières avaient été bien secoués. Un coup d'œil le rassura néanmoins : même si son comparse était inconscient, leurs marchandises semblaient en vie, vu que tous les voyageurs étaient présentement en train de gémir comme des damnés.

L'essentiel était désormais de sortir de la carcasse du véhicule et de voir ce qui se tramait, il défonça donc la glace qui obstruait la vitre passager à grand renfort de coup de pied et s'extirpa avec agilité hors de la fourgonnette renversée. A peine sortit il comprit qu'il ne faisait pas le poids, il leva donc les mains dans un sourire, en signe de paix, adressa une courbette à leur agresseur et s'en alla tranquillement à pied, les mains dans les poches.

Après tout il n'était pas non plus payé pour mourir, et il n'avait pas tant besoin que ça de cet argent.

L'importun profita de la voix libre pour ouvrir grand les portes du fourgon et offrit aux esclaves un large sourire bonhomme... et une bien jolie vue.

L'apparition valait le coup d'œil : elle avait dû être normale à son arrivée à Dreamland mais à l'heure actuelle on était en droit de se demander si elle était humaine. Sa peau était parcourue de profondes gerçures dues au froid et avait prit la teinte bleue violacée de l'hypothermie. Sa longue tignasse était figée par le givre telle une sculpture, création d'un artiste excentrique et elle était... entièrement nue.

Le tissu n'avait sûrement pas résisté au froid et son seul vêtement était désormais le givre qui couvrait son corps de ci de là.

Hildegarde, car c'était bien elle, poussa la petite troupe hors du véhicule avant des les débarrasser de leur collier un à un à grand renfort de glace, refroidissant notablement l'atmosphère de ce qui était à l'origine une chaude journée sextusienne. Une fois ça fait, elle posa avec nonchalance ses mains sur ses hanches généreuse avant d'expliquer aux voyageurs déboussolés ce qui était en train de se passer :

- Vous êtes sauvés ! C'est-y pas MER-VEI-LLEUX ?!

Le froid lui attaquait visiblement toujours autant le cerveau mais ne l'empêcha pas pour autant de reconnaître Gabriel qu'elle gratifia d'un petit coucou avant d'ajouter à son adresse avec des airs de conspirateur :

- T'as survécu au ver alors... pas comme ton ami là... coupé en deux par le choc, POUF ! Un vrai Kebab ! Et à cause de ça j'ai jamais pu rejoindre Freedoom, du coup on m'a donné une autre mission. Pas de zombi pour Hildi...

Elle engloba le groupe de regard avant de lever les bras au ciel en une mimique théâtrale alors qu'elle s'exclamait, extatique :

- Et cette mission c'est vous ! Quand Aston a appris qu'on vendait des voyageurs il m'a demandé de venir... et... bah me voilà. Conclu-t-elle en tapotant amoureusement le capot cabossé du véhicule bloqué dans la glace, avant d'ajouter précipitamment comme si elle avait oublié un détail primordial, Je sais que vous voulez maintenant vous faire la maaaaalle, mais ça me ferait super plaisir que vous veniez avec moi. Vous verez, y'a pleins d'autres gens comme nous ! On sera tous amis, main dans la main et ce sera la méga teuf ! Géant non ? Non ?

Quand on voyait le visage enjouée de Freezer et ce qu'elle était capable de faire, on se disait qu'il ne valait mieux pas la contrarier en lui faussant maintenant compagnie...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hypnose.hypeforum.net
Shannon Ciccone
avatar

Cacophobie

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 67
XP : 44

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 100 rubz

MessageSujet: Re: L'avenir nous réserve parfois des surprises   Jeu 17 Juin - 2:05

Dans le véhicule, Shannon prit place tout en croisant les jambes, l’air arrogant. Elle avait pu garder ses talons et en était entièrement satisfaite : contrairement à tous ces couillons, elle avait au moins un petit accessoire qui faisait classe. Qu’avaient-ils, eux ? Absolument rien. Ils étaient encore plus déshonorés qu’elle.

Eh oui, la jeune fille en était réduite à ressentir de la fierté et de l’orgueil grâce à de simples talons aiguilles. Son sentiment de supériorité renaquit de ses cendres, alors qu’elle se laissait abattre. Il lui restait toujours son physique, et ça, rien ni personne ne pourrait lui enlever.
Sauf peut-être cet accident qui survint…

Durant tout le voyage, la jolie blonde avait gardé un air froid et distant, assez différent mais tout aussi détestable que celui de victime qu’elle arborait dans la cellule. Elle semblait prête à fayoter avec son acheteur, à se vendre à nouveau pour s’attirer ses faveurs et disposer de certains privilèges qui ne pourraient être accordés à elle, et rien qu’à elle. Pourquoi ? Parce qu’elle travaillerait pour les mériter, bien entendu !
S’il y avait une chose pour laquelle Shannon était douée, c’était vendre sa personne. Seulement, ici, elle perdait ses moyens et le faisait de façon tout à fait maladroite. La preuve avec Liam : en tentant de la manipuler, elle s’était bien fait niquer, au sens propre comme au sens figuré…

Elle n’osait même pas imaginer à quel point elle se ferait détester et lyncher si on apprenait qu’elle avait couché avec le plus vicieux des voyageurs, le plus malhonnête, le plus malsain, le plus pervers, le plus répugnant… Tout ce qui comptait pour lui, c’était sa queue et sa petite chipie de Stella.
Il ne faisait aucun doute que le jeune mutilé éprouverait des envies de meurtre envers la grande blonde… Elle se rappelait avoir pris la défense du taulard face à lui, notamment en se métamorphosant en cette Scylla, la créature qui s’était également emparée de Dakota pendant un instant dans les cuisines du navire, et à qui elle avait fait face avec un courage et un sang froid impressionnants.

En tout cas, elle fut bien silencieuse durant le trajet quand tout à coup, la jeune fille frissonna et poussa un cri strident alors que la voiture se renversait. Il faisait soudainement si froid… Elle était effrayée. Elle paniquait et gesticulait pour sortir du véhicule et surtout enlever les bras et les jambes qui la bloquaient.

- Aaaaah ! Laissez-moi sortir ! Dégagez, dégageeeeez !!!!

Lorsqu'on leur ouvrit la porte, Shannon cria à nouveau et s'extirpa de la fourgonnette malgré l'horreur de ce qu'elle pouvait voir. En posant les pieds au sol, toujours dans un cri strident, elle glissa et se releva aussi rapidement qu'elle était tombée pour ne pas avoir l’air ridicule face à cette chose à la fois intimidante et poilante : une femme complètement nue et surtout totalement glacée. Enfin, une sorte de femme, tout du moins…

La jeune fille n’était guère rassurée, et dès lors que cette chose ouvrit la bouche, elle se dit qu’elle n’était pas seulement givrée de l’extérieur… Shannon voulut se jeter dans les bras d’un homme mais se jeta sur Aldaée. Elle la regarda un instant avec un air de dégout et la lâcha.

Apparemment, cette chose exhibitionniste connaissait un des voyageurs, un mec aux allures de tapette. C’était marrant, Shannon était persuadée d’en avoir une plus grosse que lui. Cette nudiste ne semblait pas avoir le recul nécessaire pour comprendre l’atrocité de ce qu’elle racontait comme une blague. Barbie en fut écœurée mais était bien trop pétrifiée pour tirer une grimace. Elle ne savait pas si elle devait éprouver plus de dégoût concernant la description plutôt innocente d'une mort qui semblait atroce ou quant à la vision d'un kebab bien gras plein de calories...

Hildi, car cela semblait être son nom, les invita ensuite à l’accompagner… Son argument était assez faible mais une ampoule s’alluma dans la tête de Shannon. Elle prit un air désespéré et s’approcha de la jeune femme, en posant ses mains sur ses épaules. Elle se rappela qu’elle était gelée et les enleva rapidement .

Elle la regarda dans ce qu’elle pensait être ses yeux et lui demanda :

- Dites… Y a-t’il des vêtements là où vous êtes ? Je vois que vous n’en avez pas… Je n’ai rien contre les nudistes, pourvu que vous ayez gardé vos vêtements dans un coin.

Elle avait froid et ne voulait pas rester à se les gêler, mais comme c’était elle qui posait cette question, cela passerait pour quelque chose de superficielle, forcément. Il était vrai qu’elle ne voulait pas seulement se réchauffer, mais bon, ce n’était pas la peine de leur expliquer. Rien de ce qu’elle ferait ne changerait l’idée qu’ils s’étaient déjà fait d’elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maxim Forester
Administrateur
avatar

Trouble obsessionel compulsif

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 550
XP : 106

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 807 rubz

MessageSujet: Re: L'avenir nous réserve parfois des surprises   Jeu 17 Juin - 19:16

Un homme en noir était ce qu'il y avait de plus effrayant dans ce contexte ci. Les gens ici se baladaient en string et seins nus quasiment, alors un mec habillé en noir, c'était un mec qui pouvait sortir un flingue de sa poche, ou des documents ultra confidentiels concernant les extra-terrestres. Un homme certainement dangereux, et d'une grande fiabilité pour ses employeurs. Un mec donc, dont il ne fallait pas tomber entre les mains. Mais c'était pas de bol pour cette compagnie d'esclave. En plus d'être vendu, ils étaient les "restes" des esclaves. A croire qu'ils ne valaient rien, qu'ils n'avaient l'air bon à rien. Bon ok, il y avait Shannone, mais était-ce une raison pour dénigrer tout un groupe ? Bon d'accord, il y avait aussi Aldaée et Gabriel. Et puis... *y'a moi, la sclérose ambulante...*

Ils avaient sagement quitté leur cage, faisant leurs adieux à ces pourritures du Slavedog Millionnaire, pour monter dans un fourgon, de nouveau enfermé.

La chaleur était cuisante, et chaque nid de poule que le véhicule traversait reconduisait le choc sur les maigres fesses de la compagnie. Le siège était rude. Le sang ne circulait plus. Ils avaient le dos tassé. Et... la tête à l'envers.
Un grand choc avait secoué la fourgonnette noire, qui s'était pour le coup renversé. Un froid étrange se propageait, quelque chose de pas naturel encore. Maxim avait le corps en compote, et ne savait plus où était le haut du bas, il savait juste qu'il avait le nez écrasé sur le plancher... ou serait-ce le plafond, du véhicule, et qu'une paire de fesses étouffait son bras. Enfin, quelqu'un vint les aider à s'extirper du panier à salade.

Maxim sortit en rampant, et ce qu'il vit en levant la tête l'ému au plus au point. Une femme nue, sans pudeur au milieu de la route. Et visiblement, elle était en dépit des apparences, sérieusement allumée. En voyant qu'elle connaissait Gabriel, il ne put s'empêcher de lui demander :

"'tain mais c'est qui ?"

Etrangement il savait que cette question resterait sans réponse. Son attention fut plutôt attiré par les gémissements et les questions très substantielles, ah ça oui, de la blondasse de service :

"De quoi, ça te dis pas de courir nue comme un vers, et de frétiller de joie sous le soleil ? Moi j'espère pas en tous cas, t'es loin de valoir la schtroumpfette."

Oui, il préférait largement la plastique d'Hildegarde. Il y avait quelque chose d'excitant chez elle. Peut-être le teint bleutée... ? En tous les cas ce n'était pas pour cette raison qu'il acquiesça lorsqu'elle leur "proposa" de la suivre. Elle les avait sauvé de l'esclavage, il fallait en être reconnaissant. Ce n'est pas pour autant qu'il lui faisait une confiance aveugle, on ne rendait que rarement un aussi gros service sans arrière pensée, mais il lui devait au moins ça. Et puis quoi faire d'autre ? Déambuler en string en attendant que l'homme en noir vienne le chercher ? Non, pas vraiment le choix sur ce coup là, alors autant le faire avec bonne volonté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shannon Ciccone
avatar

Cacophobie

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 67
XP : 44

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 100 rubz

MessageSujet: Re: L'avenir nous réserve parfois des surprises   Jeu 17 Juin - 23:45

La jeune fille continuait d’observer cette créature étrange. En dessous de la glace, on voyait qu’elle était assez bien foutue, et Shannon en fut pale de jalousie. Bon, elle ne s’en tirait pas trop mal elle non plus face aux thons qu’on lui avait imposés.

En tout cas, cela ne manqua pas, il fallait que quelqu’un ouvre sa gueule. Et ce fut le mutilé. Comme s’il était en mesure de parler. Pff… Et dire qu’elle avait éprouvé de la compassion à son égard en lui épargnant tout jugement !
Shannon fit les gros yeux et prit un air agressif mais toujours assez mielleux, sa voix trahissant les larmes qu’elle essayait de retenir.

- Oui, c’est ça, moque toi de moi, c’est si facile ! Oui, j’espère aussi qu’ils ont des vêtements pour cacher… ça ! cracha-t-elle avec tout ld venin possible pour lui rendre la pareil. Elle désigna bien entendu son corps en tendant les bras vers celui-ci, son regard insistant sur les cicatrices du jeune homme.

Elle en était persuadée depuis le début : dès qu’elle ouvrirait la bouche, on lui rabattrait le caquet aussi sec. Mais ce type venait de réveiller la pouffe qui reposait en elle, qui avait presque disparu après avoir fait connaissance avec l’anatomie de Liam. Mais au fond, peut-être que c’était immuable et que c’était sa vraie nature ?

En tout cas, elle s’était solidement résolue à ne se lier d’amitié avec personne ici. Aucun d’eux n’en valait la peine, il n’y en avait pas un qui était capable de la comprendre et de l’aborder avec gentillesse. Non mais sérieux, qui allait refuser des vêtements dans de telles conditions ?
Qu’il se taise s’il n’avait rien de mieux à dire…

En attendant, Shannon boudait. Elle croisa les bras et regarda au loin, ses fins sourcils froncés lui donnant un air de gamine capricieuse. Mais on voyait qu’elle avait envie de pleurer, comme depuis qu’elle était arrivée dans ce monde de merde. Ca lui faisait mal de le penser mais…

Je veux ma maman !!

Elle avait complètement touché le fond, elle qui n’appréciait pas vraiment sa mère, ou sa génitrice plutôt, car elle n’avait rien d’une mère. Et voilà ce qui arrivait quand elle s’occupait de sa fille : elle l’envoyait dans un long cauchemar, le pire qu’elle avait jamais fait, c’était sûr !

Après un certain temps de pose, elle reprit avec un air hautain et un sourire pour le moins hypocrite :

- Ne l’écoutez pas, je n’en ai ABSOLUMENT pas envie ! Où vous nous emmenez, hein, dites ? Vous avez à manger ? J’espère que vous n’avez pas de… kebabs… demanda-t-elle sans reprendre son souffle, sauf lorsqu’elle prononça le mot interdit, à savoir kebab. Quelle horreur… Tous ces kilos… De plus, avec la description du carnage et cette comparaison, il n’y avait là rien d’appétissant !

Elle doutait qu’ils aient des produits de régime, mais vu le corps de la givrée, ils devaient avoir quelques trucs, sinon elle ressemblerait à Ally McBeal ! Mais non, elle était là, nue sous la glace, exhibant aux yeux des esclaves son beau corps bien en chair. Quelle allumeuse ! A côté, Shannon était une sainte !

Avec toute cette glace, Liam ne pourrait pas m’atteindre… Rho lala ce serait trop bien !

Mais Hildi n’avait pas besoin de coucher pour hypnotiser les hommes, comme Maxim. Il avait l’air hypnotisé par les mamelons et les fesses à l’air de la créature qui semblait tout droit sortie d’un film porno à thème !
Shannon se rapprocha de lui et, toujours avec arrogance, lui chuchota :

- Déchire pas le peu de vêtements que t’as, ce serait dommage…, faisant bien entendu allusion à l’excitation que devait provoquer chez le jeune homme la vision de ce corps nu. Shannon ne la ressentait pas vraiment, et de toute façon, elle n’en avait pas envie : tout ce qui se rapportait au sexe lui rappelait le visage dur du taulard, un visage qu’elle avait dû supporter pendant qu’il faisait ses petites affaires…

Puis, avec le ton d’une enfant, elle demanda :
- Dites… Vous n’avez pas froid ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aldaée Devard
avatar

Acrophobe

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 471
XP : 160

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 660 rubz

MessageSujet: Re: L'avenir nous réserve parfois des surprises   Sam 19 Juin - 16:13

Aldaée en était à un tel point de malchance-sur-malchance qu'elle ne semblait même plus réaliser ce qu'il se déroulait autour d'elle. Depuis un moment, elle jouait les fantômes, se faisant discrète, marchant en silence dans l'ombre des autres. Oh, elle n'était sans doute pas la plus à plaindre. Quoique. Son regard se posa sur chacun des membres du petit groupe. Gabriel était là, Aldaée ne lui avait pas reparlé depuis l'accident des cales. Elijah aussi, le seul véritable allié sur lequel la française savait qu'elle pouvait s'appuyer si besoin était. Elle préférait ne pas regarder de l'autre côté, ne sachant que trop bien que Maxim et Brooke étaient là. Les deux seules personnes qui l'avaient réellement mise en colère un jour....Yoru mis à part, lui cela semblait être son jeu quotidien. Enfin, quotidien, cela faisait un bon moment qu'elle ne l'avait pas croisé, avec tous ces évènements.
L'habitude des horreurs se faisant, Aldaée sursauta à peine quand la voiture se renversa et soupira. Le froid revenait, mais son petit séjour dans les plaines gelées l'avait renforcée, et ce n'était pa sla première fois qu'elle était nue dans la neige. Bref. Elle s'extirpa de la voiture sans un mot et aida le rouquin à s'en sortir. Il y avait une femme nue, entièrement gelée, rien de bien surprenant dans ce monde, en somme. Un petit cri strident se fit entendre. Décidément, cette chose ne s'arrêtait jamais de crier.
La demoiselle fantôme posa son regard vide et froid sur la dernière du groupe. L'inconnue. Elle lui faisait penser à sa soeur. En....plus pouffe. Intéressant. Lorsque celle-ci se jeta contre elle, toutefois, l'oeil gauche d'Aldaée titilla et elle la repoussa en même temps que la demoiselle se reculait d'elle-même, affichant un regard dégoûté. La petite française ne fit pas attention à elle, non. La demoiselle glacée était bien plus intéressante.

-Merveilleux, grommela-t-elle en enlevant ses ballerines ridicules et inutiles, puisqu'elle flottait toujours au dessus du sol. Merci tout de même.

Maxim s'était visiblement trouvé une nouvelle victime, et lui et la blonde "discutaient" habillage et nudité. Aldaée était depuis son enfance considérée comme prude, parce qu'elle ne tenait pas à ce que l'on voit son corps, ne serait-ce qu'en maillot de bain. La gêne de cette nudité imposée ne colorait qu'à peine son visage fatigué, et elle écoutait d'un oreille distraite les discussions voisines.
Elle pensait que Brooke était la pire des filles qu'elle pouvait croiser dans le coin. Et bien non. L'espèce de poupée barbie qui se croyait belle en était la preuve. Un soupir s'échappa des lèvres d'Aldaée alors qu'elle commençait à se demander si finalement Maxim n'était pas un brin sympathique. Inconsciente qu'il la considérait comme une tare, la naïve demoiselle commençait à l'apprécier, au moins à le remettre à un statut neutre, lui qu'elle détestait auparavant.
Le regard dégoûté de Shannon lui revint en mémoire et un petit sourire moqueur s'afficha sur le visage enfantin de la demoiselle fantôme.
Cela faisait bien longtemps qu'elle avait arrêté de compter les jours qu'elle passait dans cet enfer. Mais au vu de son groupe, elle allait sûrement s'y remettre. Elle avait la sensation qu'à part Elijah, tout le monde la détestait, ici. Et bizarrement, cela ne l'attristait pas autant qu'elle aurait pu le penser. Elle s'habituait à cette haine constante qui flottait autour d'elle.

Aston...murmura-t-elle soudainement. Eh, c'est pas le gars qui gère le ramassage des dents ? Avec son copain qui chante ?

Elle s'adressait à Hildegarde, mais Gabriel aurait également pu répondre, puisqqu'il avait ramassé les dents avec elle. Aldi se doutait bien que tout le monde l'ignorerait, d'autant plus qu'elle n'avait pas parlé bien fort. Rebaissant les yeux sur le sol, elle réfléchissait dans son coin. JAMAIS elle n'aurait pensé regretter les plaines gelées, le froid, la peur constante d'être rattrapés. Au moins, elle ne se sentait pas seule. Aldaée se découvrait peu à peu, au fil de sa sinistre aventure, une nouvelle phobie. Et elle ne l'appréciait guère. Craindre de tomber en étant simplement sur un petit rebord à dix centimètres du sol lui suffisait amplement. Elle ne comprenait même pas les talons de Shannon. Elle croyait qu'ils lui serviraient à quoi ? à le planter dans le pied ou une autre partie sensible d'un agresseur ? Elle est mignoooonne. Dans tous les cas elle augmentait ses chances de tomber.
Oh et puis peu importait. Qu'elle tombe, après tout, cela ne la regardait pas. Elle n'avait pas à se sentir responsable de tous les êtres méprisables de ce monde. Et pourtant, lorsqu'elle s'avançait vers quelqu'un, c'était toujours pour essayer de l'aider. La dispute avec Brooke, cette haine que le geste absurde de la jeune fille avait engendré, lui restait en travers de la gorge. Aldi détestait détester les gens. Mais comment ne pas détester quelqu'un qui fait souffrir une personne qui lui est chère ?
Aldaée cligna faiblement des yeux, retenant sa faiblesse en elle, retenant ses larmes une nouvelle fois. Bordel, elle comptait pas créer un lac lacrymal artificiel ! Posant son regard sur le sol, elle décida de reprendre sa place d'ombre, celle qui lui allait si bien. Au moins, en fantôme, on ne lui parlait pas, on ne l'embêtait pas, on lui jetait juste par moments un regard méprisant/dégoûté. Elle suivrait donc le groupe en silence autant qu'elle le pourrait, puisque de toutes manières...quelel importance avait-elle ? Maxim était sans doute le plus proche de la vérité : son inutilité et sa faiblesse faisaient réellement d'elle un boulet. La petite française saisit timidement les doigts du rouquin, regardant toujours le sol tristement. Un boulet doit bien s'accrocher à quelque chose ou quelqu'un pour avancer.


Dernière édition par Aldaée Devard le Mer 23 Juin - 11:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel Freedom
avatar

Vampirophobe

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 495
XP : 125

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 1290 rubz

MessageSujet: Re: L'avenir nous réserve parfois des surprises   Sam 19 Juin - 18:03

« Meeeer….credi ! »

Ca devenait vraiment une habitude, le nez écraser par terre, les bras le long du corps, les muscles endoloris, et cet eternel air ridicule qui le suivait comme le mauvais Karma…Assez ! Mais Gabriel, restait Gabriel, la fameuse réincarnation du gag de la chute…
Il se releva tant bien que mal ? Que c’était il passer exactement ? Il se rappeler bien avoir suivit cet homme en noir, qui jurer vraiment avec les derniers protagonistes qu’il avait fréquenté : Hildegarde, Elie, Maxim…C’était un peu la fête du slip par ici…Sans parler des habitants de Sextus qui semblait éprouver une étrange attirance pour les strings, et ceux pas seulement pour les femmes. Ensuite il était entré dans une fourgonnette, c’était assis à coté d’une petite pouffe blonde qu’il ne pris même pas le temps de saluer. Il avait regardé successivement Elijah a qui il fit un semblant de sourire, Aldaée qui eu le droit a la même attention, Brooke et Maxim, qui eux eurent juste le droit a un regard qui voulait dire « Euh…on compte sur vous hein, nous on regarde et on se la ferme. »


Puis rien.

Il c’était endormis, l’accident l’avait réveillé en sursaut, et il se trouver la, a regardé le sol poussiéreux de Sextus, et avec une sensation de froid…Non, il ne faisait pas froid en fait…Il se les caillait carrément, trop…Trop pour cette ville, Trop pour cette heure de la journée…Et il comprit avant même de tomber dans les yeux… (Enfin un peu plus bas pour être exacte Wink ) De Barbie Freezer…

« Pu…rée ! »

Retour à la case départ sans toucher les 20 000 F

Bon, bon, il fallait lui en être reconnaissant, c’est vrai… Mais il ne se voyait pas encore passer plus d’une heure avec la nudiste des neiges, pas qu’elle ne soit pas gentille, hein ! Elle était juste un peu déséquilibrer…et puis son gilet était trop léger…et…Bon d’accord, il avait peur d’Hildegarde et se demander s’il n’aurait pas préférer se retrouver avec un terrible gardien de tour.

Les questions fusaient d’une part, et de l’autre, alors Gabriel qui semblait être le seul à la connaitre, essaya d’y répondre tant bien que mal, en essayant d’effacer cette image de Matthew coupé en deux.


« C’est Hildegarde…une voyageuse…on a fait un bout de chemin ensemble, et on a joué au carte aussi. »

Détail inutile…certes.

« Pour ce qui est de manger Barbie, je doit avoir quelque chose dans mon…enfin ce qu’on peut appeler un sac a dos, dit il en montrant son sceau renverser dans la camionnette accidentée, et s’il fait si froid, c’est qu’Hildegarde est une ancienne Frigophobe…enfin ça j’avais peut être pas besoin de le préciser pour que vous le compreniez, hein ? »

Il regarda Maxim, s’attendant encore a une remarque sanglante, Il l’avait en admiration, et c’est sans doute pour cette raison qu’il craignait toujours de sa part des réflexions bien placé qui dégonflerait son ego déjà bien scarifié. * Scarifié…ahahah… *

Puis Aldaée fit le rapport entre Hildegarde, Aston et le ramassage de dents…tien c’est vrai, il avait presque oublié tout ca…

« Si je crois…ca…ca me dit quelque chose…Aston, oui il me semble bien que c’était lui… »

Il ne l’avait pas regardé de toute sa prise de parole…encore un peu en froid avec elle… Bien sûr, elle n’y était pour rien…Mais son petit cœur de « tapette » avait ramassé…et ça : c’était sans doute la seule chose de certaine dans tout ce fouillis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serena Sparks
avatar

psychose hallucinatoire

Nombre de messages : 31
XP : 26

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 0 rubz

MessageSujet: Re: L'avenir nous réserve parfois des surprises   Sam 19 Juin - 21:46

Il ne fallut pas longtemps à Serena pour comprendre quel était le but de la mission urgente dont avait été chargée Hildegarde. La jeune femme l’avait chargée de rester en retrait le temps que sa mission soit terminée. Elle devrait guetter un signe de sa part pour approcher, une fois le danger écarté bien entendu. Un froid à l’origine familière balaya la carriole. Ce fut d’ailleurs la seule chose que Serena put ressentir. Pour ce qui est de la scène pas si lointaine, elle ne percevait qu’une masse noire d’où s’échappaient parfois quelques bruits inquiétants.
Dans l’attente d’un signe quelconque, la jeune fille fit le point sur son arrivée à… Elipse.

C’est donc résignée que la jeune Serena s’était laissée convaincre de rencontrer le fameux docteur Parkinson. Comme tout docteur, il avait été silencieux pendant le récit affolé et désespéré de ses parents. L’adolescente avait préféré garder les yeux clos, tout comme ses lèvres. De cette manière elle ne risquait pas de troubler plus son entourage.
Ses parents l’embrassèrent avant de prendre la direction de la sortie. A défaut de voir leurs larmes, elle les sentit ruisseler le long de sa joue. Le discours du docteur fut bref et insensible, elle n’en écouta que le début préférant s’emparer d’un bloc note posé sur le bureau et se mit à griffonner. Y avait-il un remède à ses hallucinations ? La jeune fille espérait que ça ne soit pas le cas.
Sa maladie était une bénédiction dans son malheur. Elle cligna des yeux et sa vision sembla lui jouer un nouveau tour. Où était passé le docteur ? La pièce était aussi sombre que le bâtiment lui-même et elle n’en distinguait pas les contours. Lorsqu’elle trouva avec peine la sortie de ce tunnel oppressant, ce fut pour découvrir les ruelles animées d’une ville inconnue. L’excès de lumière l’aveugla momentanément et elle dut s’agripper au mur pour ne pas perdre l’équilibre.
Où était-elle ?
Les silhouettes étaient sensiblement différentes de celles qu’elle connaissait. A défaut de voir le détail précis des vêtements encombrants et longs des passants qui la frôlaient, leurs coiffures et autres signes distinctifs, elle préféra se fier à son ouïe. Cette dernière n’était encore pas parfaitement développée, mais l’instinct de survie l’avait poussée à développer ce sens. Les bruits de pas étaient les mêmes, mais aucun son parasite comme des voitures, des publicités, le bruit lointain du métro. Rien. C’était comme si elle avait été transportée dans un monde parallèle. Cette idée était loin de lui apparaître comme impossible. Mais de là à imaginer et voir un monde si grand, ses hallucinations devaient s’être améliorées. Le problème immédiat était cependant tout autre.
Où devait… non pouvait-elle aller ?
Les rues étaient vraiment bondées, cette proximité soudaine n’était pas pour lui plaire. Serena ressentait le besoin de s’échapper de ce monde qui ne lui appartenait pas. Le temps défila, le soleil pointait à l’horizon, la foule s’amenuisait, les trottoirs et les bâtiments infinis disparurent. Cette traversée de la ville floue n’avait pas été de tout repos. A plusieurs reprises elle avait manqué de s’étaler sur le sol rugueux, n’avait pu manquer les pieds de passants aux visages imperceptibles mais dont les bras s’agitaient furieusement et était finalement rentrée en plein dans des panneaux ou des réverbères. Qu’importe, la douleur était la même.
Serena regretta de ne pas avoir prit sa boîte de lentilles, mais fut soulagée de ne pas percevoir les regards surpris ou moqueurs des passants.
C’est donc à coups de bleus et de bosses qu’elle se retrouva dans une étendue verte où se noyait une masse d’arbres dont seuls les troncs ressortaient.
Après quelques secondes de répit, des personnes passèrent devant sa vision aux tâches colorées.
Entre ses mains résidaient son crayon, celui qu’elle ne quittait jamais, et le calepin du docteur. Ses deux compagnons ne la quitteraient jamais. Serena se mit en quête de dessiner. Le paysage uniforme ne l’inspirait guère et c’est un nid inoccupé non loin d’elle qui jouerait le modèle. L’oiseau ne cessait son chant aigu et entrainant, qui la guida involontairement jusqu’à son domicile.
Le croquis fut rapidement terminé et comme d’habitude, le dessin prit forme. Le halo lumineux qui émana de son morceau de papier n’échappa aux passants qui venaient de repasser devant elle. Finalement leurs silhouettes s’approchèrent pour dévisager le nid qui venait d’apparaître au creux de ses mains jointes. Les branches semblaient réelles, quoique les couleurs peu fidèles à la réalité. Le contraste de couleur lui semblait différent. Après avoir froncé les sourcils, elle se promit d’améliorer son travail des ombres. C’est à ce moment là qu’elle avait fait attention aux inconnus qui s’étaient approchés. Pourquoi dévisageaient-ils ses mains ? De toute manière, ils ne pouvaient rien distinguer au sein de celles-ci.

- Comment fais-tu ça ? Il n’est pas trop mal ton nid.

La surprise fut de taille. Ses yeux ambrés essayèrent de détailler la femme, à entendre sa voix, qui s’était adressée à elle. Sa silhouette était fine et à la teinte couleur chair qu’elle avait, la femme plutôt jeune n’était que très peu revêtue. Serena se redressa un peu trop vite mais dévisagea cette personne amicale qui partageait ses visions. Ainsi elle n’était pas malade. Comment le pouvait-elle si d’autres pouvaient voir le fruit de ses dessins ?
Après un échange intense, la jeune Serena encaissa avec flegme son nouveau statut de « voyageuse » dans un lieu inconnu, Elipse. L’imagination de cette femme ravivait la sienne. Cette envie de dessiner les paysages qu’elle décrivait, son aventure, comment elle aussi, voyageuse, était arrivée ici. Il fallait qu’elle reste avec Hildegarde et découvre le monde à travers ses yeux, pour le moment en tout cas.

De l’endroit où devait se trouver Hildegarde, Serena percevait maintenant des échanges verbaux dénués lui semblait-il de violence. Elle estima qu’elle avait suffisamment patienté et se décida à rejoindre se première complice. Serena y arriva tant bien que mal, au prix de nouveaux hématomes et quelques griffures légères sur ses jambes et ses bras nus, couverts par un simple short et débardeur sombres.
Le froid qui régnait aux alentours de la carriole éventrée eu pour effet d’anesthésier ses blessures. Hildegarde luisait dans la pénombre grandissante, et elle réussit avec beaucoup d’efforts à distinguer les contours de ses interlocuteurs. Ils l’aidèrent dans son analyse dans le sens où quatre d’entre eux prirent la parole. Au moins deux femmes et deux hommes, mais ils étaient plus nombreux.
Ces personnes étaient si étranges, et si vivantes. Leurs caractères bien affirmés arrachèrent un sourire à la jeune fille qui s’était placée aux côtés d’Hildegarde. Tandis qu’ils faisaient étalage de leurs souvenirs communs, Serena préféra garder le silence. La jeune femme lui avait vaguement parlé d’un lieu où ils devraient se rendre. En chemin, ils auraient bien le temps de faire connaissance. Rien ne pressait.
Serena s’installa prêt de la lumineuse ex-frigophobe et se mit en quête de redessiner de mémoire son nid.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maxim Forester
Administrateur
avatar

Trouble obsessionel compulsif

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 550
XP : 106

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 807 rubz

MessageSujet: Re: L'avenir nous réserve parfois des surprises   Sam 19 Juin - 22:31

Tout le beau monde sortait peu à peu de la fourgonnette renversée. Et petit à petit un petit groupe surnaturel se formait autours d'un être improbable. Il sentit dans son dos Aldaée qui flottait à quelques centimètres du sol. Depuis combien de temps n'avait-elle plus touché terre ?
Et Gabriel, un gamin aux airs naïfs qui pouvait se changer en chauve-souris. Au moins un qui n'aurais pas eu de mal à s'évader sans l'aide de la femme de glace. En parlant de femme de glace, il y avait aussi un monstre dans son genre, une blonde au cerveau con-gelé, et avec des crocs suintant de venin.

Le venin que Shannone cracha fit l'effet d'une grosse claque en pleine poire. Autant vous avertir que Maxim le prit très, très, mais alors très mal. Se moquer et mettre en évidence ses blessures auto-infligé le vexèrent au plus haut point, si bien qu'il ne sut quoi répondre sur le moment. *Salope* Un mot qu'il pensait et disait rarement. Ca ne lui allait pas, il ne pouvait pas en rester simplement là, sur un mot, sur une pensée, sur une insulte...

"Hey boudin, on en vient directement aux bassesses d'esprit ?! Est-ce que j'ai parlé de ton vrai visage, celui que tu as pris pour défendre Liam, tellement laid que je m'en suis évanouis ?"

Il tacha de rester calme, au prix de ne pas être totalement compréhensible. Lui porter trop d'attention pourrait déclencher une crise qu'il ne voulait pas compenser ici. Pas ici, alors qu'ils étaient encore à Sextus, et que cette agitation allait probablement attirer la foule. Et même à Sextus, une femme nue ne passait pas inaperçu. Cette femme se révéla être, selon Gabriel, Hildegarde, une voyageuse ! Frigophobe, ça se tenait évidemment. Aston aussi, ce nom lui disait quelque chose... n'avait-il pas fait une brève rencontre avec un vieil homme de ce nom ? Mais c'était il y a longtemps, à leur arrivé dans ce foutu monde, dans cette foutue ville de meurtriers. Haley et Lily lui passèrent devant les yeux, deux ames damnées à jamais. Maxim serra le poing... et la garce en rajoutait une couche.

En fait, Maxim ne pouvait pas vraiment montrer de signe manifeste d'excitation pour une personne pour plusieurs raisons : d'une, il faisait bien trop froid aux côté d'Hildegarde. D'autre part, pour avoir le bambou, il devait porter attention à cette personne, ce qui aurait pu déclencher une crise d'angoisse, la peur de voir se réaliser ses visions violentes.

"J'vois pas de quoi tu parles. A croire que courir tout le temps après Liam te joue des tours hein. D'ailleurs y'a quoi entre vous, il tient la laisse et toi tu fais la Chienne ?!"

C'était un merveilleux groupe que celui là, entre Aldaée qui se terrait tellement dans l'ombre qu'on ne s'apercevait même plus de sa présence, et Gabriel qui semblait la bouder, et la pétasse qui s'accrochait avec Maxim... Ils allaient allé loin comme ça, ils avaient trouvé le sens de l'expression "esprit d'équipe". Maxim n'espérait plus qu'une chose, aller se mettre à l'abri, retirer le string d'entre ses fesses, et... aviser de la suite. Bon d'accord, ça faisait plus d'une chose, parmi lesquelles il aurait dû rajouter : éviscérer Shannone. Mais bon...

Une jeune fille sortit de nulle part, le tête dans un bloc note en train de dessiner. Le jeune homme se pinça l'arrête du nez. Une désaxée de plus... une !

"Est-ce... qu'on va y aller bon sang..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shannon Ciccone
avatar

Cacophobie

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 67
XP : 44

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 100 rubz

MessageSujet: Re: L'avenir nous réserve parfois des surprises   Dim 20 Juin - 0:24

Shannon était offusquée. Ce mec n’avait rien pour lui mais il s’entêtait à se défendre et surtout, il tentait de la rabaisser au même niveau que lui alors qu’ils étaient tout à fait différents. Quelle honte… pour lui.

Elle l’écoutait lui dire de la merde, la bouche à moitié ouverte. Elle se retenait de mettre sa main sur sa poitrine pour accentuer le choc, mais pensait que c’était assez pour faire comprendre que ses paroles étaient vraiment surprenantes. Elle, un boudin ? Il était vraiment trop gay ! Qu’il retourne essayer les strings de sa mère dans sa salle de bain au lieu de dire de telles conneries !

De plus, et pour ne rien arranger, il venait de prononcer le nom de Liam… Toute cette haine qu’elle déversait sur Maxim lui avait quelque peu fait oublier ce vieux vicelard. C’était un peu comme un retour aux sources : elle redevenait superficielle, égocentrique et méprisante sans s’en rendre compte, alors que toute cette médiation sur ce qu’elle avait fait avec le taulard l’avait quelque peu changée intérieurement.
Mais en réalité, rien n’avait changé. Du moins, c’est ce qu’elle prouvait en fusillant du regard le jeune homme et en pestant :

- Pas besoin d’en parler, je l’ai en face de moi en ce moment même…

En fait, elle ne le pensait pas vraiment. Au contraire, Maxim n’était pas vraiment laid même s’il manquait cruellement de ce quelque chose qui faisait toute la différence. Mais il fallait bien répliquer, non ? Elle n’allait pas se soumettre à lui sous prétexte que c’était un homme. Bien au contraire, dans cet accoutrement, il avait l’air de tout sauf d’un homme !

Bref, elle n’avait que faire ce pauvre type complexé. Apparemment, un des mecs connaissait l’iceberg qui s’appelait Hildegarde. C’était quoi ce prénom ?! Un bon motif pour porter plainte contre ceux qui avaient osé lui donner, en tout cas… Mais la jeune fille n’eut pas trop de mal à retenir un rictus qui menaçait de se former sur ses lèvres à cause du froid. Ouf ! Elle aurait eu l’air d’une folle, à sourire en de telles circonstances…
De plus, toute envie de rigolade était vite balayée par l’idée de devenir comme cette cinglée. Alors c’était elle aussi une voyageuse ? Oh non… Shannon risquait donc de devenir comme cette folle furieuse qui parlait de graisse et de morts ? L’aspect positif était qu’elle gardait tout de même une silhouette de rêve, elle pouvait presque faire le poids contre la jolie blonde… Sauf que l’autre attirait les hommes ! Non pas que Shannon soit repoussante, sauf lorsqu’elle se transformait en Scylla, mais disons que son caractère ferait fuir n’importe quel homme censé.

Mais Hildegarde aussi était complètement tarée, et pourtant tous les mecs ici présents mataient ses seins ! Quelle humiliation… Le seul homme que Shannon avait été capable d’avoir l’avait finalement complètement eue.

Celui qui semblait s’y connaitre lui proposa d’aller faire un tour dans ce qu’il appelait son sac. Il l’avait d’ailleurs appelée Barbie, et n’échappa pas à un regard meurtrier de cette dernière. Elle aurait bien aimé lui sourire gentiment, car au moins il avait fait preuve d’assez de sympathie pour lui proposer de manger un bout, mais ça ne passait pas. Elle lui dit donc, oubliant de le remercier :

- Je m’appelle Shannon…

Elle s’y dirigea avec précaution pour ne pas se casser à nouveau la gueule et faire rire ses comparses. Une fois le seau en main, elle fouilla et en tira une bouteille d’eau. Elle en but une longue gorgée. D’habitude, la jeune fille ne buvait jamais derrière les autres, mais dans une situation comme était la sienne, elle pouvait se permettre de déroger à la règle…

Tant qu’elle y était, elle continua à fouiller, il y avait peut-être quelque chose d’intéressant. Une fausse moustache, de vieilles babioles, bref de la merde. Elle tomba cependant sur un labello et s’en mit rapidement sur les lèvres avant de le reposer aussitôt pour ne pas être vue. Oh, il y avait aussi une couverture ! Parfait !

Shannon revint vers le groupe avec autant de précaution, mais cette fois elle était enveloppée dans la même couverture qu’elle avait trouvé dans le sac improvisé du jeune homme. Elle aurait bien aimé lui rendre un petit sourire mais le regard de l’intéressé ne se posa pas sur elle. D’ailleurs, elle ne prit même pas la peine de le regarder, puisque c’est à ce moment là qu’elle fit sa blague pour le moins douteuse à Maxim et que celui-ci lui répondit.

Ce qu’il venait de lui dire était si bas, même pour lui ! Encore plus bas que tout ce qu’elle pouvait elle-même dire. Seulement, il n’avait pas connaissance des faits, sinon il n’aurait pas dit ce qu’il venait tout juste de dire, ou au contraire, il aurait remué le couteau dans la plaie.

Au simple nom de Liam, les lèvres de Shannon se serrèrent et ses yeux devinrent humides. Elle ne laissa cependant rien paraitre et tenta tant bien que mal d’arborer son air hautain habituel. Sa voix la trahissait, mais elle parvint à répliquer avec autant d’indifférence que possible.

Des trucs d’adultes, mais t’y connais rien. Et puis d’abord, parle pas sans savoir, parce que c’est lui qui n’arrête pas de me coller. Je m’en fous de ce mec.

Elle baissa la tête. Tout ce qu’elle venait de déballer était un gros mensonge, mais c’était loin d’être la raison pour laquelle elle avait décidé de regarder le vernis disparaissant de ses orteils. Elle renifla aussi discrètement que possible. De toute façon, il faisait très froid, non ? Cela passerait comme une enveloppe à la poste.
Pff… Ce pauvre con n’avait aucune idée de ce qui s’était passé… Il n’avait aucune idée du point auquel Shannon était effrayée de mourir, ce qui l’avait d’ailleurs poussé dans les bras de Liam. Enfin, disons plutôt : ce qui l’avait poussé à écarter les jambes face à Liam.

A ce moment, elle eut bien envie d’envoyer son talon aiguille dans ce qui restait de virilité à ce mec !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elijah Keaton
avatar

Peur des histoires qui font peur

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 52
XP : 42

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 330 rubz

MessageSujet: Re: L'avenir nous réserve parfois des surprises   Mar 22 Juin - 23:06

Eli ferma les yeux, repensant à tout ce qui s'était passé depuis son arrivée. La lune, le feu de camp, le bateau.... Esclave.. Ok. Tout ce qu'il retenait de son séjour sur ce navire de fous, c'était la haine qu'il éprouvait envers pas mal des voyageuses.. Notamment Melena, la pire des râleuses possible. Heureusement, celle ci ne faisait pas partie de son " lot " .. Au moins une bonne nouvelle. Ouvrant à nouveau les yeux, le rouquin reprit conscience de ce qui l’entourait. À savoir : des futurs esclaves et les parois d’un mini camion. Elijah fixa sa voisine d'en face, la petite brunette, seule et unique fille qu'il appréciait de ce monde, et lui adressa un petit sourire. La pauvre était vraiment toute seule, ici, sans Yoru, et avec Gabriel qui avait l'air de lui en vouloir.. Le rouquin secoua la tête, jeta un regard vers Gabriel qui semblait dormir. Autant faire de même...

Mais El' n'en eut pas le temps ; à peine eut-il fermé les yeux qu'un froid glacial se fit sentir et qu'une violente secousse renversa la fourgonnette, l'envoyant valser à 5 centimètres à peine de la petite française. Elijah porta la main à sa tête, mais se rassura vite. Il ne saignait pas et en serait quitte pour une bosse... Le jeune homme tourna la tête vers la main qu'on lui tendait et la prit avec plaisir, sortant à son tour de ce camion pour se retrouver face à... Iceberg, mais en fille. Et moins habillé, aussi. Aham.

La damoiselle avait l'air.. Complètement déjantée.. Enfin compréhensible, si on en jugeait par les couches de givres qui la parsemaient ça et là, ses neurones aussi avait du prendre un sacré coup de froid.. En tout cas elle les avait sauvé.. C'était.. gentil mais, pourquoi ? Qu'est-ce qu'elle comptait faire d'eux ? Qui était-elle ? Pour qui travaillait-elle ? Et pourquoi ce foutu fil lui rentrait-il dans le... ?! Elijah tourna la tête de chaque côté avec suspicion, et, après s'être assuré que personne ne le regardait, remis discrètement en place son string sous sa jupette transparente... Quelle plaie, ce truc ! Inutile de dire que bien sûr, il n'était absolument pas habitué à avoir un bout de tissus lui rentrant dans les fesses, ni quoi que ce soit d'ailleurs.

Relevant la tête, il put observer avec un ménage d'amusement et de mépris la petite bagarre entre Barbie Made in Taiwan et l'homme aux cicatrices... Il encouragea mentalement ce dernier, complètement d'accord avec lui sauf pour un point... Qui était Liam ? .... Et le.. OH MAIS ! Le monstre, c'était elle alors ? El' ouvrit la bouche de stupeur, la referma bien vite, jetant un regard dégouté à la blonde. D'un autre côté il était d'accord avec elle sur un point, il aimerait bien quelques vêtements. Au moins un caleçon. Oh oui. Ou un boxer. Mais quelque chose de moins rentre-dedans que ce bout de tissus atroce ! ... s'il vous plait madame bleuette... Dites moi que vous avez un caleçon !

.. Ah ! Ils avançaient ! Enfin ! .... Pour aller où ? Aham bonne question, là-bas, avec Hildi, où tout le monde serait ami avec tout le monde et où ils vivraient tous dans la joie et la bonne humeur. Youpi. Champomy. En tout cas, s'ils laissaient Blondie et.. Et qui d'ailleurs ? Le rouquin se pencha vers Aldaée, murmurant tout bas à son oreille.

- Comment il s'appelle, l'adversaire de Miss Monde ?

Il baissa les yeux, sentant quelque chose de chaud dans sa main, et aperçut celle de la petite française, qu'il serra doucement, continuant d'avancer. Elle comptait sur lui, et il serait à la hauteur. Tel un super héros un peu froussard, un protecteur sans force mais avec la motivation adéquate. Oui, il la protégerait autant qu'il pourrait pour plusieurs raisons, l'une étant que c'était une fille, et qu'elle était adorable. Quelque chose de rare, par ici... Il lui sourit gentiment, et lui adressa quelques mots de plus, toujours à voix basse.

- Fais attention à toi, toute pitoune..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aldaée Devard
avatar

Acrophobe

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 471
XP : 160

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 660 rubz

MessageSujet: Re: L'avenir nous réserve parfois des surprises   Mer 23 Juin - 0:52

Je vais bienn tout va biien ! Aldaée cherchait à se rassurer silencieusement sur sa propre santé mentale. Et accessoirement à ignorer le blabla continuel des deux blaireaux. Pourtant ils avaient un point en commun : ils jugeaient sur les apparences ! Aldaée se giffla mentalement. Doucement, car ce n'était pas si loin de la vérité. Ils étaient aussi pitoyable l'un que l'autre. Et cela réclamait d'être nommé ? Cela voulait un prénom ? Cela se considérait humain ? HA !
Aldaée eut un sourire moqueur, toujours silencieuse. Au moins son prénom reflétait son apparent caractère. On aurait dit le nom de l'une de ces femmes trentenaires des séries pourries qui passaient sur la première chaîne de son pays natal et que sa grand-mère se plaisait à regarder. "Oh non ! Shannon a trompé Brandon avec Kévin et maintenant Cindy veut connaître la vérité et savoir si Ashley est son frère nain paraplégique !".
Et voilà que la demoiselle continuait son rôle d'actrice de feuilleton à l'eau de rose en cachant des larmes inexpliquées au nom du pervers qui avait volé l'enfant rousse à Maxim.

Pitié faites la taire.

La voix d'Aldaée était rauque et exaspérée. Elle avait des envies de meurtre en cet instant précis. L'hystérie montait doucement dans le petit corps faible de la jeune fille. Elijah était à ses côtés, cela ralentissait la montée du mode grizzly. Aldaée fermait les yeux et inspirait doucement comme pour se calmer. Shannon et Maxim l'ignoraient joyeusement, Gabriel fuyait son regard. Brooke....ouais. La demoiselle givrée, la fille à côtéqui se tenait en silence et qui dessinait visiblement. Ses doigts resserrèrent très légèrement leur emprise sur ceux d'Eli.
Elle repassa mentalement son petit séjour à Dreamland. Arrivée. Fuite nécessaire par la faute de Maxim. Emprisonnement puis galère. Où viol faillit se faire. Attaque de vampires dans une autre ville. Traversée d'un désert de glace. Mort imminente à cause du poison. Nuit sanglante. Galère. Et maintenant...

Eh c'est marrant j'en ai un peu marre là quand même dis donc.

Elle s'adressait à Elijah, un air perplexe et surpris peint sur le visage en "bah alors ? Jsuis comme ça moii ?". Mais tout semblait vain ici . Les mots n'étaient plus suffisants pour exprimer la détresse de la française. Son souffle s'accélèrait peu à peu, au fil et à mesure que ses souvenirs repassaient devant ses yeux assombris par la colère. Elle en avait marre. Trop. Ses dents se serrèrent. Elijah lui demanda innocemment l'identité de Maxim.

Son nom ? Maxim, mais pourquoi mettre une étiquette sur une créature qui va à l'abattoir ? Cela ne sert à rien, dis toi bien que tu as de bonnes chances de voir toutes les personnes autour de toi mourir dans des conditions atroces.

Ses mains tremblaient, ses yeux fixés sur le vide en face d'elle. La colère montait doucement. Son regard aussi glacial que la peau d'Hildegarde se posa sur Maxim et s'y figea, de manière...assez effrayante, il faut bien l'avouer. On aurait dit un spectre qui s'apprêtait à tuer un mortel. A la différence qu'elle était à poil.

J'aurais sans doute du prier pour que le responsable de mon emprisonnement et de ma fuite, puis par la suite des évènements de ma condition actuelle se retrouve dans les premiers morts, mais, non, moi, bonne poire, j'espère toujours que même les pires connards que j'aie pu croiser soient en vie. Sérieusement, c'est quoi mon problème ?

Son regard froid refusait de quitter la peau scarifiée du jeune homme, et sa colère redoublait d'intensité. Elle n'avait jamais été mauvaise. On la détestait parce qu'elle était trop gentille. N'était-ce pas un comble ? On la voulait forte mais on refusait qu'elle protège ceux qu'elle aime. On la méprisait, on la trouvait laide. Comment garder un semblant de beauté superficielle après avoir vécu tout ce qu'elle avait vécu ?

Pourquoi ? Qu'est-ce que j'ai fait pour être là ? J'ai tué personne, moi. J'ai jamais voulu faire de mal à qui que ce soit. Et on me regarde avec dégoût, on m'ignore, on me méprise.

Ses yeux emplis de haine quittèrent enfin Maxim pour se poser sur Shannon, puis sur Brooke, puis se fixer dans le vide.

Ca veut se croire fort, ça veut se croire beau. Qu'est-ce que c'est que CA au milieu de la mort ?! Ca tape sur les autres en voulant se croire mieux. Sans comprendre que tout ce qui compte c'est les dernières minutes de vie qui s'écoulent lentement entre ses doigts. Vous êtes donc aveugles ? Aucun d'entre vous n'a vu mourir l'un de ses compagnons de route ? Aucun d'entre vous n'a vu souffrir un ennemi, parfois tué de vos propres mains ? Aucun d'entre vous n'a éprouvé de compassion ou de culpabilité à semer la haine, la souffrance, et la mort sur son passage ?!

Elle ferma les yeux. Ironiquement, Maxim la trouvait aveugle. Elle. Elle elle avait vu la mort de tous, elle avait compris les peurs des uns et des autres, et elle avait respecté les choix de chacun, en silence, sans jamais chercher à s'opposer ou à expliquer quoi que ce soit. Ses pupilles se rouvrirent, plus inquiétantes encore qu'auparavant. Un rire nerveux un peu effrayant parce que toujours accompagné de ses yeux fixes et de ses tremblements de froid et de tristesse sortit d'entre ses dents serrées.

Tu peux m'ignorer...Toi tu peux me mépriser pour ma faiblesse (un regard froid vers Maxim)...comme toi tu peux rire de mes mots, de mes morts (le même regard sur Shannon). De toute manière ça ne me concerne pas, ça ne me concerne plus. Si vous avez décidé que la guerre interne était la seule solution pour régler vos petits problèmes et faire plus vite avancer les choses, libre à vous de vous entre-tuer au lieu de montrer un minimum de compassion, de solidarité, d'humanité. Continuez à agir en monstres et à oublier que chaque personne, même la plus futile ou la plus discrète qui soit a son importance. Et vous pouvez me trouvez bien moralistes mais sachez que je me dégoûte autant que vous ! autant que je vous dégoûte et autant que vous me dégoûtez !

Elle lâcha la main d'Elijah pour ne pas lui faire mal en serrant plus les poings et avança, passa à côté d'Hildegarde pour devancer un peu le groupe, énervée, elle avait besoin de marcher. Elle n'avait pas pu écouter le message doux d'elijah, elle n'avait pas pu lui obéir. Elle l'avait entendu, mais elle avait ouvert sa grande gueule une fois de plus, et le sort en était jeté. Peu importait ce que pensaient les autres, au moins elle avait enfin dit ce qu'elle avait à leur dire. Elle essuya une larme qui coulait sur sa joue d'un poing rageur et continua d'avancer rapidement, refusant de montrer à nouveau à quel point elle était faible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elijah Keaton
avatar

Peur des histoires qui font peur

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 52
XP : 42

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 330 rubz

MessageSujet: Re: L'avenir nous réserve parfois des surprises   Mer 23 Juin - 1:42

Elijah fronça un sourcil et eut une petite moue tristounette, fixant la petite bouclée. Elle en avait marre ? Normal… D’après ce qu’il avait pu comprendre, elle en avait vécu pas mal, des trucs horribles, la mini puce.. Il serra doucement sa main, lui transmettant par ce geste toute la compassion dont il était capable, se doutant que les mots seraient trop faibles. Elle faisait tellement toute petite poupée de porcelaine, fragile et innocente qu’il eut envie de la prendre dans ses bras en lui disant que mais non, tout allait bien, il était là, il la protégerait, de tout son cœur.

Il pencha la tête, rapprochant subtilement une oreille lorsqu’elle répondit à sa question. Ainsi il s’appelait Maxim et… Oh.. Super perspective d’avenir… Son cœur se serra à la pensée de voir la demoiselle mourir dans d’atroces souffrances, de la même manière que sa main se resserra autour de celle de la brunette. Il était purement hors de question qu’elle meure, sinon il.. Il.. .Sinon il allait.. Sinon il pleurerait. Et sa virilité - tout du moins ce qu’il en restait - en prendrait encore un coup..

Le rouquin frissonna, face au regard que portait Aldi, la gentille Aldaée, sur le dos du dénommé Maxim. D’après ce qu’il pouvait comprendre, ça devait être lui, le responsable de tout ça, sinon elle ne le fixerait pas avec autant de haine si ? Elijah se taisait, écoutant la petite française vider ce qu’elle avait sur le cœur. Il caressait sa main doucement, plutôt que de répondre à ses questions auxquelles d’ailleurs elle n’aurait sans doute pas prêté attention.. Et son discours ne le visait pas.. Directement, du moins, puisqu’il ne l’ignorait ni ne la méprisait ! Bien au contraire !

La colère de la jeune fille était palpable, et son rire nerveux ne fit que l’accentuer, ce qui fit mal au cœur du rouquin, une fois de plus. Pour être aussi énervée, elle devait vraiment en avoir gros sur le cœur.. Cela l’attristait, de voir qu’elle avait retenu tout ça pour elle pendant si longtemps.. C’est le problème de ceux qui intériorisent tout, quand la coupe est pleine, c’est Apocalypse Now..

Soudain, le froid se fit plus mordant, et le garçon resserra instinctivement son poing pour réchauffer sa main… Sa main, c’était donc ça, le détail réfrigérant. Aldaée l’avait lâché, filant devant eux rapidement. …. Eh mais ! D’où ? Il avait dit qu’il la protégerait, alors il le ferait, qu’elle le veuille ou non ! Après un regard noir à Shannon et à Maxim ( Surtout Shannon, j’avoue. ), le rouquin suivit la jeune fille, marchant rapidement pour la rattraper. Il ne savait pas vraiment comment l’aborder et, se gratouillant la nuque, il tenta une approche simple.

- hm.. Aldaée..

Lorsqu’il comprit qu’elle pleurait, le résultat fut très rapide. Il se mit également à pleurer, et la ramena contre lui, en câlin, tentant ( plus ou moins vainement ) de la consoler.

- Ch.. Ça va.. T’es pas toute seule, et.. Et j’suis d’accord avec toi, et puis.. Je sais pas quoi te dire d’autre j’suis super nul en.. En.. En consolage des gens, puis en plus, j’pleure, alors, enfin.. Ça craint, mais, enfin.. Voila.. Tu peux compter sur moi qu.. quand même ! D'accord ?

Ses petits yeux brillaient, semblables à ceux d'un mini bn implorant la pitié de celui qui allait le dévorer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shannon Ciccone
avatar

Cacophobie

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 67
XP : 44

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 100 rubz

MessageSujet: Re: L'avenir nous réserve parfois des surprises   Mer 23 Juin - 2:47

Séquence émotionnelle du feuilleton de Dreamland…

Shannon n’en revenait pas. La brunette s’offrait un coup de gueule et ils étaient censés la suivre dans son délire psychotique. Elle avait l’air au bord du suicide et à ce moment-là, la jeune fille ne fit que lever les yeux au ciel. Elle était prête à lui tendre une corde si seulement elle l’avait pu.

Apparemment, le petit bouffon rouquin était disposé à jouer le fayot auprès de la folle furieuse. Il lui lança d’ailleurs un regard noir, bien plus noir que celui auquel eu droit Maxim. Shannon en eut des frissons… C’était assez risible car il ressemblait à un petit garçon qui boudait : en gros, son apparent mépris n’eut aucun effet sur la blonde qui resta impassible, l’air tout de même ennuyée par toutes ces histoires. D’ailleurs, qu’insinuait-il en les regardant ainsi ? Que c’était à cause d’eux que sa copine avait pété un plomb ?
De toute façon, la jeune fille n’était pas en mesure de comprendre le regard du jeune homme. Elle était dans son délire solitaire : elle ne voulait faire équipe avec personne, ne s’attacher à personne, et ce groupe dans lequel elle était tombée ne faisait que renforcer cette volonté.

Parce que elle ses problèmes passaient avant ceux des autres, c’était sûr ! A l’entendre, elle avait tout vécu, et c’était celle à plaindre. Quant à eux, interdiction de l’ouvrir sous peine de déclencher la terrible colère de… comment elle s’appelait d’ailleurs ?
Tout ce qu’elle pensa durant la tirade de la givrée numéro deux, c’était : « écris donc une chanson ». Ses mots ne l’atteignaient tout bonnement pas. Il était évident qu’elle la méprisait. Dans d’autres circonstances, si les deux filles s’étaient bien entendues, dans un autre monde qui n’existait pas, Shannon aurait éprouvé de l’affection envers cette vulnérable Aldaée. Mais c’était impossible de lui demander ici, à Dreamland.

Quelqu’un qui avait des raisons de pleurer ici ? Shannon. Dans sa tête, elle était la seule à plaindre. Elle n’avait pas trouvé sa place. La grande gueule avait beau chialer, elle était accompagnée du rouquin. Aussi moches étaient-ils, ils pouvaient compter l’un sur l’autre. Mais Shannon était désespérément seule, et cette situation ne lui convenait pas, bien qu’elle s’enfermait volontairement dans la solitude. Pourquoi ? Parce que personne n’était capable de l’accepter comme elle était.
Elle n’avait perdu personne. Avait-elle déjà eu quelqu’un, de toute manière ? Dakota ? Une petite chipie prétentieuse et intello à en vomir. Liam ? Un pervers à qui elle s’était offert et auquel elle préférait éviter de penser. En dehors d’eux, aucune relation ne la liait à qui que ce soit.
Il était clair qu’Aldaée ne jugeait pas par les apparences, non, jamais. C’était pourquoi elle prônait l’importance de toute personne, aussi futile soit-elle, et c’était pourquoi elle avait l’air de lui en vouloir. Si elle éprouvait tant de clémence à l’égard de son prochain, pourquoi la méprisait-elle à un tel point ? Pauvre hérétique…

Même elle se laissait prendre à la séquence émotionnelle qu’elle jugeait pourtant pathétique. Mais rien sur son visage ne laissait paraitre sa tristesse, bien au contraire. Elle affichait même un air totalement vide de toute émotion, un peu comme un robot. Mais n’était-ce pas en soit l’attitude à adopter dans une telle situation ? Ne rien ressentir, être épargnée de tout sentiment, voilà ce qu’elle voulait.

- Quelqu’un d’autre a envie de pleurer ? Parce qu’apparemment c’est le moment ! lâcha-t-elle avec un sourire aux lèvres mais l’air tout à fait blasé après avoir constaté que devant, le garçon s’était mis à pleurer avec sa copine. S’ils tenaient tant à la détester, elle allait leur donner une raison. Elle allait les faire baver, elle allait se faire haïr… En fait, elle n’avait pas vraiment besoin de se forcer, cela venait tout à fait naturellement.

Bizarrement, la jeune fille eut presque un pincement de cœur en repensant à Dakota. Elle ne l’aimait pas et c’était réciproque, mais elle s’ennuyait moins avec elle. D’une certaine façon, elle se sentait acceptée car l’adolescente avait l’air de la supporter, et c’était ça qui comptait. Pourquoi n’était-elle pas tombée avec elle ? Elle se sentait si seule… Seule au point de vouloir se retrouver avec une petite fille arrogante ! Si ça, ce n’était pas triste…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maxim Forester
Administrateur
avatar

Trouble obsessionel compulsif

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 550
XP : 106

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 807 rubz

MessageSujet: Re: L'avenir nous réserve parfois des surprises   Mer 23 Juin - 10:37

Maxim refaisait le dialogue intérieurement, avec de meilleurs répliques s'ils les avait eu au bon moment. C'était ça le problème, Maxim avait de la répartie, mais pas du tac au tac, ça venait un peu après, trop tard, après la bataille. Mais bon, prendre l'avantage intérieurement le satisfaisait, il eut même un sourire mesquin.

Puis vint le moment époustouflant où une durite lâcha. C'était un moment culte et unique, un moment d'anthologie qui rentrerait dans les annales de ce monde, un peu comme leur sous vêtement actuel. Pour jouir de ce moment particulier, nous le découperons en plusieurs épisodes :

Elle le prenait pour responsable. Responsable de quoi franchement, il avait bon dos le Maxim. Il se rappelait les premiers instants, son arrivé dans ce putain de monde. Et il avait faim, très faim. Il avait trouvé un marchand de hotdog sur une esplanade. Il alla au stand, acheta deux hotdogs et avait tendu des dollars. Erreur grave, mais pas si idiote que ça quand on arrive dans un monde inconnu contre son gré. Qui aurait pu prévoir que le dollar n'avait pas cours ici. Des rubz ? Franchement, il aurait trouvé ça où ?! Alors pris de panique, il s'était enfuit, fait coursé, mais le pire de tout avait rencontré monsieur propre et miss voltige sur son chemin.

"Si vous n'aviez pas essayé de fuir comme moi, on ne vous aurais jamais cru coupable. Et puis sans déconné, si vous avez été arrêté, c'est parce que ces chiens d'ellipse sont des racistes ! Vous croyez qu'un voleur de hotdog mérite la peine de mort ?! Non, tu peux m'accuser de ça, mais pas de tout tes problèmes, je ne suis pas responsable de la haine des voyageurs."

Il reprit un peu son souffle. Aldaée était déjà partie devant. Cela rendait les choses plus faciles, il parlait à un dos surmonté d'une touffe de cheveux. La pression des regards des deux coupains passait lentement, faut dire que ça ne lui avait fait tiré qu'un vague sourire géné. Non, le pire était de voir les réactions de Shanon, intérieurement il se marrait bien.
Mais il se ressaisit, et avait constaté qu'en fait, la miss voltige n'avait que peur de la mort.
Elle avait peur de la mort, de la sienne et de celle des autres apparemment.

"Moi aussi... moi aussi... mais il ne réussit pas à se confier. Il aurait voulu dire "Moi aussi j'ai peur de la mort, mais de celle des autres. Que crois-tu que ça m'a fait quand j'ai vu Ella se jeter dans les bras d'un inconnu, dans un pays de barges ? Et je suis dévoré d'inquiétude de ne plus voir ni Jade, ni Ellie ! Où sont-elles, que font-elles ? Sont-elles au moins vivante ? Et Haley, et Lily ? Je ne m'en suis toujours pas remis de leur mort !"

Mais rien ne sortit. Il se contenta de poursuivre après un gros blanc : "Mais on est toujours vivant. On risque de clamser à chaque instant, oui, et alors... là bas aussi, sur terre. Il suffit de croisé un banc de lascars dans le métro, ou ramasser un piano sur la gueule. On est tous mourant d'un façon ou d'une autre, nos vies sont vouées à disparaître, alors on va arrêter de se prénommer, parce que ça ne vaut pas le coup de vivre, puisque de toutes façon on va crever. Alors on va se mettre à bouder dans un coin et ne plus y bouger. Bordel ! Le danger ne nous rend que plus vivant !"

Sa tête lui tournait, il n'avait pas l'habitude d'avoir un débit de parole aussi intense, ni de tenir ce genre de propos. Il fallait croire que le vidage de sac était contagieux, passant d'Aldaée à Maxim, sans doute les deux personnes du groupe les plus frustrées.

La suite de la crise, épisode numéro deux, lui fit l'effet d'une pelleté de charbon dans la cheminée d'une locomotive à vapeur.

"Choupinette, tout le monde te déteste parce que t'es qu'une cruche, une bénie oui-oui qui accepte tout sans broncher. C'est pas humain bon sang, tu dois être énervée, tu dois ne pas supporter par instant ton pseudo hypochondriaque, tu dois te moquer de ses gants mappa rose ! Et puis, je te déteste pas en particulier, je méprise tout le monde, tant que je les connais pas. Mais toi tu ne me laisses même pas la chance de te connaitre, tu te contentes de me remettre dans la gueule tes problèmes à Ellipse. Et puis je me sens coupable de rien, j'ai jamais tué personne, j'y ai jamais pensé, c'est les autres qui veulent notre peau."

Il ne put s'empêcher, à la remarque de Shannon, d'un éclat de rire clair et joyeux, comme il y avait longtemps qu'il n'avait pas rit. Cette salope avait au moins un bon côté, elle ne s'enfonçait pas dans la déprime, ne se laissait pas allé. Il constata qu'Elijah rejoignait sa compagne de larmes chaudes.

...
...

"Tarlouze."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aldaée Devard
avatar

Acrophobe

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 471
XP : 160

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 660 rubz

MessageSujet: Re: L'avenir nous réserve parfois des surprises   Mer 23 Juin - 11:21

L'absence de réaction de Shannon, qui de toute évidence était réellement la pire de toutes les abruties qu'elle avait rencontrées jusqu'à présent (et Dieu sait qu'il y avait bon nombre de voyageuses qu'Aldaée considèrait comme telle), comme les réponses automatiques de Maxim ne l'atteignaient pas, elle était partie dans son trip.
Oui elle était folle, bravooooo Shannon ! Originalité ! Wouahou on lui avait jamais faite celle là !
Encore les réponses de Maxim étaient sensées. Bien qu'idiotes en les circonstances présentes puisqu' Aldaée avait été la seule à ne pas fuir, Yoru l'avait prise sur son épaule, et elle avait toujours affirmé qu'ils n'avaient rien à se repprocher et que par conséquent, ils ne risquaient rien. Mais ses mots ne la touchaient pas. A ses yeux elle était une cruche parce qu'elle était la seule personne qui s'efforçait de montrer un peu de gentillesse envers les autres. Elle aurait du être aussi stupide qu'eux et se moquer de l'apparence des autres ? Hin ! Si c'était pour leur ressembler elle préfèrait être la pire des cruches gnagnans plutôt que le dernier des cons. De toute manière, tout le monde ici la considérait comme une fille faible à cause de sa gentillesse. Yoru l'envoyait déjà au paradis, Maxim...ben il venait de dire ce qu'il en pensait. Elle-même se considérait comme faible, n'empêche que c'était son amitié pour les autres et sa peur de les voir mourir qui lui donnait la minuscule force qu'elle avait.
Elle les faisait rire ? Tant mieux ! Au moins ils pouvaient se marrer une bonne fois avant de crever. Shannon était la pire des pu...disons une jeune fille inintéressée par les autres.
En leur compagnie, Aldaée commençait à trouver que Brooke était un ange.
La remarque de Shannon et le rire de Maxim ne firent que serrer les dents d'avantage à Aldaée. Dans leur monde d'origine elle aurait donné un bon coup de poing dans la face superficielle de la blondasse et probablement un grand coup de pied dans les supposées parties du moqueur. Mais là, elle jugeait qu'ils ne valaient même pas la peine qu'elle se déplace. Sérieusement, ils comprenaient vraiment rien ces deux crétins.
Enfin, tout cela ne faisait que confirmer les doutes d'Aldaée, et puisque ses mots ne les touchaient pas, puisque ses coups de gueules semblaient inutiles, pourquoi sortir de l'ombre, hein ? Pourquoi parler ou se battre pour des abrutis de première qui ne pensent qu'à se quereller pour profiter de la vie ? Elle avait bien fait de se taire jusqu'à présent, voilà ce qu'elle retenait de ce petit pétage de plombs. La petite française se promis de fermer sa gueule et de ravaler son venin amer, de ravaler ses larmes et de les cacher au plus profond de soi. Puisqu'ils la voulaient ombre silencieuse. Elle eut un sourire fin et répondit aux deux à la fois de cette même phrase inutile :

C'est bien.

Ca servait de "oui, c'est bien de se moquer des gens qui pleurent cocotte, t'as raison." et de "c'est bien que tu te sentes pas coupable, coco." Pratique en somme. Et puis elle n'avait plus rien à leur dire, ils ne voulaient pas de ses mots, ils ne voulaient pas l'entendre et refusaient de comprendre sa détresse. Elijah cherchait, lui, à la consoler. C'était chose vaine mais Aldaée serra plusse les dents, retint ses larmes et força un petit sourire.

Hm. D'accord.

Elle ne voulait pas parler plus, sans quoi elle se serait remise à pleurer, ce qui l'enuyait assez. La petite française se calmait silencieusement, au moins les deux abrutis avaient trouvé un terrain d'entente, et tant pis si c'était pour se moquer d'elle. Ce n'était pas la première fois, et ça ne serait pas la dernière. De toute manière, elle s'en fichait. Elle construisait une carapace autour de sa faible personne. Tous les coups qu'elles s'étaient pris n'avaient pas suffit. Elle était restée émotive, elle continuait de montrer ses faiblesses en espérant faire entendre raison aux autres. Elle avait eu pitié de Maxim et il était remonté dans son estime lorsque la petite troupe qui l'accompagnait l'avait abandonné auprès du feu. Aldaée prit bien soin d'effacer ce sentiment et de l'utiliser pour renforcer la carapace qu'elle se forgeait.
Soit. Elle espérait être assez forte sous peu pour n'avoir aucun regret ou aucune peine en voyant leurs cadavres. A vrai dire elle aurait même pu en être satisfaite. Pour le moment, elle savait bien que même si elle n'avait qu'une seule envie c'était de prendre la tête de Shannon d'une main, celle de Maxim de l'autre et de les fracasser l'une contre l'autre, elle serait tout de même triste si l'un d'entre eux venait à mourir. Et on revient à la "gentille petite cruche trop bonne poire". Et ben oui, c'était elle, elle y était pour rien, elle n'avait jamais demandé à considérer les autres comme égaux à elle. Shannon les méprisait ouvertement, et Maxim venait d'affirmer faire de même. En fait, Shannon...C'était Maxim en mec, quoi.
Bon, bon, bon, ben après cet amusant interlude où elle tenta de les éclairer, revenons à l'ombre, puisque la lumière ne les atteint pas ! Elle soupira et posa les yeux sur le sol en silence. Qu'il en soit ainsi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elijah Keaton
avatar

Peur des histoires qui font peur

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 52
XP : 42

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 330 rubz

MessageSujet: Re: L'avenir nous réserve parfois des surprises   Mer 23 Juin - 15:17

Eli serra plus fort le petit corps d’Aldaée contre lui en écoutant les réponses des deux autres. Si Maxim avait pas mal de choses à dire, ce à quoi le rouquin n’avait rien à répondre, n’étant aucunement concerné, ce n’était pas le cas de Shannon, qui ne sortit qu’une seule phrase pseudo ironique.

Si Liam avait, d’après ce qu’il avait pu comprendre, couché avec cette chose, ce n’était sans doute pas pour ses neurones. Ni pour son physique, d’ailleurs, car.. Elle n’était vraiment pas jolie, la Barbie. Alors pour quoi ? … Sans doute pas par amour alors.. Ne restait plus qu’une solution : parce qu’elle était facile. Jetant un regard dégoûté sur Shannon, Elijah acquiesça mentalement cette théorie. Une vieille chanson lui revint en tête, à propos de la jeune femme, quelque chose qu'écoutait sa mère... ♫ Si seulement elle était jolie, je dirais tout n'est pas perdu.. [ .. ] Hélas elle est plus laide bientôt que les sept pechés capitaux.. ♫

Ses propres larmes avaient cessé de couler, non seulement parce que celles d’Aldi ne coulaient plus, comme s’ils étaient branchés sur le même tuyau, mais également grâce à sa mini réflexion sur les envies dudit Liam, qui l’avaient fait penser à autre chose.

Eli accéléra légèrement le pas, s’éloignant d’eux, Aldaée toujours blottie contre lui. Son sourire était à peine forcé, cela se voyait terriblement mais Elijah feint d’être dupe. Il ne voulait pas une autre crise de larmes de la jeune fille, et continua d’avancer, la gardant contre lui et lui caressant les cheveux.

S’ils n’étaient pas capables de rester ensemble sans s’engueuler toutes les 5 minutes, que ce soit entre Maxim et Shannon ou les deux ensemble vs Aldi, et bien tant pis. Il la garderait pour lui. Voila. Jusqu’à ce qu’elle soit en sécurité, chez elle, … Même s’il n’avait absolument aucune idée de l’endroit où elle habitait !

Mais il la ramènerait. En un seul morceau, et en vie. Quitte à se faire pipi dessus, tant pis. Les placards étaient de son côté. Après tout il était pas plus faible qu’un autre, et en bonne santé, lui. Bien que son pouvoir ne soit pas très offensif, il était au moins dissuasif et leur permettrait de fuir en cas.. De problème.. Hein ?

De toute façon, pour l’instant, ils ne savaient même pas où aller. Mais ça n’empêchait pas le jeune garçon d’avancer d’un pas décidé. Il se sentait plus fort d’avoir Aldaée à protéger. Et ce n’était pas le petit commentaire de Maxim, à peine dit assez fort, qui le ferait changer d’avis. Refoulé, frustré le jeune homme, voila tout. Finalement ils faisaient un joli couple avec Shannon. Eli haussa les épaules, caressant les cheveux d’Aldaée.

- Je prendrais soin de toi.. Je te le promets.

Silencieux pendant quelques minutes, il ajouta doucement.

- Dis.. Tu as de la famille, en dehors de ce monde.. ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brooke Klein
avatar

Cymophobie

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 228
XP : 51

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 100 rubz

MessageSujet: Re: L'avenir nous réserve parfois des surprises   Mer 23 Juin - 16:14

  • Brooke était dans un coin de la camionnette, écrasée par les autres prisonniers et par ses propres chaines. Elle dormait encore, complètement assommée par les puissantes drogues que lui avait fait prendre le capitaine pour que leur débarquement à Sextus se passe tout en douceur, délicatesse et discrétion. Trois choses que Brooke n'aurait pas manqué de faire voler en éclat si jamais elle avait été éveillée. Ce fut le choc subit par leur moyen de transport qui la tira doucement de sa profonde léthargie. Elle ouvrit d'abord les yeux, en fronçant les sourcils. Tout le monde gémissait autour d'elle et cela lui agressait profondément les oreilles. Elle grommela quelque chose d'inaudible et tenta de se redresser. Elle y parvint mais bascula la tête la première. Ah, le camion était couché sur le flan. Elle était empêtrée dans toute la ferraille qu'ils lui avaient mise, ce qui ne fit qu'accroitre sa mauvaise humeur. Quand elle eut recouvré un semblant d'équilibre, elle se mit à songer à ses récents souvenirs et se rendit compte que son esprit était totalement embrumé. Elle ne se souvenait de pratiquement rien, mis à part le fait qu'ils avaient enfin trouvé le nom du Rafiot-Gruyère. Le... Le... Hum, le nom ne lui revenait pas. Le navire avait commencé à couler, tandis que ses passages rajeunissaient pour redevenir poussière. C'avait été la débandade, et tous avaient regagné tant bien que mal le bateau initial. Et c'était à peu près tout, du moins, le principal.

    Quelques longues minutes plus tard, un truc non identifié ouvrit les portes de la camionnette renversée. Il s'agissait de Madame Givre, et son langage des plus originaux. Elle fit descendre un à un les passages, leur ôtant leurs chaines au passage. Brooke n'y échappa heureusement pas et poussa même jusqu'à remercier sa sauveuse. Elle écouta ensuite avec attention les paroles d'Hildegarde et conclut qu'elles ne lui plaisaient pas, mais qu'elle n'avait pas trop le choix. Brooke regarda donc autour d'elle et reconnut les visages de ses compagnons d'infortune. Elle commençait à bien les "connaitre" maintenant... Après tout, ils étaient tous dans la même galère.

    D'un seul coup, Brooke eut comme un flash, et elle se souvint : ils avaient été transportés grâce à une caravane jusqu'à l'endroit où ils allaient être vendus, une espèce de place. Pensant que cela allait faire augmenter leur prix, le capitaine du Slavedog Millionaire les avaient nettoyés, changés et soignés. Ainsi, sa cheville était parfaitement rétablie et elle n'avait plus qu'un léger bandage qui ne la gênait pas le moins du monde. Elle se laissa aller à un soupir de soulagement. Un sourire étira ses lèvres, si joyeux et tellement incongru en ce lieu !

    Pour finir, elle se rendit compte d'une dernière chose. Une chose géniale. Sous ses pieds, il n'y avait plus d'eau ni de vagues. Seulement la terre ferme. La mer était loin maintenant, en tout cas, plus dans son champ de vision. C'était tellement incroyable ! Tout à son bonheur retrouvé, elle éclata de rire. Un rire dont on ne l'aurait jamais pensé capable : un rire frais, sincère et clair. Enfin elle se tut, mais continua de sourire. Alors elle se tourna vers la dame de glace et lui demanda :

    -Et où allons-nous ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shannon Ciccone
avatar

Cacophobie

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 67
XP : 44

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 100 rubz

MessageSujet: Re: L'avenir nous réserve parfois des surprises   Mer 23 Juin - 17:31

Ce n’était pas fini. Quelqu’un d’autre avait quelque chose à dire ! A croire que seule Brooke, Gabriel et elle-même étaient les seules personnes censées ici. Et encore… En fait, non, elle ne les connaissait pas et ne pouvait donc pas les juger en bien. Sur ce point, elle rejoignait un peu les paroles du scarifié : elle ne les aimait pas du moment qu’elle ne les connaissait pas. La seule opinion qu’elle pouvait se faire d’eux était négative, même si le garçon lui avait laissé une impression plus ou moins bonne en l’invitant à aller se servir dans son sac, même si elle n’y avait rien trouvé si ce n’était une bouteille d’eau et une couette qu’elle arborait toujours autour d’elle, espérant qu’il ne broncherait pas et la laisserait au moins en profiter jusqu’à leur arrivée au camps d’Hildegarde.

D’ailleurs, quand est-ce qu’ils arrivaient ? Parce que les règlements de compte des voyageurs devenaient vite lassants. Shannon s’était peut-être dit que cela pourrait être marrant deux secondes, mais là, cela devenait trop profond pour elle… Ils ressassaient des souvenirs de moments dont elle n’avait pas connaissance, ayant trouvé une combine bien plus intelligente et utile que la leur, car elle semblait vraiment foireuse si elle en croyait le nombre de morts. Bon, deux, ce n’était pas énorme, mais ils parlaient quand même d’êtres humains, et même elle le réalisait. C’était la raison pour laquelle elle préférait éviter tout lien affectif : cela n’engendrait que de la peine et on finissait par se mutiler. Son corps était bien trop beau pour subir cela…

Mais apparemment, ce n’était pas de l’avis de tout le monde… Notamment pas celui du petit rouquin qui la regardait, écœuré. Il avait un problème ? Eh oui, c’était ça un corps de femme… Craignait-il ses formes ? Décidemment, la jeune fille était entourée d’homosexuels ! Entre le capitaine, Maxim, Gabriel et maintenant Elijah… Cela devait être l’air de Dreamland. Enfin bon, la jeune fille, malgré tous ses préjugés, n’avait pas été élevée dans le troisième Reich, du coup elle s’en fichait un peu, mais parfois c’était du gâchis. Heureusement, elle n’était attirée par aucun des jeunes hommes présents, alors ils pouvaient faire tout ce qu’ils voulaient, ça lui importait peu !

C’est pourquoi elle aurait ri si les deux pleurnichards leur avaient fait part de leur opinion sur elle et Maxim. Ils ne s’aimaient pas et n’avaient pas l’air en bonne voie pour s’apprécier un jour, et tout les opposaient contrairement à ce que pensaient les mielleux.
Mais en fin de compte, il devenait sa troisième relation la plus creusée, se plaçant derrière Liam, lui-même devancé par Dakota. Pourquoi d’ailleurs ? Il en avait vu bien plus qu’elle… Mais Shannon avait souhaité se lier d’amitié avec l’adolescente, contrairement au vieux pervers qu’elle tentait de manipuler… Il se trouvait devant Cyanur, avec laquelle la blonde s’était aussi engueulée. Mais avait-elle seulement une relation plus ou moins… positive ? Apparemment, non.
Elle ressentit une certaine satisfaction en voyant le jeune homme rire à sa remarque. Elle ne se voyait pas du tout se lier d’amitié avec lui, mais peut-être qu’elle serait moins seule s’il était aussi considéré comme le vilain petit canard…

Elle ne cessait de trahir les promesses qu’elle se faisait quant à l’affection qu’elle ne devait pas ressentir et la solitude dans laquelle elle devait se faire prisonnière, mais elle ressentait une envie de plus en plus forte de s’en défaire. Seulement, vue la difficulté de la chose, elle renonçait pour ensuite retrouver espoir, tout ça pour finalement se retrouver seule à nouveau. Elle n’était vraiment pas aidée… Ni par les autres, ni par elle-même.

Lorsque la muette du groupe prit la parole, elle fut dépitée. Ils ne se gueulaient pas assez dessus comme ça ? Mais en fait, c'était pour poser une question pour le moins ridicule. Elle comprit alors pourquoi elle n'avait pas parlé jusque là, et regrettait qu'elle ait rompu le silence.

- Au campement d'Hildegarde ? dit-elle avec dédain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dr. Parkinson
avatar

Nombre de messages : 337
XP : 230

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 0 rubz

MessageSujet: Re: L'avenir nous réserve parfois des surprises   Mer 23 Juin - 18:58

La blonde qui rappelait vaguement à Hildegarde une célèbre poupée de la marque Mattel venait de se « brûler » les doigts en tentant de la toucher, ce qui tira un pouffement à la voyageuse. La donzelle lui demandait sérieusement si il y avait des vêtements là où elle était... et elle faillit répondre que là où elle était, c'est-à-dire ici même, ça se voyait bien qu'il y avait autant de vêtements que de dents dans la bouche d'Aston. Elle n'en eu néanmoins pas le loisir car ils se mirent tous à parler les uns après les autres, se coupant, s'insultant, s'agressant... quelle bande de joyeux lurons !

Elle était tellement absorbée par ce spectacle qu'elle en oubliait de répondre aux questions qu'on lui posait, mais bon ce n'était pas une grande perte, les questions étant relativement stupides et ses réponses se promettant d'être pour le moins décalées. Enfin ça commençait tout de même à être lassant, surtout que des curieux commençaient à s'amasser et que les gardes de la ville n'allaient pas tarder à débouler. Malgré la fraicheur qui déstabilisait sa santé mentale, Hildi savait bien qu'il valait mieux éviter d'en arriver là, c'est pourquoi elle lâcha soudain en miment un bâillement, assez fort pour être entendue de tous :

- Blaaaaaablaaaaaablaaaaaaaah...

Le silence se fit peu à peu, les regards se tournant vers elle. Elle profita de l'accalmie pour se saisir de quelque chose dans la sculpture excentrique que formait ses cheveux, et qui s'avéra être un médaillon. Elle le tripota quelques secondes avant de s'exclamer comme si elle se parlait à elle-même :

- Luigi ! Ici Mario ! J'ai sauvé Peach et mit sa pâté à Bowser, tu peux me ramener au royaume champignon ?

A peine eut elle prononcé ces paroles dépourvues de sens pour le commun des mortels, les voyageurs furent enseveli par une lumière blanche et glaciale qu'ils furent les seuls à percevoir. Ils se réveillèrent en sursaut, glacés mais couvert de sueur dans le dortoir du cabinet du docteur Parkinson avant de s'endormir une nouvelle fois, replongeant rapidement dans l'obscurité pour émerger enfin une dizaine de secondes plus tard, dans un lieu inconnu.

La suite par làààà :
http://hypnose.hypeforum.net/plaine-aux-collines-monts-olympiens-f33/terroriste-un-metier-d-avenir-t531.htm#8014
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hypnose.hypeforum.net
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: L'avenir nous réserve parfois des surprises   

Revenir en haut Aller en bas
 

L'avenir nous réserve parfois des surprises

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hypnose :: Continent Chimérique :: Sextus-