AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Luxure, quand tu nous tiens... [18+]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Dr. Parkinson
avatar

Nombre de messages : 337
XP : 230

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 0 rubz

MessageSujet: Luxure, quand tu nous tiens... [18+]   Jeu 17 Juin - 13:09

Après avoir traversé Sextus sous les rudes coups des deux molosses de la Reine, les esclaves finirent le voyage avec une cagoule noire sur la tête. Il ne fallait pas voir le mécanisme d'entrée dans la tour. Les malheureux passèrent d'un soleil doux et chaleureux à la fraîcheur sèche d'une cave. Ils descendirent encore d'un étage quand on leur retira leur masque. La reine n'était pas encore là, elle se baladait encore en plein jour, mais elle avait le sens de l'hospitalité, et avait chargée deux servantes d'accueillir les nouveaux venus.
Elles étaient différentes toutes les deux, mais elle partageaient quelque chose de commun, un air de ressemblance, comme si elles étaient de la même famille, ou de la même espèce du moins. Elles mesuraient dans les 1,60 mètres, étaient toutes les deux brunes, et avaient une peau qui ne prenait jamais le soleil. Et leurs yeux sombres brillaient à la lueur des bougies.

« Maîtressse exsige que vous ssoyez à l'aise, défaites-vous de vos vêtements et donnez les nous... Nous nous chargerons de vouss en apporter de nouveaux, et de bien plus beaux... »

Il y avait comme un accent dans ces mots, comme un message subliminal, un impératif qui incitait les gens à obéir. Elles attendaient là, patiemment, qu'on leur remette les loques d'esclaves. Il fallait qu'ils soient présentables pour la Reine. Une des servantes jeta un oeil mauvais aux deux colosses qui les reluquaient d'une façon peu discrète, ils sentirent l'envie de retourner à leur poste, garder l'entrée de la tour.

La pièce ressemblait à une grande chambre. Elle ouvrait sur trois portes en bois massif, et était dallé de marbre. Les murs en lambris sombre laqué ne portaient aucun ornement. Pour seules lumières, il y avait plusieurs bougeoirs contenant de grosses chandelles. Un immense lit circulaire occupait le centre de la salle, et quelques sofas offraient le repos pour une dizaine de personne. C'est sur l'un d'eux que la deuxième servante s'assit élégamment. Elle saisit sur le guéridon un verre de vin (ou du moins d'un liquide rouge) et le but lentement. Tout en faisant cela, elle lançait des regards de braise à Liam.

« Ne ssoyez pas génés, reprit la première. Après, vous pourrez vous délassser dans le bain, dans la piècse voisine... Ou vous nourrir, dans le ssalon. Mais ssurtout, ne vous trompez pas de porte... ah ah ah. »

Effectivement la chambre jouxtait un salon, dont la table était chargé de victuailles et de boissons. La salle de bain jouissait d'une grande cuve d'eau chaude et de divers produits d'entretien du corps. Quant à la troisième salle, c'était un mystère... Etait-ce dangereux, ou inoffensif ? Qui avait-il dans ce salle où ne régnait qu'une obscurité totale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hypnose.hypeforum.net
Liam Baldwin
avatar

Hypersexualité

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 158
XP : 125

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 3080 rubz

MessageSujet: Re: Luxure, quand tu nous tiens... [18+]   Ven 18 Juin - 19:02

Après s'être fait rudoyé sur tout le chemin pour finir la route encagoulé, Liam quitta enfin la chaleur accablante de Sextus pour la douce fraicheur de la tour. La maitresse des lieux n'étant pas là pour les écraser de son aura, le taulard était relativement calme lorsque la vue leur fut rendue, dans une salle immense tout de marbre et de bois laqué. Le lieu bien que décoré simplement transpirait la classe et un sentiment de respect, d'ailleurs on n'y entendait pas une mouche voler.

Le silence fut rompu par deux femmes à la vision hypnotique, à la peau blanche et au regard de braise qui s'exprimaient avec un tic de langage qui rappelait étrangement le sifflement d'un serpent. D'ailleurs même si elles étaient de forme humaine quelque chose clochait chez elles, ce qui ne faisait que s'interroger un peu plus sur d'éventuels liens reptiliens quelque part dans leur arbre généalogique. Leurs voix avaient un côté impératif, à un tel point que Liam se surprit à déboutonner le tissu rouge de sa jupe à peine leur phrase finie. Si même les servantes avaient de tels pouvoirs il n'en craignait que plus Asmodée, même si le nom de la tour présageait plus pour lui des plaisirs que des souffrances.

Les molosses de la gardienne quittèrent la salle et Liam termina son strip-tease après avoir pris soin de tourner Ella dans la direction opposée. Faire le nudiste devant les autres par contre ne le troublait pas le moins du monde, il passa donc fier comme un coq devant Jonh, William, Lys et Selene sans même chercher à cacher son service trois pièces tout en écoutant d'une oreille distraite ce que disait l'une des servantes en le dévorant du regard. Un bain ? Pourquoi pas, ce n'était pas de refus après le voyage auquel ils avaient eu droit. Et s'il avait droit en plus de ça à un peu de compagnie...

Il rendit à la servante son regard avant de lui tendre la main, celle non déformée par son envie grandissante, pour l'aider à se lever et de l'entrainer après lui vers la salle de bain. Elle le suivit avec un air énigmatique, sans qu'il n'ait besoin de formuler oralement sa demande. Les filles d'ici n'étaient vraiment pas farouches, ça ôtait presque tout plaisir de conquête... presque. Il disparu dans la pièce adjacente en charmante compagnie, avec laquelle il se glissa dans l'eau chaude et parfumée avant de se lancer dans quelques galipettes sous-marines. Cette fille s'y connaissait et réussi même à lui apprendre deux ou trois choses qu'il n'avait même pas soupçonné. Inutile de dire qu'ils n'en ressortirent que bien plus tard, le trentenaire toujours aussi dénudé mais propre comme un sous neuf.

Rien de tel pour vous requinquer un homme, il se saisit ensuite d'une cuisse de poulet dans la salle à manger avant de revenir dans la salle centrale et de saisir William par l'épaule comme un vieil ami tout en mordant dans son pilon. Quand on prenait en compte leur nudité temporaire (car l'écrivain avait bien dû à son tour se débarrasser de ses vêtements), la scène en devenait étrange ce qui n'avait rien pour rassurer William dont le souvenir des événements survenus sur le SM devait encore être bien frais.

- On a pas eu l'occasion de reparler depuis notre petite séance de sport de l'autre jour non ? C'est plutôt sympa ici tu ne trouve pas ?

Il vérifia d'un bref coup d'œil que sa fille n'était plus là, elle avait dû filer au bain à son tour, avant de mordre de nouveau dans sa cuisse de poulet en entrainant avec fermeté le pauvre anglais vers la porte qui donnait sur la pièce plongée dans l'obscurité. Ils s'arrêtèrent sur le seuil et le taulard adressa à son « ami » un sourire qui n'avait rien de rassurant.

- Cette pièce sombre et mystérieuse... on dirait que c'est sorti tout droit d'un bouquin. Avec les mises en garde on se croirait presque dans Barbe bleue. Va savoir, ton prochain best seller est peut-être devant tes yeux, tu devrais aller te documenter !

Et sur ces mots il lâcha l'épaule du scribouillard en le bousculant légèrement vers l'avant pour déstabiliser son équilibre avant de l'envoyer valser dans l'obscurité d'un bon coup de pied au cul. L'exclamation étouffé du pauvre garçon se perdit dans le noir et Liam observa les ombres quelques secondes en silence avant de se tourner vers la seconde servante dans un demi sourire.

- Je n'aurais peut-être pas dû faire ça non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jonh Matrevis
avatar

Trouble bipolaire IV: dépression sur fond de tempérament hyperthymique

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 307
XP : 134

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 300 rubz

MessageSujet: Re: Luxure, quand tu nous tiens... [18+]   Ven 18 Juin - 20:36

Ayant finalement réussit à sa calmer un tant soit peu, Jonh regarda d'un air dubitatif l'endroit où il avait atterrit. Et c'était pas deux demoiselle qui venait d'arriver qui allait arranger la chose. Tout comme leur maitresse elles semblaient détenir un pouvoir. Peut être était ce dans leur accent ? Toujours est il que Jonh fût bien "content" de pouvoir enfin enlever ses habits qui date de l'ancien temps mais gardant quand même un minimum de pudeur comparé à Liam qui se pavanait comme un coq. Enfin, il fallait le comprendre aussi...Ce dernier ne tarda pas à accepter la proposition de prendre un bain en emmenant avec lui une des servantes. Il ne perdait pas de temps...
Pour ce qui était de Jonh, et bien il n'avait pas vraiment fin vu le film qu'il avait vu son appétit s'était plutôt coupé. Quant au bain, il attendrait que l'on daigne leur donner de nouveau vêtement. Tout en gardant Lys près de lui , le jeune homme écoutait ce qui se passait. Et comme d'habitude c'était l'ancien prisonnier qui mettait "l'ambiance"se servant de William, à son souvenir, comme test pour la pièce caché. C'était sadique...mais intelligent.
Enfin, Jonh commençait quand même a avoir un peu froid. Il se tourna lui aussi vers la deuxième servante.

- Vous pourriez lui expliquer après nous avoir donner des vêtements ? A moins que vous attendiez qu'on tombe malade ?

Le jeune homme se demandait bien pourquoi la maitresse de la tour de luxure les avaient achetés. Vu l'aura qu'elle dégageait et son pouvoir d'attraction elle n'avait pas besoin d'argent pour pouvoir coucher avec un tel. Pas que Jonh en ai envie, loin de là. Elle n'existait même pas au fond et ouis il n'y avait que son ancienne fiancé dans son coeur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Selene Nymphadora
avatar

Obsession pour les épouvantails

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 87
XP : 75

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 200 rubz

MessageSujet: Re: Luxure, quand tu nous tiens... [18+]   Mer 23 Juin - 12:15

Les hommes chargés de les ramener vers la tour de la luxure ne firent pas une grande démonstration de délicatesse. L’adolescente écopa de quelques coups brusques pour l’inciter à ne pas lambiner et eut même droit à quelques regards indiscrets des gardes avant de recevoir sur la tête une cagoule qui la plongeait dans le noir complet. Quand elle sentit la morsure du soleil chaud de Sextus s’effacer de sa peau pâle, Selene sut qu’elle venait de pénétrer dans une bâtisse, qui manifestement semblait s’enfoncer sous terre.

La jeune fille fit bientôt halte, avant qu’on ne lui rende la vue et ne la libère de son collier d’esclave. Un frisson ébranla son corps quand elle détailla les lieux et les deux servantes étrangement belles. Quelque chose lui retournait l’estomac, comme une ambiance malsaine qui s’imprimait sur la moindre des pierres et qui émanait autant des deux femmes au tic de langage reptilien. Tout apparaissait comme outrageusement opulent, de la salle de bain qui appelait à la détente à la table du salon qui donnait presque l’impression de ployer tant la charge de nourriture qui s’y trouvait était importante. Malgré tout cela, la toquée ne sut résister au pouvoir des deux servantes, et sans vraiment réaliser à quel moment, elle se vit nue, occupée à confier ses frustes à deux mains blafardes avant de se faire la plus petite possible, rouge, les yeux détournés. Liam passa devant elle sans sa moindre pudeur, avant d’emmener avec lui une compagne pour l’aider à profiter de l'eau chaude. Selene ferma les yeux et secoua vivement la tête. Les gardes avaient disparus mais pourtant, elle ne se sentait pas rassurée. Comme dans des films qu’elle avait put voir dans le monde réel, le lit circulaire appelait aux orgies, comme un message subliminal qui parlait bien assez de lui-même ; on aurait dit que les esclaves allaient devoir s’offrir corps et âme à la dite maitresse, la femme somptueuse qui était venue les chercher à l’animalerie.

Hypnotisée par les lieux, l’adolescente finit par lentement s’avancer dans le salon avant de regarder avec envie chacun des plats qui trônait sur la table. Elle hésitait, prise du sentiment – somme toute assez normal – qu’il était impossible que lui soit offert à volonté une telle quantité de victuaille, sans que rien ne soit exigée en retour. Mais elle avait extrêmement faim, et la gorge désagréablement sèche. Après avoir longuement épié divers plats de viandes et de poissons qui n’attendaient que d’être engloutis, Selene décida de commencer sobrement et de prendre une pomme rouge et de mordre doucement dedans, prête à recevoir une réprimande… mais rien. Seule la chair fraîche et sucrée du fruit ne répondit à sa gourmandise en lui procurant une vague de soulagement qui lui aurait presque fait oublier sa condition d’esclave.

Dévorant sa pomme silencieusement, comme une Eve à la chevelure flamboyante qui croquait allègrement dans le fruit défendu, le stresse de la jeune toquée disparue, emportant avec lui les risques qu’elle ne se transforme en épouvantail humain. Quand elle regarda Jonh et son amie qui n’avaient pas bougé, la galloise sentit une pointe de culpabilité accompagnée d’une once de honte, d’avoir à l’instar de Liam sauté sur les offres qui leur avaient été faite avant de savoir de quoi il allait retourner. Cette sensation passa vite, quand elle se fit la réflexion qu’après des semaines de galères à trimer sur un bateau nourrie au lance-pierre pour être vendue comme un animal, elle pouvait bien se permettre de manger un peu ; l’occasion de se repaître tranquillement de se représentera peut-être pas tout de suite.

Selene finissait sa deuxième pomme quand Liam sortit de la salle de bain, tout aussi fier qu’avant y être entré. Il s’avança à son tour dans le salon pour s’emparer sans sentiment d’une cuisse de poulet volumineuse et de l’emporter avec lui dans sa salle centrale.
Les craintes de l’adolescente endormis par les chairs délicieuses qu’elle avalait ne lui fermaient plus la route vers les bains. Elle se permit même de prendre en otage une grappe de raisin et de passer timidement par la pièce centrale avant de rejoindre l’eau chaude qui semblait l’appeler par son prénom. Elle s’attacha du mieux qu’elle put les cheveux en chignon puis se glissa dans le bassin pour s’allonger confortablement et porter un grain de raisin à ses lèvres. Pour ne pas mentir, tout ce confort superficiel recommençait à lui perturber les entrailles jusqu’à lui donner envie de vomir ce qu’elle mangeait. Pourtant, elle ne pouvait pas nier être bien, et n’avait pas été aussi bien depuis très longtemps.

Dans un soupir, Selene ferma les yeux en pensant à ce qui allait lui arriver. Elle se souvenait des discussions qu’elle avait put avoir avec ses amies, relatives à sa première fois, et tout le tralala. Que voulait-elle déjà ? Un garçon avec lequel elle s’entendait bien, et en qui elle aurait confiance, pour se sentir en sécurité ? Tous ces principes apparaissaient, bien malgré elle, totalement absurde dans la situation où elle se trouvait. Que ressentirait-elle de perdre sa virginité dans un monde pareil, dans les circonstances qui semblaient se dessiner ? De la peur ? De la honte ? Du dégout ? Qu’est-ce qui rendait ce moment si important exactement ? Le partenaire ? Le moment ? La manière dont s’est mené ?
La galloise mit deux grains de raisin dans sa bouche comme pour étouffer ses pensées et rouvrit les yeux. Un instant, elle espéra de toutes ses forces qu’elle serait de retour chez parkinson vivante, habillée et vierge. Mais ne répondirent à son désespoir que le plafond de la salle de bain et les voix qui venaient de la pièce centrale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ella MacDubh
avatar

Pyrophobe

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 125
XP : 60

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 310 rubz

MessageSujet: Re: Luxure, quand tu nous tiens... [18+]   Mer 23 Juin - 14:35

Assise par terre dans la pièce aux trois portes, Ella se déshabilla rapidement en regardant le mur, puis fit un petit tas des vêtements qu’elle apporta à la servante. Hm vraiment, tout ça pour ça… Est-ce qu’il y avait toujours des méchants monsieur ici ? Parce que pour le coup, elle ne pouvait plus rien cacher.. Tournant la tête autour d’elle avec méfiance, la petite vit son père disparaître dans la salle de bains et voulut le suivre lorsqu’elle remarqua qu’il n’était pas tout seul.

Soupirant, elle se rapprocha de Jonh et Lys, qui n’avaient pas l’air dangereux pour un sou, et qu’elle connaissait.. De vue, au moins. Adressant un petit sourire gentil aux deux, la fillette regarda Jonh avec curiosité, une question lui brûlant les lèvres. Après quelques secondes d’hésitation, la petite se lança enfin.

- Dis.. T’es fâché avec papa.. ? C’était qui, ceux qui n’ont rien fait.. ? Ils ont été méchants avec toi ?

Ella le fixait avec compassion, avant de détourner les yeux vers Lys, qui semblait au plus mal. Elle ne parlait plus, regardait à peine ce qui l’entourait.. Elle avait l’air tellement triste que la fillette lui fit un câlin, et.. Se mit à pleurer. Instinctivement, la petite recula de quelques pas, sanglotant toujours, mais de moins en moins. Après quelques minutes les larmes cessèrent de couler, un léger sourire réapparaissant sur ses lèvres.

- .. Désolée.. Je sais pas.. Pourquoi…

La petite fut interrompu par Liam qui sortait de la salle de bains, tout content. Ella lui adressa un grand sourire mais il continua son chemin vers la cuisine comme si de rien n’était. .. Ah.. D’accord.. Baissant la tête, la fillette fila à son tour vers les bains, estimant qu’un brin de toilette ne pourrait pas lui faire de mal, et barbota joyeusement dans un petit coin jusqu’à l’arrivée d’une jeune femme accompagnée de quelques grains de raisin.

Apparemment, elle ne l’avait pas vue, et profitait sereinement de son bain. La rouquine changea de position dans l’eau, se rapprochant un peu d’elle et provoquant ainsi des remous. Oh, amusant. La fillette fit quelques vaguelettes puis se lassa, se rapprochant encore un peu de la demoiselle. Toussotant, elle demanda timidement.

- Je peux avoir un grain s’il te plait.. ?

Elle avait vraiment faim, en y repensant, depuis le temps qu’elle n’avait pas mangé quelque chose de bon.. Le dernier était… le beignet, de sa rencontre avec Liam, ouh.. Ça faisait un moment déjà.. Il s’était passé tellement de choses depuis… Enfin. Ella secoua la tête, et des mèches rousses vinrent se coller sur ses joues, qu’elle retira avec une petite moue boudeuse. Fichus cheveux qui ne tenaient pas en place ! Relevant la tête vers la jeune femme, elle lui sourit.

- Comment tu t’appelles ? Moi c’est Ella !

Est-ce qu'elle aussi était une esclave ? En y repensant, il lui semblait l'avoir vue dans la .. cage, un peu avant, donc.. Théoriquement oui. .. Mais à quoi elles allaient servir ? D'après ce que la rouquine avait pu voir, à savoir les bains, et la table remplie de nourriture, ils étaient plutôt bien traités.. Un esclave, c'était pas comme une femme de ménage mais en pas payé ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Selene Nymphadora
avatar

Obsession pour les épouvantails

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 87
XP : 75

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 200 rubz

MessageSujet: Re: Luxure, quand tu nous tiens... [18+]   Jeu 24 Juin - 13:59

Perdue dans le vide de ses pensées, la galloise était désormais très loin de la salle de bain. Elle regardait passivement défiler devant ses yeux ses mésaventures jusqu’ici, ses malheurs exorcisés par le confort dont elle profitait peut-être trop sereinement. Un clapotement dans l’eau à ses cotés ne la fit pas réagir, comme paralysée dans son mutisme figé entre désespoir et soulagement. Ce fut alors une petite voix innocente – et apparemment inoffensive – qui la tira de ses rêveries. L’adolescente mit un instant à réactiver ses connexions synaptiques nécessaires, puis elle s’empressa de tendre sa grappe à la gamine.

- Oh oui oui bien sûr, tu peux en prendre plusieurs même, ne t’en fais pas.

Elle lui adressa un sourire et s’enfonça un peu plus dans l’eau en repliant les bras sur elle-même. On aurait put croire à un mouvement guidé par la pudeur, mais en fait, elle cherchait à dissimuler ses cicatrices, soucieuse de ne pas effrayer ou perturber Ella. La toquée détaillait la petite avec une pointe affection non dissimulée ; elle avait l’air adorable et tout à fait saine… comment avait-elle put se retrouver ici aussi jeune ? La pauvre… et pourquoi trainait-elle sans arrêt avec cet homme bizarre ?
La galloise réunit sa cheveux rousse d’un coté de son visage pour se masser doucement la nuque d’une main.

- Je m’appelle Selene, enchantée de te rencontrer.

Celle-ci eut un petit rire avant de replonger dans ses pensées. Où pouvaient bien être les autres voyageurs ? Allaient-ils aussi servir de harem mixte à un noble quelconque ? Seraient-ils aussi bien traités ? Allait-elle les revoir ?
C’était un sentiment d’impuissance bien trop douloureux de se savoir séparer de ses compagnons de galère – qu’ils soient inconnus ou pas – et de ne pouvoir ni les contacter, ni chercher à les retrouver, ni même espérer qu’ils viennent d’eux-mêmes. Et combien de temps cette mascarade allait durer ? Selene ne se voyait pas rester esclave au service de la reine de la luxure jusqu’à la fin de ses jours, ça ne faisait pas partie de ses projets d’orientation.

Dans un soupir non dissimulé, elle se rapprocha du bord du bassin où étaient entreposés divers produits de bain qu’elle ne connaissait pas, mais dont la couleur, la texture et l’odeur suffisaient à annihiler ses soupçons quand à leur nature. La jeune fille choisit donc une sorte de gel turquoise pailleté de bleu nuit, qu’elle appliqua sur son corps avec un gant spongieux dont la douceur la faisait frémir de bien-être. Elle appela Ella à faire de même, en lui proposant de lui laver les cheveux par la suite si elle le désirait ; après tout, combien de temps avaient-ils passés sur le Slavedog millionnaire sans une hygiène normale ? Il était plus que temps de se remettre à neuf.
Les fragrances délicieuses qui s’élevaient de sa toilette étaient hypnotiques. Pendant quelques instants, Selene avait totalement oublié l’endroit où elle se trouvait et une fois toute propre, au milieu d’un nuage de mousse bleu ciel au parfum doux et sucré, elle se surprit presque à s’assoupir légèrement. D’un geste lent, elle cherchait à tâtons la grappe de raisin que sa comparse de sept ans avait posé sur le rebord et se saisit d’un groupe de quelques grains qu’elle dégustait un à un.
Un éclair de lucidité perça son voile de bonheur factice et illusoire. Incapable d’avaler le dernier fruit qu’elle tenait dans la main, sa voix triste s’éleva, déchirant au passage les drapés qu’avaient tissus ses précédentes sensations de bien-être.

- Je me demande vraiment ce que l’on va devoir faire ici…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dr. Parkinson
avatar

Nombre de messages : 337
XP : 230

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 0 rubz

MessageSujet: Re: Luxure, quand tu nous tiens... [18+]   Jeu 24 Juin - 16:57

Une Servante passait déjà du bon temps avec l'un des jouets. Il était drôlement coopératif, alors qu'un autre faisait déjà sa mijaurée. La seconde Servante se déplaça agilement et se planta devant Jonh dont elle saisit une main. De l'autre elle caressa la protubérance encore couverte, alors qu'elle en avait exigé le contraire.

"Allons bon, débarasssons nous de ssce fardeau."

Elle arracha d'un geste vif le reste des vêtements qui recouvraient encore Jonh. Elle l'avait gentiment demandé, alors il fallait gentiment obéir. Elle se mit à éclater d'un rire clair et malicieux, puis attira le jeune homme contre elle d'une poigne de fer insoupçonnée. Elle lui embrassa langoureusement le cou et l'emmena vers la grande couche.

"Couché !"

Ordonna-t-elle à son chien, en se glissant à ses côtés.

Une scène dont le jouait coopératif amusa les deux Servantes non apaisées. Liam s'était emparé de son frêle camarade pour le jeter dans la pièce noire, qui disparut dans un cri étouffé. Et pour cause, nul ne vit ce qui se passa, mais il purent entendre les râles d'agonie et d'épuisement de William. Dans l'obscurité la plus totale, deux mains fermes vinrent le saisir tandis que des crocs se plantèrent dans sa jugulaire. Au bout de deux minutes d'un bruit de succion en parallèle de souffrance, William ressortit de la chambre interdite, ou plutôt s'en écroula, inerte mais vivant, un filet de sang s'échappant de sa plaie.

Allez savoir pourquoi, les deux servantes applaudirent et éclatèrent du même rire cristallin et coquin.

Une pression écrasante se fit sentir que même les deux hôtes en ressentirent tout le poids. La reine était rentré dans son domaine et tenait à ce que chacun lui appartenant le sache, comme une sorte de Au pieds !

"La maîtresssse arrive bientôt, soyez prêts."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hypnose.hypeforum.net
Jonh Matrevis
avatar

Trouble bipolaire IV: dépression sur fond de tempérament hyperthymique

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 307
XP : 134

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 300 rubz

MessageSujet: Re: Luxure, quand tu nous tiens... [18+]   Jeu 24 Juin - 18:23

Tandis que Jonh attendait, la petite Ella s'approcha d'eux pour demander si il était fâché contre son père. C'était pas vraiment le mot...Elle aussi se mettait à lui demander de quoi le jeune homme avait parler tout à l'heure. C'était encore moins la personne à qui il le dirai.

- Rien, la fatigue m'a fait déliré

Serrant dans ses bras Lys qui était totalement déconnecté, la petite fille se mit à pleurer ne comprenant pas ce qui lui arrivait. Jonh lui le savait, le pouvoir de la jeune rouquine n'était pas des plus réconfortant lors d'un contact. Laissant les deux voyageurs, Ella partit à son tour dans la salle de bain.
Des côtés des servantes , ce n'était pas vraiment la réponse que le dépressif attendait. L'une d'elle s'approcha de lui et se mit à lui caresser ce qui lui restait de vêtement , Jonh eut un mouvement de recul mais pas assez rapide et il se retrouva dénudé. Le rire de la perverse résonna dans la pièce tandis qu'elle empoignait Jonh pour l'attirer contre elle. Sa boucha dévorant son cou. Mauvaise idée... Les mauvais souvenirs de la jeune fille étrange passèrent en image devant les yeux de Jonh. Inutile de dire les détails...Absorbé par ce qu'il voyait, le jeune homme se laissait emmener vers le grand lit. Ce n'est que lorsque l'ordre " couché" retentit à ses oreilles qu'il redescendit sur terre.
Avant de repartir pour un tour lorsque la servante se glissa à côté de lui. Si ce pouvoir était censé le guérir bah c'était loupé. C'était pas en lui montrant le malheur des autres que ça allait fonctionner. Au contraire ca ne faisait que augmenter son mal être de s'introduire comme ça dans la tête des gens.
Et il n'avait pas du tout envie de vivre la même chose que Liam. Pire, elles seraient bien capable de sauter sur la petite Ella...
Ayant assez vu de ses images noirs qui ne faisait que renforcer le dégout, Jonh repoussa la perverse et se releva en titubant avant de se tenir au mur passant sa main sur son visage. Il avait fallu qu'il se fasse acheter pour coucher. Si ça n'avait pas été réel il en aurai bien rigoler. Et encore elles n'avaient pas vu le pouvoir de Lys, ce dernier n'allait pas longtemps leur donner envie de la posséder.
Jonh se dirigea vers Liam , regardant le corps de celui qui s'était fait jeter par terre, évanoui sur le sol. S'approcha de l'oreille de l'ancien prisonnier il lui chuchota.

- Même si Ella est une petite fille je pense qu'elle n'en tiendront pas compte...Alors mise à part si tu veux qu'elle vive la même chose que...une certaine personne dans son enfance , il vaudrait mieux ne pas rester de marbre même si le fait de te faire sauter doit te plaire avec ces filles là


En espérant que Liam ai compris de quoi Jonh parlait. ce dernier n'avait pas du tout envie de finir en homme objet. Surtout par la maitresse des lieux qui attirait à cause de son pouvoir. Maintenant il n'y avait plus qu'à attendre que cette femme se montre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liam Baldwin
avatar

Hypersexualité

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 158
XP : 125

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 3080 rubz

MessageSujet: Re: Luxure, quand tu nous tiens... [18+]   Jeu 24 Juin - 19:10

Liam fixa quelques secondes le corps du scribouillard qui avait été jeté de la pièce noire tel un vulgaire déchet. Son teint déjà pâle naturellement était maintenant d’albâtre, ne contrastant que mieux avec le rouge de son sang qui s’écoulait en deux minces filets d’une paire de petites perforations dans sa jugulaire. La vérité qui se frayait un chemin dans les méandres de son cerveau avait bien du mal à s’imposer, après tout de nos jours qui croyait aux…

- Vampires ?

Mais le bruit de succion et ces deux plaies étranges le poussaient irrépressiblement vers cette conclusion farfelue… qui ne l’était pas tellement en réalité. Après tout c’était bien lui qui avait dit un jour que tout ce dont les gens avaient déjà rêvé se trouvait ici ? Il y avait dû avoir une foule de gens pour inviter dans leurs songes ces créatures de la nuit, et du coup c’était eux qui les avaient sur le dos. La bonne blague. D’ailleurs pour que la maitresse des lieux en garde chez elle, elle ne devait pas être sans liens avec eux ce qui ne faisait qu’amplifier la crainte que lui inspirait Asmodée et qui remuait ses entrailles.

Il resta planté immobile de longues minutes, sans faire attention au sort risible de Jonh. Le taulard se contentait de fixait le corps inconscient de William en se disant qu’un jour ce serait probablement leur tour à eux aussi. Le sien, et celui d’Ella.

Cette pensée le réveilla comme une bonne gifle, juste au moment où l’aura de la gardienne de la tour envahissait les lieux, les écrasant littéralement. Son front se couvrant instantanément de sueur froide, sa peau se couvrant de chaire de poule par instinct. Il se sentait comme un lapin ou un rongeur (un chien de prairie ?) guetté par un prédateur qui se cachait dans l’ombre. Et il avait fait l’erreur de s’éloigner de la petite.

Le tueur fut pris par l’envie irrésistible d’aller tirer la rouquine de son bain et de ne plus la lâcher, du moins pas tant qu’il ne saurait pas le sort qui lui était destiné. D’ailleurs comme l’avait dit si justement Jonh, s’il se fichait lui mettre de devenir un objet sexuel, voir Ella tripotée par ces démons étaient loin de faire partie de ses projets d’avenir la concernant. Il était d’ailleurs tellement occupé à hocher la tête en signe d’accord et de compréhension qu’il mit plusieurs secondes à comprendre que quelque chose clochait dans le discours du borderline.

Qu’est-ce qu’il sous entendait par « vivre la même chose qu’une certaine personne dans son enfance » ? Le souvenir de Jonh se mettant en colère sans raison tout en débitant des choses incohérentes dans la cellule lui revint alors en mémoire… et les deux choses additionnées prenaient tout leur sens. Ce mec avait… sondé sa mémoire ? Ce petit con s’était introduit dans sa tête pour y lire ses souvenirs comme on le faisait avec un bouquin les jours de pluie ?! Son regard noir de colère se posa sur monsieur météo, lui faisant bien comprendre qu’il faudrait qu’ils en reparlent sérieusement. Il n’avait pas le temps pour ça maintenant, il était pressé.

- Toi… on verra ça plus tard.

Liam fonça dans la salle de bain sans se soucier de la pudeur de Selene dont le corps était partiellement visible, entre les ilots de mousse bleutée. Il attrapa Ella par la main, la tira de l’eau avec douceur mais fermeté avant de l’enrouler dans une serviette tout en lui expliquant les raisons qui le poussait à la tirer de son bain.

- Il faut sortir ma puce, la méchante dame arrive et je ne veux pas que tu sois toute seule à ce moment là. Restes près de moi tu veux ?

A cet instant il se fichait éperdument que la gamine le voit nu, c’était même le dernier de ses soucis. Son réel problème c’était les pas qui résonnaient sur le sol de marbre, de plus en plus proches… la reine des lieux était déjà là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ella MacDubh
avatar

Pyrophobe

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 125
XP : 60

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 310 rubz

MessageSujet: Re: Luxure, quand tu nous tiens... [18+]   Mar 29 Juin - 14:20

La fillette eut un léger cri de joie et prit trois grains de raisin. Ils étaient vraiment très bons ! À la fois croquants et juteux, ils ravirent le palais, les papilles ainsi que l’estomac de la fillette, qui en reprit un avant de poser la grappe sur le bord. Depuis quand n’avait-elle pas mangé quelque chose d’aussi bon ?

- Merci ! Merci beaucoup ! ♥

Réfléchissant longuement, cela lui revint enfin. Son dernier plaisir gustatif datait du feu de camp, quand Liam lui avait offert un beignet.. Autant dire une éternité ! Ella suivit la jeune fille dénommée Selene. Observant ce qu’elle faisait, la fillette prit à son tour ce qui semblait être du gel douche, et se lava joyeusement, hochant la tête avec plaisir.

- Vi, j’aimerais beaucoup ! .. C’est joli, Selene, ça te va bien !

La rouquine continuait de frotter gentiment ses épaules, ses bras, en chantonnant. Les bulles l’émerveillaient, aussi arrêta-t-elle sa toilette pour jouer avec, disparaissant de temps à autres sous la mousse bleutée dans des éclats de rire. Réapparaissant à la surface, la petite lissa ses longs cheveux qu’elle rejeta en arrière, regardant Selene.

Ce qu’ils allaient faire ici ? … Ils étaient esclaves, non ? Un esclave, techniquement, c’était une femme de ménage, mais qu’on payait pas. Non ?.. Si. Et bien voila, la réponse était toute trouvée ! Triomphante, Ella s’écria.

- Ben, c’est facile ! Le ménage !

La fillette lui offrit un grand sourire et se rapprocha de la jeune femme, prête à lui demander de l’aide pour ses cheveux. Mais la petit avait à peine ouvert la bouche que son père déboula dans la salle de bain et la sortit de l’eau, la séchant par la même occasion.

- Mais elle allait..

Ella se tut, écoutant ce que Liam avait à lui dire. Une méchante dame ? Ici ? .. Où ça ? .. Mais il était clair que la petite ne voulait plus le quitter. La rouquine hocha la tête, et son regard se posa sur les menottes de fourrures accrochées au poignet de son père adoptif. Un éclair de génie - ou pas… - traversa Ella, qui se saisit de celles-ci et accrocha le bracelet libre à son poignet, les liant tous les deux.

- Police ! .. Papa, je t’arrête pour.. avoir été trop longtemps loin de moi.

La fillette enfouit sa tête dans le cou du prisonnier, passant son bras libre autour de son cou. Elle continua plus bas, de manière à ce que seul Liam puisse l’entendre.

- Tu as le droit de.. Me garder dans tes bras, et.. Tout ce que tu diras.. Ella fit une pause, hésitant. C’était quoi après ? …. Sera dit par toi ! …. Me laisse plus toute seule..

C’était plus une prière qu’un ordre, mais.. Ça le ferait quand même. Blottie contre lui, la fillette ferma les yeux, refusant de bouger. L’eau ruisselait le long de ses cheveux, ainsi que sur les bras de son père, mais elle s’en fichait. Il resterait avec elle, sinon elle se fâcherait. Et il ne souhaitait pas la mettre en colère, hein ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Selene Nymphadora
avatar

Obsession pour les épouvantails

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 87
XP : 75

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 200 rubz

MessageSujet: Re: Luxure, quand tu nous tiens... [18+]   Mar 29 Juin - 16:16

En voyant la petite fille s’amuser avec la mousse, ponctuant ses activités d’éclats de rire qui débordait l’insouciance, Selene ne put s’empêcher de sourire avec attendrissement. A sa réponse pleine d’innocence sur leurs travaux d’esclaves, ce fut au tour de l’adolescente de céder à un petit rire amusé.

- Oui, ça doit être ça, tu as raison.

En réalité, la jeune fille espérait que ça ne soit que ça, mais quelque chose lui disait que ses qualifications allaient outrepasser le domaine du ménage, et c’est ce qui la terrifiait. Sans crier garde, Liam venait de faire irruption dans la salle de bain pour en extraire une Ella qui s’était rapprochée de son amie avec apparemment l’intention de lui demander quelque chose. Estomaquée, la galloise ne put rien s’exclamer, ni réagir à temps pour se cacher un minimum ; mais de toute manière, tout les voyageurs étaient nus dans la tour, alors un peu plus ou un peu moins… toujours est-il que le taulard semblait mettre un point d’honneur volontaire ou pas à égratigner le peu de pudeur qu’il pouvait rester à Selene depuis leur réveil à Sextus.
Toutefois, son discours eut l’effet d’une douche froide qui lui fit oublier tous les détails aussi insignifiants que sa nudité, et elle sortit rapidement mais fébrilement de son bain pour se sécher en hâte et rejoindre la pièce centrale.

Une pression de plus en plus forte se fait sentir sur sa poitrine, diffusant dans ses veines un stress irrépressible. Les pas d’Asmodée résonnaient dans les escaliers, et sans pouvoir vraiment dire pourquoi, l’aura de cette femme magnifique lui laissait un avant goût horrifiant. Ses yeux tombèrent sur le corps de William, inerte, le teint laiteux et deux trous dans sa gorge d’où coulaient deux filets de sang, infligeant comme une gifle cuisante à l’adolescente qui eut l’impression que son cœur se décrochait pour tomber sur ses intestins. Elle courut à la cuisine, aveuglée par sa peur et l’envie irrésistibles qui la dévorait : il lui fallait des épouvantails ! Eux seuls sauraient la protéger, la rassurer. Elle voulait trouver un couteau pour pouvoir en graver partout… sur le bois de la grande table garnie, sur les murs, sur sa peau blanche. Son champs de vision éclatait de temps à autre pour lui laisser voir son ami d’enfance, qui l’avait réconforter pendant les éclats de violence de son père et avait pour effet de la calmer tout en l’angoissant encore plus.

Avant qu’elle n’ait put saisir le moindre outil, son pouvoir s’activa et voilà qu’elle se retrouvait les bras en croix, vêtue de la longue chemise à carreaux qui avait au moins l’avantage de remédier à sa nudité. Pestant contre son état, une larme qu’elle ne pouvait même pas effacer roula sur ses joues, puis elle rejoint la salle centrale en baissant les yeux, cherchant à la fois à dissimuler ses pleurs mais aussi à faire oublier son apparence ridicule. Selene se posta donc dans ce qui lui apparaissait être un coin discret et entre les mèches rousses encore mouillée qui tombaient devant son visage, elle observait la maitresse des lieux qui faisait irruption dans sa demeure. A peine eut-elle aperçut sa silhouette somptueuse qu'elle ferma les yeux et fit danser derrière ses paupières une foule d'épouvantails qui lui murmuraient que tout allait bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liam Baldwin
avatar

Hypersexualité

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 158
XP : 125

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 3080 rubz

MessageSujet: Re: Luxure, quand tu nous tiens... [18+]   Jeu 1 Juil - 16:03

Au grand soulagement de Liam la petite ne se fit pas prier et se laissa tirer du bain avec toute la bonne volonté du monde alors que Selene restait pétrifiée de stupéfaction, ouvrant et fermant la bouche comme une poisson hors de l’eau. Ca ne devait pas être tous les jours qu’un homme, pervers de surcroit, entrait dans sa salle de bain. Le taulard ce permit d’ailleurs un regard marqué vers sa petite poitrine histoire de lui faire comprendre que de toutes manières ils n’y avait pas grand-chose à voir.

Alors que l’adolescente se ressaisissait et sortait de l’eau tel un diable de sa boite, ne laissant au trentenaire le loisir de ne regarder son postérieur qu’une demi seconde, quelque chose tira son poignet vers le bas. Il lui fallut un moment pour se rappeler qu’il y avait accroché ses menottes, faute de pouvoir les ranger ailleurs ou de les faire disparaître. Allez savoir si c’était la fourrure rose qui plaisait à Ella mais celle-ci venait de refermer le bracelet restant sur son poignet en un mascarade d’arrestation mimi tout plein.

Elle sauta même dans ses bras en déversant un flot de paroles qui pouvaient facilement être détournées de leur sens premier, surtout étant donné la nudité de Liam et la sienne. Bon, au moins popol n’était pas debout et l’honneur était sauf.

Liam fixa de ses petits yeux noirs la visage d’Ella qui s’était blottie contre lui, les yeux clos. Il ne voulait vraiment pas savoir ce que la maîtresse des lieux lui réservaient. Avec un peu de chance elle se contenterait de trimballer les accessoires ou de servir de « poupée » de compagnie, mais dans le pire des cas les choses risquaient de tourner au glauque. Et dans ce domaine il s’y connaissait, après tout il avait déjà batifolé avec des enfants, mais… sa fille était différente. Elle ne le méritait pas.

D'ailleurs il lui devait bien des excuses, après tout il n'avait pas été très présent ces temps ci, trop occupé à contenter sa troisième jambe pour réellement porter à la gamine l'attention nécessaire. Shannon, si facile, en avait été la principale responsable. Si seulement elle n'écartait pas les jambes si facilement !

- Je suis désolé, je ne suis pas un très bon père… je n’ai pas l’habitude. Tu me pardonnes ?

Tout en parlant il tapotait la chevelure humide de la rouquine en quittant la salle de bain pour rejoindre la pièce centrale où tous étaient tendus comme la corde d’un arc. Même les servantes reptiliennes ne mouftaient pas, la palme du plus silencieux revenant tout de même à William, toujours étendu sur le sol. L’inquiétude et l’angoisse se lisait sur les traits des esclaves, et Liam savait bien que la même chose transparaissait sur le sien. La seule différence était qu’il n’avait pas peur pour lui, il se ferait même une joie de servir de jouet à Asmodée malgré un arrière goût de déjà vu. Il craignait pour la petite, et c’est pourquoi il ne la reposa pas à terre, préférant la garder dans l’enclos de ses bras aux muscles longs et secs. Il aurait fallut un pied de biche pour la lui faire lâcher.

Bien sûr les menottes détonnait un peu dans le tableau filial, tout comme leur nudisme mais les autres avaient bien assez à penser pour s’attarder à de tels détails. Comme sujet de réflexion prioritaire, il y avait l’entrée royale de la gardienne dont l’aura ne se fit que d’autant plus écrasante. Le taulard ne put pas s’empêcher de courber légèrement l’échine, comme si quelqu’un faisait pression sur sa nuque.

La vision le couvrit de sueur froide, mais aussi… forcément… il se mit « au garde à vous ». Au cas où les autres ne l’auraient pas remarqué sa main grossit proportionnellement pour bien le faire comprendre, ne rendant que plus dérangeante sa scène avec Ella. Il souffla d’ailleurs à son intention, assez bas pour espérer que leur maitresse ne l’entendrait pas :

- Attention, la méchante dame est là…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dr. Parkinson
avatar

Nombre de messages : 337
XP : 230

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 0 rubz

MessageSujet: Re: Luxure, quand tu nous tiens... [18+]   Sam 3 Juil - 16:44

Enfin chez elle. Il faisait un brin trop chaud pour elle. Mais au moins, elle s'était bien amusé. Elle ne sortait pas très souvent en ville, mais chacune de ses ballades ne passaient pas inaperçues. Elle obtenait ce qu'elle voulait, car chaque marchand ne pouvait résister à son charme, et chacun de toutes manières voulait entrer dans ses bonnes grâces... mais pas trop quand même. On ne savait pas ce qu'il se passait quand on était trop intime avec elle. On était sûr aussi qu'après chacune de ces sorties, il y avait un pic d'activité sensuelle et perverse car elle exerçait sur tout le monde un coup de fouet aphrodisiaque à vous rendre un impuissant en mâle reproducteur, et une frigide en mangeuse d'homme nymphomane. Ce soir, ça allait chauffer dans les chaumières.

Elle passa donc l'entrée de sa demeure, et elle inspira profondément. Du sang avait déjà coulé, et il y avait dans le vent comme une odeur d'union consommée. Elle sourit. Le temps n'avait pas été perdu durant sa courte absence. Excitée par ces nouvelles elle descendit. Combien d'étage elle parcouru ? Je ne vous le dirais pas, mais c'était bien à plusieurs mètres sous le sol. L'obscurité ne la troublait pas. Au contraire, elle l'affectionnait. L'obscurité était son ancienne vie, celle qui avait suivi encore une précédente... (dingue ça hein !) Elle distinguait nettement chaque joint dans le carrelage, chaque fissure dans les murs, chaque détail dans la sobre décoration. Elle voyait, pas comme nous, mais un plan détaillé lui parvenait dans le cerveau par l'intermédiaire de sens inconnus des humains. Combien même serait-elle aveugle, elle connaissait par coeur chaque recoin de cette tour, car c'était chez elle, la tour de la Luxure.

Les esclaves purent voir une silhouette de rêve se dégager de l'obscurité de la fameuse troisième pièce, toute d'or vêtue. Les deux servantes s'inclinèrent et se jetèrent à ses jambes pour les embrasser :

"Maîtressssse !" Roucoulèrent-elles.

Asmodée considéra le corps de l'écrivain toujours au sol et sourit. Elle avait vu juste. Elle susurra à ses deux mignonnes :

"Lequel est-ce ?"

Sans un mot, l'une d'elle désigna Liam. C'était donc lui le plus dilettante. Cet homme qui tenait une enfant dans ses bras. Une multitude d'idées lui traversèrent l'esprit éclairé et vicieux qu'elle possédait, en l'espace d'un dixième de seconde, mais n'en retint qu'une. A l'odeur, ils n'étaient pas de la même famille. Les prédateurs pouvaient le sentir. Elle huma également de la peur, bien, la meilleur des choses. Elle inspira et afficha un sourire modeste, avant d'entamer d'une voix cristalline :

"J'espère que vous appréciez mon hospitalité."

Une idée s'insinua aussitôt dans la tête de tout l'auditoire qu'il fallait bien rendre cette gentille attention. Elle s'approcha de Liam et de la fille qu'il tenait. Elle tendit les bras pour que celui-ci la lui remette de bon cœur. Elle saisit Ella et la serra contre elle, et respira son parfum.

"J'aime les enfants, lâcha-t-elle tout bas. Pas toi ?"

Elle était si près de lui qu'Ella ne pouvait pas voir la main de la maitresse stimuler l'organe externe en ébullition de son "papa". Elle faisait en même temps émaner de sa personne une aura de luxure qui ne manquait pas de toucher quiconque se trouvait dans les 50 mètres à la ronde. Elle voulait placer Liam au bord de la limite du supportable, l'exciter au point qu'il ne puisse retenir son ardeur. Mais il ne la toucherait pas elle, mais plutôt celle qu'il avait placé en face de lui... la gamine.
Elle continua ainsi jusqu'à le sentir au bord de l'explosion. C'était bon. Elle entraina Liam jusque sur le lit, le tenant par une laisse invisible, et y déposa l'enfant. Sans un mot de plus, elle alla s'assoir sur un sofa qui donnerait vu sur un spectacle plus qu'intéressant.

En grande prédatrice qu'elle était, elle sentit une chose très subtile. Un parfum d'amour naissant entre deux de ces jouets. La rousse et le déprimé en chef... Asmodée usa de son pouvoir pour exacerber au maximum l'attirance qu'ils avaient l'un pour l'autre. Une envie irrésistible de quelque chose s'insinua en eux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hypnose.hypeforum.net
Jonh Matrevis
avatar

Trouble bipolaire IV: dépression sur fond de tempérament hyperthymique

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 307
XP : 134

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 300 rubz

MessageSujet: Re: Luxure, quand tu nous tiens... [18+]   Sam 3 Juil - 21:17

Bon , Liam avait saisi le message c'était déjà un bon point. Jonh trouvait presque attendrissant la scène entre Ella et l'ex taulard si ce n'était la paire de menotte étrange qui unissait leur poignet. D'ailleurs ils l'a sortaient d'où ?
Le jeune homme n'eut pas le temps de se poser plus de questions que la maitresses des lieux entraient dans la salle. Tout comme son arrivé au marché, la jeune femme laissait faire son pouvoir d'attirance. C'était dans ses moments là que le jeune homme se disait qu'il regrettait celui de Kalyss qui était beaucoup moins dangereux.
Asmodée prit pour première cible Liam et Ella. Lorsque cette dernière prit l'enfant dans ses bras, Jonh sentit que ça n'était pas bon du tout et encore moins ce que la "maitresse" faisait à l'ex taulard lui faisant détourner le regard.
Il avait vraiment pas de bol...finalement il aurait peut être due se laisser tuer lors de la nuit sanglante, certes ça aurai fait de la peine à ses parents de voir leur fils inanimé mais c'était peut être moins pire que de savoir que ce dernier était emprisonné et entouré de fous qui voulait des films pornos en live.
Son regard Tomba sur William qui était toujours inconscient et releva les yeux sur la porte dont il était sortit. C'était peut être ça la solution ? Ça n'empêcherait sans doute pas les demoiselle en manque de les violer mais au moins il ne verrait rien. Il en avait vraiment envie...

Tout comme le désir qui était soudainement monté en lui envers Lys. Oh non voila maintenant que Asmodée voulait se la jouer Cupidon... Son regard dériva sur la jeune rousse qui n'avait pas bougé d'un pouce. C'est vrai qu'elle avait l'air d'avoir des lèvres appétissantes et qu'elle était plutôt jolie...Bon moins que Lily c'est sur.

* Mais qu'est ce que je raconte moi ?! *

Et puis quoi encore il allait pas faire un détournement de mineur ! Alors qu'il se disait ça sa main se leva pour caresser la joue de l'adolescente avant de venir sur le sien pour finir en une claque. Mais c'est que ça faisait mal en plus...
Hors de question qu'il saute sur Lys ! Jonh s'éloigna de la jeune rousse et passa dans la salle du banquet avant de trouver ce qu'il cherchait. Puisqu'il fallait combattre le désir il suffisait que son cerveau pense à autre chose de plus fort. Le jeune homme s'empara d'un couteau qu'il regarda avec un sourire en coin au même moment où sa tête repensa au corps nu de la jeune rouquine.

* Ah non ta gueule ! *

Il enfonça alors la lame dans son bras faisant redescendre popol et à la place c'est une grande douleur qui le submergea traduit par un cri avant qu'il se morde les lèvres. Il aurait presque penser que ça faisait du bien de retrouver le contrôle...si ce n'était ce mal de chien. Jonh retira la lame avec une grimace et regarda le sang coulé. C'était beau...c'était rouge...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liam Baldwin
avatar

Hypersexualité

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 158
XP : 125

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 3080 rubz

MessageSujet: Re: Luxure, quand tu nous tiens... [18+]   Dim 4 Juil - 13:07

Les yeux de Liam déshabillait la silhouette d’Asmodée, toute d’or vêtue, avec un curieux mélange de désir dévorant et de culpabilité. Il remarqua à peine les servantes se jetant au sol pour baiser les pieds de leur maitresse tant celle-ci semblait scintiller, à lui en brûler la rétine. Lorsqu’elle découvrit ses dents en un curieux sourire à la vue du corps étendu de William, son regard capta aussitôt la forme de ses canines longues et pointues… c’était donc bien une vampire…

Elle ne posa qu’une question et il fut désigné sans la moindre hésitation, comme coupable. Et il l’était vraiment, mais il se serait probablement abstenu s’il avait connu la suite du programme. Elle voulait qu’ils leur rendent ce qu’elle leur offrait et même plus, et elle commençait par lui, peut-être parce qu’il avait failli tué Will’, peut-être à cause d’Ella. Le taulard restait figé, incapable de bouger un muscle alors qu’Asmodée s’approchait du duo qu’il formait avec sa fille pour tendre les bras afin de la prendre. Le cœur de Liam se serra et il retira la menotte que portait la rouquine avant de la tendre à sa maitresse, déchiré entre l’envie pressante d’obéir et celle de tenir l’enfant le plus éloignée possible de cette femme.

Lorsqu’elle lâcha à demi voix qu’elle aimait les enfants le cœur du trentenaire rata un battement. Ca ne lui rappelait que trop sa propre voix, dans l’obscurité d’un garage, d’une cave ou de tout autre lieu sombre et reculé qui susurrait avec un sourire carnassier aux lèvres « ne t’inquiètes pas petit, j’aime les enfants après tout… ». Il se prenait ses propres vices en retour comme une claque en plein visage, alors qu’une envie tout sauf naturelle grandissait en lui. Il fixait Elle d’un œil nouveau, coupable, son érection n’étant plus due à la gardienne mais à ce petit être qu’il chérissait de tout son cœur.

Il ne put s’empêcher de passer sa langue sur ses lèvres, geste lubrique qui horrifia la partie de son cerveau qu’il contrôlait encore, tout comme la gestuelle on ne peut plus explicite d’Asmodée. La main de la gardienne semblait brûlante contre sa peau, le contact était si délicieux qu’il menaçait d’en perdre l’esprit. Avant même d’avoir pu se rendre compte de quoi que ce soit il était étendu sur le lit au centre de la pièce juste à côté d’Ella qui ne semblait pas comprendre ce qui se passait. Liam lui le savait très bien, trop même.

Il mourrait d’envie de tendre la main et de se saisir de ce petit corps sans défense, d’en prendre possession sans amour et sans douceur, juste pour l’acte, pour le plaisir de se faire plaisir tout en faisant souffrir. Il voulait laisser courir ses doigts sur cette peau blanche d’enfant, de plonger son visage dans le creux de son cou pour sentir son odeur… il voulait faire ce qu’un père ne devrait pas faire à son enfant. La main déjà tendue vers la rouquine, un vieux souvenir lui sauta au visage, stoppant son geste. Il se rappelait son père.

Une envie de vomir l’attrapa à la gorge et il se redressa brusquement avec des mouvements saccadés, comme un pantin dirigé par des fils invisibles. Il se sentait impuissant, pourri de l’intérieur mais surtout très, très en colère. La rage avait atteint un tel stade que son visage était crispé et ses yeux injectés de sang. A peine sur ses pied il ne put s’empêcher de hurler, sa voix résonnant dans la pièce au plafond trop haut :

- JE NE SUIS PAS MON PÈRE !

Il avait crié ça plus pour se convaincre lui-même qu’Asmodée à qui il faisait face. Mais il avait beau le dire l’envie qui dévorait ses entrailles ne le quittait pas, il fallait faire quelque chose…

… et son regard tomba sur la silhouette d’épouvantail de Selene.

Aussitôt il fonça vers elle, l’attrapa par un pan de sa vieille chemise et l’entraîna avec lui sur l’un des nombreux sofas. Son état l’empêchait de pouvoir se défendre, il n’eut donc aucun mal à s’introduire en elle, accomplissant sa triste et malsaine besogne. Il ne se souciait pas des cris et des pleurs de la jeune fille étouffés par la main qu’il plaquait sur sa bouche, de ses gesticulations désespérée pour se libérer… il pensait juste, véritable obsession, « j’espère qu’Ella ne regarde pas ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ella MacDubh
avatar

Pyrophobe

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 125
XP : 60

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 310 rubz

MessageSujet: Re: Luxure, quand tu nous tiens... [18+]   Dim 4 Juil - 20:31

Blottie au creux de ses bras, la fillette ne bougeait plus d’un pouce. Si elle le pardonnait ?

- Bien sûr papa ! T’es quand même le mieuuux !

De retour dans la salle principale, la petite haussa un sourcil en sentant sous elle la main de son père prendre une taille plutôt disproportionnée. C’est vrai que c’était son pouvoir ! Ella se reblottit mieux contre lui, avant de sentir autre chose, d’étrange, mais cette fois ci, plutôt au niveau de ses petits pieds.. La fillette voulut se pencher pour vérifier ce qui gênait mais Liam lui murmura qu’Elle était arrivée.. Ella s’immobilisa, tournant lentement la tête vers la maitresse des lieux.

- waw.. Elle est belle..

La rouquine se tassait un peu plus contre le torse du taulard au fur et à mesure que la dame se rapprochait d’eux. Elle ne voulait pas quitter ses bras.. Or c’est-ce qu’elle fit, malgré elle. Son père la remettait sans hésiter à celle qu’il avait désigné comme étant la « méchante » … Pourquoi il l’avait fait alors.. ? Malgré cela, la fillette se cala contre Asmodée, profitant par la même de son parfum. Elle sentait bon, aussi.. La petite resta immobile, légèrement enivrée par tout ce que la maitresse exerçait sur eux, et resserra ses petits bras autour de son cou. Elle aimait les enfants alors ? Chouette, finalement elle était gentille, cette dame ! La rouquine ferma les yeux, profitant à nouveau du parfum de la jeune femme, et les rouvrit quelques secondes plus tard lorsqu’elle sentit qu’elle était posée.

Oh, elle l’avait rendue à son papa. La rouquine lui sourit, heureuse de ne pas avoir été séparée de lui bien longtemps, finalement ! Ella se rapprocha un peu de lui, et pencha la tête. Il semblait être en pleine réflexion, sur quelque chose de pas très très bien, d’ailleurs, vu la tête qu’il faisait.

- Papa ? .. Ça va pas ?

Seulement, il ne semblait pas l’entendre.. La rouquine agita sa petite mimine devant ses yeux, tentant par ce geste de ramener l’attention de l’homme sur elle, en vain. Abandonnant momentanément, Ella se rassit sur le lit, patientant calmement le temps qu’il revienne à lui, ce qu’il sembla faire en tendant la main vers elle. Un câlin ? Oh, oui alors ! La mini rousse se rapprocha de lui, voulant se blottir dans ses bras, mais il se redressa brusquement, l’abandonnant sur le lit.

- Liam !

La fillette se recroquevilla rapidement sur elle-même lorsqu’il hurla quelque chose d’étrange. Il n’était pas son père… ? Evidemment, il ne pouvait pas à la fois être son père et lui. Ella haussa les sourcils puis les fronça. Pourquoi est-ce qu’il disait ça ? Intriguée, la fillette fixa son père adoptif et écarquilla les yeux, lorsqu’elle le vit prendre la main de Selene et.. La prendre, tout court. Qu’est-ce qu’il.. Faisait.. ? La petite se rapprocha du bord du lit et se laissa glisser. Un détail avait attiré son attention chez la jeune femme : ses larmes.

Ah non hein. Un rapide calcul se fit dans l’esprit de la fillette. Si elle pleurait, c’est soit qu’elle était triste, soit qu’elle avait mal. Or, il était hors de question qu’elle laisse faire ça. Premièrement car elle aimait bien la jeune fille, et n’avait aucune envie qu’elle souffre, et deuxièmement parce que comme ça, elle pourrait récupérer son père. Le récupérer. La voila l’idée. Mais comment ? .. Avisant la paire de menottes roses sur le lit, Ella s’en saisit et retourna vers son père et la jeune femme.

- Papa ! Arrête ! S’il-te-plait.. Reviens avec moi.. !

La fillette soupira, et dans une dernière tentative, attacha pour une seconde fois les bracelets autour des poignets de son père et d’elle. Au moins, comme ça, il était obligé d’être près d’elle.

- T’avais dit que tu me lâcherais plus ! T’as menti ! Laisse la ! Reviens avec moi ! J't'ai interdit de me laisser, alors le fais pas ! TU RESTES AVEC MOI !!!!

Là. Elle était vraiment en colère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Selene Nymphadora
avatar

Obsession pour les épouvantails

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 87
XP : 75

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 200 rubz

MessageSujet: Re: Luxure, quand tu nous tiens... [18+]   Lun 5 Juil - 3:11

Asmodée était magnifique. Selene était subjuguée, et tandis qu'elle reprenait son apparence normale, elle ne pouvait s'empêcher de fixer la vampiresse et ceux qu'elle avait élus comme ses proies. L'adolescence frissonna violemment lorsque l'aura de luxure de la femme la frappa de plein fouet, la jetant pratiquement à genoux. Au même instant, un spasme d'angoisse lui retourna l'estomac, et encore une fois avant qu'elle n'ait put s'élancer dans la cuisine, elle retrouvait son handicap de semi-épouvantail humain. Elle était satisfaite que la maitresse des lieux ne lui ait porté aucune attention, et cherchait à se faire plus petite encore, souhaitant conserver son statut d'invisible qu'elle affectionnait particulièrement à l'heure actuelle. Malheureusement, tout le monde n'en avait pas décidé ainsi. Rugissant comme une bête blessée et enragée qu'il n'était pas son père, Liam s'élança vers elle et la saisit par un pan de tissu pour la jeter sur un sofa et presque aussitôt introduire son intimité avec son organe externe au paroxysme de son renflement. La douleur qui lui déchira les entrailles lui fit pousser un tel hurlement que le taulard plaque sa main normale sur sa bouche, tandis que sa paluche démesurée enserrait la cuisse sur laquelle il ne reposait pas son poids, pour l'empêcher de bouger. Des larmes brûlantes jaillirent des yeux noisettes de l'adolescente alors qu'elle réalisait ce qui était en train de lui arriver. Cet homme, qui dès sa première entrevue s'était permis de la reluquer, voilà qu'il accomplissait l'horreur ultime en lui prenant sa virginité. Comme une déflagration surpuissante, il consumait ses rêves de romances et de grand amour ; ses scenarii parfaits de "première fois", sa patience presque religieuse, voilà que le trentenaire réduisait tout à néant. Il lui prenait tout ce qui lui restait encore à Dreamland, la seule chose qu'elle souhaitait pouvoir continuer à posséder, la seule chose avant sa vie à laquelle elle se raccrochait dans ce monde qui la terrifiait et ne lui avait offert que craintes et souffrances. Rien que cela, elle ne pourrait pas lui pardonner. Jamais.
Un instant, la pièce de la tour de la luxure disparut, et elle revit son épouvantail d'enfance. Celui qui l'accueillait quand son père connaissait ses débordements violents, celui qui l'avait toujours rassuré dans ses rêves et ses prières. Saurait-il lui rendre ce que le taulard était en train de lui voler ? Non bien sûr. C'était irrattrapable, impardonnable et inacceptable.

Un cri la ramena brusquement à la dure réalité. Elle sentait encore le membre de Liam en elle, dur et brûlant, comme si il mordait et déchirait sa chair indépendamment de sa volonté. C'était la petite Ella qui avait manifestement assisté à la scène, et malgré tout s'attachait à ce... ce monstre en l'appelant son père. Cette déclaration déclencha une vague de colère qu'on aurait juré insoupçonnable de la part de Selene, qui ravagea ce qui restait de son cœur et manqua de l'étouffer. Ses bras étaient toujours figés, mais la prise de pouvoir de la gamine sur le trentenaire l'avait distrait et il avait relâché sa pression sur la cuisse de l'adolescente. Avec la hargne de la colère et de la douleur, elle balança de toute ses forces sa jambe frapper la tempe de son violeur. Elle aurait voulut le faire souffrir, voire l'assommé en lui causant des séquelles incurables, mais elle réussit au moins à le jeta au bas du sofa, entrainant rudement avec lui sa protégée.
La toquée se redressa en pleurant, du sang coulait sur sa peau blême en s'échappant de son intimité dévastée. Elle frappa encore une fois un Liam toujours étourdi, cette fois en plein visage, avant de se mettre à hurler plus fort qu'elle ne l'avait jamais fait :

- T'ES UN MONSTRE ! TU ENTENDS ?! UN MONSTRE ! ET TU TE PRÉTENDS ÊTRE LE PÈRE DE CETTE GAMINE ? ET TOI, TU AS VRAIMENT L'IMPRESSION QU'IL EST UN BON PÈRE ? S'écria-t-elle à l'attention de la pyrophobe. TU N'ES QU'UNE POURRITURE ! ET RIEN JAMAIS NE TE DONNERA LE STATUT DE PÈRE !


Sur cette dernière déclaration, elle s'enfuit dans la salle à manger pour se réfugier dans un coin qu'elle considéra comme le plus sombre, et pleurer toutes les larmes qui pouvaient encore être produites par ses glandes lacrymales. Si elle avait put disparaître à l'instant, quitter cette tour dont les habitants ne feraient sûrement que rire son état sans lui venir en aide, elle l'aurait fait. Au delà de sa souffrance et de son humiliation, elle se surprit à haïr tout le monde. Lys et Jonh pour n'avoir rien fait, Ella pour sa naïveté stupide, et les vampiresses pour leurs centres d'intérêt douteux.

- JE VOUS DÉTESTE TOUS ! Hurla-t-elle, avant que ses pleurs ne redoublent jusqu'à ce qu'elle soit incapable de parler.

Elle s'était présentée chez Parkinson avec une simple maladie à guérir, qui en soi ne lui pourrissait pas tant que ça la vie, pour se retrouvée esclave d'une vampiresse lubrique et violée sauvagement par un taulard fou. Son monde qui auparavant retrouvait peu à peu ses couleurs entre deux épouvantails venait de sombrer dans les ténèbres les plus profondes. Elle n'avait plus rien d'autre que sa vie, qui à elle seule était sinistrement sans intérêt. Sa douleur psychologique surpassait de loin sa douleur physique, déclenchant en elle un tourbillon de démence qui emportait tout son être.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jonh Matrevis
avatar

Trouble bipolaire IV: dépression sur fond de tempérament hyperthymique

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 307
XP : 134

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 300 rubz

MessageSujet: Re: Luxure, quand tu nous tiens... [18+]   Lun 5 Juil - 16:24

Ignorant ce qu'il se passait dans la pièce d'à côté trop occupé à contempler le liquide rougeâtre,, Jonh avait semblait avoir entendu la voix de Liam et plus tard celle de Selene. Les hostilités avait elles déjà commencé ?
Ce n'est que lorsque la plus âgé des deux rouquines pénétra à son tour dans le salon que le jeune homme sortit de son admiration et regarda la jeune fille se diriger dans un coin pour pleurer. Bah...qu'est ce qu'elle avait ? Jonh s'approcha de cette dernière et c'est sur le chemin qu'il remarqua les fines gouttelettes rouge sur le sol qui était rejoint par celle du dépressif.

Il ne savait pas ce qui s'était passé mais en faisant remuer ses méninges, et en oubliant un peu la douleur, il eu peut être trouvé la réponse. On avait forcé Selene et sans que Asmodée n'ai jouer les cupidons...
A son souvenir Liam avait bien reluqué la jeune rouquine dans la cage...ça devait être lui qui avait martyrisé la pauvre femme épouvantail. D'ailleurs il semblait à Jonh qu'elle était dans cet aspect lorsqu'il avait quitté la pièce. Ou pas ?
Seulement maintenant qu'il était à côté de Selene il ne savait pas vraiment quoi faire ou dire ne réussissant pas lui même à se consoler. Et la question " qu'est ce qui s'est passé ? " Ne servirait à rien si ce n'est énervé encore plus l'adolescente qui les détestait déjà bien assez d'après ses dires. Alors Jonh fit la chose qui lui semblait la plus bizarre , il l'entoura de ses bras, le contact lui amenant des visions. tant pis si Selene le frappait; ca ferait toujours moins mal qu'un couteau dans le bras.

* Ah non bordel dégagez ! *

Comme obéissant à son ordre, les souvenirs de Selene disparurent . Ah ça c'était plutôt une bonne nouvelle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liam Baldwin
avatar

Hypersexualité

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 158
XP : 125

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 3080 rubz

MessageSujet: Re: Luxure, quand tu nous tiens... [18+]   Lun 5 Juil - 19:27

Liam ressentait un tel soulagement dans l’acte qu’il n’en entendit même pas les imprécations d’Ella qui le suppliait d’arrêter et de revenir vers elle. Il ne comprit que lorsqu’il sentit le contact doux de la fourrure de ses menottes qu’il avait abandonné sur le lit, sur la peau de son poignet appuyé sur la cuisse de Selene. Il leva alors son regard encore troublé par l’envie dévorante qu’il avait ressenti, par le soulagement d’avoir assouvit sa pulsion et par le reste de dégoût de lui-même. Non pas pour ce qu’il avait fait à la pauvre adolescente mais pour ce qu’il avait faillit faire à Ella.

La petite rouquine était dressée à la tête du sofa, son petit visage plissé sous l’effet de la contrariété, de la douleur et de la jalousie. Elle déversait sur lui un flot de reproches qui lui étaient aussi douloureux que des coups de poignard, il en oubliait même qu’il ne s’était même pas retiré du corps meurtri de Selene.

Sa fille ne semblait pas horrifiée par ce qu’il avait fait, juste en colère parce qu’il n’avait pas tenu sa promesse. Elle le voyait tel qu’il était et pourtant elle ne le fuyait pas, elle s’accrochait juste un peu plus à lui avec l’acharnement du désespoir. Cette constatation ne fit que renforcer l’étrange amour qu’il ressentait pour cette petite, la première à avoir su apprécier ses bons côtés, à l’aimer sans le juger mais surtout la première à l’avoir vu sous son vrai visage sans s’en détourner. Il se sentait tellement…

- Désolé… je suis désolé… je… il fallait que je m’éloigne de toi… cette femme, il désigna Asmodée d’un vague geste de sa main droite reprenant peu à peu sa taille normale, elle m’a ensorcelé… moi… nous tous… je t’aurais fait du mal si j’étais resté.

Mais ses excuses semblaient vaseuses devant le regard culpabilisant de la petite. Il avait vraiment rompu sa promesse, quelques minutes à peine après l’avoir fait. Il l’avait laissé seule alors qu’Asmodée était dans la même pièce et Dieu seul savait ce qu’elle aurait pu lui faire pendant qu’il s’occupait du cas de l’épouvantail humain. Epouvantail qui sembla retrouver la voix en même temps que l’usage de ses jambes et qui profita de l’inattention de Liam pour le mettra à terre d’un coup de pied dans la tempe.

Le choc n’était pas très fort mais c’était bien suffisant pour l’envoyer valser dans l’état ou il était, et sa flopée d’insultes qu’elle hurla comme une possédée étaient bien plus blessantes. Non pas parce qu’elle le traitait de monstre, non pas parce qu’elle le détestait mais parce qu’elle avait pointé du doigt une réalité. Il était un bien piètre père. Le poids des évidences était si lourd que le taulard eut un mal fou à se remettre sur ses jambes, encore souillé du fruit de son plaisir. Il ne prêtait aucune attention à la fuite de Selene ni à ses pleurs, il fixait juste Ella à qui il était toujours attaché par le biais de son pouvoir.

Il inspira profondément avant de mettre un genoux à terre pour être à la hauteur de sa protégée, se passant la main sur son visage encore trempé de sueur. Il ne savait pas quels mots utiliser, il n’avait pas l’habitude d’être gentil ni de devoir se faire pardonner. Il prenait sans demander l’autorisation, il volait, brûlait, froissait l’intégrité physique et morale des gens en ne se souciant que de sa satisfaction personnelle de se rendre justice. Il n’était pas sûr d’être encore en âge de changer.

Mais Liam le devait, pour la petite et pour sa propre rédemption si elle était encore possible.

- Si je n’étais pas parti, je t’aurais fait ce que j’ai fait à Selene. Dans une famille… on ne fait pas ça. C’est mal. Et je ne veux pas te faire de mal. Je veux… je veux être un bon père et là je n’avais pas d’autre choix pour le rester un tant soit peu. Je voulais te protéger.

Il prit l’enfant dans ses bras et la serra contre lui, les yeux clos, encore assailli par les souvenirs de son enfance. Oui, c’était mal, on ne devrait jamais faire de choses pareilles à son enfant. Les autres, les hypocrites qui fermaient les yeux pour ne pas avoir à venir en aide aux autres le méritaient bien mais pas elle.

Mais au milieu de tout ça un détail le turlupinait plus que les autres, quelque chose de dérangeant. On aurait presque pu croire dans le fond que l’enfant aurait préférée être violée que remplacée par l’adolescente… sauf que c’était impossible, n’est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Selene Nymphadora
avatar

Obsession pour les épouvantails

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 87
XP : 75

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 200 rubz

MessageSujet: Re: Luxure, quand tu nous tiens... [18+]   Lun 5 Juil - 21:47

[HJ. Jonh : Lys est plus vieille que Selene il me semble lol]

Doucement mais sûrement, Selene reprenait son apparence normale et put porter ses mains à son visage pour presser ses paumes contre ses yeux, comme si elle voulait faire ses pleures cesser de force. Elle tremblait de tout son corps, à nouveau nue comme un ver, et les filets de sueur qui s’écoulait à des endroits sensibles – comme entre ses seins ou le long de son dos – lui donnaient de grands frissons irrépressibles. Elle sentait encore le corps du taulard l’écraser pour la pénétrer sans ménagement, mais dans ce tourbillon de souffrances rémanentes, lui apparaissait une évidence horrifiante : lorsqu’elle avait été frappée par l’aura d’Asmodée, elle avait sentit son être stimulé intensivement, s’exciter proportionnellement à l’angoisse qui l’avait étreinte. Et peut-être que si Liam ne l’avait pas prise si violemment et si brusquement, elle se serait laisser aller elle-même à l’oppression du pouvoir de la vampiresse ; et cette idée lui était insoutenable.

Pourquoi elle ? Qu’avait-elle donc fait au trentenaire pour qu’il choisisse de s’acharner sur sa personne, de lui causer humiliation sur humiliation, alors qu’elle avait fait l’effort de faire table rase et de lui tendre la main dans la cellule ? C’était totalement incompréhensible pour l’adolescente. Tous les voyageurs étaient dans les mêmes embrouilles, et que l’un d’eux préfère dévaster ses rangs plutôt que d’essayer de créer une cohésion assez forte pour affronter l’adversité dreamlandienne lui paraissait d’une incohérence – voire même d’une stupidité – sans borne. De cette manière, personne ne s’échapperait. Personne. Mais elle, qu’en avait-elle a faire désormais ? A quoi sa vie était-elle réduite ? Sa douleur psychique était tel que son soma s’en ressentait d’intenses brûlures répandues dans sa poitrine. La jeune fille allait une nouvelle fois hurler qu’elle détestait toutes les personnes présentes, quand deux bras qu’elle ne reconnut pas tout de suite l’enlacèrent. Elle crut d’abord à une récidive du taulard et amorça un mouvement brusque pour se dégager ; mais quand elle s’aperçut qu’il ne s’agissait que de Jonh, dont le nuage flottait toujours au dessus de sa tête rousse, se fut à son tour de plonger instinctivement dans son étreinte.

La tête sur son épaule chaude, elle finit par sécher ses pleurs qui ruisselaient sur les bras pâles du jeune homme. Son contact était simple, mais sincère, de tel sorte que Selene s’apaisa jusqu’à en oublier sa haine, et laissa ses pensées s’assoupir un instant. Mais alors, le pouvoir de la maitresse des lieux put à nouveau l’atteindre là où les barrières de la souffrance et de la colère l’en protégeaient. Elle sentait naitre en elle l’envie d’embrasser le torse et la nuque de son ami pour remonter jusqu’à ses lèvres. D’ailleurs, sans vraiment qu’elle ne sache par quel miracle elle ne s’en était pas rendu compte, elle se mettait sur la pointe des pieds pour presser ses lèvres humides de larmes contre celles de Jonh. Ce baiser eut pour effet d’attiser l’effet de l’aura d’Asmodée sur le dépressif, et alors que l’adolescente se serait presque donnée à lui malgré son esprit blessé qui criait au scandale, elle sentit son bas ventre entrer en contact avec l’organe externe du jeune homme, et dans sa tête sembla résonner comme un bruit de verre brisé qui lui renvoya du même coup toutes les images et les sensation de son viol. Elle repoussa rudement le voyageur en recommençant à pleurer de plus belle.

- Laisse-moi ! Tu es comme lui hein ! Tu vas me violer aussi c’est ça ?!

Selene se jeta vers la table garni et se saisi d’un couteau à pain qui trônait près d’une miche appétissante. Mais la galloise n’avait pas l’intention de se nourrir, elle se tourna vers l’un des murs de pierre et fit énergiquement crisser la lame de métal sur la roche, dans un concert strident contre lesquels elle seule semblait immunisée. Elle traçait un épouvantail grandeur nature, avec l’aide de traits grossiers mais parfaitement caractéristiques. Quand elle eut finit son œuvre, ce fut son poignet gauche qu’elle ouvrit maladroitement dans le sens de la longueur, puis appliqua sa plaie ensanglantée sur l’effigie de son ami en se laissant glisser au sol, traçant de son mouvement un sillon rouge vermeil.

- Toi seul… emporte-moi… s’il te plait. Murmura-t-elle en fermant les yeux.

L’adolescente semblait avoir perdu la raison, ou en tout cas les récentes émotions qui se disputaient en elle la perturbaient au plus haut point. Dans les ténèbres de ses paupières, elle ne sentait et n’entendait que les battements lourds de son cœur malade. Et elle ne savait si elle espérait que quelqu’un vienne la sauver, mais dans le gouffre où elle sombrait, son épouvantails lui tendait les bras.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jonh Matrevis
avatar

Trouble bipolaire IV: dépression sur fond de tempérament hyperthymique

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 307
XP : 134

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 300 rubz

MessageSujet: Re: Luxure, quand tu nous tiens... [18+]   Lun 5 Juil - 22:42

[ je l'ai fait de mémoire et pis bah comme d'hab je me suis trompé lol]

Finalement ce n'était peut être pas une si bonne idée d'être parti lui faire un petit " câlin". Soucieux de l'état de Selena, Jonh avait oublié le pouvoir d'Asmodée et ses conséquences, bien que sa blessure qu'il s'était infligé il y a dix minutes lui faisait mal. Il ne repoussa même pas l'adolescente lorsqu'elle posa ses lèvres sur celles du dépressif, pire il en voulait encore. Ce n'est que lorsque cette dernière le repoussa que le jeune homme se rendit compte de la chose.
Pour calmer ses pulsions sexuelles, Jonh appuya sur sa plaie qui ornait son bras et se mordit la lèvre pour ne pas hurler tout en gardant un oeil sur Selena qui gravait un...euh...dessin sur le mur à l'aide d'un couteau.

Par contre ce qui suivit ne laissa pas le dépressif planté car la rouquine commençait à faire ce qu'il avait fait précédemment mais c'était sans doute pour une autre raison. Le jeune homme approcha à grand pas de l'adolescente avant de la saisir par son poignet non blessé et de lui foutre une baffe. pas une baffe de tafiole non, une qui remettait les idées en place. Bon certes, il était pas dans une position pour lui dire " non mais ca va pas de te blesser avec un couteau" mais de là à étaler son sang pour faire de la peinture.

- Reprend toi bordel !

Il ne pensa pas à chasser les souvenirs de Selene et fut accablé par les images qui défilèrent devant ses yeux. Encore une fois Jonh trouva cela horrible de s'introduire ainsi dans la vie des gens et encore pire de ce qu'il y voyait. Tant de souffrance , de haine. Néanmoins il avait peut être trouvé le moyen de faire revenir l'adolescente à la raison.

- T'en fais quoi de ton ami épouvantail qui t'attend chez toi hein ? Tu va l'abandonner ?!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ella MacDubh
avatar

Pyrophobe

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 125
XP : 60

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 310 rubz

MessageSujet: Re: Luxure, quand tu nous tiens... [18+]   Mar 6 Juil - 22:40

Ella fixait son père d’un œil boudeur. Certes il était désolé, mais il avait rompu sa promesse ! Il était parti tout de suite après l’avoir faite, ou presque ! Et elle lui en voulait énormément. La fillette ne prit même pas la peine de répondre à ses excuses, toujours en colère.

Et la gamine ne semblait pas être la seule à être en colère, Selene venant de frapper son violeur en le traitant de monstre, de pourriture. Et qu’il n’était pas un bon père. Pas… un bon père ? La petite rouquine tourna lentement la tête vers la demoiselle, glaciale. Qu’est-ce qui lui permettait de juger, elle, s’il était un bon père ou non ? Elle n’en savait rien, ce n’était pas le sien. Elle n’avait strictement rien à dire là-dessus.

Liam n’était peut être pas quelqu’un de bien, et la fillette commençait doucement à le comprendre. Mais c’était un bon père. Il avait toujours été là pour elle depuis qu’elle lui avait foncé dedans, le soir de leur enlèvement. Il avait pris soin d’elle. Il l’avait protégée des marins, des méchants, l’avait aidée pour les tâches difficiles. Il lui avait donné toute l’affection dont elle avait besoin, quand elle en avait besoin. Selene n’avait aucun droit de dire qu’il n’était pas un ‘‘ bon ’’ père. Aucun.

Il avait simplement fait une erreur. Il avait rompu sa promesse, mais semblait pouvoir en expliquer les raisons. La petite fille l’écouta d’une oreille, fixant toujours d’un regard noir la porte de la cuisine, dernier endroit où Selene était avant de quitter son champ de vision. La petite ne comprenait pas réellement ce qui s’était passé entre son père adoptif et Selene, alors elle ne voyait pas vraiment en quoi c’était mal, mais s’il le disait..

Le regard d’Ella se fit plus doux, bien que toujours fixé sur la porte. Une fois de plus, il avait voulu la protéger. La protéger, et pas lui faire de peine ou de mal. Ça prouvait bien, encore, qu’il méritait son statut de père ! Qu’il était fait pour l’être, et qu’il l’aimait. Et s’il l’aimait, c’était tout ce qui importait pour la petite.

Doucement, ses yeux se fermèrent, sous l’étreinte du taulard. Lentement, elle ramena les bras autour de son cou, enfouissant sa tête dans son cou. Elle ne voulait pas qu’il ait de peine. Mais les mots de Selene semblaient l’avoir blessé, aussi décida-t-elle de prendre la parole, pour.. Le consoler.

- Tu.. N’es pas un monstre.. C’est pas vrai.. Elle sait rien.

Secouant légèrement la tête de droite à gauche, la petite marqua une pause, le temps de se caler contre lui. Elle avait envie, et besoin d'être contre lui, de le sentir lui, tout contre elle, la protégeant, de profiter de sa chaleur. À demi assise sur sa cuisse, ses cheveux couvrant l’épaule et le bras de son père, la fillette continua doucement.

- T’es.. Un bon papa.. Et je te pardonne d’avoir.. Menti. Je t’aime, moi.. Je veux que tu continues à être avec moi, à t’occuper de moi, s’il te plait.. Je veux pas que tu l’écoutes, elle comprend rien, rien de rien ! Elle a pas le droit de dire ça ! Même si t’es méchant ou je sais pas quoi, t’es mon papa.. À moi.. Le meilleur des papa..

Ella soupira, jouant des doigts dans les cheveux de Liam. Relevant les yeux vers lui, elle caressa doucement sa joue, quelque peu amusée par le contact plutôt rugueux de sa barbe. Elle lui sourit timidement, espérant qu’il ne lui en voudrait pas trop de s’être fâchée contre lui.

- .. Mais.. Pourquoi elle.. ? .. Enfin j’veux dire j’ai compris ça.. Se fait pas.. Tout ça… mais .. enfin non.. Pas trop en fait… Pourquoi c’est mal.. ? Je veux juste que tu restes avec moi.. même si c'est pas bien.. est-ce que ça veut dire que je suis .. mauvaise ?

La petite le fixait intensément, cherchant à sonder son regard comme pour y déceler une réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liam Baldwin
avatar

Hypersexualité

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 158
XP : 125

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 3080 rubz

MessageSujet: Re: Luxure, quand tu nous tiens... [18+]   Mer 7 Juil - 17:57

Liam ressentit un indicible soulagement lorsqu’Ella lui rendit enfin son étreinte. Elle lui pardonnait, elle lui disait qu’il n’était pas un monstre. Qu’il était peut-être mauvais mais qu’elle l’aimait quand même, parce qu’il était un bon père. Le fait qu’elle ait vu une partie, une grande partie même, du mal en lui n’était pas pour lui faire plaisir ni le rassurer, mais tant qu’elle ne se détachait pas de lui il s’en accommoderait bien. Ca rendrait la vie plus simple d’ailleurs, moins de mensonges et de cachoterie pour pouvoir faire illusion devant sa fille adoptive tout en accomplissant en parallèle meurtres et viols. Plus d’identité secrète, Batman pouvait tomber le masque et sortir en batmobile pour aller au boulot… la grande classe.

La suite du discours de l’enfant lui plu moins : elle ne comprenait pas en quoi le fait d’avoir une relation sexuelle avec elle serait mal, elle se demandait si en pensant ainsi elle était mauvaise.

**Probablement.**

Sauf que le taulard ne pouvait pas lui dire ça de but en blanc, pas plus qu’il ne pouvait lui expliquer pourquoi faire ça en famille était mal mais le faire aux autres ça ne le dérangeait pas. Pour le faire il aurait dû lui raconter son passé, son enfance douloureuse et ça c’était totalement proscrit.

Liam se contenta de passer sa main dans les cheveux roux d’Ella, plongeant ses yeux noirs dans ceux de la gamine.

- Non ma puce tu n’es pas mauvaise, tu es juste trop jeune pour comprendre. C’est juste une question de morale, et même si je ne suis pas un modèle de morale je veux vraiment la respecter sur ce point.

Mais c’était bien mal parti ! En effet l’effet qu’Asmodée dispensait encore commençait à le reprendre aux tripes, son regard posé sur l’enfant passant du paternel à la lueur lubrique. Parfaitement synchronisé avec son intimité sa main se mit de nouveau à gonfler et ses menottes disparurent pour réapparaitre dans sa main, comme à chaque nouvelle envie. Le contact de la peau de la rouquine sur sa cuisse ne faisait qu’amplifier son envie dévorante, et il fallait agir avant qu’il ne se contrôle plus.

Il enserra le pyrophobe pour la prendre dans ses bras et se mit debout, tentant avec difficulté les pulsions qui le poussait à caresser sa peau blanche, un peu trop vers le bas du dos. Ses yeux brillant cherchait avec fébrilité dans la pièce sans trouver ce qu’il voulait, il se dirigea donc vers la salle à manger dont sortait des cris et des imprécations.

A peine eut-il mit un pied dans la pièce que le tueur remarqua la silhouette nue de Selene étendue au sol, les veines du poignet tranchées. Il était tellement concentré sur le fait de ne pas violer Ella sur place qu’il n’arriva pas à retenir un rire franc et sincère… car c’était drôle non ? Il y avait survécu des années, alors qu’il était plus jeune et que le coupable des horreurs était un proche, et voilà que cette fille craquait du premier coup ! Sans parler de cet imbécile de dépressif numéro 1 qui au lieu de stopper l’écoulement de sang se contentait de lui filer des baffes.

- Tu veux la faire mourir plus vite c’est ça ?

Il s’approcha d’eux avant de poser l’enfant au sol non sans avoir laissé glisser sa main contre son corps, le regard fiévreux tout en se mordant la lèvre. C’était de plus en plus dur de lutter, et détourner de regard fut un véritable supplice. Mais s’il voulait redorer son image de père il lui faudrait non seulement réussir à mettre en pratique le moyen qu’il avait trouvé pour entraver ses désirs mais aussi faire quelque chose pour Selene avant qu’elle ne passe l’arme à gauche. On réparait les poupées, alors pourquoi pas les poupées gonflables ?

- Dégage tu sers à rien.

Liam repoussa Jonh sans ménagement après s’être saisit d’une large serviette de table en tissu qui trainait sur la nappe et, un genoux à terre, entreprit de réaliser un bandage assez serré autour de la blessure pour que l’adolescente arrête de se vider sur le carrelage. Ce n’était pas parfait mais c’était mieux que rien… ça suffirait.

Il se redressa alors pour faire volte face et manqua sous une impulsion soudaine de se jeter sur sa fille. Le taulard réussi à se détourner au dernier moment avant de s’attacher à l’aide de ses propres menottes à l’un des pieds de la table, si lourde qu’il n’arriverait jamais à la soulever. Attaché il ne risquait plus de faire du mal à Ella mais son envie ne se tarissait pas, à un tel point qu’il faillit supplier la petite de lui faire une gâterie.

Devant l’horreur de la constatation il préféra se fracasser la tête contre la table dans l’espoir de finir inconscient, le temps que la maitresse des lieux se lasse de son petit jeu sadique. Il ne réussi néanmoins qu’à se faire mal, du sang coulant désormais de son arcade blessée.

Décidemment être une victime était vraiment, vraiment fatiguant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Selene Nymphadora
avatar

Obsession pour les épouvantails

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 87
XP : 75

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 200 rubz

MessageSujet: Re: Luxure, quand tu nous tiens... [18+]   Mer 7 Juil - 20:09

Il faisait sombre. C’était la seule chose dont Selene avait la certitude. Elle était assise dans le noir, les ténèbres s’étendaient loin autour d’elle, la noyant dans une solitude désolante, avant que n’apparaissent, plus grand que dans ses souvenirs et que dans ses songes, l’épouvantail du jardin de ses parents, qui se permettait un sourire tendre auquel elle n’arrivait pas à répondre. Elle était nue, mais sa blessure au bras ne saignait plus, comme si le temps s’était figé dans un rêve, ou bien était-elle simplement dans un état hallucinatoire proche du coma. En tout cas, l’apparition parvint à plier les bras et vaincre sa rigidité ordinaire pour se pencher et lui caresser les deux joues d’une main de paille sèche, qui eut pourtant pour effet de diffuser une chaleur intense dans le cœur de la toquée. Aucun mot n’avait été échangé, mais elle avait compris la signification de cette caresse, et murmura plus pour elle-même que pour son compagnon :

- Je suis désolé…

A cet instant, tout disparu avec la force d’une gifle, et ses yeux s’entrouvrir pour lui révéler l’image abondamment flou d’un Jonh qui lui faisait la morale. Sa voix ne parvenait au cerveau de l’adolescente que comme un bruissement inaudible, mais le sang qui s’écoulait dans sa bouche de sa lèvre fendue par le choc l’appelait à reprendre conscience. Le dépressif la maintenait par un bras, mais l’autre, mollement posé au sol continuait de se vider de son liquide vital en teintant de rouge le carrelage ocre ainsi que la peau pâlissant à vue d’œil de la pauvre Selene dont la raison avait succombé aux multiples confrontations internes entre pouvoirs, émotions et ressentis. Ses yeux n’arrivaient pas à faire le point, mais un faible sourire se dessina sur ses lèvres blafardes quand elle crut voir apparaitre aux cotés du voyageurs quelques uns de ses amis qui lui tendaient la main. Elle fit tous les efforts du monde, mais son corps refusait de répondre à des ordres basiques tels que « relève-toi ».

La voix de Liam fut la première chose qu’elle distingua, mais dans son esprit encore embrumée, l’angoisse ne réussit pas à trouver le bon chemin jusqu’à son encéphale. Elle sut pourtant qu’on lui bandait sa plaie, et le contact des doigts du taulard sur sa peau nue lui donnait la chair de poule, mais elle n’avait d’autres choix que de se laisser faire, fermant longtemps les yeux au lieu de ciller normalement, puis elle se laissa à sa position de jouet raccommodé allongée sur le sol froid, sa chevelure rousse éparse autour de son crâne dont quelques mèches couraient se mouiller dans les petites trainées vermeilles qu’elle avait crée.

La conscience lui revenait, toujours plus précise, et bien que sa faiblesse lui laissait comme une sensation de coton dans toute la tête qui la coupait du monde extérieur, elle sentait de plus en plus la douleur qui résonnait dans son être, poussée au paroxysme à chacun des battements de son cœur. Elle réalisait ce qu’elle avait essayé de faire, sans vraiment savoir si elle l’avait réellement désiré ou si il s’agissait d’une pulsion de désespoir incontrôlée.
Quoiqu’il en soit, elle devait autant sa déchéance psychologique et sa vie à Liam, et outre l’incompréhension, elle ne savait que ressentir pour le taulard. Tout comme elle s’était sentit céder, il n’avait peut-être faire qu’obéir aux ordres subliminaux d’Asmodée… et son haine et son mépris avaient été mal redirigées. Non. Après tout, il ne s’était pas gêné pour reluquer son postérieur dans la cage n’est-ce pas ? Il était pervers de nature, et l’aura de la vampiresse n’avait fait qu’exacerber et accélérer une tentation qui devait déjà le démanger auparavant. Oui, cela devait être la bonne réponse ! Ou en tout cas, c’était le consensus intérieur que s’était fixée Selene pour donner un fil conducteur à ce qui s’était passé. Leur hôte et le trentenaire étaient tout autant coupable l’un que l’autre, et elle leur en voulait autant.

Elle n’entendait que comme très lointain les coups que Liam se portait pour tenter à son tour de rejoindre l’inconscience, et les ignorait tout comme le reste. Par sa simple présence, Asmodée avait causé de sérieux dégâts dans les rangs des voyageurs et il y avait des chances qu’elle ne se contente pas de ces avant-gouts d’amusement. Après tout… elle avait acheté ses esclaves assez cher pour les user jusqu’au bout non ? Et cette pensée propagea une sueur froide désagréable dans le corps de l’adolescente.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jonh Matrevis
avatar

Trouble bipolaire IV: dépression sur fond de tempérament hyperthymique

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 307
XP : 134

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 300 rubz

MessageSujet: Re: Luxure, quand tu nous tiens... [18+]   Mer 7 Juil - 20:45

Trop occupé à faire revenir la rousse parmi les vivants, Jonh n'avait pas remarqué que l'adolescente devenait de plus en plus pâle et lavait de son sang le sol du salon. Liam vint alors les rejoindre avec Ella dans ses bras et posa une question au dépressif qui fit lever un sourcil à ce dernier. de quoi il parlait ? Puis le violeur poussa le jeune homme en disant qu'il ne servait à rien. Sur le coup Jonh ne comprit pas pourquoi Liam lui avait sortit ça mais l'illumination lui vint lorsque il soigna Selene. Ah...oui.

Une fois que l'ex taulard est rempli sa mission de "gentil" il alla s'attacher à la table sous le regard interrogateur de Jonh qui le vit donner un coup de boule au meuble. Mais il avait un soucis ? Enfin c'était pas mieux que le dépressif qui s'était ouvert le bras tout seul...La pièce en fin de compte était rempli de cinglé sauf Ella...ou pas. A moins que ca soit une façon pour Liam d'exorciser son désir ? Marrant pour un violeur.

Enfin bref, Jonh se baissa pour prendre Selene dans ses bras en faisant une petite grimace de douleur, mais au moins ca lui permettait de ne pas vouloir sauter sur cette dernière et alla l'asseoir sur le fauteuil où juste avant elle pleurait toute les larmes de son corps. Ceci fait, le dépressif se tourna vers Liam et posa une question qui le turlupinait depuis qu'il savait.

- Dis moi Liam, pourquoi tu reproduis ce que tu déteste ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Luxure, quand tu nous tiens... [18+]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Luxure, quand tu nous tiens... [18+]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hypnose :: Continent Chimérique :: Sextus :: La tour de la Luxure-