AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les vignes de Bergerac

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Dr. Parkinson
avatar

Nombre de messages : 337
XP : 230

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 0 rubz

MessageSujet: Les vignes de Bergerac   Jeu 17 Juin - 14:34

La demeure de Bergerac est une immense propriété de construction romaine, entourée par des fermes et des cépages, en dehors de la protection de la ville. D'une fenêtre, on peut voir la grande Sextus, et la colline où trône la tour Magne, la tour de la Luxure. La bâtisse était une aménagée sommairement, peu de meubles, un confort spartiate, mais il y avait l'essentiel. Elle s'élevait sur trois étages, et une cave, et ce seulement pour Tyrano et ses serviteurs payés pour leurs services.

Les esclaves ? Il y en avait plein. Des hommes, des femmes, des enfants, tous assignés à une tache adaptée. Ils affichaient une mine triste, et un visage fatigué. Ils travaillaient dur, sur de longues périodes, et ne dormaient qu'une fois la nuit tombée dans des dortoirs situés dans les champs. Et là, ne parlons pas de confort. Il n'y avait qu'une caisse vide, servant de table, de chaise, de guéridon, de commode, ou d'autre chose que l'imagination vous pousse à considérer comme tel. Chacun avait tout de même un genre de matelas fourré de tout et n'importe quoi pouvant fourrer ; des plumes, de la paille, des haillons...

Tyrano était le genre d'homme à laisser sa chance à n'importe qui. Le principal, c'est qu'on lui prouve son potentiel. C'est ainsi qu'une erreur de la nature avait trouvé refuge dans son logis. Il s'agissait d'une femme (ou du moins un être de sexe féminin) aux allures reptiliennes. Elle avait la forme d'une humaine, à l'exception de sa peau écailleuse rosée, de sa grosse tête pourvu d'une mâchoire de carnivore, des ses pieds palmées et de sa queue qui prolongeait sa colonne vertébral. Pour les connaisseurs, il s'agissait d'un argonienne (ELDER SCROLL POWER !), pour les autres, c'était un monstre. Rejetée et refoulée par le monde entier, elle avait trouvé refuge ici. D'abord en tant qu'esclave, puis en tant qu'employé, car elle avait su convaincre l'austère Tyrano de Bergerac. J'oubliais son nom : Li'Nessa.

Et c'est bien elle qui accueillit les nouvelles recrues sur les terres du seigneur. D'une voix rocailleuse, elle entreprit les présentation :

« Veuillez vous accoutumer des apparences assez rapidement, je ne supporterais pas vos regards insolents très longtemps. Je suis Li'Nessa, l'intendante, quant à vos noms, ils sont inutiles. Vous ne serez que des numéros. Il fait encore jour, le soleil est haut dans le ciel, prenez des corbeils et allez cueillir le raisin. Et soyez précautionneux avec ! »

Elle fit claquer sa queue au sol comme pour dire « Et qu'ça saute ! »

Elle leur montra le dit champs, avec déjà plusieurs travailleurs au turbin, et précisa pour ceux qui n'avaient pas remarquer, qu'il y avait un garde tout les cinq mètres en bordure du domaine...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hypnose.hypeforum.net
Janna Lewis
avatar

Syllogomanie (TOC)

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 44
XP : 14

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 0 rubz

MessageSujet: Re: Les vignes de Bergerac   Jeu 17 Juin - 17:14

Il faut le dire... jamais Janna n'aurait pensé finir ainsi. Cueillir du raisin pour le restant de ses jours habillé en string! Youhouuu!! Une vie de servitude avilissante (et c'est un pléonasme) en guise de châtiment suprême! C'était fabuleux! Était ce là la finalité de cette séance d'hypnose douteuse!? Qu'est ce que c'était que ce bordel... Une blague? N'y avait il pas quelqu'un pour leur venir en aide maintenant et tout de suite? Après l'épreuve de la pluche des monts patates c'était au tour de la cueillette du raisin??? Janna était en pleine déconfiture. Si elle avait voulu faire des taches ménagères et rustiques pour occuper le temps elle serait aller faire un tour chez sa grand mère à la campagne!

Bon... Patience...il y en avait bien un dans leur bande un peu soupe au lait qui allait se révolter! Ou bien quelqu'un de rusé qui allait trouver une solution pour parer à cette plaisanterie de mauvais gout ! C'est vrai quoi... allaient ils tous rester impassible et s'abaisser à pareille calomnie?! Janna avait du mal à contenir une colère naissante...

Étrange... Depuis son arrivée à Dreamland elle avait toujours gardé une certaine lucidité par rapport aux évènements qu'ils étaient contraints de vivre. Elle avait déjà éprouvé de la peur à maintes reprises, de l'étonnement, de l'effroi, de l'admiration, de la panique, de l'excitation, du dégout et pas mal d'autres choses encore, mais jamais au grand jamais elle n'avait encore cédé à la colère. Alors pourquoi s'énervait elle maintenant, alors que la situation qu'ils vivaient était tout de même supportable par rapports aux évènements qui avaient précédés? Elle rassembla ses idées et tenta de calmer le bouillonnement intérieur qui était en train de lui monter à la tête.

*Relativise ma vieille... au fond... C'est pas si mal comme perspective d'avenir!*
En effet! regardons le bon côté des choses! De un, ils allaient être nourris, logés, dans un confort tout à fait convenable! Les matelas moisis tout ça...c'est vraiment super!
De deux, le boulot semblait indiscutablement épanouissant rien qu'à voir l'expression de profonde désillusion des gens qui travaillaient ici.
De trois, vivre et bosser sous l'autorité de ce sac à main vivant devait être une véritable cure de jouvence!
C'était parfait ! Elle n'aurait pas pu rêver mieux! De plus un peu de sport ne lui ferrait pas de mal. Le sport c'est la santé ! C'était magnifique elle allait enfin pouvoir profiter d'une véritable remise en forme! Et qui sait ! En hiver ils auraient peut être même droit à un bout de tissu supplémentaire pour se le mettre autour du cou et se pendre proprement!!!!
Et voilà que la colère qu'elle avait tenté d'apaiser se manifestait encore plus violemment qu'au départ. Ce n'était vraiment pas le moment pour piquer une crise de nerfs mais malheureusement elle n'arrivait plus à contrôler ses émotions. La fatigue peut être?

*BON! C'est où la sortie???* Elle scruta les alentours pour saisir une faille dans la surveillance...Hélas, trois fois hélas après quelques analyses il était clair que cette surveillance était parfaitement...IN-FAI-LLI-BLE... En tout cas il n'y avait rien d'humainement possible à tenter. Janna s'agitait. Il était l'heure de partir pour les champs (sur le champ haha) comme l'avait si aimablement ordonné la bestiole à écailles...
Elle lança un regard désespéré à Dakota qui se trouvait derrière elle. Elle aurait voulu courir, crier, frapper dans un mur pour calmer sa fureur. Au lieu de ça elle s'accroupit ramassa des galets d'une manière compulsive et les fourrât machinalement dans sa poche.

HUuum Minute... Quelle poche? Ça existe un string à poche?
Une fermeture éclair étrange avait fait son apparition juste à côté d'elle. Elle fit un bond sous la surprise et se heurta contre quelqu'un (la fermeture flottante avait déjà disparu).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dakota Earnshow
Administratrice
avatar

Phobophobie

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 165
XP : 148

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 1295 rubz

MessageSujet: Re: Les vignes de Bergerac   Ven 18 Juin - 14:32

Le coin était calme, simple et assez… oui, assez joli. Dakota qui s’était attendu à se retrouver un tripot spécialisé dans les orgies était plutôt agréablement surprise. Ils feraient du travail d’esclaves, traités comme des esclaves mais au moins ils conserveraient leur dignité et leur virginité pour ceux qui la possédaient encore. Son regard froid balaya les vignes qui s’étendaient presque à l’horizon de son regard froid avant de hocher la tête. Ça lui allait très bien.

La « femme » qui les reçu la laissa de son côté pour le moins… décontenancée. Enfin l’espace de quelques secondes qui lui permirent de se souvenir qu’ici c’était le monde des rêves alors que les femmes lézards devaient bien avoir leur place ici. Si les monstro-poulpe géants l’avaient, pourquoi pas elle n’est-ce pas ?

Sa manière sèche et sévère de les recevoir et de leur présenter leurs tâches avait tout pour plaire à la blondinette. Enfin quelqu’un qui parlait franchement sans se soucier de l’opinion des autres. L’argonienne lui semblait tout à fait censée et réfléchie, ce qui constituait une qualité non négligeable du point de vue de la gamine. Dak’ se contenta juste de lâcher en se dirigeant vers les vignes :

- Quitte à porter un numéro en guise de nom j’aimerais au moins le connaître, mais je suppose que vous ne perdrez pas votre précieux temps à m’en informer.

De son côté Janna l’avait précédé et lui jetait un regard furtif chargé de désespoir. Les perspectives d’avenir qu’on venait de lui décrire lui donnait probablement des envie de révolte car la jeune femme se mit à ramasser des cailloux ce qui, il est bien nécessaire de le souligner, ne servirait pas à grand-chose contre l’enfilade de gardes qui encerclait la vigne. Dakota n’eut pas le loisir de le lui faire savoir car elle resta coite devant la vue de Janna qui ouvrait une fermeture éclair… dans le vide. Dans l’air, comme ça, pouf. Elle ne sembla s’en rendre compte elle-même qu’une fois qu’elle y eut glissé ses pierres, la faisant sursauter ce qui causa la disparition instantané de la « poche » magique.

Dakota, car c’est bien elle que la donzelle venait de percuter, lui jeta une œillade assassine en se frottant son bras endoloris. Elle siffla à l’adresse de sa camarade entre ses dents, sèchement :

- Tu sais pas te tenir ?! J’ai pas envie qu’il m’arrive des ennuis parce tu ne contrôle ni tes pouvoirs ni ton propre corps. Tu ferais mieux de te mettre au boulot plutôt.

Aussitôt dit la gamine se saisit d’une corbeille en osier et d’un petit sécateur puis posa un genoux à terre au pied d’une vigne. Elle n’y connaissait strictement rien, ne savait pas comment s’y prendre ni même comment on pouvait savoir que le raisin était vraiment mûr, mais étant donné qu’ils ne leur avaient donné aucune information technique ils ne pourraient s’en prendre qu’à eux si elle salopait involontairement le travail.

Ses cisailles se mirent à s’activer, les fruits s’accumulant dans sa corbeille alors que le soleil commençait à brûler sa peau blafarde qui n’avait pas eu souvent l’opportunité de le côtoyer. Elle avait chaud, mal partout à force d’être pliée en deux et transpirait abondamment mais elle se sentait, une fois n’est pas coutume, en paix. Ici personne ne risquait de la tuer, aucune voiture ne pouvait la renverser, à vrai dire les risques d’un quelconque accident étaient si faible qu’elle se sentait presque en sécurité.

Essuyant son front d’un large geste du bras, la blondinette tourna ses pupilles bleus vers la silhouette de Janna qui ne semblait pas se faire aussi bien à leur situation. L’état d’esprit actuel de Dakota la rendant presque aimable, elle se surprit à commencer à lui faire la conversation de son habituel ton monocorde :

- Tu devrais arrêter de te monter la tête. Si tu veux t’enfuir tu en auras probablement l’occasion à un moment ou à un autre. Mais en pleine journée tu n’as aucune chance que ça réussisse. La probabilité de pouvoir tromper la vigilance des gardes est presque nulle tu sais, ils sont presque aussi nombreux que les esclaves.

Tout en parlant elle continuait son travail avec concentration, le chant des grillons la berçant agréablement. Elle en aurait presque désiré rester ici, loin de San Francisco et de son activité incessante, loin des cris, des voitures et des gens trop pressés. Ce lieu n’avait rien à envier à sa chambre ou elle restait cloitrée à longueur de journée. Elle en aurait presque remercié Parkinson… presque.

- J’aime bien cet endroit, c’est vraiment reposant…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James Brooks
avatar

Trouble dissociatif de la personnalité ( variante de l’ami imaginaire)

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 744
XP : 177

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 466 rubz

MessageSujet: Re: Les vignes de Bergerac   Ven 18 Juin - 20:23

Redevenue James sur le chemin , ce dernier se plaignait intérieurement. Il avait fallu qu'il soit acheté par LE cultivateur de vigne et c'était la rencontre avec sa femme qui lui rappelait les monstres des égouts qui allait améliorer la chose. En plus de n'avoir pas eu de nouveaux vêtements , les nouveaux esclaves avait aussi perdu leur prénom. Mais l'adolescent avait il vraiment le choix que d'obéir comme ses compagnons ? Pas vraiment. Aussi James suivit il ces derniers dans le champ. Le seul hic c'est que l'adolescent n'y connaissait rien en matière de cueillette. Néanmoins en jetant un coup d'œil à ses copina prisonniers il essaya tant bien que mal de copier. Tant pis si il ne cueillait pas des raisins murs ils avaient qu'a leur donner des cours de pratiques avant de les envoyer à la tâche.
D'une oreille distraite il écoutait les conversations, entre autre celle de Dakota et d'une autre fille qu'il n'avait jamais vu. A ce qu'il avait compris, cette dernière ne contrôlait pas son pouvoir. D'ailleurs celui de l'adolescent ne serait pas très utiles en matière d'apparition d'objet. Ah si peut être un parasol pour le soleil qui commençait à le faire devenir tout rouge.

Le temps passait et la fatigue en échange était arrivé. C'était pas facile comme métier. Et puis Dakota avait l'air à son aise apparemment vu sa remarque. Cela fit légèrement sourire James. C'était pas vraiment un petit coin de paradis non plus.

- Reposant...dans le sens où y'a pas de bruit c'est vrai mais dans un autre sens ça l'ai pas vraiment

Il déposa parmi les muttitues grappes de raisin , celle qui venait de couper.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Janna Lewis
avatar

Syllogomanie (TOC)

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 44
XP : 14

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 0 rubz

MessageSujet: Re: Les vignes de Bergerac   Lun 21 Juin - 11:17

Cela faisait un bon moment maintenant que les nouveaux esclaves s'étaient attelés à la tache gratifiante qu'est la vendange. Le soleil frappait fort, il faisait sec, soif... Janna était toujours sous le choc, elle commençait à être sérieusement groggy. Ils n'avaient rien mangé ni bu depuis... Depuis longtemps ! C'était peut être la raison de son énervement de tout à l'heure.

Tout à l'heure... La grosse fermeture éclair flottante qui avait fait son apparition était donc la matérialisation de son pouvoir à elle? Dès lors qu'elle avait appris qu'à Dreamland la maladie pour laquelle on était arrivé ici se transformait en force, elle avait imaginé toute sorte de chose. Peut être allait elle être capable de reproduire des objets à l'infini pour créer des montagnes d'immondices ou bien encore d'autres théories bien plus improbables... Mais le coup de la fermeture...

Oui, elle avait été loin de s'imaginer une fermeture éclair flottante dans le vide. A quoi pouvait elle bien servir? Etait ce comme un sac? Comment la faire réapparaître d'ailleurs? Fallait il s'énerver pour que celle ci se manifeste? Elle s'activait à la cueillette avec un certain zèle tout en réfléchissant à la situation.

Le fait d'avoir vu cette fermeture éclair volante l'avait un peu remise en place dans ses idées de fugue immédiate. Et la cueillette il faut l'avouer se révélait tout de même moins contraignante que ce qu'elle avait imaginé, et ce malgré la chaleur. En revanche elle n'avait plus prononcé un seul mot depuis le moment ou elle s'était cognée contre Dakota. Le choc qu'elle avait éprouvé face à la première manifestation de ses pouvoirs l'avait laissé interdite et fébrile.

Maintenant qu'un peu de temps était passé depuis l'événement et que Dakota engageait une conversation elle se devait de briser ce mutisme. Mais encore un peu trop dans le brouillard et absorbée par les grappes qu'elle amassait elle n'avait pas répondu directement. Ce fut alors quelqu'un d'autre qui s'en chargea pour elle. Elle se tourna pour jeter un oeil au propriétaire de cette voix qu'elle n'avait jamais entendue auparavant. C'était un jeune homme, qui faisait parti du lot d'esclaves vendu aujourd'hui à Bergerac.

"Je commence à avoir soif..." dit elle simplement.

Elle était lasse et un peu déshydratée, la tête lui tournait légèrement. Elle laissa tomber au sol sa pince et s'accroupit pour reprendre ses esprits enfouissant sa tête lourde dans ses mains moites de transpiration. Ce n'était pas le moment de défaillir... Elle allait vraiment passer pour une petite nature. Son mal était surmontable mais elle était plus en proie à une fatigue mentale. Comment faisaient les autres? Ils étaient si endurants, ils avaient l'air de surmonter les épreuves qui s'imposaient à eux comme un rien.

Mais soyons optimistes, elle ne s'en sortait pas si mal, on pouvait même dire qu'elle avait assuré comme un chef au tout début de l'aventure. Malheureusement les événements commençaient irrémédiablement à prendre le dessus par l'usure. L'impression que cela n'en finirait jamais, depuis combien de temps était elle sous hypnose? Si ça se trouve cela fait à peine deux minutes qu'elle est plongée dans cette léthargie volontaire... Alors qu'ici... cela va faire quelques jours... Il était difficile d'avoir une quelconque notion du temps. En partie parce qu'il était inutile d'en avoir une.

Elle se releva forte d'un nouvel espoir. Il ne fallait pas se décourager et garder la tête froide.
Peut être était ce là l'effet Dakota? En effet, si Dakota n'avait pas été là pour la raisonner et la rappeler à l'ordre plusieurs fois à chacune de leurs rencontres peut être aurait elle déjà cédé à la panique et l'affolement. Peut être même... aurait elle déjà trépassé. Comment cette petite fille en âge et en taille pouvait elle avoir autant de maturité? Ne jamais juger sur les apparences comme on dit.

Après toutes ces élucubrations qui n'en finissait pas elle s'en retourna à sa besogne. C'est alors... Qu'elle réalisa ce qu'elle était en train de cueillir...
Ce raisin avait vraiment l'air appétissant et désaltérant... Pouvait elle se risquer à en manger? Outre la chiasse qu'il pouvait provoquer... était il comestible? Dans ce monde tout était possible, il fallait se méfier de tout. Peut être était il sous l'emprise d'un sortilège qui tuerait le moindre esclave qui succomberait à la gourmandise? Le sac à main vivant n'avait pas précisé qu'il était strictement interdit de goûter à la marchandise... Elle n'avait pas expliqué grand chose d'ailleurs... Mise à part qu'elle s'appelait... agnèssa? Gniessa? Liessa? Peu importe son nom et qu'on ne devait pas lui manquer de respect.
Elle se penchât dans les vignes pour sentir de plus près le raisin qui lui faisait maintenant tant envie. Puis après avoir encore coupé quelques grappes elle se hasarda à manger quelques grains.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dakota Earnshow
Administratrice
avatar

Phobophobie

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 165
XP : 148

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 1295 rubz

MessageSujet: Re: Les vignes de Bergerac   Mer 23 Juin - 15:50

Dakota était visiblement la seule à trouver cet endroit reposant mais ça ne la dérangeait pas d'être incomprise, elle avait l'habitude. Seul quelqu'un ayant connaissance de la peur qui la rongeait pouvait comprendre la véritable signification de sa paix intérieur apportée par ce lieu, où l'unique peur latente était de se couper, ou de choper le tétanos. Dans la mesure où elle faisait attention elle ne risquait ni l'un ni l'autre, la sécurité à l'état pur... le bonheur en quelque sorte.

- Tu ne peux pas comprendre.

Elle avait dit ça avec détachement, sans mépris. Ce n'était que la vérité pure et simple, et elle n'en voulait pas à James de ne pas saisir le sous-entendu de sa précédente remarque. Après tout elle ne comprenait pas comment l'adolescent pouvait sincèrement croire que son ami imaginaire était réel. Chacun ses problèmes.

Janna de son côté ne lâcha qu'une brève plainte que la blondinette comprenait bien. A force de transpirer sous le soleil elle même ne rêvait qu'à une bonne rasade d'eau fraiche, mais quelqu'un finirait bien par leur en apporter non ? Ils coutaient bien trop cher pour qu'on les laisse se dessécher au soleil comme de vieux pruneaux. Il lui sembla même voir tout en travaillant une silhouette se rapprocher en faisant halte devant chaque travailleur, et qui portait un objet qui pouvait bien être un seau... ou n'importe quoi d'autre. Us que l'espoir peut nous faire voir des choses qui ne sont pas réelles...

La syllogomane n'avait pas l'air de l'avoir vu, et s'était donc mise à avaler quelques grains de raisin sous le regard rond de Dak'. Mais elle fichait quoi au juste ?! Elle voulait s'attirer des ennuis à n'en pas douter ! Ce serait un miracle si personne ne se rendait compte de rien à la vue de ses grappes à moitié dépouillées. Son instinct de protection poussa la gamine à s'écarter un peu de sa camarade tout en lui jetant des œillades qui exprimaient bien sa pensée se résumant à « t'es malade ! Arrête ça ! ».

Elle s'apprêtait d'ailleurs à le lui dire tout haut quand la silhouette qu'elle avait discerné au loin arriva à sa hauteur. C'était bien un seau que la femme portait, empli d'une eau qui miroitait au soleil et dans laquelle était plongée une sorte de louche en bois. La femme affichait comme les autres un visage triste et fatigué, tout en lui tendant la louche plein de ce liquide vital tant espéré qui Dakota but goulument en manquant de s'étouffer. Elle n'avait jamais été aussi heureuse de boire, c'était comme un torrent de bonheur qui envahissait sa gorge sèche et douloureuse renforçant la vision de paradis qu'elle se faisait de l'endroit.

Elle en aurait bien demandé une seconde louche mais la femme s'était déjà éloignée pour servir le prochain, et l'adolescente la regarda partir non sans regret avant de saisir de nouveau son sécateur avec précaution tout en s'essuyant son front dégoulinant de sueur de son avant bras qui avait pris une jolie teinte écarlate, comme le reste de son corps probablement. Dakota y prêta à peine attention et se remit au travail tout en soufflant à l'adresse de Janna qui avait aussi eu droit à sa gorgée rassérénante.

- Ne touches plus au raisin tu veux ? Tu vas avoir des problèmes, et nous aussi peut-être pour n'avoir rien dit. Dieu seul sait ce qu'ils font aux esclaves qui mangent les récoltes... le jeune, le fouet... ou pire.

Dakota se fichait bien de ce qui pouvait arriver aux autres, elle ne voulait juste pas recevoir une punition par leur faute, brisant ce précieux équilibre auquel elle n'avait qu'à peine gouté. Et si pour ça il fallait empêcher les autres de causer leur perte et bien elle le ferait, elle savait être généreuse quand elle en tirait elle aussi un certain bénéfice.

Le soleil baissait à l'horizon, emportant avec lui la chaleur lourde et suffocante. L'air se faisait plus léger et la blondinette ferma les yeux quelques instants pour profiter de la brise légère qui atténuait la morsure du soleil sur sa peau brûlée. C'était si bon qu'elle serait bien resté là sans bouger pour l'éternité...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les vignes de Bergerac   Dim 27 Juin - 0:27

- Elle a raison. Tu ne devrais plus toucher aux raisins. J'ai entendu un ami souffrir sous le châtiment que vous réserves Bergerac. Et je crois bien qu'il en est mort le pauvre... Manger du raisin, c'est déjà trop, mais en plus, tenter de s'enfuir...

Dexter se tourna légèrement vers Dakota et Janna. Une très jeune fille, mais qui semblait perspicace, et une jeune dame qui, elle, ne l'était pas. Elle apprendrait bien assez vite à l'être.

- Mille excuses! Mon nom, c'est Dexter! Enfin, mon ancien nom. Maintenant, paraît que je suis le numéro 078956664! Vous apprendrez vite à vous faire à cette vie. Je trouve que c'est un paradis sur terre, personnellement. Si l'on excepte la besogne. J'ai l'habitude de me faire servir...

Dexter se rappela ce qui s'était passé depuis son rendez-vous avec Parkinson. Il avait atterri à Elipse, endroit étrange, mais intéressant. Il avait rencontré une famille, bienveillante, qui l'avait recueilli. Des pauvres, certes, mais après tout, qu'est-ce que cela changeait?

Il n'avait eu aucun problème... Jusqu'au moment où son envie irrépressible de mettre le feu était revenu. Il n'avait pas fumé depuis des semaines, et, bien qu'il est été nourri, la famille ne fumait pas. Il avait insisté pour avoir des cigarettes, mais il n'avait rien obtenu. C'est là qu'une partie de son univers était parti en éclats : on ne lui donnait pas tout ce qu'il voulait, à lui?

Il avait trouvé une lampe à pétrole, dans la maison. Et il avait été si proche de mettre le feu... il l'aurait amplifié, effacer les marques, comme à chaque fois... Rien que d'imaginer ce feu de joie, de libération, et rien que de voir cette flamme l'avait tant bercé...
Et d'un coup, la lampe s'était éteinte, ainsi que quelques lumières aux alentours. Il n'avait pas compris ce qui s'était passé, et les lumières se rallumèrent. Mais son envie d'incendie avait été mise de côté. 10 minutes sans flammes... Et puis pouf! Elle était revenu. Comment cela se pouvait-il?

Les jours suivants, il avait réessayé, tard le soir. Et il avait fini par comprendre que cela venait de son désir. Et il s'était senti puissant.

On lui avait parlé des voyageurs, ces êtres doués de pouvoirs. Les Elipsiens en avait peur. Il décida de ne pas se montrer sous son vrai jour...

Après avoir obtenu des rations pour quelques semaines, et une carte de Dreamland, Dexter était parti de chez ses "amis". Il était parti vers le grand inconnu...

- Un bon boulot qui fait transpirer, tout de même... C'est très pratique d'avoir ce genre de rasade d'eau! En tout cas, vu ce que j'ai vu tout à l'heure, j'imagine que vous êtes les voyageurs dont on a tant parlé ici?

Il se rappelait aussi comment il avait atterri ici. Ces besoins de feux étant de plus en plus importantes, il s'était éloigné des villages, et avait mis le feu à certains arbres, et granges abandonnés. Mais un jour, des hommes le trouvèrent, et l'emprisonnèrent. Il fut vendus, en tant qu'esclave. Et on le mena ici.

Les vignes de Bergerac. Il s'était fait un ami. Et il avait fait en sorte que cet "ami" le suive dans ces amusements. Comme balancer des raisins sur les gardes. Lui ne s'était jamais fais prendre. Mais son ami...

Cela faisait quatre jours qu'il était là. Il s'en voulait un peu, mais au moins, il avait su contenir son envie de mettre le feu jusqu'à maintenant. Il se croyait dans une fournaise, et cela le calmait. Quant à la cigarette... Il avait bien du mal à s'en passer.

Il reprit son travail, comme si de rien n'était. Il préférait rester à carreaux pour l'instant. Il s'amuserait ensuite... Même s'il savait qu'il était capable de mettre à terre les gardes et de foutre le feu.
Revenir en haut Aller en bas
Dakota Earnshow
Administratrice
avatar

Phobophobie

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 165
XP : 148

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 1295 rubz

MessageSujet: Re: Les vignes de Bergerac   Dim 27 Juin - 18:53

Un homme non loin d’eux s’était mis à leur adresser la parole avec un naturel déconcertant. Il n’avait pas le teint autant halé que les autres, il devait être relativement nouveau parmi les esclaves de Bergerac. Ce qu’il racontait ne faisait que confirmer les craintes de Dakota, lui tirant une grimace en lui donnant un regain de force dans son travail. Mourir… non, hors de question. Elle travaillerait dur, elle travaillerait bien et elle aurait la paix, toujours. Elle ne se sacrifierait pas pour toutes les Janna du monde.

Dexter, comme il se présenta, continuait de babiller pendant ce temps. Il semblait bien être la seule personne, exception faite de Dak’, à trouver que l’endroit était un paradis. Il semblait d’ailleurs lui aussi faire partie de la haute société, de par son langage qui oscillait étrangement entre courant et soutenu, et l’habitude de se faire servir dont il parlait. C’était dingue le nombre de riches qu’elle avait croisé depuis son arrivée. A croire que c’était principalement eux qui osait vider leur tirelire chez le psychiatre… car c’était un voyageur non ?

Ça ne pouvait être que ça. Comme eux tous il faisait décalé, pas à sa place, comme un hamburger dans un restaurant 3 étoiles. De plus pour passer de riche à esclave c’était bien la seule explication plausible : que son argent n’ait pas fait le voyage avec lui. L’homme semblait d’ailleurs prendre les choses avec une bonne humeur déconcertante, presque comme un loisir quelconque, toujours bon à prendre.

La blondinette ne put s’empêcher de s’interroger sérieusement sur les raisons de sa consultation… enfin si elle ne se trompait pas sur le fait qu’il était lui aussi étranger à ce monde.

- En effet, nous sommes des voyageurs, mais à savoir si c’est de nous dont les gens parlent il y a une bonne marge. Nous ne sommes sûrement pas les premiers dont Tyrano fait l’achat… enfin je suppose.

Elle avait parlé de sa voix froide et inexpressive coutumière, agitant toujours son sécateur avec une précautionneuse minutie. L’adolescente s’interrompit pour chasser un moustique d’un geste vif avant de tourner les deux puits de glace qu’étaient ses yeux vers Dexter pour l’observer sans se cacher.

Il était musculeux, tout en longueur, et malgré la position ridicule que leur imposait leur cueillette il gardait un port altier. Jusqu’aux traits de son visage il était plutôt bien fait de sa personne mais c’était typiquement le genre de personne avec qui on ne savait pas sur quel pied danser. Il avait l’air sincère, mais ses yeux brillaient d’un éclat dérangeant. Dakota secoua la tête en haussant les épaules, tout en se disant que l’avenir lui dirait bien à quoi s’en tenir vis-à-vis de lui.

- Tu en es un aussi non ? C’est l’impression que tu donnes, tu détonnes dans le décor et tu n’as pas non plus l’air très à l’aise avec la coutume vestimentaire locale qui nous impose de se faire scier la raie par ces trucs immondes.

Si sa mère l’entendait utiliser des expressions pareilles elle en ferait une crise de nerf. Il fallait avouer que la gamine n’avait jamais été aussi vulgaire que depuis qu’elle avait mis les pieds à Dreamland, mais à quoi bon boire son thé en levant le petit doigt quand on a personne sur le dos pour nous juger ?

Elle ajusta d’ailleurs sa jupe-string dans un mouvement discret dans lequel transparaissait son éducation haut de gamme, qui contrastait terriblement avec ses précédentes paroles. Elle leva alors les yeux pour voir que l’argonnienne exhortait les esclaves à rentrer, le soleil étant désormais passé sous la ligne d’horizon. La nuit, le moment du repas mais surtout du sommeil réparateur… mais aussi le moment d’en découvrir un peu plus sur l’endroit où ils se trouvaient.

Dakota posa son sécateur dans sa panière à raisins et se mit debout dans un craquement désagréable. A force de rester dans cette position ses genoux en étaient presque bloqués et des fourmillements parcouraient ses jambes fatiguées. Elle coinça son panier dans le creux de sa taille, repoussant ses longs cheveux emmêlés de sa main libre.

Une fois ses compagnons debout et prêts à quitter la vigne, elle tendit sa main blanche tâchée de terre à Dexter, fine mais ferme et à la poigne solide qui ne trahissait que trop son caractère.

- Au fait je m’appelle Dakota. Enchantée.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les vignes de Bergerac   Lun 28 Juin - 1:28

Dexter regardait l'enfant, qui ne s'était pas encore tourné. Elle lui répondit. Elle n'était pas bien sûre qu'ils étaient les voyageurs. Il pensa intérieurement que c'était quelque chose qui se savait tout de même. Mais après tout, elle n'avait pas due être sur la terre ferme...

- Oh, vous devez être les seuls, vu comme Bergerac était ravie de vous acheter.


Sa voix était glaciale. Mais elle n'exprimait pas de l'agressivité. En même temps, elle coupait délicatement le raisin. Elle s'appliquait. Cela ne semblait pourtant pas dans ses habitudes.

Elle se tourna, et le dévisagea. Des yeux froids comme la glace, qui semblait le sonder. Les cernes autour de ceux-ci renforçaient l'effet. La maigreur quasi-cadavérique de la jeune fille lui donnait un air de Faucheuse. Il lui sourit.

Elle devina cependant que c'était un voyageur, tout comme eux. Embêtant, cela. Il regarda autour de lui. Personne ne faisait attention, ou n'entendait. Rassurant. Il lui parla, doucement, pour être sûr que personne ne l'entende.

- Officiellement, je ne suis pas un voyageur, mais officieusement, oui. Ils ne savent pas grand-chose sur moi. Certains esclaves, comme mon ami défunt, vous attendais pour « libérer les esclaves » ... Je ne sais pas ce que vous comptiez faire, mais je pense que c'était plus une pensée utopique qu'autre chose.

Puis elle commenta la tenue vestimentaire. Il sourit. Dexter aimait bien l'humour de la blondinette. Elle n'avait pas tort, bien sûr. Il avait l'habitude des vestes et des costards, pas de ses strings en... En quoi d'ailleurs ? En léopard ?

Elle remit son string, avec une certaine prestance. Elle ne provenait sans doute pas d'un milieu populaire. Mais son langage laissait penser qu'elle n'aimait pas toutes les règles que l'on pouvait imposer dans ce milieu. Comme cela, ils étaient deux.

Elle se leva, et un bruit d'os se fit entendre.

-Ah, c'est un mauvais point, mais vous vous ferez vite à ses désagréments. Les premières fois, c'est surprenant, et douloureux, mais après vous oublierez la douleur.

Il se leva, faisant craquer légèrement son dos. C'était tout de même incommodant, pour un homme de sa classe. Mais il avait déjà eu le droit à ce genre de traitement, avec les pompiers.

La jeune fille lui tendit la main, et se présenta enfin sous le nom de Dakota. Il lui serra la main avec assez de force pour lui montrer qu'il la considérait comme un égal.

- Tout le plaisir est pour moi !

Alors qu'ils commençaient à rentrer, sous le regard de l'argonienne notamment, il lui lança, dans un chuchotement seulement perceptible par elle :

- Fais attention. Je crois qu'ils ne savent pas ce que définit dire le mot « cuisiner ».
Revenir en haut Aller en bas
Janna Lewis
avatar

Syllogomanie (TOC)

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 44
XP : 14

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 0 rubz

MessageSujet: Re: Les vignes de Bergerac   Lun 28 Juin - 12:20

Le soleil se couchait, une douce brise crépusculaire se réveillait enfin pour venir calmer la peau sensible et initialement blanche de Janna. Oui oui initialement blanche! Outre le fait qu'elle avait grillé comme une merguez au cours de la journée, elle était également couverte de poussière, terre et sueur. Ce qui lui donnait un teint basanée qui aurait certainement rendu vertes de jalousie JLO et Beyonce...
Cette nuit allait être bien douloureuse avec de tels coups de soleil. Elle toucha doucement sa peau meurtrie et sale. N'y pensons pas, n'y pensons plus. Apprécions.

Elle ferma les yeux pour sentir le vent soulever faiblement ses cheveux. Dakota discutait avec un certain numéro 0789...55.. Ou bien était-ce 07...66675? Qu'importe son numéro. C'était un homme qu'elle n'avait jamais vu auparavant. Sans doute un esclave érudit qui venait faire un brun de blabla et sermonner les ptites nouvelles. Elle avait répondu aux réflexions de Dakota concernant son acte fou qui était de manger le raisin des vignes par un regard blasé. Le raisin comme elle l'avait craint n'était ni ensorcelé ni... quoi que ce soit d'autre. Il était juste délicieux, croquant et juteux à souhait. Inutile de s'affoler pour si peu.

Enfin... C'est ce qu'elle pensait jusqu'à ce que numéro... 07 truc quelque chose annonce qu'un ami à lui s'était fait torturer et tuer après s'être risqué lui aussi à goûter le fruit défendu de Dionysos.
Elle ravala sa salive un peu nerveuse. Mise à part Dakota et mister 007 personne ne l'avait vu...?

" HAHA ! " Elle rit bruyamment et se ravisa immédiatement. * DU CALME... Ne t'affole pas pour si peu.*

Alors comme ça manger du raisin équivalait à un aller simple vers le Styx? Au moins si elle voulait se suicider elle savait ce qui lui restait à faire. Elle rit intérieurement. Quel foutu monde de barge.

Les gardes semblaient moins à cran qu'au début de la journée. On les voyait presque... Sourire eux aussi. Une drôle d'ambiance paisible s'installait de même que le soleil se couchait.

Perdue dans ses pensée elle ne participait pas à la conversation qui s'était engagée entre Dakota et Dexter mais elle écoutait d'une oreille distraite tout en coupant, coupant, coupant et recoupant. Alors comme ça, cet homme était un voyageur tout comme elles? Libérer les esclaves? Elle aurait aimé poser une question sur ce point mais il était temps de rentrer et elle devait d'abord s'occuper de son panier rempli. Elle eu du mal à le soulever. Tituba, se redressa tant bien que mal, puis une fois l'équilibre retrouvé souffla de réconfort. Elle constata en jetant un rapide coup d'oeil vers Dakota que elle au contraire n'avait eu aucune difficulté à soulever tout ça. Bon... D'accord ce n'était pas très lourd. Mais tout de même! Dakota et 007 étaient en train de s'éloigner elle clopina jusqu'à eux comme elle pouvait puis elle entendit Dakota se présenter. Elle fit de même.

"Moi c'est Janna" Dit elle haletante. Puis après avoir essuyé le reste de sueur qui lui collait une mèche de cheveux à la tempe, elle afficha son plus beau sourire Colgate... Et manqua de se prendre une branche dans la figure. Heureusement pour elle quelqu'un lui tira les cheveux juste à temps pour la faire s'arrêter. Décidément... Sa maladresse était elle aussi une maladie qu'elle devrait soigner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James Brooks
avatar

Trouble dissociatif de la personnalité ( variante de l’ami imaginaire)

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 744
XP : 177

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 466 rubz

MessageSujet: Re: Les vignes de Bergerac   Lun 28 Juin - 12:52

Il ne pouvait pas comprendre ? Mais qu'est ce qu'il y avait à comprendre ? James haussa les épaules, il était trop fatigué pour réfléchir et un mal de crâne à cause du soleil qui commençait à tomber pointait son nez.
Il laissa les deux filles parler entre elle, autant dire que l'adolescent se sentait un peu seul et il se mit à penser à Edwin. Où pouvait bien être ce dernier ? Etait rentrer , était il mort ? James savait bien qu'il n'aurait jamais de réponse. Heureusement il fut réveiller par sa mélancolie lorsqu'on passa pour leur donner un peu d'eau; James but d'un trait la ouche qu'on lui proposait. Qu'est ce que ça faisait du bien.
Il reprit son activité en même temps que pour la première fois une quatrième voix s'éleva parmi les vignes. James regarda à qui appartenait ce son. C'était un adulte sans doute qui avait une certaine classe. Il parla d'un de ses amis qui était mort pour avoir piquer du raisin. Mais qui serait assez bête pour faire ça ? Le rire qui suivit la révélation qui venait de Janna lui laissa penser qu'il avait sa réponse.
L'heure était venue de quitter leur boulot et c'est avec un soulagement que l'adolescent se releva passant une main dans ses cheveux trempés.
Dexter et Dakota avait fini par faire "ami-ami", ce qui était assez étonnant de la part de Dakota qui était plutôt associable.
En trainant les pieds il rattrapa les deux voyageurs et se présenta aussi, tant qu'à faire.

- Moi c'est James

Il attrapa Janna par les cheveux pour l'empêcher de se prendre une branche et rajouta :

- Et mon ami Jules doit être dans le coin

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Janna Lewis
avatar

Syllogomanie (TOC)

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 44
XP : 14

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 0 rubz

MessageSujet: Re: Les vignes de Bergerac   Lun 28 Juin - 14:55

Elle se retourna vivement sans savoir si elle devait s'énerver ou à l'inverse remercier la personne qui en lui tirant les cheveux lui avait évité l'impact contre la branche. Elle opta pour la deuxième option. En effet même si lui tirer les cheveux n'avait pas été très délicat cela lui avait évité, une bosse et une humiliation certaine.

"Merci...hem..." Elle réengagea la marche sans trop oser regarda son sauveur plutôt honteuse d'être si maladroite. Une fois les paniers posés ils se dirigèrent enfin vers ce qui semblait être une salle à manger?

Ils s'étaient tous présentés. Dakota, James, 007... Etrangement Janna avait un certain mal à cerner ce dernier.

Pourquoi? Déjà parce qu'il apparaissait d'un seul coup, sans prévenir. Ensuite parce qu'il était clair qu'il avait écouté leur conversation avant d'intervenir. Et pour finir... Il avait une vieille tête d'aristocrate, un genre de ... m'as tu vu. C'était peut être la phrase "J'ai l'habitude de me faire servir" et sa façon de parler qui rebutait Janna.

Ou peut être était ce une sorte de jalousie. Il semblait assez expert en ce qui concerne les vignes de Bergerac. Il avait vraiment l'air tout à fait à l'aise dans ce milieu. Autant de choses qui le rendaient suspect. Oui... Ce n'était sûrement pas un voyageur comme elles ! Mais plutôt un espion à la solde de Bergerac! A sa façon suspecte de poser des questions... Il devait sûrement avoir la mission de découvrir quelque chose... Sur elles... Sur les voyageurs, leurs pouvoirs peut être?

Et Dakota qui se faisait embobiner ! Il fallait agir ! Agir habilement. Etudier ce type qui se faisait passer pour ce qu'il n'est pas ! Oui vraiment il était rusé le coquin ! Lancer des infos comme ça pour en récupérer d'autres! Nous mettre en confiance pour ensuite... COUIC dans notre dos! Sans qu'on s'y attende! 007 et Dakota Marchaient devant. James et elle étaient un peu en retrait.

Elle lança un regard suspicieux à ce fameux 007 agent secret. Et voilà qu'il chuchotait quelque chose à l'adresse de Dakota ! Qu'avait il bien pu lui dire? *Il nous embobine c'est certain !!!* Comment ne pas paraître plus louche ! La méfiance est mère de sûreté !

Elle ne put retenir son geste, elle le poussait par derrière de ses deux mains sans mesurer sa force. Ce n'était pas vraiment histoire de le faire tomber mais plutôt de l'éloigner de Dakota. Cet être louche n'avait pas à se mettre dans la poche la plus perspicace de la bande! Comment Dakota pouvait elle se laisser berner !

L'impulsivité de Janna avait repris le dessus... "J'ai glissé!" Dit elle pour toute défense même s'il était évident que cet acte était volontaire.


Dernière édition par Janna Lewis le Mar 29 Juin - 10:49, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zephyr Skies
avatar

Le trouble de stress post-traumatique

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 53
XP : 19

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 0 rubz

MessageSujet: Re: Les vignes de Bergerac   Lun 28 Juin - 16:32

Zephyr attendait avec impatience la fin de la journée. La longue marche vers les vignes de Bergerac l'avait épuisé et son espoir de se reposer fût réduit à néant quand cette femme reptilienne leur donna l'ordre de se mettre au travail.
Le soleil tapait fort sur les nouveaux arrivants, qui docilement se dirigeaient vers les rangs de vignes. La fatigue et la soif se fit sentir rapidemment rendant la gorge de la jeune traumatisée terriblement douloureuse et sèche. Elle n'avait jamais vendangée et son inexpérience aurait pû avoir raison d'elle: elle manqua de se couper à plusieurs reprises. Cependant, elle travailla efficacement, empilant les grappes dans son panier.

Alors qu'elle commençait un nouveau pied de vigne, un rire dément détourna l'attention de Zephyr qui s'entailla le doigt avec le Sécateur. Le rire venait d'une jeune femme proche de Dakota, laquelle était en grande discussion avec un homme étrange. La jeune fille ne l'avait jamais vu et se demanda ce qu'il faisait ici. Etait-il un voyageur ?
La curiosité de Zephyr l'emporta, elle tendit l'oreille. Ils avaient justement abordés le sujet, mais la jeune fille n'entendit pas la réponse de Dexter car une femme venait de s'arrêter devant elle, lui tendant une louche pleine de l'eau tant attendue.

Le soleil se coucha enfin, les esclaves se levèrent difficilement et commencèrent à rentrer, épuisés par leur tâche. Zephyr rejoignit le groupe de voyageurs qui l'avait accompagné jusque dans ces vignes, de nouveau elle apperçut Dakota en compagnie de Dexter.

* Peut-être n'est-elle pas si asociale après tout ...*

Quand vint son tour de se présenter, la Traumatisée déclara simplement en hochant la tête :

- Zephyr.

Elle aurait certes voulue rajouter quelques formules de politesse mais déja Janna poussait viruleusement le pauvre homme. Après tout, pourquoi pas ? Quelque chose en lui déplaisait à Zephyr. Peut-être sa manière de s'exprimer ou de se comporter , ou alors sa manière de s'incruster si rapidement dans le groupe. Elle ne fit pas de commentaires mais adressa un sourire complice à Janna.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://Le-Murmure-Du-Vent.skyblog.com
Dakota Earnshow
Administratrice
avatar

Phobophobie

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 165
XP : 148

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 1295 rubz

MessageSujet: Re: Les vignes de Bergerac   Jeu 1 Juil - 14:10

Le fait que Dexter cache sa condition de voyageur à leur « maitre » intriguait profondément Dakota. Ça n’avait strictement aucun intérêt sauf s’il possédait un pouvoir puissant lui permettant de s’enfuir d’ici. Si ce n’était pas le cas, ça le rangeait juste au même rang que les autres, de la basse main d’œuvre sans valeur qu’on tuait pour quelques grains de raisin. Vu le prix que Bergerac avait déboursé pour s’octroyer leur lot il y avait peu de chances qu’on en arrive à de telles extrémité en ce qui les concernait et qui sait, le pyromane aurait peut-être eu un traitement de faveur s’il avait avoué sa nature.

Il ne perdait rien à informer Tyrano et pouvait au contraire grandement y gagner, alors… pourquoi ? Ça n’avait pas de sens, mais la blondinette était trop fatiguée pour le souligner. Elle se contenta donc de remarquer que la poignée de main de l’homme était aussi ferme que la sienne, peut-être un peu trop aux vues de la douleur dans sa main. Associé à sa remarque sur la douleur à laquelle on finissait par s’habituer, il donnait presque l’air d’illustrer ses paroles.

Autre chose intriguante : il avait vraiment l’air ravi de faire sa connaissance. Son exclamation et ses manières semblaient trop exagérées ici, au milieu des vignes dans un monde inconnu, sans parler du fait qu’il n’y avait pas encore de raison d’être réellement enchanté. Le dire pour être poli était une chose mais le penser…

C’est donc dans un silence pensif que la gamine rejoignit le bâtiment principal devant lequel l’argonienne supervisait le va et vient des esclaves. Dak’ lui adressa un bref signe de tête, toujours impassible, alors que Dex’ lui chuchotait quelque chose à l’oreille sur la qualité de la cuisine. Elle haussa les épaules en signe de désintérêt tout en lâchant d’une voix neutre :

- Après des semaines passé sur le Slavedog Millionnaire avec une nourriture déplorable, qualité médiocre qui est en partie de ma faute malheureusement, ça ne pourra pas être pire. Et puis nous sommes des esclaves, ça serait un comble d’avoir droit à un restaurant 3 étoiles.

Mais alors qu’elle était en train de discourir Janna arriva discrètement dans leur dos pour pousser leur nouveau compagnon en lâchant une excuse plus que ridicule. Dexter n’avait pas chu mais avait quand même été projeté plusieurs mètres en avant, il fallait dire que la bougresse n’y était pas allé de main morte. Dakota, une main sur la hanche, lui jetait un regard de profonde incompréhension souligné d’une pointe d’agacement. Elle avait passé l’âge des cours de récrée depuis longtemps pourtant, alors à quoi ça rimait tout ça ?

Le sourire de Zephyr, juste derrière Janna ne confirmait que trop le caractère volontaire de l’acte, poussant Dakota à lever les yeux au ciel de dépit avant de se pincer l’arrête du nez pendant une longue seconde. Elle finit par lâcher avec aigreur, un sourcil haussé :

- C’est très drôle, vraiment. Très mature. Tu peux me dire pourquoi tu as fait ça ?

Elle secoua la tête sans attendre de réponse et fit volte face pour entrer dans le bâtiment. La porte donnait sur une salle vaste et occupée par de longues tables encadrées de bancs, le tout dans un style vétuste mais qui semblait faire l’objet d’un entretien quotidien. Le laisser aller n’avait visiblement pas sa place ici.

Suivant l’exemple des autres esclaves elle se laissa tomber sur un ban à l’extrémité d’une des tablées tout en laissant son regard errer dans la pièce avec le faible espoir que la nourriture ne soit pas aussi affreuse que le sous-entendait Dexter. Après tout, dans que c’était potable et chaud ce serait largement suffisant, mais aussi réconfortant. Et si les plats pouvaient être relativement nourrissants ce ne serait pas non plus de refus… elle avait l’impression d’avoir maigrit depuis son arrivé à Dreamland, enfin si c’était possible étant donné son état de maigreur originel.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les vignes de Bergerac   Ven 2 Juil - 18:50

Alors, il y avait un James, un certain Jules qu'il n'avait pas eu le loisir de rencontrer encore, une Zéphyr et une Janna. Dakota commenta sur la nourriture, parlant d'un « voyage en bateau ». Cela n'avait pas dû être plaisant, effectivement. Mais il allait commencer à avoir des conflits ...

En effet, Janna la poussa « maladroitement ». Il aurait pu se demander comment réagir. Mais son passé d'enfant gâté le fit prendre un autre choix : répondre instinctivement.

- Oh, ce n'est rien, Dakota... Après tout, il est normal d'être jaloux d'un homme riche comme moi, et elle n'est qu'en bas de l'échelle sociale.

Il sourit. Il n'aimait pas se moquer, mais parfois, se défouler sur les gens, c'était amusant. Et puis après tout, il y avait peu de chance qu'il se plante.

Ils arrivèrent tous dans le « réfectoire ». Réfectoire, c'était beaucoup dire. C'était bien moins classieux que là où il avait l'habitude de manger. Même avec ses camarades pompiers, il avait tendance à les emmener dans des restaurants de luxe. Pour l'instant, il avait su rester calme, malgré la nourriture infecte. Mais il commençait à lâcher...

Cela faisait déjà un bon moment qu'il n'avait pas fumé une seule cigarette. Un manque assez ignoble. S'il n'avait pas d'autres choses à faire, dans ses vignes, il n'aurait sans doute pas supporté. Mais le pire était encore son envie de mettre le feu... Elle commençait à revenir, doucement. Pour l'instant, il se maîtrisait. Mais bientôt...

Il s'avança vers le banc de Dakota, mais ne s'installa pas directement à côté d'elle. Il n'avait pas véritablement confiance en ces voyageurs, pas encore. Et il doutait qu'il ne puisse faire ce qu'il voulait, avec ce qui était arrivé tout à l'heure. Il se rappelait de 066674987, l'esclave qui avait été avec lui. Il était jovial. Il avait suivi Dexter dans ses folies. Sauf que Dexter n'avait pas agi. Et 066674987 en avait perdu la vie...

Cela avait profondément touché Dexter, qui affichait un air vide, alors qu'il s'installait à la diagonale de Dakota.

Cet évènement lui avait appris deux choses. La première, c'était qu'il ne fallait pas trop s'attacher aux gens, ou leur faire confiance. La deuxième, qui l'avait choqué bien plus que la mort de 066674987, était qu'il était mort par sa faute. Lui qui était censé protéger le peuple...

Cependant, il n'était pas assez choqué pour penser qu'il n'était pas surpuissant, capable de tout. Il n'avait pas encore trouvé ce qu'il cherchait, mais...

Le repas arriverait bientôt. Il regarda plus loin Li'Nessa. Comment était-elle montée dans l'échelle sociale de ce vignoble ? Pistonner ? Passer sous le bureau ?

Il ne voulait pas rester esclave toute sa vie. Il comptait sortir de là.

Il regarda alors Dakota de ses yeux de braises. Serait-elle capable de l'aider, avec comme compagnons d'autres voyageurs et au moins une bras cassée ? Il faudrait qu'il attende.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les vignes de Bergerac   Sam 3 Juil - 14:03

Deux mois…
Ca faisait maintenant deux mois a quelques jours près qu’elle travaillait dans les vignes.

Son arrivé dans ce monde avait été tout autant mouvementée que celle des autres.
Totalement perdue elle avait errée a ellipse, cherchant des points de repères.
Quelques minutes plus tôt son père l’avait emmenée chez un nouveau psy et pouf, elle se retrouvait dans cette ville inconnue.

La jeune fille avait été rapidement repérée par les habitants et identifiée comme voyageuse.
Les évènement c’était enchaînés a partir de ce moment là, on l’avait capturée et jetée dans une cage comme un animal pour finir par être vendue en tant qu’esclave.

Verity avait rapidement découvert son pouvoir.
Dès le premier jour son besoin compulsif de tout compiler pour gérer son angoisse s’était fait sentir. N’ayant pas son journal sous la main la jeune fille s’était crue perdue, et c’est toute paniquée qu’elle avait vu apparaitre dans ses mains un calepin relié a la couverture reliée violette foncée.
Quand elle l’avait ouvert son esprit logique avait été mis a rude épreuve, les mots apparaissaient tous seuls au fur et a mesure, décrivant précisément tout ce qui se passait autour d’elle.
Pendant un instant elle avait cru devenir folle.

Avec le temps elle avait comprit comment ça fonctionnait, elle pouvait le faire apparaitre quand elle le désirait, ainsi rien ne lui échappait plus, même si elle avait toujours peur et n’avait jamais cru a la magie ou à toutes ces sornettes, avoir ce journal la rassurait.
Il était devenu son meilleur ami dans ce monde ou elle ne pouvais faire confiance a personne et ou tout le monde semblait si bizarre.

Les conditions d’esclavage dans les vignes étaient difficiles, surtout pour une fille a la peau aussi blanche que Verity.
Les premiers jours elle avait souffert atrocement du soleil, sa peau ne le supportais pas, puis elle avait saisi le truc, se mettre du bon coté des vigne et ainsi profiter de l’ombre que vous procuraient celles-ci.

Elle avait beaucoup pleuré au début, encore maintenant il lui arrivait de se laisser aller le soir sur sa paillasse.
Mais elle avait son journal et savait que si elle voulait revoir un jour ses amis et son père elle devait se montrer forte, aussi continuait elle le travail sans broncher.
La cueillette offrait l’occasion de discuter avec les autres esclaves du moment que le travail était fait, mais ce monde avait appris a Verity a se montrer méfiante, aussi restait elle dans son coin.

Depuis quelques semaines une idée avait germée dans son esprit, s’enfuir.
Elle avait commencée a se pencher sur la question dès qu’elle le pouvait, elle ne pouvait pas rester ici!
La jeune fille consultait son journal dès qu’elle le pouvait, le faisait disparaitre quand quelqu’un approchait, cherchait la faille dans la sécurité.
Pour le moment elle n’avait rien trouvée qui puisse servir mais elle ne désespérait pas.

Quelques jours plus tôt de nouveau esclave étaient arrivés, dont un homme qui apparemment était un voyageur lui aussi et qui cherchait a le cacher, étrange…
Grace a son pouvoir elle l’avait suivi de près, peu être lui fournirait-il une opportunité, une aide…
Elle l’avait vu se lier d’amitié avec un autre esclave…
Et l’amener a la mort par son inconscience et son manque de courage…
Il n’avait pas bouger le petit doigts quand on l’avait emmené…
Verity avait été profondément choquée par ce moment et nourrissait du dégout envers ce personnage qui ne manifestait aucun remord apparent.

Il fallait qu’elle trouve autre chose.

Heureusement aujourd’hui une autre cargaison d’esclave était arrivée, tous des voyageurs d’après la rumeur.
L’un d’eux aurait peu être un pouvoir utile.
Verity s’était arrangé pour travailler près d’eux et observer en retrait.
L’assassin avait quand a lui décidé d’en faire ses nouveaux amis…
La jeune fille se devait de les mettre en garde, mais comment?
L’homme ne les quittait pas d’une semelle.

L’heure du repas arrivant elle alla s’asseoir a coté du groupe, grâce a son journal qu’elle avait consultée rapidement dans la queue des esclave affamés elle connaissait leurs noms qu’ils avaient donné a Dexter.
Elle se trouvait donc entre la dénommée Janna et le garçon appelé James.
Dans le remue ménage ambiant elle glissa discrètement a ses voisins, les yeux fixés sur la table.

-Vous devriez faire attention a votre nouvel ami, il est dangereux.

Sa voie douce lui paru étrange tant elle n’avait plus l’habitude de parler.
Revenir en haut Aller en bas
James Brooks
avatar

Trouble dissociatif de la personnalité ( variante de l’ami imaginaire)

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 744
XP : 177

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 466 rubz

MessageSujet: Re: Les vignes de Bergerac   Sam 3 Juil - 21:51

James fit un petit sourire à Janna lorsqu'elle le remercia. bah il allait quand même pas la laisser s'étaler par terre...Enfin même si la jeune fille cherchait apparemment la bagarre vu qu'elle poussa Dexter en prétextant qu'elle avait glissé. Elle était jalouse qu'il discute avec Dakota ? D'ailleurs lui aussi tout comme la jeune fille espérait que la nourriture serait meilleur que celle du bateau, bien qu'il n'avait aucune rancune envers les talents culinaire de la jeune blondinette.

Le groupe entra dans le réfectoire, du moins c'est le nom qu'on donnait au lieu où tout le monde se rassemblait pour manger dans un travail. James alla s'asseoir à une table avec ses compagnons voyageurs sauf Dexter qui préféra rester debout. Parmi eux une jeune fille s'était glissé et se trouvait à côté de James. L'inconnue dit alors que une chose qui éveilla la curiosité de l'adolescent. Est ce que ça avait un rapport avec la mort du numéro x ?

- Pourquoi tu dis ça ?

De toute façon si Dexter tentait quelque chose Jules serai là pour le protéger. Après tout il était revenu non ? Il avait même réussit à s'infiltrer dans la cage alors ! D'ailleurs où était il passé ? James chercha du regard si il apercevait son meilleur ami et il était inutile de demander aux autres si il l'avait vu étant donné que celui-ci était invisible à leurs yeux...la galère !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Janna Lewis
avatar

Syllogomanie (TOC)

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 44
XP : 14

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 0 rubz

MessageSujet: Re: Les vignes de Bergerac   Dim 4 Juil - 15:41

Janna n'avait relevé ni la remarque acerbe de Dakota, ni la provocation infantile de 007. En apparence... Car il fallait l'avouer cette dernière réflexion l'avait en réalité profondément ébranlé. Elle avait pressé le pas, dépassant le petit groupe et était entrée la première dans le réfectoire. Elle ruminait en son fort intérieur. Elle aurait préféré une riposte violente, un coup de gueule ou bien encore une menace plutôt que cette rétorque puérile.

*En bas de l'échelle sociale... Pff, il ne s'est pas regardé... Esclave des pieds à la tête! Il est totalement RI-DI-CU-LE avec son string qui lui fend la raie de son cul de crétin ... !* Elle s'observa un moment, ce commentaire valait également pour elle et pour tous ceux de la pièce d'ailleurs.

Elle alla s'asseoir bruyamment à côté d'un esclave qui était déjà attablé et tenta de contrôler cette soudaine animosité qui l'envahissait. Décidément! Elle s'énervait souvent en ce moment. Était ce les ragnagnas? Elle marqua un arrêt... OUI EN EFFET! C'était peut être bien ça! Elle n'avait plus la notion du temps depuis son arrivée à Dreamland... Mais son corps en revanche réglé comme une montre n'avait pas besoin de calendrier pour manifester ses tribulations habituelles. Elle irait vérifier ce fait après le repas...

les autres arrivèrent et s'assirent également. Le réfectoire se remplissait petit à petit. Elle garda le silence, écoutant les conversations autour d'elle, légèrement calmée. Elle n'avait pas fait attention mais une jeune fille s'était assise à côté d'elle, elle avait lancé d'une voix très douce quelque chose qu'elle avait eu du mal à entendre. Avait elle rêvé? Se méfier de 007? Avait elle bien entendu? Ou bien était ce sa paranoïa contre lui qui lui faisait entendre n'importe quoi? Elle tourna la tête pour observer, les yeux ronds, leur nouvelle interlocutrice. La question de James confirma le fait qu'elle n'avait pas fabulé.

007... dangereux. Elle ne s'était pas trompée! Mais ce n'était pas le moment de s'en réjouir. Effectivement... elle l'avait tout de même poussé il y a de ça quelques minutes. Elle ne rajouta rien d'autre, la question de James résumait très bien sa pensée elle était curieuse d'entendre la réponse de la mystérieuse jeune fille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dr. Parkinson
avatar

Nombre de messages : 337
XP : 230

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 0 rubz

MessageSujet: Re: Les vignes de Bergerac   Dim 4 Juil - 17:20

Ce n'est que le soir tombé que les cloches retentirent pour signaler à tous les travailleurs la fin de la journée. La fin du travail dans les champs tout du moins. Des esclaves avaient déjà installé le réfectoire, dont la fosse servait aux "chiens" de manger, tandis que l'estrade en hauteur, inaccessible depuis le bas, était réservé à Tyrano et ses invités. La figure austère du maître s'afficha, tandis que l'assemblée du bas diminuèrent le volume de deux tons. Mieux valait manger en silence et ne pas troubler de Bergerac pendant son repas. D'ailleurs, il ne le prenait pas tout le temps en compagnie de ses travailleurs, mais il voulait au moins marquer le coup, pour le premier soir des voyageurs.

Il s'assit pourtant sans prêter aucune attention à ceux du bas, le nez dans un tas de paperasse, des rapports des surveillants qui dénonçaient le moindre méfait observer pendant les heures de corvée, des rapports de rendement de production et de vente. Dans l'ensemble, ils étaient plutôt bon. Tyrano n'était pas du genre à maltraiter ses esclaves, pour qu'ils travaillent bien, il fallait les nourrir convenablement. A quoi bon avoir des loques qui n'avaient même plus la force d'arracher un grain de raisin... en parlant de ça d'ailleurs. D'une voix lasse et monocorde, il annonça la sentence :

"Puisque la demoiselle... mmm, 826-003 (Janna) s'est déjà repus de notre bon cépage, nous veillerons à ce qu'elle soit privée de dessert. A la prochaine incartade, ce sera 10 coups de fouet."

Sur ce, il entama le plat qu'on lui apporta. C'était le signal pour tout le monde de manger. Et dépêchez vous, car le repas commence et finit lorsque de Bergerac en fait de même.

C'est à ce moment que de noirs dessins s'accomplirent. Ils choisirent ce moment exprès, alors que la main d'oeuvre était fatiguée mais pas encore repus, coupé des champs que quelques gardes neutralisés d'une sale façon ne purent défendre. Un feu démarra. Ce n'est que lorsque l'ampleur fut définitivement trop grande et que la fumée âcre parvint à titiller les sens de Li-Neza que la sirène retentit. Aussitôt on hurlait :

"AU FEU ! AU FEU !"

Une parcelle de vigne (5% pour être précis) partait en fumée. Les volontaires - ceux qui percevaient un salaire pour autant dire - commençaient une chaine humaine pour se relayer les sceaux d'eau, tandis que d'autre mettaient en branle les systèmes archaïques d'irrigation. Il n'y avait pas assez de monde pour juguler le feu qui risquait de se répandre aux autres parcelles. Les esclaves eux se réjouissaient de cet évènement, mais une tripotée de gorilles faisant claquer leur fouet les convainquirent vite de se joindre à l'effort de guerre.

Alors que tous partirent éteindre le feu, Li-Neza susurra à l'oreille de son patron :

"Les satyres..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hypnose.hypeforum.net
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les vignes de Bergerac   Dim 4 Juil - 18:34

Verity s’en voulait.
Elle n’aurait pas du parler si tôt, pas comme ça alors qu’elle ne connaissait rien des nouveaux arrivants.
Elle ne devait pas se relâcher.
Elle les avait prévenu c’était déjà beaucoup.

Faisant fit de la question du garçon elle continuas de fixer la table obstinément, gênée de sentir les regards pesés sur elle.
L’arrivé de Tyrano lui sauva la mise, l’attention se tourna vers lui.
La jeune fille connaissait le rituel et garda le silence, attendant le moment.

En attendant la sanction de Janna elle fut soulagée, c’était plutôt léger, elle devrait se tenir a carreau a l’avenir.

Quand le maitre commença a manger, Verity se jeta sur la nourriture, mangeant sans bruit mais avec une rapidité acquise par l’expérience.
Pour passé inaperçu ici mieux valait ne pas faire de vague et travailler correctement, et pour travailler il fallait manger a sa faim.
Tyrano mangeait vite et le temps était donc compté…

Tout a sa restauration elle fut surprise par l’alerte.
La jeune file enfournas avec empressement quelques dernières bouchées.
Voyant les autres autour d’elle sourires a l’annonce d’un feu elle ne pu s’empêchée de les avertir a nouveau.

-Si vous voulez éviter le fouet vous feriez bien de suivre le mouvement, de toute façon il resteras toujours des vignes où travailler alors ne vous réjouissez pas trop vite.

Après un bref signe de tête a leur intention Verity emboitât le pas des volontaires.

Avec le temps elle avait appris à être rapide et a réagir en conséquence.
Elle devait se montrer exemplaire jusqu’à ce que la bonne occasion se présente.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les vignes de Bergerac   Lun 5 Juil - 0:32

Dexter avait vu la jeune fille « s’intégrer » au groupe, leur parlant. Il l’avait déjà vu quelque part… Sans doute ici. Que pouvait-elle raconter ?

Puis le repas arriva. Il avait aujourd’hui le droit à la présence de Bergerac. Et à un repas assez consistant. Il commença à manger…

Et détestait le repas dès la première bouchée. Il allait protester lorsqu’il sentit quelque chose, légèrement avant d’autres, et sans doute en même temps que Li’Nessa. Un feu….
Ses mains commencèrent à trembler, son regard s’illumina d’une lueur presque malsaine…
Il voulait mettre le feu, plus que tout… Mais il ne le pourrait sans doute pas. Et tout le monde se pressait à éteindre le feu…

Mais il eut une idée, qui le calmerait pour un moment. Il se leva, regarda Bergerac d’un sourire confiant, et alla éteindre le feu.

Il prit un seau d’eau, comme tous, et le lança, mais il pensa fortement à son pouvoir. Il avait une envie indicible de mettre le feu…

Mais tout ce qui arriva, c’est que les flammes léchaient plus rapidement les vignes, et donnait un éclat malsain aux yeux rouges de Dexter.

Légèrement déçu, il n’était cependant pas inactif. Il prenait des seaux, les jetait sur les flammes… C’était le plus rapide, car entraîné à éteindre les flammes.

- Maîtriser les flammes… Les éteindre… Quelle joie… Maîtriser le feu…


Il sifflotait en faisant son travail. Certains esclaves étaient sans doutes sidérer. Mais peu importait. Il sauvait des gens, et faisait son boulot le plus cher ! Et il était bien plus rapide que tous les autres… Il avait déjà aidé à éteindre une bonne partie du feu à lui seul.

- Venez m'aider !

Il commençait à rire... Comme un gamin à qui l'on aurait donné son jouet. Il était aussi très vexé pour son pouvoir. Mais l'euphorie des flammes l'emportait. Et tandis que les seaux éteignaient les grosses flammes, son pouvoir, sans qu'il ne s'en rendes compte, éliminaient les flammèches...
Revenir en haut Aller en bas
James Brooks
avatar

Trouble dissociatif de la personnalité ( variante de l’ami imaginaire)

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 744
XP : 177

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 466 rubz

MessageSujet: Re: Les vignes de Bergerac   Lun 5 Juil - 15:51

La jeune fille ne semblait pas vouloir répondre. Quoi elle avait peur que Dexter s'en prenne à elle ? James haussa les épaules et se mit donc à manger lorsque leur patron arriva. Apparemment , vu la vitesse à la quelle ses collègues avalaient leur nourriture ils n'avaient pas une heure devant eux. Vu comme ça, son cerveau n'aurait même pas le temps d'analyser la bouffe qu'il avait engendré...Mais c'était toujours mieux que rien non ?

Alors que le réfectoire se restaurait une alarme retentit et des " haut feux " s'élevèrent. C'était ballot ça...Néanmoins l'adolescent suivit le conseil de la jeune fille qui semblait être là depuis plus longtemps. James alla donc aider les autres à éteindre les flammes et jetant un coup d'œil à Dexter il remarqua que ce dernier n'éteignait pas que les flammes visé par l'eau. Si ce n'était qu'une lueur étrange , presque sadique se lisait dans ses yeux. Soit ce mec était pyromane soit il avait un rapport avec l'incendie...

Ce dernier se mit à rire alors qu'il demandait qu'on vienne l'aider. Ok, ce mec avait un sérieux problème au cerveau. Mais James était un gentil adolescent bien élevé alors il vint épauler Dexter dans son coin d'extinction des flammes bien qu'il n'en ai nullement besoin apparemment.

- T'es au courant que il n'y a pas que l'eau que tu jettes qui éteint les flammes ?

Demanda t-il d'un ton détaché. Il n'attendait pas vraiment de réponse. Se doutant bien que depuis le temps Dexter avait sans doute remarqué son pouvoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dakota Earnshow
Administratrice
avatar

Phobophobie

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 165
XP : 148

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 1295 rubz

MessageSujet: Re: Les vignes de Bergerac   Lun 5 Juil - 18:40

Dak’ écouta avec un certain soulagement la punition de Janna. Leur maitre n’était donc pas l’un de ces insensés qui vous tuait à la moindre incartade et même si elle était du genre à se tenir à carreau le savoir avait quelque chose de rassurant. Maintenant qu’elle était plus sereine elle pouvait observer plus attentivement les autres et se rendit compte que tous les esclaves semblaient fébriles, couverts à la main comme des parodies de sprinters prêts au départ. Ils attendaient probablement un signe pour manger, et vu leur attitude il devait être recommandé de faire vite.

D’ailleurs ça se confirma : à peine Bergerac eut-il enfourné sa première bouchée qu’ils se mirent tous à manger comme… des porcs. Mais Dak’ se doutait bien qu’ils n’abandonnaient pas leur fierté et leurs manières pour rien, elle se mit donc elle aussi à engloutir sa nourriture tel en gouffre, manquant de s’étouffer à plusieurs reprises. Jamais on aurait pu croire qu’un aussi petit corps pouvait manger si vite mais c’était pourtant le cas, à croire qu’elle ne mâchait pas. Le goût de la nourriture avait peu d’importance, le principal était sa consistance et la douce chaleur qui irradiait son estomac.

Alors qu’elle en était aux trois quarts de son assiette l’alerte incendie se déclencha, entrainant un mouvement de foule ainsi que des cris et le fracas des seaux qu’on tirait des placards. La blondinette en profita pour vider son plat, à moitié levée, avant de suivre les autres sur le conseil d’une fille à l’apparence fragile qui s’était assise entre Janna et James lors du repas. Elle ne connaissait rien d’elle mais elle savait reconnaître un bon conseil quand elle en voyait un. Et on ne crachait pas dessus pour d’obscures raisons qui paralysaient pourtant souvent les actions des gens, comme s’il fallait rejeter une option parce qu’elle ne venait pas de nous ou que la personne la proposant n’était pas dans nos petits papiers… quelles sottises !

Elle sortit après Dexter non sans avoir remarqué ses lentilles rouges qui la laissèrent perplexe. Ce mec lui avait paru relativement équilibré mais pour porter des accessoires pareils il ne devait pas être net. Ca lui rappelait la jaquette du film Hannibal, un truc fait pour impressionner et faire peur aux gosses. Le comportement et le rire dément de l’homme face aux flammes finit de démolir la bonne opinion que la gamine s’était fait de lui, elle préféra donc s’éloigner pour lutter contre les flammes à un en droit où le rire hystérique du pyromane ne lui vrillait pas les tympans.

Tout au bout de la chaine, si proche des flammes qu’elle avait l’horrible impression que sa peau brûlait, Dakota vidait inlassablement des seaux d’eau sur le feu avec la certitude frustrante que tout ça ne servait à rien.

Mais malgré tout le feu finit par perdre en intensité et lâcher du terrain, ne laissant derrière lui que des vignes carbonisées et de la terre noircie. Une épaisse fumée noire envahissait l’atmosphère en empêchant les esclaves de respirer correctement mais ils ne relâchaient pas le rythme pour autant. Les yeux de Dak’ étaient rougis par l’irritation, ses bras lui faisaient si mal qu’ils en étaient presque anesthésiés et cette chaleur, si forte, si dévorante…

Dakota sous l’effort trop vif pour sa faible constitution menaçait dangereusement de s’évanouir lorsque son œil repéra une forme étrange entre deux colonnes de fumée. Une silhouette qui semblait… allumé un nouveau feu ?!

L’adolescente lâcha son seau, déversant l’eau par terre, et se mit à courir comme une dératé vers le pyromane qu’elle avait aperçu. Lorsqu’elle fut assez proche pour que la clarté de la lune lui révèle la nature de sa vision ses yeux s’écarquillèrent de surprise. C’était… un satyre ? Ces pieds de bouc, ce torse et ce visage humain, ces cornes… oui il n’y avait pas de doute mais… un satyre ! Et même tout une troupe ! Comme si ça existait ! Son esprit lui rappela alors gentiment qu’on était à Dreamland pour que la blondinette se réveille.

Ce qu’elle fit, et de belle manière ! Elle tira de sa bande de poitrine trop peu remplie son miroir de poche et déclama d’une voix rendue rauque par inhalation de fumée :

- Bloody mary, bloody mary, bloody mary !

La forme bien connue de la revenante s’extirpa alors du miroir, avec son habituel air revêche. Les bras croisés elle lâcha sèchement :

- Ça faisait longtemps… et ça ne me manquait pas !

- Désolé de te déranger, je voulais juste savoir si tu pouvais s’il-te-plait arrêter ces satyres et… euh… les capturer ? Je t’en serais très reconnaissante, vraiment.

La femme ensanglantée hésita un quart de seconde avant de grommeler pour filer vers les satyres qui s’enfuirent en courant dans tous les sens, une vraie débandade ! Elle n’arriva pas à les retenir ms à part un pauvre retardataire qu’elle avait amoché au couteau avant de le trainer, gesticulant, derrière elle.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les vignes de Bergerac   Mar 6 Juil - 12:00

Le feu perdait en éclat, pour finalement s'éteindre. Dexter se calma alors, doucement. Au moins un manque de contenter.... Pour l'instant.

Il avait aidé, grâce à ses connaissances en termes de feux, à éliminer les foyers les plus importants. Et puis, c'était un incendie d'amateur. Du travail de merde, en quelque sorte.

Il avait aussi demandé à certains esclaves d'aller activer les derniers systèmes d'irrigation.

James lui avait adressé la parole, sans trop s'en faire. Le prenait-il pour un fou, ou bien était-il si sympathique de nature ? Bien que réaction étrange selon Dexter, surtout venant d'une basse classe, il lui fit son plus beau sourire Colgate, avant de lui répondre.

- Je le sais. Mais cependant, ce pouvoir n'est pas assez important pour éteindre tous les feux de grandes ampleurs. Merci pour l'aider, en tout cas. James, c'est ça ?

Et c'est là qu'il se rendit compte d'une chose qu'il n'avait pas prévu. Plusieurs esclaves le regardaient, certains effrayés, d'autres tels un sauveur. Ceux-là même qu'ils connaissaient à peine.

- Vous... Vous êtes vous aussi un voyageur....

Dexter jura en son fort intérieur. Bien, son avenir pour monter en grade était peut-être compromis... Mais bon, cela risquait aussi de lui apporter des avantages.

Il aperçu enfin, sur le côté, la jeune Dakota qui était auprès d'une... Femme ensanglantée. D'où venait-elle ? Ce qui était sûr, c'est qu'elle ressemblait beaucoup à cette femme de légendes urbaines... Bloody Mary ? Etait-ce un pouvoir de cette Dakota ?

Cette apparition était en train de laisser traîner une créature velue, dotés de cornes et autres trucs qui constituaient les adeptes de Pan. Ainsi, on comprenait d'où provenait l'incendie de base... Il faudrait qu'il leur apprenne, un jour.

Il eut alors une idée. Il devait vérifier cependant qu'il n'avait point tort....

Il alla non loin de Bergerac et Li'Nessa. Il savait que, en tant qu'esclave, il se devait de faire attention à ce qu'il faisait. Cependant, il regarda Bergerac.

-Maître, nous avons endigué l'avancée des flammes. Je suis désolé de vous avoir caché que j'étais un voyageur, mais j'en suis effectivement un, et c'est grâce à mes pouvoirs que j'ai pu empêcher de faire repartir les flammes, à cause des braises et des flammèches....

Ce qui était vrai. Il avait éteint les flammes grâce à l'eau, mais les braises...

- Vous nous avez bien traités, jusqu'à maintenant. Et l'un de mes camarades amène ici l'un des coupables. Voudriez-vous que je le torture pour vous ? Je pense qu'à l'aide d'une de ces torches, je devrais pouvoir le faire parler...

Il parlait d'une voix sincère. Il n'aimait pas avoir l'air d'un esclave... Mais pour monter en rang...

Maintenant, ils devaient attendre Dakota.
Revenir en haut Aller en bas
Dakota Earnshow
Administratrice
avatar

Phobophobie

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 165
XP : 148

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 1295 rubz

MessageSujet: Re: Les vignes de Bergerac   Mar 6 Juil - 12:32

- Merci Mary, je t’en suis infiniment reconnaissante.

Dakota effectua une brève courbette qui tira un grognement non identifiable à Bloody Mary. La blondinette se dirigea alors vers Li’Nessa et Bergerac d’un pas assuré quoi qu’un peu zigzagant à cause de ses forces envolées sous l’effort. En traversant les terres dévastées par le feu, elle remarqua alors que Dexter quittait les lieux que des flammèches réapparaissait comme par magie. Ça devait être son pouvoir, limité dans l’espace et cet idiot n’avait pas l’air d’y avoir pensé un seul instant. Tout le monde croyait le feu éteint et voilà que tout risquait de reprendre à cause d’une négligence !

L’adolescente cria alors à l’intention de quelques esclaves qui trainaient, désœuvrés, au milieu des terres noircies :

- Le feu reprend ! Ce n’était qu’un tour de passe-passe alors activez vous avant que l’incendie ne reparte aussi fort qu’avant !

Les hommes et femmes sursautèrent en se rendant compte qu’elle avait raison, se précipitant sur les seaux d’eau jetés au sol pour les remplir et finir proprement la besogne. Une fois assurée que tout était pris en main, l’adolescente reprit sa route avec Mary et le satyre qui hurlait comme un beau diable. Elle ne savait pas vraiment pourquoi elle prenait tout ça tellement à cœur, peut-être par soucis de l’ordre et du travail bien fait, ou alors parce qu’elle commençait à réellement apprécier cet endroit…

Il y avait bien sût sa logique qui lui disait que si elle se montrait méritante, peut-être qu’elle pourrait atteindre une situation plus convenable. Après tout Bergerac avait l’air d’être un homme strict et intelligent, aimant le travail bien fait. Ce ne serait pas surprenant qu’il récompense ceux qui se rendaient utiles et qui sortaient du lot.

Le satyre tiré sans ménagement avait laissé une longue trainée dans la terre brûlée et détrempée par les efforts fournis pour stopper les flammes, trace qui s’arrêta devant l’argonienne et le maitre des lieux, sans parler de Dexter en plein discours. Dakota ne saisit que trop bien son discours et se renfrogna aussitôt. On aurait dit un gamin qui voulait tirer la couverture sur lui, en la piquant aux autres bien sûr. Et puis… pourquoi torturer cette bestiole ? Il n’y en avait peut-être même pas besoin pour la faire parler, la blessure au couteau infligée par Bloody Mary la faisant bien assez souffrir comme ça.

La blondinette jaugea celui qui ne faisait que dégringoler de son piédestal depuis quelques temps et se décida à faire comme s’il n’était pas là. Elle avait d’autres affaires plus importantes à régler.

- Maitre, Mary que voilà a permit de capturer l’un des responsables de l’incident de ce soir. Il y en avait d’autres mais nous n’avons rien pu faire les concernant et je m’en excuse, mais celui-ci sera peut-être assez bavard pour nous aider à les trouver.

Aux vues de la tête satisfaite de son invocation l’adolescente comprit qu’elle avait bien fait de présenter les fait ainsi. Un « j’ai capturé » n’aurait fait que vexer sa si précieuse camarade, et quand on savait combien elle pouvait être utile on comprenait l’intérêt de ménager son orgueil et sa susceptibilité. D’ailleurs en voyant ce qu’était capable d’appeler ce bout de fille maigrichonne Bergerac risquait de se sentir menacé : après tout avec Mary dans les rangs les dégâts qu’elle pouvait causer n’étaient pas négligeables. Dak’ décida donc qu’il était nécessaire de le rassurer sur son absence d’envie d’être la source d’un sanglant massacre.

- Je sais qu’elle est impressionnante mais n’ayez crainte, je n’ai aucune envie de m’insurger et de demander son aide afin de tenter de m’enfuir. Ce serait stupide, après tout ce lieu est le plus accueillant depuis mon arrivée dans ce monde, et je sais profiter des bonnes choses même si cela signifie faire de moi une esclave.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Les vignes de Bergerac   

Revenir en haut Aller en bas
 

Les vignes de Bergerac

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hypnose :: Continent Chimérique :: Sextus-