AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'ambition de Bénificcus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Jade Martins
Administratrice
avatar

Troubles dissociatifs du comportement

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 1098
XP : 281

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 2877 rubz

MessageSujet: Re: L'ambition de Bénificcus   Mer 7 Juil - 22:30

Melena faisait preuve de son scepticisme vis-à-vis du fait qu’un homme comme Raoul puisse succomber à l’alcool, et Jade était forcée d’admettre qu’elle avait probablement raison. Mais si ça ne marchait pas qu’avait-elle d’autres comme option hein ? Rien, nada, nothing… que dalle. Et si encore ce n’était que le seul ennemi qu’elle avait dans la place ! Mais non, il y en avait d’autre et si la nécrophobe ne l’avait pas attiré à l’écart la bonne jumelle serait probablement tombée sous les coups de fouets de l’asiatique sadique nommée Félindra.

Le soulagement profond de Jay suite aux explications de l’irlandaise l’empêcha de remarquer l’étrange regard de celle-ci sur ses lèvres, son souffle court et la sueur perlant soudainement de son front. Elle ne voyait en ce geste qu’une action amicale visant à la protéger comme le soulignait les paroles de l’adolescente. Sans parler du fait que de toutes manières dans l’état actuelle des choses Jade était tellement concentrée sur son sort qu’elle était aussi observatrice et réceptive aux sentiments des autres qu’un gros radis.

Il fallut que Mel’ la brusque pour que la brunette se décide à rejoindre la table où les attendait Raoul, en manquant plusieurs fois de renverser l’assiette pleine qu’elle tenait entre ses mains sous le coup de la nervosité. Elle répondit juste avant d’atteindre son but au murmure de son amie, dans un souffle :

- Essayer… et réussir. Sinon j’suis dans une belle merde…

L’adolescente se laissa tomber sur la chaise de l’autre côté de Melena qui du coup devenait une sorte de bouclier entre elle et Raoul. L’irlandaise y mettait vraiment du sien ce qui réchauffait le cœur de Jade d’une manière indicible, lui tirant enfin un vrai sourire malgré le climat de tension qui régnait autour de la table. Attirer l’attention du gladiateur sur les formes opulentes de Myia était loin d’être une mauvaise idée, ça arrangeait même plutôt deux fois qu’une notre froussarde nationale.

D’ailleurs celle-ci au lieu de se braquer jouait le jeu à son tour devant les yeux d’une bonne jumelle éberluée. Elle était intéressée par les muscles huilés de ce mec ou quoi ? Parce que… il ne brillait pas par son intelligence, et puis il puait le fennec tombé dans un tonneau de bière ce qui était loin de le rendre attirant malgré sa plastique d’adepte de la gonflette. Peut-être que c’était son genre de mec…

Jade haussa les épaules comme pour mettre ça de côté. Après tout si cette nana avait des goûts étranges c’était ses affaires, et si elle pouvait partir avec pour faire des galipettes tout le monde serait content. D’ailleurs elle et Melena ferait peut-être mieux de remplir deux verres au lieu d’un, histoire de faciliter le phénomène.

De son côté le gladiateur bombait le torse en adressant à Myia un sourire qui se voulait charmeur, et qui l’aurait peut-être été sans ce bout de viande coincé entre ses deux incisives. Il se pencha vers elle en manquant de l’arroser de bière pour qu’elle ne loupe pas une miette de sa réponse :

- Ma belle je suis gladiateur ! Ça se voit non ? Il bomba avec fierté ses muscles avant d’ajouter, Et j’ai toujours vécu ici à Sextus ! La plus belle ville du monde ! Sans parler des femmes bien sûr même si tu n’as rien à leur envier…

Son regard coula sur les formes de la borderline alors que Jade, main sur le cœur, n’était que trop heureuse de ne pas être la cible de cette drague hasardeuse. Elle profita du fait que l’attention de Raoul soit dirigée vers une autre pour remplir son verre d’un pichet sentant tellement l’alcool qu’inspirer à proximité suffisait pour lui dégager les sinus.

La brunette se pencha vers Melena, sa tête presque dans le creux de son cou pour se lancer dans des messes-basses tout en vérifiant régulièrement que le gladiateur restait concentré sur les obus de Myia.

- Tu crois pas qu’on devrait filer à l’anglaise ? Pendant qu’il regarde ailleurs ? Après il suffira de… je sais pas moi… se cacher. Oh c’est stupide ça marchera jamais… où alors on peut aussi faire semblait d’être lesbiennes ? Dire qu’on est pas intéressées par les hommes ou… ou qu’on est ensemble. Je pense pas qu’ils insisteraient s’ils pensaient qu’ils n’avaient aucune chance, enfin je peux me tromper.

Elle s’éloigna légèrement avant d’écarquiller les yeux comme si elle venait de se rendre compte de quelque chose. Le rouge lui montant aux joues elle agita les mains en murmurant dans la précipitation à l’adresse de la nécrophobe :

- Mais peut-être que ça te mettrait mal-à-l’aise ! Je… je comprendrais hein, c’est pas grave ! J’te force à mentir depuis tout à l’heure c’est normal que tu refuses si j’t’en demande trop !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melena Autumn
avatar

Thanathophobie & Nécrophobie

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 570
XP : 211

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 1585 rubz

MessageSujet: Re: L'ambition de Bénificcus   Jeu 8 Juil - 1:42

Subitement intéressée par les gladiateurs, consciente ou pas de la manigance mesquine de sa benjamine necrophobe, Myia questionnait vivement Raoul qui lui répondit en roulant fièrement des biceps. Au moins, la tentative de manipulation de Melena avait fonctionné, l’homme était désormais captivé par les formes gracieuses du corps de la borderline gourmande. Jade remplit le verre de son ennemi et se pencha vers l’irlandaise pour une proposition de diversion qui eut l’effet de raidir son corps sous l’effet de la surprise.

- Faire semblant… d’être ensemble ? Souffla la jeune fille sans quitter des yeux les amis de Raoul dont le sourire vague indiquait qu’ils étaient déjà ailleurs.

La brunette réfléchissait rapidement. Succomber aux propositions de son amie revenait à profiter d’une faiblesse pour jouir d’une attirance qu’elle reprochait à chacun des pervers dégénérés qu’elle croisait dans ce colisée. De plus, elle craignait que celle-ci ne découvre ses vrais sentiments à son égard et ne la rejette quand elle avait plus que jamais besoin d’une main alliée affectueuse. Pourtant, l’idée donnait l’occasion à Melena de mettre en scène un coup de maître pour échapper à l’attention des gladiateurs, et quand elle aperçut leur hôte tout en muscle qui amorçait un mouvement de tête vers les deux adolescents pour s’assurer qu’elles aussi admiraient sa plastique, elle occulta volontairement l’étape de la réflexion pour s’épargner une hésitation qui ferait foirer ses chances de réussite et passa délicatement mais fermement une main dans la nuque de Jade pour l’approcher de son visage, avant de laisser leurs lèvres s’épouser. La sensation fiévreuse qui parcourut le corps de la necrophobe lui fit un instant oublier qu’elle agissait pour une couverture, et laissa ses doigts caresser la peau du cou de son amie quand son autre main prenait tendrement appuie sur sa cuisse. Ce fut l’exclamation de Raoul qui lui fit regagner la réalité.

- Oh-oh ! Après l’épisode des petits plaisirs sous la table j’aurais dû me douter qu’il y avait quelque chose entre vous mes jolies ! Baaaah, embraya-t-il bien éméché, sans rancune pour les jeux de l’arène ! J’peux vous prêter mon lit si jamais y’a la place pour un troisième concourant !

L’irlandaise se détourna à contrecœur des lèvres de la psychotique pour prendre l’expression d’une jeune timide prise en flagrant délit. Le clin d’œil lubrique appuyé du gladiateur et sa remarque alliés à son sourire ravageur lui-même ravagé par le morceau de viande qui logeait entre ses incisives faillit faire perdre ses moyens à la necrophobe. Elle se ressaisit bien vite, quittant la sensation chaude de la peau de sa comparse, avec de répliquer avec une expression entendue.

- Désolé pas ce soir, Jade et moi avions prévu d’inaugurer notre première nuit ici rien que toutes les deux ; histoire de savourer l’ambiance de cette ville entre étrangères éprises et passionnées... tu comprends je suppose ? Mais je ne pense pas qu’il y aura le moindre problème à te laisser en compagnie de Myia !

A ces mots, Melena remplit de nouveau la choppe que Raoul venait de vider après un grand éclat de rire, puis attrapa la main de son amie pour l’entrainer avec elle. Un coup d’œil par-dessus son épaule l’informa que le gladiateur semblait apparemment satisfait de la compagnie de la borderline et n’accordait déjà plus la moindre importance aux deux adolescentes qui s’échappaient en esquivant la foule plus dense qu’à leur arrivée. L’irlandaise ne stoppa sa course que lorsqu’elle eut rejoint la petite fontaine dans les écuries, et lâcha enfin la main de la psychotique tout en évitant soigneusement son regard.

- Euh… voilà… on est tirée d’affaire, au moins pour ce soir.

Ca n’était pas au hasard si la necrophobe avait conduit son amie jusqu’à ce point d’eau. Malgré la douleur que cette idée suscitait, elle se dit qu’elle allait peut-être vouloir se rincer tranquillement la bouche après ce baiser volé par une représentante de son sexe. Après tout, elle était une hétéro éprise d’un autre voyageur, et peut-être que l’idée qu’elle-même avait proposé l’avait répugné au plus haut point.
Sans attendre aucune réaction de Jade, Melena ressortit pour admirer le ciel magnifique qui s’étendait paresseusement au dessus du colisée. La sensation du baiser lui revenait, à la fois délicieuse et tranchante. Elle ne l’avait pas mérité, elle l’avait volé, pris avec sournoiserie en profitant de la situation, elle ne valait pas mieux que Raoul. Peut-être même valait-elle moins… lui avait le courage d’assumer ses pulsions. La jeune fille poussa un soupir et s’assit en tailleur, observant distraitement l’équipe de nuit qui achevait le travail que les eslaves avaient commencé dans la journée. Forts de leur expérience et de leur nombre supérieur, ils progressaient bien plus vite et au combien plus efficacement.

La brunette aurait bien voulu engager la conversation, dire quelque chose qui ferait oublier à sa comparse les derniers évènements, mais rien ne venait. Elle se risqua à lui jeter un regard emprunt de toute sa tristesse, puis se reporta sur les étoiles, le temps de se remettre de ses émotions et de son jeu d’actrice qu’elle aurait cru ne jamais savoir assumer. Tout ce qu’elle craignait désormais, c’est que les souvenirs de Raoul survivent à l’alcool et qu’il vienne réclamer son dû la nuit suivante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jade Martins
Administratrice
avatar

Troubles dissociatifs du comportement

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 1098
XP : 281

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 2877 rubz

MessageSujet: Re: L'ambition de Bénificcus   Jeu 8 Juil - 15:35

La proposition de Jade laissa Melena tellement étonnée que la bonne jumelle prit d’abord ça pour du dégoût et une profonde réticence, ce qui ne faisait que confirmer ses angoisses. Elle allait forcément dire non, c’était vraiment trop lui demander elle aurait dû le savoir ! Peut-être que rien que l’idée d’embrasser quelqu’un du même sexe lui donnait la nausée allez savoir… qu’est-ce qu’elle allait penser d’elle maintenant ?

Il semblait à l’adolescente que son amie fuyait jusqu’à son regard ce qui ne faisait qu’amplifier son malaise. Tout en se triturant les cheveux elle ne pouvait s’empêcher de se flageller mentalement, se disant qu’elle aurait mieux fait de garder ses idées bizarres pour elle. Le rouge aux joues elle s’apprêtait à dire que ce n’était pas grave, qu’elle avait déliré lorsque la main de Melena glissa sur sa nuque avant qu’elle… ne l’embrasse ? Et c’est qu’elle ne faisait pas semblant en plus ! Jade était même forcée d’admettre qu’elle s’y prenait plutôt bien, pour une fille n’ayant connu jusqu’alors que la solitude et le rejet. A croire que c’était instinctif…

Jay rendit son baiser à l’irlandaise pour « donner du corps » à la scène, laissant ensuite son amie expliquer à Raoul que leur orientation sexuelle différait de la sienne. Malgré le frisson que lui tira la remarque du gladiateur sous-entendant une partie à trois, elle réussi à rester relativement calme jusqu’à leur départ de la table. Laisser Myia entre Yoru et ces trois balourds pervers n’était pas très réglo, mais comme elle aimait à le dire « bienvenue à DreamLand ». La règle d’or ici restait encore et toujours chacun pour soi.

L’adolescente suivit précipitamment la nécrophobe jusqu’à l’intérieur des écuries où celle-ci lui fit par de son soulagement. Mais elle n’eut même pas le temps d’hocher la tête ou de s’exprimer à son tour car elle se retrouva seule en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire. Quelque chose clochait ou quoi ? Face à la petite fontaine la brunette ne comprenait plus rien, et n’avait pas la force de pousser la réflexion plus loin. Tout ce qu’elle voulait c’était se laver, discuter et dormir, tout sauf voir son amie en froid à cause de la mascarade de ce soir.

Ses yeux tombèrent sur le tuyaux d’arrosage destiné à leur douche et aussitôt un sourire étira ses lèvres fines. Oui, ça pouvait être amusant…

- Melena ? Tu peux venir ?

Elle n’eut pas de réponse mais le visage pâle de l’irlandaise finit par poindre dans l’embrasure de la porte… avant de se faire asperger d’eau fraiche sans ménagement. Jade, le tuyaux dans les mains arborait un magnifique sourire taquin tout en visant avec une précision redoutable. Rien de tel qu’une petite bataille d’eau pour faire baisser la tension, et puis c’était une occasion en or de prendre sa revanche sur la précédente bataille. Elle retourna ensuite le tuyau contre elle pour se tremper entièrement avant de lâcher, pleine de défi :

- Tu n’auras pas la joie de me rendre la pareille, c’est trop tard pour toi cocotte !

Regardant l’eau de déversant sur le sol elle ajouta dans un haussement d’épaule :

- Et pourquoi pas en profiter pour se laver tiens, avant que les autres n’arrivent. Je veux pas que les mecs me voient à poil…

Elle posa aussitôt son « arme » après avoir fermé le robinet, libérant ainsi ses mains pour son effeuillage. Les vêtements d’esclaves collant à sa peau tombèrent les uns après les autres sur le sol dans un bruit humide, la laissant nue comme un ver. Habituée aux vestiaires communs Jade se fichait bien que Melena la regarde, après tout elle avait la même chose non ? Et puis ce n’était pas comme si elle était attirée par elle !

Rallumant le débit d’eau elle se mit à se laver sans se cacher, trop concentrée sur sa crasse qui s’envolait comme par magie pour faire attention au regard troublé de l’irlandaise. Elle se permit même de siffloter avant d’enfin remarquer le mutisme et l’immobilité de son amie. L’adolescente se tourna alors vers elle sans comprendre avant de l’arroser une nouvelle fois, s’exclamant avec un naturel déconcertant :

- Bah quoi fais pas ta timide t’as la même chose à la maison hein !

Elle éclata d’un rire clair, repoussant ses mèches de cheveux humides dans son dos. Jay se permit même d’ajouter sur le ton de la conversation, un sourire sincère sur les lèvres :

- Au fait tu sais que t’embrasses bien ? J’m’attendais pas à ce que tu le fasses vraiment en plus, j’étais surprise. Un peu plus et j’en virais ma cuti !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melena Autumn
avatar

Thanathophobie & Nécrophobie

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 570
XP : 211

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 1585 rubz

MessageSujet: Re: L'ambition de Bénificcus   Jeu 8 Juil - 16:54

Melena restait captivée par les étoiles brillantes dans le ciel sombre de Sextus. Elle était esclave, mais elle devait reconnaitre que cet endroit respirait les bonnes choses. Les gens étaient joviaux et festifs, le temps était magnifique et les mets délicieux. Finalement, si la ville n’avait pas été peuplée de pervers dont la majorité des neurones se trouvaient sous la ceinture, elle aurait presque put apprécier de travailler dans le colisée. Bon, un salaire et une tenue décente n’aurait pas été du luxe non plus, mais au moins, elle avait une amie. Enfin… en tout cas, avant qu’elle ne lui saute dessus pour l’embrasser, elle en avait une oui.

La voix de Jade retentit et son cœur se serra. Ca y est, elle voulait lui parler c’était certain. Faire le point, tout ça. Et au passage lui expliquer qu’elle n’était pas de ce bord là et était parfaitement déçue de l’avoir vue agir ainsi. Sans grande conviction, la mine triste, la necrophobe se mit sur ses jambes et passa sa tête dans l’embrassure de la porte de l’écurie avant de recevoir une bonne giclé d’eau fraiche à la figure. Elle avait sursauté sous le coup de la surprise et le temps qu’elle comprenne ce qui se passait, Jade se trempait à son tour avec une expression de défi amusée. Devant son sourire détendue et amical, Melena sentit son cœur se relâcher, rassuré, mais ce qu’elle voyait mettait sa résistance et ses hormones à dure épreuve, et elle se mordit la lèvre pour se forcer à rester stoïque. Les vêtements trempées de Jade moulaient sont corps à la perfection, tellement transparent désormais que la nudité qu’elle se permit immédiatement après n’était pas nécessaire.
Son corps dévoilé appelait l’irlandaise à une étreinte, un autre baiser qui lui, n’aurait pas été volé dans le but de s’en tirer. Bien sûr, ça n’était pas la première fois qu’elle voyait une fille de son âge nue, c’était déjà arrivé plusieurs fois dans les vestiaires des cours de sport au lycée, mais là, il s’agissait d’une personne pour qui elle avait craqué ; une personne seule en sa compagnie qu’elle avait embrassé quelques instants avant, émettant un mensonge qui révélait une relation de couple en réalité tout à fait factice.

La psychotique dû trouver louche le mutisme de son amie car elle l’aspergea à nouveau avec une taquinerie qui fit monter le rouge aux joues de Melena. Après son éclat de rire et son geste naturel pour dégager ses cheveux qui ne la rendirent que plus attirante, Jade s’osa à un commentaire débridée sur la qualité des baisers de l’irlandaise dont la teinte pris une couleur qui aurait presque fait passer l’écarlate pour du rose pale.

- Euh… je… merci…

La necrophobe défit son chignon d’une main tremblante et secoua la tête pour qu’une bonne partie de la masse sombre qui recouvrait son crâne dissimule ses joues cramoisies. Elle baissa les yeux et non sans un coup d’œil qui lui aurait assuré que personne d’autre ne viendrait, elle retira à son tour ses fripes d’esclaves pour se retrouver nue, les bras recroquevillée devant sa petite poitrine, incapable de savoir où se mettre. Qu’est-ce qui la gênait exactement ? Elle s’était déjà exhibée ainsi dans la cage de l’animalerie, et avait passé la journée dans une tenue si minimaliste qu’elle aurait put travailler effeuillée que le résultat aurait été le même. Sans doute était-ce le regard innocent de Jade, qui n’arrivait pas à se rendre compte de ses sentiments à son égard. Melena n’était pourtant pas bien sûre de vouloir que la brunette soit au courant, mais une chose était certaine : cette situation était un supplice.

Pour sauver les apparences, elle accrocha sur ses lèvres un sourire qui se voulait complice et se jeta sur son amie pour orienter le tuyau d’arrosage ouvert vers le plafond, de manière à ce que la douche qui en retombait n’épargne aucune des deux comparses. La sensation de l’eau fraîche finie par la détendre, et après avoir chapardé son « arme » à la psychotique pour se décrasser à son tour, ce fut un véritable sourire qui s’étira sur les lèvres pâles de l’irlandaise, suivit d'une rire clair. Ses joues avaient repris une teinte normale et sa peau diaphane apaisée quittait les rougeurs infligées par le soleil.

Finalement, elle osa même copieusement asperger sa camarade tout en prenant soin de rester à une distance suffisante pour ne pas être entravée, puis interrompit son assaut pour rejetter ses cheveux trempés dans son dos et adopter une expression de satisfaction sincère.

- N’empêche qu’on s’est bien débrouillée ce soir non ?! On fait une belle équipe. Tu crois qu’elle va s’en sortir Myia ?

Ce n’était pas par inquiétude pour le sort de la borderline, mais bien réellement pour s’auto acclamer de la manière dont elles avaient échapper aux avances de Raoul. Détendue par une bonne douche fraîche, si elle n’avait pas été si pudique, Melena serait ressortie admirer les étoiles dans sa tenue d’eve. Prise d’un élan d’assurance, elle s’approcha de Jade et saisit ses deux mains pour plonger son regard gris pâles dans les yeux bleus de l’adolescente. Elle sourit sans chercher à cacher le rosissement de ses joues mouillées.

- Il n’est pas encore né le Sextusien qui nous aura ! On va s’en sortir.

Puis elle se pencha pour déposer un baiser furtif sur le front de la brunette. Un autre sourire sincère illumina son visage comme personne qui l’aurait connu auparavant ne l’aurait cru possible, puis elle s’éloigna doucement, pensive. Cette fois, qu’est-ce qui avait guidé cette démonstration d’affection ? La reconnaissance bien sûr. Elle n’était pas seule, elle avait une amie, une alliée, et cette seule idée lui donnait le courage de faire face. La regarder tel une œuvre d’art hors de portée était difficile, mais ça l’était moins que de se sentir abandonnée dans une situation pareille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kalyss Loveless
avatar

Pornophobie

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 86
XP : 35

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 0 rubz

MessageSujet: Re: L'ambition de Bénificcus   Jeu 8 Juil - 18:58

Kalyss donnerait n’importe quoi pour rentrerai chez lui, Après avoir finir de décrotter les écuries, qui était certes une activité éprouvante et peu ragoutante, mais ce n’était rien a ce qui l’attendait…Lorsqu’il eu suivit les deux filles pour nettoyer le colisée, il ne pu rien faire… Il était la, le regard vide, a regarder Jade et Melena ramasser des tonne de préservatifs usager, des préservatifs… c’était… dégelasse… Des milliers de corps c’étaient donc meler dans le colisée pour se transformer en une immense partouze, et c’étaient eux qui en faisait les frais…Kalyss ne voulait pas nettoyer les cochonnerie des autres, non, même, il ne pouvait pas ! Le métisse avait perdu sa couleur, pour prendre un teint blafard, ces yeux continuait de fixer les filles ramassant les petits sachets de latex, il tremblait de tout son corps… Il aurait bien été incapable de dire combien de temps il été resté ici, a ne plus bouger, si on oublier le tremblement de ses mains. Mais il ne repris connaissance que lorsque Jay et Mel s’embrassèrent devant des gladiateurs libidineux en plein milieux d’un repas.

« Des…lesbiennes ? »

C’était dégelasse ! Du sexe ! Encore du sexe ! Toujours du sexe ! Mais qu’est-ce qu’il n’aurait pas donner pour se retrouver a Ellipse, ou dans la cale du bateau qui les avait emmené ici. Cette ville puait le sexe, et elle avait mauvaise influence sur toutes les personnes qui l’entouraient, sans parler de son pouvoir qui transformera le colisée en une parodie de la scène final du « Parfum »

Ainsi, il fit quelques pas a reculons, pour tomber nez a nez avec Yoru et Myia, il s’assis a leur table…Et commença a engloutir son repas


*ne pas parler, ne surtout pas parler*

Il fouilla dans son slip, ou plutôt son string, et y attrapa son petit carnet, ainsi que le stylo « wizzer »…Dieu merci, il avait eu le droit de l’emmener avec lui, se faire violer dans un endroit aussi glauque serait vraiment pire que tout, il fallait donc a tout prix éviter d’utiliser son pouvoir… Il griffona vite fait quelque mot sur le carnet et le présenta a l’asiatique et Myia qui purent y lire

- Kalyss -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Myia Be
avatar

borderline

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 122
XP : 85

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 300 rubz

MessageSujet: Re: L'ambition de Bénificcus   Jeu 8 Juil - 20:34

"Mais je ne pense pas qu’il y aura le moindre problème à te laisser en compagnie de Myia !", "Mais je ne pense pas qu’il y aura le moindre problème à te laisser en compagnie de Myia !"
Pardon ?! Qu’est-ce qu’il lui arrivait à Melena ? Depuis qu’elle avait rencontré Jane Doe elle était devenue si méprisante avec elle. Myia aurait pu être une inconnu que ça n’aurait rien changé. Mais là ça dépassait l’indifférence, elle la jetait littéralement dans la gueule du loup.

- Il faut que tu calmes tes hormones ma grande !

A peine avait-elle crié ces mots à l’attention de l’adolescente, que de nombreux visages se tournèrent vers elle. Ce sentiment de trahison avait envahi tous ses membres qui se mirent à trembler. Mais Melena n’avait surement pas entendu sa complainte, bien trop pressée de se retrouver en tête à tête avec sa chérie ! Ridicule ! A voir l’air satisfait de Jane Doe, l’idée de la fuite devait venir d’elle. C’étaient bien des filles, manipulatrices et mesquines.
Au bout de quelques secondes, les regards curieux se détournèrent de la scène pour le moins inintéressante. Pendant ce temps là, le fameux Raoul, gladiateur d’après ce qu’avait dit Jane, observait la scène amusé. Qu’est-ce qu’il lui voulait encore celui-ci ?
Heureusement pour elle, la situation lui avait fait récupérer son apparence de gamine. C’était finalement bien approprié. Qui pourrait s’intéresser à une gamine sans formes et trop bavarde? Pas Raoul en tout cas, qui tourna les talons bien vite.
Elle chuchota un petit « bon débarras ». Il trouverait bien de la compagnie ailleurs, la salle était bondée de jolies demoiselles.
Sa nouvelle apparence était si confortable et si naturelle. Elle pouvait échapper sans difficulté aux responsabilités de ces idiotes d’adultes. Bon, le seul inconvénient était qu’elle était maintenant un peu basse par rapport à la table. La gamine s’installa sur ses genoux pour mieux dominer son assiette.

- Ya vraiment que ça de bon, tiens !

C’est alors qu’un nouveau personnage apparu dans son champ de vision, un certain Kalyss. Il avait l’air bien gentil lui, quoiqu’un peu timide puisqu’il s’installa sans un mot en face de la gamine et se mit en tête d’engloutir son assiette plus vite que son ombre. Elle lui attrapa le poignet de sa petite main.

- Hey, fais attention ! Tu vas attraper une indigestion !

Le jeune homme la fixa étrangement avant de tendre à Yoru et elle un bout de papier maladroitement déchiré : « Kalyss ». Myia mit du temps à réagir. Il ne pouvait pas parler ? A voir l’air suppliant qu’il adoptait, il ne le « voulait » pas. Mais surtout, il se présentait à eux. C’était plutôt bon signe non ? Plus on est de fous, plus on rit.

- Je suis Mimi, et voici Yoru ! Il n’est pas très à l’aise ici. Et visiblement, toi non plus… Quand tu auras mangé ton assiette, on ira visiter les lieux si tu veux ?

Un détail la chagrinait. Elle l’avait vu dans la cage mais jamais ils n’avaient pu échanger des paroles. Se passerait-il quelque chose s’il le faisait ? Comme une sorte de bombe à retardement ? Il fallait qu’elle en ait le cœur net. La gamine se redressa sur ses genoux, manquant de s’étaler et approcha son visage du dénommé Kalyss.

- C’est quoi ton pouvoir ?

Peut-être qu’il aurait la possibilité de créer une émeute pour qu’ils puissent s’enfui ? Ils avaient besoin d’un pouvoir utile, c’était vital dans cette ville dirigée par le sexe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kalyss Loveless
avatar

Pornophobie

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 86
XP : 35

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 0 rubz

MessageSujet: Re: L'ambition de Bénificcus   Ven 9 Juil - 2:06

La fille avec l’asiatique, ou plutôt maintenant la gamine qui l’accompagnait le regardait avec ses grand yeux curieux… Pff, qu’est-ce qu’il détestait les gosses, produit d’une longue et torride (quoi que pas toujours…) nuit d’amour d’un couple sale, libidineux, transpirant, et abusant du gingembre, chantilly et chocolats… Kalyss grimaça, mais se retint toute remarque…Après tout, cette fille, avait sans doute seulement le pouvoir de rajeunir. Oui ! Voilà ! Il fallait simplement se dire que c’était une fille normale ! En tout cas, Myia avait bien repérer le petit jeux de Kalyss… Pas la peine de jouer le muet, on voyait a ses yeux qu’elle avait compris que son pouvoir pouvait faire des dégâts…Pas matériel certes, mais de bon gros dégâts quand même.

Il prit donc son carnet, y déchira une nouvelle feuille et commença a écrire. Peut être que si il était honnête la filles arrêterait de l’assassiner de question gênante comme ça ? Kalyss s’appliqua, alors qu’a chaque fois que la mine rentrait en contact avec la feuille de papier, un « Wiiiiii » agaçant sortait du stylo. Une fois sa tache faite, il tendit le papier a la gamine qui put y lire :

- J’ai le pouvoir de te donner envie de moi… Enfin si je te parle tu aura envie…De me faire l’amour…Et ceux peut importe l’âge que tu as, le sexe, ou tout autre facteur…tu a envie de moi, et avec tout les inconvénient s’y rapportant…Je te fait pas de dessin, je serait bien incapable de le faire ^^ -

Le petit smiley pour pas paraitre trop sec, et le tour est jouer. Bref, maintenant qu’il avait établit contact avec quelqu’un, aussi futile soit le pouvoir de celle-ci, il fallait trouver un moyen de se casser d’ici et vite fait… la testostérone était en si grosse quantité que l’odeur en était detectable… Sans parler des odeurs de préservatifs, lubrifiant en tout genre, et j’en passe et des moins bonne. Il repris le stylo et griffonna un « Enchanté » avant de demander, toujours muni de son petit carnet « anti-cupidon »

- Il faut qu’on se casse… je ne tiendrai pas longtemps ici, on ne se connait pas, c’est sur, mais peu importe la compagnie pour le moment, on a tous le même espoir…la seul question est : Quand et comment ? Peut être faudrait-il attendre que Bennificus nous disent d’aller se coucher…peut être que la nuit ca serait plus facile pour s’enfuir…qu’en pensez vous ? -

Il reposa son stylo et se gratta la tête… C’était pire qu’un casse tête chinois…il ne voyait aucun échappatoire…bien sur il avait toujours possibilité d’utiliser le pistolet qu’il avait récupérer grâce a Liam (tremblement) mais avec deux balles ils n’iraient pas bien loin, et même si il arriver a descendre deux gladiateur, ca ne suffirait sans doute pas a calmer les autres…sans parler qu’il ne faisait aucunement confiance a ses mollets qui ne rivaliserait pas avec les body-builder du coin en cas de course poursuite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Myia Be
avatar

borderline

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 122
XP : 85

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 300 rubz

MessageSujet: Re: L'ambition de Bénificcus   Ven 9 Juil - 19:42

Ce petit échange silencieux avait le don d’amuser Myia. Kalyss lui avait d’abord jeté un regard dégoûté. Etait-ce à cause de son apparence ? Elle décrypta le morceau de papier. Ainsi tout ce qui tournait autour du sexe le révulsait ? Enfin c’est ce qu’elle comprit puisqu’il pouvait créer des orgies en quelques mots. Dans son grand sadisme, ce foutu docteur offrait toujours un pouvoir qui mettait l’individu face à soi-même. Et à voir la tête que prenait Kalyss lorsqu’un gladiateur posait sans ciller sa main sur la poitrine ou les fesses d’une esclave, Myia devait voir juste. Pourtant chaque individu est un jour ou l’autre guidé par ses pulsions. Et lui-même, il était le fruit d’une de ses pulsions naturelles. L’acte sexuel n’avait rien de repoussant pour elle, c’est plutôt les libertés qu’il avait prit qui pourraient à juste titre dégoûter. C’est vrai que maintenant on en voyait partout. Ca vie devait être un vrai calvaire.

* Han ! Et dans son malheur il débarque à Sextus ! *

Myia prit un air sincèrement désolé lorsqu’elle comprit l’ampleur que prenait son dégoût. Ca serait un vrai carnage s’il venait à ouvrir la bouche ! Cependant, elle doutait que son pouvoir ait un effet sur elle. Ca libido en tant qu’enfant était dans les négatifs. Comment stimuler quelque chose d’inexistant. L’envie de le tester néanmoins lui fit chasser ces interrogations.
De toute manière, il se mit à griffonner quelque chose d’autre. Lui aussi était d’accord pour la fuite. Et son enthousiasme se fit entendre dans sa voix. Cependant, elle se mordit la langue pour ne pas parler trop fort.

- Ravie de faire ta connaissance ! …On doit trouver un endroit où personne ne se rend. Je ne sais pas moi, un lieu horrible qui arrive même à dégoûter ces… bêtes.

Dans l’attente d’une idée salvatrice et miraculeuse, Myia s’empara du stylo de Kalyss et s’amusa à dessiner des smileys sur le bout de papiers, recouvrant pas la même occasion tout ce qui avait été écrit sur le papier. Qui s’intéresserait aux gribouillages d’une gamine ?
Myia prit donc les devants mais fit un dernier écart vers le buffet pour embarquer une assiette bien garnie de desserts variés. Pour se désaltérer, elle ne résista pas à embarquer plusieurs tranches de pastèques. C’est donc les bas surchargés qu’elle regagna non sans difficultés la sortie de la pièce animée. Elle n’avait même pas remarqué que petit à petit ses divers occupants s’étaient détachés du buffet pour se concentrer sur les présences féminines pour la plupart et surtout soumises des différents esclaves. L’alcool faisait effet, l’ambiance torride prenait l’ascendant sur tout et les esprits et les langues se déliaient. Il est certain que les voyageurs avaient choisi le bon moment pour tirer leur révérence.

A défaut de savoir où ils allaient, ils filaient à la queue-leu-leu dans les couloirs. Il y avait déjà moins de monde, surement bien trop occupés dans les diverses pièces à peine éclairées. Malheureusement, l’une des tranches de pastèque s’échappa des bras de Myia qui la disputait déjà. Oui, elle parlait à SA tranche de pastèque fugueuse, d’abord ! Bref, en se relevant, sa tête rencontra un autre obstacle et c’est son assiette qui valdingua. Paniquée, elle se redressa en un geste naturel et rapide, releva son assiette et récupéra en plein vol la majorité des ses parts de gâteau. Un autre rebelle tentait une ouverture. Son ardeur fut vite calmée lorsque la gamine le récupéra dans sa bouche.

* Ouf *

Et oui parce que maintenant il lui était impossible de parler sous peine de perdre un si doux plaisir gustatif. C’était difficile lorsque la cause de ce remue-ménage se trouvait juste sous ses yeux : un homme qui devait faire une demie-tête de plus qu’elle. Il était vieux et pourtant si petit. Un petit tintement métallique dans se poche indiquait qu’il avait un rôle à jouer ici bas. Le maitre des clés peut-être ? Quoiqu’il en soit, trop soulagée par son sauvetage elle reprit sa progression dans les couloirs. Bientôt ils débouchèrent dans un espace plus évasé. Le plafond n’était pas visible. Peut-être même qu’il n’y en avait pas ! L’air était plus frais et la gamine l’apprécia. Ses deux compagnons aussi lui sembla-t-il. Le lieu était vide, pour leur plus grand bonheur.

- Bon, on fait quoi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kalyss Loveless
avatar

Pornophobie

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 86
XP : 35

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 0 rubz

MessageSujet: Re: L'ambition de Bénificcus   Ven 9 Juil - 21:01

Et hop, c’était partie, la gamine l’avait écouter attentivement, lui avait même répondu, puis elle a été prise dans un genre de grosse crise du syndrome Peter pan…tien c’était peut-être ca sa tare a la gamine… A Ba…il était bien tombé… Aller ! Tant pis ! ca pourrait être pire non ? Toujours est il que Myia avait fini ses dessins sur les papiers, avait fini de dévaliser le buffet, et déambuler maintenant dans les couloirs les bras trop charger, suivit de prêt par l’asiatique et le métisse. Tout aurait pu se dérouler tranquillement si les bras charger de Myia n’avait pas fini par lâcher…oh bien sur elle avait rattraper la plupart de ces mets, mais pas un bon gros et gras gâteau qui éclata sur le sol intact…et ca n’échappa pas au bull-dog qui leur passer a coté, armé de ses clefs… Ce qui devait arriver, arriva -_-‘’ On fait quoi ? Ba on se casse pardi !

« Et merde… »

Le gros homme s’approcha de Myia, l’attrapa par le col et la souleva sans aucune difficulté a son niveau, les yeux froncé, il lui hurla dessus, l’arrosant d’une pluie de salive par la même occasion


« Oh toi !!! Tu va nettoyer le Bazard que tu as mis, et tout de suite ! C’est pas vrai ça ! On paye des esclaves pour avoir un colisée et des locaux potable pour le publique, et vous dégelasse tout en fin de journée !! »


Profitant de sa carrure plus impressionnante que la jouvencelle, il le va le point et la claqua avec une violence phénoménal, Myia tomba sous le choc, la joue marquer d’une grosse main.

Kalyss restait la, le regard ébahi devant le colosse ? Lui-même n’aimait pas les gosse, mais ca n’arriver pas au point de frapper une jeune fille avec tant de violence et de gratuité ! C’été quoi ce bœuf ? Il prenait du plaisir a frapper une gamine ? Mais quelle ville de malade ! Il en regrettait Ellipse maintenant, oui c’était sur !

Kalyss s’avança vers le bourreau de Myia, et le regarda droit dans les yeux. Bon vu de l’extérieure la scène était assez ridicule, avec ses trois tête de moins que l’homme. D’ailleurs ce détail n’échappa pas au bœuf.


« Qu’est-ce qu’il y a avorton ? T’as un problème ? T’est pas content parce que j’ai frappé ta copine ? Elle est pas un peu jeune pour toi ? »

L’homme éclata d’un rire gras en se frappant sur son ventre bien rebondit par le buffet de tout a l’heure. Si bien qu’il ne vit pas le coup venir … pas un coup physique, oh ca non, mais Kalyss, énerver par la remarque ne pris pas le temps de sortir de son carnet.

« Non mais c’est quoi ton problème a toi pour taper une fille qui t’arrive même pas au niveau des genoux ? »

Sur le coup, Le bœuf leva le poing, prêt a faire regretter au métisse sa remarque déplacé, mais quelque chose se passa. Il sentit son cœur battre a tout rompre, et puis baissa le poing… C’est vrai qu’il était pas mal ce petit métisse ? Après tout, Bennificus ne lui en voudrait surement pas s’il faisait faire quelque heures supplémentaire au gamin qui n’avait pas sa langue dans sa poche. C’est donc dans un sourire pervers qu’il avança sa main grasse et poilu dans les cheveux de Kal’ pour les caresser.

« Ehm…je veut bien oublier la bêtise de ta copine… »

De son autre main il attrapa l’entre jambe de sa victime. Kalyss devint aussi blanc qu’un linge, et commença a respirer de plus en plus fort, et de plus en plus vite, jusqu'à ne plus arriver a reprendre son souffle. Kalyss commençait a étouffer, mais le bœuf n’y faisait pas attention. Sexe…encore sexe…pourquoi fallait il que tout tourne autour du sexe ici !

« Mais il va falloir être sage avec moi…très sage, mon garçon… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Myia Be
avatar

borderline

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 122
XP : 85

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 300 rubz

MessageSujet: Re: L'ambition de Bénificcus   Ven 9 Juil - 22:51

A la différence de Myia, Kalyss tenait à s’attarder sur des moments de violence et de… plaisir non partagé. En effet, la petite mésaventure avec le maitre des clefs aurait pu tourner court. Il n’en fut rien. La bonbonne sur patte l’avait attrapée par le peu de tissu qui couvrait son corps et l’avait décollée du sol. Oui, juste décollée parce qu’elle faisait son poids la petite malgré son jeune âge. L’idée que le monstre de graisse ne puisse la soulever plus haut n’était pas bien loin. Quoiqu’il en soit il raviva en elle le souvenir de la scène de violence qu’elle avait subit sur l’Asmodée. Le choc fut rude, la chute aussi, les dégâts beaucoup moins. Quoiqu’un peu sonnée, elle s’en remettrait rapidement. Seule sa tranche de pastèque s’était fait la male.
La petite fille avait d’autres choses en tête et elle ne se laisserait pas distraire. Sans gêne donc, elle récupéra l’assiette qui avait miraculeusement survécu et s’éclipsa en quelques secondes au bout du couloir. Ce n’était qu’une fois à l’air libre qu’elle avait prit la peine de se retourner vers ses compagnons. L’envie était belle et bien présente de noyer ce vieux bonhomme sous un nombre incalculable d’insultes.
Mais là… ce fut le drame. Ou était son nouveau compagnon, Kalyss ? Yoru s’était bien gardé de lui signaler son absence. Peut-être venait-il lui aussi de la remarquer.
Sans réfléchir plus longtemps elle effectua un magnifique demi-tour et fonça bille en tête dans le couloir sombre. Elle arriva juste au bon moment d’ailleurs sur la scène du « crime ». Quelque chose cependant l’arrêta net dans sa course : la voix de Kalyss. Le jeune homme était encore loin, mais sa voix était claire. Dans son esprit défilèrent ses mots : « j’ai le pouvoir de te donner envie de moi ». L’instinct la poussa à effectuer quelques pas de recul tout en se raccrochant aux parois. Il ne lui avait pas précisé le champ d’action de son don. Malgré les limites de son pouvoir, il n’avait pu éviter d’attirer le maitre des clés. Quelle horreur ! Kalyss s’était révolté et mis en danger suite à l’élan de violence dirigé contre elle et voilà qu’elle était impuissante !

- Kalyss, cours ! Cours !

C’était la seule chose qu’elle pouvait lui dire. Si elle s’approchait, subirait-elle la tension sexuelle ou fallait-il qu’il reparle ? Myia sautillait sur place de colère. Il lui tournait le dos et il n’avait qu’à prendre les jambes à son coup. D’autant plus que bibendum aurait du mal à progresser dans ce tunnel. Pour accentuer ses pitoyables tentatives d’encouragement, elle lui adressait des moulinets des bras. Une petite danse nocturne. Par bonheur, aucun passant ne voulut franchir le barrage pendant la petite scène.
Voilà que l’autre machin promenant ses grosses mains dans ses cheveux. Mais ça n’était pas tout, il continuait à la faire glisser plus bas… toujours plus bas.
Myia en frémit de dégoût, c’était forcément un tour joué par son imagination. La peur cependant lui hurlait de réagir, et vite. Mais une petite voix lui murmurait d’être prudente.
Mais si elle venait à changer dans son attitude, Kalyss ne devrait pas avoir trop de mal à se débarrasser d’elle en un coup de main ou de pied.
Elle inspira un grand coup, comme si le poison sexuel se trouvait dans l’air et fonça, mains tendues devant, droit dans le derrière de la drôle de créature. Vu son poids il lui en fallait peu pour la stabiliser, mais ça n’était encore pas assez pour la faire basculer. Dans tous les cas, il lâcha le jeune homme pour se rattraper à la paroi qui glissa sous ses doigts moites. Il ne loupa pas la petite patte de Myia qui bascula sur Kalyss. Un peu sonnée, elle ne réagissait pas dans les bras de Kalyss… Ils devaient déguerpir, et vite !

- Je… euh… surtout… chut !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kalyss Loveless
avatar

Pornophobie

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 86
XP : 35

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 0 rubz

MessageSujet: Re: L'ambition de Bénificcus   Sam 10 Juil - 4:18

[petite precision mon pouvoir n’a d’effet que sur la personne a qui je m’adresse =)]

Courir ? Kalyss en aurait été bien aise, mais pour l’instant il en était bien incapable, la main du M.Michelin pervers massant son intimité continuer encore à le faire trembler, si bien, qu’on aurait cru que le diable en personne avait pris possession de son corps.

Intérieurement, Kalyss hurlait : Arrête ! Arrête ca ! Il avait envie de vomir, de s’enfuir, ou même de frapper entre les jambes du colosse pour qu’il arrête son manège lubrique… Mais rien n’y faisait. Il était tétanisé, comme si des chaines invisible le forcait a resté ici, a subir les horreur du bonhomme. Heureusement, ce fut de courte durée, car il se trouva bien vite par terre avec une Myia allongé de tout son long sur son corps encore hanté de quelques spasmes… Chut ? Oh ca oui, il n’allait pas encore parler… Ca lui avait bien servit de leçon. Il se releva aussi vite qu’il put en tendant une main a Myia et faisant signe a Yoru de partir en avance.

Le gros maitre des clés les regardait, encore assommer, ne s’attendant pas a ce qu’une gamine fasse preuve d’autant de violence. Son inactivité permit à Yoru, Myia et Kalyss de prendre un peu d’avance. Il courait le long des couloirs au plafond trop haut, à s’en perdre. Sans parler de l’éclairage au bougie qui n’aidait en rien leur évolution à travers le colisée… A si seulement il y en avait un qui avait le pouvoir de se téléporter ? C’était pourtant bien plus pratique que de rajeunir a volonté !

De son coté, Le maitre des clés se frottait la tête et regardait en l’air, un peu perdu. Pourquoi il avait fait ca a ce gamin ? Il ne sut pourquoi, mais dès qu’il avait ouvert la bouche, il avait eu d’en faire son casse-croute, alors qu’il aurait sans doute préférer une belle femme au formes généreuse, tel que Felindra, ou une autre coquine du coin. Il n’avait jamais craché sur une partie de jambe en l’air, mais les mecs, a ça non…ce n’était pas pour lui… Aussi, En bon gros hétérosexuel machiste, il préféra ne pas donner l’alerte… Pour passer pour une tantouze ? Ou pire : risqué de se faire enfiler par le père Beni ? Même pas en rêve… Mais si il les retrouver les trois voyageur, ils auraient affaire a lui… Ne valait mieux donc pas pour leur intégrité moral et physique qu’ils se recroisent.

A force de courir au hasard a travers le labyrinthe du colisée, les trois nouveaux amis trouvèrent l’extérieur. La nuit été tombé, mais elle était encore enveloppé dans cette aura de chaleur de la journée… Le ciel était étoilé, et si les dernier événements n’avait pas autant stressé Kalyss, il se serait volontiers assis dans l’herbe pour les contemplé

Il Arracha un petit bout de papier ou il écrivit le mot « merci » avant de le tendre a Myia… C’était bien la première fois que quelqu’un prenait les devant pour le sortir d’une situation foireuse…oh Lou l’aurait sans doute fait aussi…Mais ca rester tout de même la première fois…comme quoi…avoir des amis pouvait avoir du bon.

Comme pour illustrer ses propos, il offrit son plus beau –et premier- sourire a la jeune fille.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jade Martins
Administratrice
avatar

Troubles dissociatifs du comportement

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 1098
XP : 281

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 2877 rubz

MessageSujet: Re: L'ambition de Bénificcus   Sam 10 Juil - 15:10

En voyant Melena prendre une belle teinte rouge qui n’avait rien à envier à celle que Jade prenait lorsqu’elle se sentait gênée ou honteuse, la bonne jumelle ne put s’empêcher de penser qu’elle était peut-être allée un peu loin. Après tout son amie n’avait pas trop l’habitude des contacts humains alors la brusquer ainsi et même s’exposer nue à son regard la mettait probablement profondément mal à l’aise. C’était ça quand on agissait sans réfléchir, et maintenant c’était elle qui se sentait mal à ne plus vraiment savoir quoi faire. Devait-elle se rhabiller, s’excuser ?

Heureusement l’irlandaise lui simplifia la tâche en se détendant enfin, se permettant même un rire qui soulagea le poids sur le cœur de Jay. La situation dégénéra en bataille d’eau, qui aux vues de leur tenues aurait laissé sur le cul n’importe qui entrant dans l’écurie à ce moment là. Les chevaux eux même leurs jetaient des regards intrigués alors que ceux des ânes se révélaient plus lubriques comme on aurait pu s’en douter. Mais l’américaine ni portait aucune attention, trop pressée d’hocher la tête pour confirmer les paroles de la nécrophobe.

- Une vraie dream team ! Et pour Myia… bah… probablement…

En fait elle n’en savait rien et ne voulait pas le savoir. Elle la connaissait à peine et les choses étaient plus simples, ainsi elle n’avait pas de scrupules à la mettre éventuellement dans les ennuis jusqu’au cou.

Jade, l’air pensive, ne se rendit compte que Melena s’était approchée que lorsqu’elle sentit le contact de ses mains sur les siennes. Elle ne put réprimer un sursaut que son amie ne sembla pas remarquer car elle déposa juste derrière un baiser sur son front. L’adolescente fixait les yeux ronds le visage de l’irlandaise aux joues rosées, cherchant à comprendre le sens de ce geste pour le moins inattendu. Accompagné de la phrase précédente on pensait tout de suite à une sorte de geste rassurant pour montrer leur solidarité, mais dans les tréfonds du cerveau de la brunette naissaient deux autres possibilités.

La première était que la nécrophobe tombait amoureuse d’elle sauf que franchement elle n’y croyait pas. Qui pouvait donc tomber amoureux d’une fille comme elle avec moins de courage qu’une carotte ? Et puis elle lui aurait dit si elle aimait les filles hein ? Bref, impossible. Restait donc la seconde hypothèse qui se résumait à « c’est pour se moquer de ma petite taille ». Cette idée tira un sourire en coin à la bonne jumelle qui avait plus que l’habitude qu’on la taquine à ce propos, à commencer par son grand frère. A cette pensée nostalgique elle se rendit compte que sa famille lui manquait énormément, lui tirant un pincement au cœur… ses parents, son grand frère et son petit frère… et elle ne savait même pas si elle les reverrait un jour.

Et voilà, c’était parti pour la soirée ! Maintenant qu’elle s’était mise à penser à eux elle le ferait encore pendant des heures, sans trouver le sommeil… que de bons moments en perspective ! Le nombre incalculable de boissons alcoolisées lui revint alors en mémoire, faisant germer une idée pas forcément très maligne dans sa petite caboche. Mais qu’elle soit intelligente ou pas n’était pas la question : elle en aurait besoin si elle comptait dormir, et c’était bien son intention.

- Dis Melena… ça te dirait de fêter la formation de notre équipe anti sextusien autour d’un verre ? Bon ok on est mineures mais je ne pense pas qu’ils nous demanderont notre carte d’identité pour qu’on parte avec une bouteille.

Elle lui jeta alors un regard entendu et, sans attendre de réponse, récupéra ses mains pour ramasser ses vêtements détrempés au sol et tenter de les revêtir. Le contact collant du tissu humide était tout bonnement abominable et lui tira une grimace plus que comique, mais ça ne l’empêcha d’effectuer sa tâche jusqu’au bout et de rejoindre l’embrassure de la porte sur le pas de laquelle elle posa un doigt sur ses lèvres pour imposer silence et discrétion.

- Je vais chercher à boire, et si tu ne veux pas être ma compagne de beuverie je boirais seule, mais seulement si tu me promets de me tenir les cheveux si besoin… bref je reviens !

Elle tira sa révérence et disparu dans la nuit, se guidant à la faible lueur des torches qui laissait tout de même l’espace central du colisée dans une chaude obscurité. Il lui fallut 5 bonnes minutes avant de retrouver le chemin et une fois sur place elle se tassa sur elle-même, guettant de tous côtés pour être sure de ne tomber ni sur miasme, ni sur Raoul, ni sur (et surtout pas) Félindra. Elle se déplaçait entre les tables pliée en deux en une réplique comique de mauvais film d’espionnage, chapardant sur le premier buffet à portée deux bouteilles d’alcool. Elle ne savait pas ce que c’était, sûrement des boissons locales outrageusement fortes mais elle ne s’arrêterait pas pour demander. Maintenant qu’elle avait ce qu’elle voulait elle repartit avec son lourd butin dans les mains, avec discrétion et rapidité… enfin autant qu’elle le pouvait.

Sur le chemin du retour elle aperçu Yoru, Myia et Kalyss qui courraient comme des dératés poursuivis par un gros bonhomme dont les bourrelets sautaient au gré de sa course. C’était abominable et l’adolescente préféra secouer la tête pour oublier cette vision, continuant sa route vers l’écurie. Au moins elle savait maintenant que la borderline s’était tirée des griffes de Raoul, ça faisait toujours ça de moins sur sa conscience.

Elle poussa la porte avec son postérieur, brandissant à bout de bras les deux lourdes bouteilles emplies d’un liquide ambré. Elle clama alors avec une expression taquine à l‘adresse de sa camarade qui l‘attendait bien sagement :

- Et voilà, chacune la sienne ! Ne me force pas à boire les deux s’il-te-plait…

Elle agrémenta sa phrase d’un battement de cil humoristique avant de refermer la porte d’un coup de pied et de se laisser tomber dans la paille d’un box vide, une bouteille de chaque côté de son corps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melena Autumn
avatar

Thanathophobie & Nécrophobie

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 570
XP : 211

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 1585 rubz

MessageSujet: Re: L'ambition de Bénificcus   Sam 10 Juil - 15:58

Son geste avait laissé Jade pensive et l’irlandaise se demandait alors si elle avait bien fait de faire montre d’autant de familiarité. Qu’allait-elle penser désormais ? Qu’elle profitait de sa faiblesse ? Qu’elle la manipulait pour l’attirer à elle ? Le petit sourire en coin de la bonne jumelle confirma ses doutes. Ça y est ! Elle se moquait sûrement d’elle et allait lui faire remarquer que leurs orientations sexuelles n’étaient pas compatibles. Mais la jeune fille ne dit pas un mot, et l’expression nostalgique qui se peignit sur son visage alarma un peu la necrophobe qui pressa doucement ses mains.

- Jade…

Mais celle-ci ne prit pas en compte son murmure, car elle lui jeta soudainement un regard entendu tout en lui proposant une soirée de beuverie pour fêter la préservation de leur dignité cette première nuit sextusienne. Melena eut un petit sourire et laissa son amie récupérer ses mains et se força à observer le regard profond d’un des chevaux de course pour ne pas se délecter du corps de la psychotique. Elle fit volte face tout juste quand l’adolescente disparaissait à l’extérieur, la laissant seule et nue au milieu de l’écurie au sol trempé.

- Et bien…

Elle se sentait idiote. Cette crainte que sa comparse ne la rejette pour son homosexualité devenait ridicule. Mais quelque chose en elle l’empêchait littéralement de le dire. Elle avait peur des conséquences ; peur de voire la seule relation amicale qu’elle avait se frigorifier juste pour une histoire pareille.

Elle n’avait jamais vraiment but d’alcool avant. Quelques fois, elle y avait goutté timidement au détour de telle ou telle occasion qui valait plus ou moins le coup, mais ça ne l’avait pas particulièrement marqué, et n’avait alors jamais pris une cuite. D’ordinaire, les récits des gens évoquant fièrement de formidable soirée de beuverie où ils ont fini rampant dans leur vomi laissaient l’irlandaise de marbre, voire profondément dégouté des stupidités que pouvait commettre l’être humain. Mais à l’heure actuelle, l’idée de se laisser enivrer en compagnie de la psychotique lui apparaissait presque comme salvatrice et réconfortante. Si ce qu’on disait était vrai, elle s’échapperait de sa condition d’esclave au moins quelques instants ; après tout, elle l’avait amplement mérité.

Pensive, la jeune fille se rhabilla en grimaçant – la sensation du string n’était vraiment pas une chose dont elle raffolait – et attendit patiemment que son amie repasse enfin la porte armée de deux bouteilles qui ne lui évoquaient rien de connu mais annonçait une dépravation dans les règles. Le petit battement de cil de Jade arracha un nouveau rire à Melena qui après s’être assurée que la porte était bien fermée s’étendit aux cotés de la brunette en attachant ses cheveux en chignon pour éviter qu’ils ne soient plein de fétus de paille. Elle dévora un instant sa compagne des yeux avant de saisir une bouteille et de la soupeser avec une main.

- Tu sais… je n’ai jamais vraiment bu d’alcool.

Sur ces mots, elle confia un regard timide à la psychotique avant d’ôter le bouchon de sa boisson, de trinquer, et d'en avaler une longue gorgée qu’elle accueillit avec une sensation de brûlure intense et une toux irrépressible qui finit par la faire éclater de rire en s’affalant à moitié sur son amie. C’était très très fort.

- Ouaw ! Je sais pas avec quoi ils font ça ici mais y’aurait de quoi envoyer un éléphant mâle dans le coma pour quelques semaines !

Avec un sourire malicieux, la necrophobe se permit une autre gorgée – plus petite – et cette fois n’accusa le coup que d’une grimace significative. Le rouge lui montait déjà au visage et sa peau devenait plus moite, en proie à une chaleur étrange qui naissait de ses entrailles. Elle s’avança légèrement pour réduire la distance qui la séparait de Jade en contemplant la bouteille d’un air dès lors trop souriant qui trahissait un esprit en perdition de sa lucidité.

- C’était pas une mauvaise idée…

Une pensée évasive surgit, lui clamant qu’elle se conduisait comme l’une des nombreuses trainées qui hantaient les tavernes de cette ville, et qu’il ne lui manquerait plus que de s’envoyer en l’air avec un parfait inconnu pour se voir tatouer à vie de son statut. Mais Melena chassa ses songes parasites en secouant la tête, s’attardant à détailler le visage de son amie. Il brillait légèrement à cause de la sueur qui y perlait, ses grands yeux bleus lui donnaient presque le vertige, et ses lèvres qu’elle avait déjà embrassé une fois l’appelait à recommencer, inexorablement. Son cœur s’accélérait encore une fois alors que ses mots ne trouvaient plus le chemin de la sortie.

- Jade, je… euh…

S’infligeant une claque mentale pour se reprendre, Melena se détourna pour avaler une nouvelle gorgée de sa boisson ambré, dont les effets vaporeux ne tardaient pas à se faire sentir dans la moindre parcelle de son corps d’adolescente.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jade Martins
Administratrice
avatar

Troubles dissociatifs du comportement

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 1098
XP : 281

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 2877 rubz

MessageSujet: Re: L'ambition de Bénificcus   Sam 10 Juil - 21:43

Jade partit dans un éclat de rire lorsque Melena lui avoua ne jamais avoir vraiment bu d’alcool. Comme si de son côté les choses était différentes ! Oh bien sûr elle avait déjà bu du champagne à noël, Thanksgiving ou aux anniversaires, un ou deux verres de punch à l’occasion de fêtes lycéennes car c’était passage obligé pour ne pas paraître complètement hors du coup mais c’était bien tout. Jamais elle n’avait connu l’ivresse et encore moins une cuite monumentale. D’après ce que lui avaient raconté certaines de ses amies ça ne lui donnait aucune envie d’expérimenter mais ce soir c’était différent. Elle n’avait jamais eu autant besoin d’oublier et était prête à tout pour un break même si ça signifiait se retrouver avec la gueule de bois au matin.

- Comme si j’étais une pro de la bouteille !

Son visage se fendit d’un sourire mutin alors que l’irlandaise crachotait sous l’effet de l’alcool fort, les larmes aux yeux. Par solidarité elle avala elle aussi une gorgée impressionnante qu’elle manqua d’avaler de travers avant de se mettre à tousser à l’instar de sa comparse. C’était vraiment abominablement fort, c’était à se demander ce qu’ils mettaient dedans ! L’alcool passait si vite dans son sang qu’elle se sentait déjà légère, comme si on lui avait donné de l’absinthe en perfusion.

- Un éléphant mâle ? T’es encore trop gentille, ce truc risque de dissoudre nos estomacs en deux gorgées…

En parfaite synchronisation avec la nécrophobe elle leva une nouvelle fois le coude et ça se passa pour elle aussi bien mieux que la première fois. A croire que ses muqueuses s’étaient anesthésiées…

Le volume dans sa bouteille descendait doucement mais sûrement, les joues de la bonne jumelle virant peu à peu à l’écarlate alors que son cerveau se noyait dans les vapeurs d’alcool. Melena avait raison en disant que ce n’était pas une mauvaise idée, à vrai dire à l’heure actuelle elle se sentait bien. Vraiment bien. Bon sa tête tournait un peu (beaucoup) mais c’était négligeable comparé à la disparition de son éternelle peur au ventre. Cette étrange boisson semblait lui donner des ailes et ce n’était pas pour lui déplaire.

Jay tourna la tête pour regarder Melena qui semblait-il s’était rapprochée, et constata non sans étonnement que sa vision ne suivait pas à la bonne vitesse. C’était étrange, et frustrant, comme si l’alcool bloquait ses connections nerveuses. Alors que son amie la dévisageait en bredouillant elle se contenta de porter la main à son front en murmurant :

- Je crois qu’il y a un embouteillage dans mes synapses. Et pas un petit…

Elle bu une nouvelle fois juste pour voir si ça n’arrangeait pas les choses mais visiblement non. A part augmenter sa sensation euphorique et diminuer ses réflexes ça n’avait pas grand résultat, elle soupira donc de dépit avant de partir dans un fou rire nerveux que rien n’expliquait. Elle avait juste envie de s’amuser, là maintenant. De courir, hurler, faire tout ce qu’elle n’osait pas faire d’habitude en bonne petite fille siiii sage ! Elle voulait, elle voulait…

Les yeux de l’adolescente s’écarquillèrent devant la révélation qui venait de se présenter à elle. Elle se mit debout du mieux qu’elle pouvait, tanguant légèrement sans lâcher pour autant la bouteille. Elle tendit sa main libre à Melena avant de s’exclamer avec un sourire trop illuminé pour être sensé :

- Allez viens on se casse ! Je veux sortir d’ici ! Je veux être libre et… et courir nue sous la pluie ! Ou pas en fait, mais être dehors c’est déjà bien non ? Noooon ?

Elle adressa à sa camarade une regard suppliant et ajouta avec un air taquin avant de tirer la langue comme une gamine :

- Alleeez… si tu viens t’auras un autre bisous !

L’alcool lui avait peut-être définitivement déconnecté les neurones mais elle semblait beaucoup plus lucide vis-à-vis des sentiments de l’irlandaise avec un coup dans le nez, peut-être parce que dans cet état elle ne s’embarrassait pas des « mais », des « si » et des « impossible ». Après tout elle était jolie, et Mel’ arrêtait pas de la regarder, de rougir… c’était tout à fait crédible en fait. Non mieux, c’était forcément ça.

La bonne jumelle attrapa la main de la nécrophobe et la força à se lever, l’attirant à elle pour lui donner un baiser alcoolisé avant de se mettre à rire. Non pas qu’elle se moque, loin de là, elle trouvait juste amusant d’embrasser cette si timide demoiselle. Et c’était un cadeau non ? Pour elle aussi soit dit en passant, elle commençait même à se demander si c’était normal qu’elle ait autant envie d’embrasser les gens. Peut importait à qui elle pensait elle ne pouvait s’empêcher de s’imaginer en un bouche à bouche torride, à croire que la boisson locale n’avait pas que des propriétés enivrantes.

- Maintenant on y va ! Liberté nous voilà !

Et sur ces mots elle sortit de l’écurie en titubant après avoir heurté le chambranle de la porte et pirouetté gracieusement jusqu’à retrouver son équilibre. Et bien la partie s’annonçait difficile…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melena Autumn
avatar

Thanathophobie & Nécrophobie

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 570
XP : 211

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 1585 rubz

MessageSujet: Re: L'ambition de Bénificcus   Dim 11 Juil - 10:35

A la remarque de Jade sur les embouteillages synaptiques, un nouveau rire euphorique avait secoué Melena, bientôt rejoint par sa compagne de beuverie. Quand cette dernière s’était levée pour tendre la main à la necrophobe, celle-ci dû plisser les paupières pour fixer sa vision de manière à faire le point. Apparemment, l’alcool passait dans son sang à une vitesse qui aurait fait baver de jalousie tous les adeptes de la cuite du monde réel ; mais malgré ça, l’adolescente se sentait si bien que la vague d’angoisse qui menaçait alors qu’elle se savait emportée ne risquait pas de la déstabiliser. Tout lui parvenait comme de l’autre coté d’un cocon, et la distance que son isolement artificielle mettait entre elle et ses soucis était un réconfort éphémère mais tellement délicieux.

Quand la psychotique lui proposa avec malice un autre baiser destiné à la convaincre de la suivre dans sa tentative de faire le mur complètement saoule, l’irlandaise ne s’embarrassa cette fois pas de ses craintes, de ses interrogations ou de ses doutes. Elle tendit sa main pâle pour se laisser attirer contre le corps de son amie et l’embrassa avec une passion au goût d’alcool, avant de s’envoyer une autre gorgée qui la guida vers un éclat de rire irraisonné. Cette sensation était réellement étrange. Elle se sentait toujours consciente et lucide, mais une foule ne chose ne parvenaient plus à son cerveau, comme si elle avait réalisé un tri sélectif qui ne laissait passer que ce qui était dans le champ lexical de l’euphorie. En la regardant s’éloigner vers la porte, elle se rendit compte que la brunette lui paraissait plus attirante qu’avant encore, et le moindre de ses mouvements l’appelait à l’étreindre.

- Attends-moi !

L’alcool devait certainement dispenser quelques effets aphrodisiaques car sans vraiment réfléchir, Melena rejoignit Jade aussi rapidement que lui permettaient ses jambes mal assurées pour se plaquer contre son dos, les bras sur ses épaules, et le goulot de sa bouteille pressé sur ses lèvres pour l’inciter à y boire. Comme pour l’encourager, elle déposa un furtif baiser au creux de son cou avant de pouffer en se retirant et de prendre les devant en trottinant maladroitement.

- Héhé ! T’arriveras jamais avant moi !

En vérité, la necrophobe n’avait aucune idée de l’endroit où elle se rendait ; il s’agissait purement et simplement d’une provocation qui avait pour but de l’amuser elle et son amie. La sensation de l’air qui venait chatouiller sa nuque était plus grisante que jamais. Une nouvelle gorgée lui fit l’effet d’un plein de carburant et elle accéléra l’allure en croisant certains travailleurs de nuit qui, bien qu’habitués aux festivités nocturnes de l’arène, ne devaient pas souvent voir deux adolescentes courir chacune une bouteille à la main comme deux gamines prises dans un scenario imaginaire que seules elles étaient capables de comprendre.

L’adolescente finit enfin par déboucher sur le couloir réservé au personnel que Yoru avait il y a quelques heures tenté de franchir et fut stoppée en arrivant devant une lourde porte qui mêlait une ossature en bois massif et divers jeux de verrous complexes qui devaient certainement être très difficiles – voire impossibles – à forcer.

- Oooh…, souffla Melena avec une moue exagérée profondément déçue de se voir sceller à l’intérieur.

Autre gorgée qui était sensée lui apporter la solution, mais qui ne lui apportait qu’une puissante sensation de perte de l’équilibre qui lui donnait l’impression que le colisée tout entier s’était mit à se balancer sous ses pieds à la manière des bateaux pirates de parc d’attraction. Sa bouteille était presque vide, et elle le signala à Jade tout en cherchant à vérifier où en était la sienne.

- Comment on va sortir ? Benificcus n’est pas cool, il a fermé les portes à clefs…

Melena repartit dans un fou rire à l’évocation de leur employeur car son esprit totalement embrumé par l’alcool venait de voir surgir la masse qu’était le sextutien dans sa toge rose, et la scène lui apparaissait désormais d’un comique de situation déroutant. Elle étouffa son débordement du mieux possible pour éviter d’attirer l’attention sur elles et jeta un regard circulaire au couloir pour se laisser captivée par les notes de services affichées par le gérant du colisée dans la soirée précédentes. La brunette en arracha une sans aucune pitié et la tourna pour pointer du doigt la face vierge de la feuille en interpellant sa comparse.

- Il faut prendre des notes ! Portes : trop de verrous !


Elle avait faillit crier sa déclaration assez fort pour que les travailleurs de nuit l’entendent, mais avait baisser le ton assez tôt pour rester discrète. Le visage rouge, les larmes aux yeux, Melena était en proie à une euphorie étonnement prenante qui lui brûlait encore l’estomac. Mais elle se sentait bien, engourdie, diminuée, mais bien. Et quand bien même son esprit logique réussissait des incursions miracles pour lui révéler par exemple que la porte du colisée était inviolable, ou bien qu’elles feraient mieux de prendre en note leurs obstacles, elle n’était déjà largement plus en pleine possession de ses capacités mentales et sa conscience s’abandonnait volontiers à cette pause cuite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jade Martins
Administratrice
avatar

Troubles dissociatifs du comportement

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 1098
XP : 281

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 2877 rubz

MessageSujet: Re: L'ambition de Bénificcus   Lun 12 Juil - 15:53

L’air frais de la nuit donnait un agréable coup de fouet à Jade alors que Melena se pressait dans son dos, l’incitant à boire à sa bouteille. A croire qu’elle voulait vraiment qu’elle finisse complètement à la ramasse ! Mais cette hypothèse n’empêcha pas la bonne jumelle d’avaler une gorgée qui lui brûla la gorge sans lui tirer une grimace. A la longue ça se buvait comme du petit lait ce truc… c’était à se demander ce qui l’avait empêché d’essayer plus tôt. Elle se sentait bien, elle se sentait libre, un peu nauséeuse peut-être sans parler de ce truc qui la chatouillait dans le cou…

Alors qu’elle levait la main pour chasser ce qu’elle pensait être un moustique, l’irlandaise (car c’était elle) se retira pour la dépasser et mener ainsi la marche. A son défi Jade répondit par une accélération fulgurante qui manqua de la faire tomber à plat ventre dans le sable de l’arène. Elle ne savait pas quel endroit elle devait atteindre avant Mel’ mais elle était bien décidée à y arriver pour d’obscures raisons dont elle ne s’embarrassait pas.

La route était longue et le niveau de sa bouteille diminuait proportionnellement, jusqu’à atteindre quelques centimètres seulement lorsqu’elles pénétrèrent dans un couloir réservé au personnel. L’adolescente jeta un regard vague sur la pancarte qui les en informait avant de hausser les épaules et de boire une nouvelle fois. Après tout en tant qu’esclaves elles faisaient partie du personnel non ?

Mais malgré son intime conviction d’avoir le droit de passer par là pour rejoindre l’air libre, une porte massive avait l’air bien décidée à lui bloquer le passage. Melena dans un souffle exprima exactement la déception qu’elle ressentait au point d’en avoir les larmes au yeux, comme un enfant qui découvrirait au matin de noël qu’il n’avait pas eu droit à des cadeaux.

- On va trouver une autre sortie ! Comme… comme quand ma mère n’avait pas voulu que j’aille à la fête de Jesse alors qu’il était siiiii mignon et qu’elle savait que j’avais le béguin pour lui mais en fait il était siiiiii idiot mais bon ça m’avait pas empêché de sortir par la fenêtre hein… CQFD !

Ou pas. En fait elle semblait plutôt avoir perdu le fil en cours de route mais ça ne la dérangeait pas plus que ça finalement. De toutes manières elle expédia bien vite le problème en vidant sa bouteille avant de la lâcher sur le sol où elle se fracassa mille morceaux alors que son amie était parti arracher l’une des affiche que leur maitre avait posé dans l’après-midi.

Des notes ? Oui… c’était pas bête, elle avait déjà du mal à se souvenir du début de sa phrase quand elle était trop longue alors ce ne serait pas de refus. Seulement malgré l’alcool qui coulait dans ses veines l’adolescente se rendait bien compte que quelque chose clochait, comme… une absence.

- On a pas de stylo, lâcha-t-elle de but en blanc tout en secouant la tête, geste qu’elle regretta amèrement.

La terre tournait autour d’elle et la nausée grandissait, mais ce n’était vraiment pas le moment de tomber avant de dégobiller sur ses ballerines, Jade battit donc des bras jusqu’à retrouver son équilibre avant de s’approcher des guichets qui faisaient face à l’entrée. A côté de diverses paperasses trônait un stylo comme on en trouvait à la banque ou dans les administrations, enchainé à son socle. Jade l’attrapa et l’arracha sans autre forme de procès avant de retourner comme une gagnante vers Melena, de lui prendre sa feuille et de se servir de son dos pour marquer d’une écriture tremblante « trop de verrous ».

- Voilà, maintenant on sait…

Elle avait particulièrement appuyé sur les derniers mots avec un air de conspiratrice, ajoutant même un clin d’œil pour bien faire comprendre à l’irlandaise que ça resterait entre elles. La brunette glissa ensuite le papier plié en quatre dans sa bande avant d’y ajouter le stylo et d’attraper la main de son amie pour la tirer vers une porte dérobée. Elle donnait sur une pièce dont l’odeur principale était celle de la transpiration : le vestiaire des gladiateurs. Il était désert à cette heure ci mais les effluves des guerriers étaient encore si fortes que Jade ne put s’empêcher de plisser le nez de dégoût.

Leurs vêtements crasseux de terres et de sang trainaient partout, sans parler de leurs spartiates couvertes de champignons… c’était tout bonnement abominable. Jade ne se priva d’ailleurs pas d’exprimer sa pensée tout en s’accrochant à Melena alors qu’elle perdait l’équilibre.

- C’est dégueulasse… à croire qu’ils connaissent ni les douches ni… ni les douches. Et les machines à laver.

Elles avançaient dans la pièce, manquant de se prendre les pieds tantôt dans un banc, tantôt dans des tas de vêtements abandonnés à même le sol, jusqu’à ce que Jay aperçoive au loin ce qui ressemblait à une série de douches communes. Sa mémoire brouillée par la boisson accepta tout de même de lui rappeler que c’était là qu’elle avait pu prendre une douche lors de son dernier boulot. Elle balaya la pièce du regard et ce fut l’erreur de trop : le tournis qu’elle se causa lui donna des haut-le-cœur.

Jade se précipita dans les douches pour rendre une partie de son repas et de l’alcool ingurgité. Alors qu’elle était penchée vers le carrelage en gémissant qu’elle s’était vomi sur les cheveux, ses yeux captèrent un détail dans un coin de la pièce : une petite bouche d’égout. Trop petite pour y passer, juste une évacuation d’eau mais si elle existait il devait probablement y en avoir de plus grosses quelque part dans le bâtiment.

Elle ouvrit un robinet pour faire partir la flaque immonde à ses pieds tout en s’inondant généreusement le crâne. L’adolescente ne pouvait s’empêcher de regarder s’écouler le tout dans le trou d’évacuation avant de murmurer, encore secouée de hoquets :

- Les égouts… faut qu’on trouve les égouts…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melena Autumn
avatar

Thanathophobie & Nécrophobie

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 570
XP : 211

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 1585 rubz

MessageSujet: Re: L'ambition de Bénificcus   Lun 12 Juil - 16:56

Alors que Jade cherchait un stylo avec une habilité chancelante, Melena était captivée par l’éclat des morceaux de verre qui jonchaient le sol et brillaient à la lueur des roches. Ils lui rappelaient le miroir brisé de l’Asmodée, et une sorte d’intuition déclenchée par une envie de répétition lui lança l’idée de garder un des morceaux tranchant pour se défendre. L’adolescente se pencha, mais à peine fut-elle courbée qu’un tournis fit basculer la pièce dans sa vision trouble, et en cherchant à se rattraper maladroitement au mur où étaient affichées les notes de services, sa bouteille lui échappa et s’éclata à son tour sur le sol du couloir en répandant le fond de boisson qui s’y trouvait toujours. L’air triomphant de son amie qui revenait avec un stylo arraché aux guichets lui fit très vite oublier la frustration qu’elle avait ressentit, et lui tendit la feuille pour qu’elle y note les instructions au sujet de la porte.

- Trop bieeeen ! S’exclama-t-elle en répondant au clin d’œil de la psychotique par un grand sourire illuminé.

Elle se laissa ensuite entrainer jusqu’à une pièce dont les premiers effluves de l’odeur suffire à lui donner un haut-le-cœur qui manqua de la faire vomir sur l’épaule de Jade qui la précédait. Dans sa perception trouble, les vêtements crasseux se mettaient à danser lentement, dans un sens puis dans l’autre, et Melena ne pouvait s’empêcher de tourner la tête de droite à gauche comme pour surveiller qu’aucune des chaussures pleines de champignon ne lui saute dessus pour la mordre au visage – cette idée lui arracha un petit rire déconnecté, mais après tout on est à Dreamland, on ne sait jamais. Ce petit manège cependant accentuait d’instant en instant sa sensation de perte de l’équilibre et quand son amie lâcha sa main pour se précipiter dans les douches, l’irlandaise s’effondra lourdement, le nez si près de ce qui ressemblait à un vieux sous-vêtement que ce fut à son tour de rendre le peu que contenait son estomac. Son chignon choisit ce moment pour achever de se dénouer et alors une importante portion de sa chevelure noire trempa abondamment dans le raz de marée gastrique. Cette fois-ci, pas un rire n’agita la jeune fille qui se releva fébrilement, conservant la tête penchée et le corps légèrement incliné pour ne pas que ses longues mèches dégoulinant du contenu de son estomac ne s’épanchent sur elle. Avec une grimace de dégout prononcée, l’impression que son cerveau était désormais sur de l’eau et tanguait au gré des mouvements de sa tête, elle se précipita dans les douches pour se rincer la tête. La sensation fraiche de l’eau lui rendit légèrement ses esprits, mais elle était encore trop atteinte pour redevenir lucide.

- C’est ici les égouts. Maugréa-t-elle à l’entente de la suggestion de Jade, avant de rire de sa propre remarque.

Puis son regard dévia vers le petit conduit d’évacuation, et après un petit moment de flottement durant lequel elle oublia totalement que la douche coulait à ses cotés pour éclabousser ses jambes et accessoirement faire un bruit significatif qui résonnait dans les vestiaires vides, une lumière atteint enfin les méninges embrumées de la necrophobe.

- Oooh…

Un sourire malicieux naquit sur son visage, et elle rejoint sa comparse sans se soucier des coulées d’eau qui ruisselaient dans son dos et s’égouttaient sur le sol comme une piste qui permettait de la suivre. Elle jeta un regard entendu à Jade avant de mettre la main à sa bande pour y récupérer leur mémo, éclatant de rire lorsque le bout de tissu parut se détacher devant la maladresse de l’irlandaise. Elle déplia le papier avant de prendre une expression surprise à la vue de la note de service de Bénificcus.

- Mais… c’est quoi ça ?

En tournant la feuille pour la pointer vers Jade, elle vit le verso sur lequel était écrite la première des indications.

- Ah ! C’est bon, j’ai eut peur. Fit-elle après une exclamation soulagée.

D’une écriture tremblante et malhabile, elle marquait « les égouts : Trouver l’entrée » avant de rendre le tout à son amie et de s’essorer les cheveux pour ensuite se les rattacher solidement. Où pouvait bien se trouver une grosse bouche d’égout dans ce colisée ? il y avait des chances que ça ne soit à un endroit difficile assez discret, voire difficile d’accès. Ses réflexions ne pouvaient pas fixer de fil continu dans l’état actuel des choses, alors elle se contenta de prendre la main de sa comparse pour l’entrainer vers la sortie, évitant soigneusement la flaque de vomi qu’elle laissait en souvenir aux gladiateurs.

- C’est quand même triste de n’avoir plus rien à boire. Souffla Melena à son amie avec un sourire qui flottait, les yeux plus ou moins dans le vague.

Ayant petit à petit grignoté la délimitation de l’espace vital qu’imposait une main tenue, la necrophobe s’était rapproché du corps de l’américaine pour passer un bras autour de son cou. De cette manière, leurs démarches chancelantes s’épousaient parfaitement, et si elles ne s’étaient pas contentées de zigzaguer involontairement de droite à gauche, elles auraient presque put prétendre à une chorégraphie synchronisée. Manifestement, l’irlandaise ne tenait pas du tout l’alcool, et en être ainsi imbibée anesthésiait totalement ses capacités de réflexions et sa mémoire d’ordinaire notable.

- Hum… on cherche quoi déjà ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jade Martins
Administratrice
avatar

Troubles dissociatifs du comportement

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 1098
XP : 281

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 2877 rubz

MessageSujet: Re: L'ambition de Bénificcus   Lun 12 Juil - 18:13

C’était ici les égouts ? Jade ne put s’empêcher de regarder autour d’elle à travers le rideau d’eau dégoulinant de ses cheveux avant de comprendre que son amie parlait de l’état des lieux. En effet, l’odeur y ressemblait beaucoup et c’était peu dire, après tout pour y avoir passé un bon bout de temps elle commençait à s’y connaitre dans le domaine. Melena réussi tout de même à comprendre par elle-même ce qui évita à l’américaine d’avoir à lui expliquer les choses alors qu’elle avait déjà du mal à réfléchir.

L’adolescente frottait la pointe de ses cheveux pour tenter de faire partir l’odeur abjecte qui les imprégnait lorsqu’une main se glissa sous sa bande. Dans un glapissement de surprise et d’horreur elle sursauta comme sous l’effet d’un choc électrique. Ce ne fut qu’après s’être collé au carrelage froid qu’elle comprit que ce n’était que l’irlandaise qui y avait pioché papier et stylo. Le soulagement se lisait de façon évidente sur son visage alors qu’elle fermait les yeux en inspirant profondément, sans prêter attention à la question de Mel’ qui de toute façon trouva sa réponse toute seule.

L’espace d’un instant elle avait cru que cette main appartenait à Liam et ça l’avait presque dessaoulée… presque.

Son cœur battant encore à tout rompre elle laissa Melena lui prendre la main et l’attirer hors de la pièce aux effluves nauséabondes, sa main libre tenant papier et stylo encore crispée sur sa poitrine. Lorsque sa peur se fut un peu dissipée elle rangea de nouveau son matériel à sa place alors que son amie se rapprochait de plus en plus d’elle. Lorsque celle-ci se tourna vers elle pour lui parler Jade ne put s’empêcher de grimacer de dégoût tout en s’exclamant sans la moindre once de tact :

- … t’as une haleine de chacal là !

Pas étonnant après qu’elle ait vomi, cette pensée poussa d’ailleurs Jay à souffler dans sa main avant de la renifler avec suspicion. Son cas n’était pas mieux, elle secoua donc la tête de dépit en s’entrainant un mal de crâne abominable qui la poussa à se pincer l’arrête du nez.

Les contrecoups de la cuite ne commençaient que trop à se faire sentir : elle se sentait toujours guillerette mais l’aspect vaseux, les céphalées et les vomissements faisaient désormais pencher la balance du côté d’une future abstinence. L’idée que personne ne voudrait l’embrasser avec une haleine pareil alors qu’elle en avait si envie traversa son esprit confus, sa bouche prenant alors une moue boudeuse.

- Ce qui est triste c’est de ne pas avoir de brosse à dents, souffla-t-elle à mi voix en réponse tardive à sa camarade.

Celle-ci avait d’ailleurs perdu de vue l’objectif de la mission et l’adolescente elle-même devait avouer qu’elle ne s’en rappelait plus vraiment non plus. Elle haussa des épaules en guise de réponse et s’apprêtait à aller tanguer en tandem un peu plus loin lorsque des voix s’élevèrent dans leur dos. Des voix appartenant à des gens qui venaient de trouver les restes brisés de leurs bouteilles, leurs flaques de vomi et qui n’avaient visiblement pas du tout apprécié l’expérience.

Jade, totalement paniquée, se mit à courir en zigzag toujours agrippée à la main de Melena. Le couloir où elles se trouvaient ne possédaient aucune cachette et son regard mi-embrumé mi-angoissé cherchait fiévreusement une solution dans les murs de pierre nue.

- Ils vont nous trouver ! Tonton Benni va nous mettre une fessée !

Le ton geignard de sa voix s’éteignit alors qu’elle apercevait enfin une porte au bout du couloir qu’elle poussa non sans soulagement. Elle donnait sur une pièce plongée dans le noir, éclairée seulement par la lueur de la lune qui perçait d’étroites et hautes fenêtres, presque des soupiraux. Des grognements étranges provenaient de l’obscurité mais la bonne jumelle ne s’en soucia guère, trainant la nécrophobe jusqu’à un recoin de la pièce avant de se mettre en boule avec l’étrange espoir de devenir ainsi invisible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melena Autumn
avatar

Thanathophobie & Nécrophobie

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 570
XP : 211

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 1585 rubz

MessageSujet: Re: L'ambition de Bénificcus   Lun 12 Juil - 19:20

Au même moment que son acolyte, Melena perçut les éclats de voix qui râlaient contre le désordre qu’elles avaient causé et jeta un regard rond empreint de panique à Jade qui démarra au quart de tour, agrippée à sa main. Au fur et à mesure de la course, comme une série de post-it balayés par le vent, s’envolaient de l’esprit de la necrophobe la remarque crue au sujet de son haleine, l’objectif de leur mission, et celle-ci se souvenait principalement voire même exclusivement qu’elles devaient fuir. Son instinct devait avoir enregistré les fessées de Benificcus comme des éléments très dangereux car à leur simple évocation, son échine se hérissa parcourut par un frisson d’angoisse qui l’aurait presque ramené sur terre. Cependant, sa course maladroite lui apportait au lieu d’une issue un mal de crâne qui embuait d’autant plus sa lucidité que l’alcool dont les effets tendaient vers les aspects négatifs de la chose.

Les murs de pierre nue se ressemblaient tous, comme si les deux adolescentes s’était isolées dans une aile du colisée à laquelle tout un chacun n’était pas sensé accéder. Un mauvais pressentiment commençait à tirailler les entrailles de l’irlandaise ; mais quand une porte se dessina pour leur offrir une pièce où se cacher, Melena suivit sans hésiter son amie dont la peur semblait communiquer par les pores de sa peau pour se glisser dans son organisme par le biais de sa main, alimentant la sienne. Il y faisait sombre, chaud, et une forte odeur de fauves flottait dans l’atmosphère, rappelant vaguement celle des vestiaires mais cette fois avec une connotation clairement animale. Les formes géométriques que dessinait la lune sur les parties des parois et du sol sur lesquelles elle se reflétait paresseusement ne permettaient pas de distinguer dans quel genre d’endroit elles pouvaient avoir atterrit. Bien que toujours atteinte par l’alcool, les diverses feulements et grognements qui s’élevaient depuis l’intrusion des voyageuses inquiétaient la necrophobe dont le cœur s’accélérait en battant lourdement. Elle fut entrainée par son amie jusqu’à un recoin sombre où elle se tassa en boule, mais Melena était encore incapable de se résoudre à s’assoir. Si jamais elle n’avait pas craint de tomber sur les travailleurs de l’équipe de nuit qui devaient certainement les rechercher pour demander justification du désordre qu’elles avaient mis, elle aurait fuit cette pièce qui ne lui évoquait rien de bien.

Dans un autre coin de la pièce, un rayon laiteux frappait ce qui ressemblait un deux larges barreaux derrière lesquels il était impossible de distinguer quoique ce soit. Intriguée, l’irlandaise s’approcha lentement, guettant le moindre bruit avec autant d’attention que lui permettait son encéphale émoussé, et saisit d’une main l’une des barres froides en collant son visage pour essayer d’apercevoir ce qui pouvait bien se trouver dans ce qui ressemblait à une cage. La sensation du fer glacé sur sa peau diffusait une onde qui la tirait vers la réalité, exacerbant plus encore la sensation vaseuse et nauséeuse qui s’installait inévitablement. Alors qu’elle aurait juré avoir auparavant perçu de petits feulement provenant de l’intérieur, la pièce de l’autre coté des barreaux étaient devenue totalement silencieuse. Fronçant les sourcils, son mal de tête battant ses tempes, Melena ne vit absolument pas venir la bête qui jaillit de l’ombre pour se ruer sur les barreaux. La panique lui assenant une gifle en une fraction de seconde, elle fit un bond de retrait mais la vision des rangées de longues dents pointues surmontées de deux grands yeux jaunes brillant était comme imprimé sur sa rétine. Elle avait poussé un hurlement qui avait provoqué en réponse les cris et rugissements multiples des chimères enfermées dans la pièce qui entraient elles aussi dans une excitation inhabituelle, frappant de temps à autre les barreaux avec une puissance massive pour tenter de se libérer. Au moment de l’attaque du monstre, dans son élan de frayeur, la necrophobe s’était vue lacérée et déchiquetée par les griffes de la bête qui devaient sûrement de rien avoir à envier à sa dentition. Et Alors que sa peur avait atteint un pic, elle sentit une nouvelle fois son pouvoir s’activer et la paralyser sur le sol. Cependant, cette fois-ci, de larges entrailles se dessinaient dans sa chair, comme si l’assaut bestiale avait réellement eut lieu, et là où elle s’était effondrée, un rayon de lune venait heurter son faciès défiguré pour révéler un spectacle horrifiant.

Terrifiée par son état, son corps froid de charogne plus handicapant et angoissant que jamais, Jade n’eut pas le temps d’intervenir car deux travailleurs de nuit avaient accourut en entendant l’agitation des bêtes, et leurs regards se posèrent sur le cadavre de l’adolescente. Ceci ne pouvait impliquer qu’une seule chose. Ils pâlirent, les lèvres tremblantes, avant de partir en courant, à la recherche d’un supérieur hiérarchique, quitte à trouver Béneficcus lui-même.

- Un monstre s’est échappé ! Vite ! Il faut alerter les gladiateurs, mettre en place la situation d’urgence !

Melena était si effrayée que pour l’instant, les effets de l’alcool étaient réduits à une vague sensation de tanguer, et elle comprit parfaitement que ni elle ni Jade n’avaient intérêt à trainer dans le coin. Implorant intérieurement de retrouver son état normal une fois que l’alarme eut été donné, elle fut surprise de constater que son corps lui obéit cette fois immédiatement. Sa tête était lourde et tout son corps étaient saisis de tremblement incontrôlables, mais elle parvint à aller chercher Jade pour la tirer de sa cachette.

- Viiite ! Il faut s’en aller, je crois que j’ai fait une bêtise !

Tout en disant cela, l’adolescente se demandait bien par où elles allaient pour s’échapper si elle voulaient éviter le couloir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jade Martins
Administratrice
avatar

Troubles dissociatifs du comportement

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 1098
XP : 281

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 2877 rubz

MessageSujet: Re: L'ambition de Bénificcus   Lun 12 Juil - 20:02

L’odeur animale qui flottait dans la pièce poussait Jade à se renfermer sur elle-même de plus en plus alors que la main de Melena s’échappait de son emprise pour disparaître dans l’obscurité. Les feulements qui s’élevait auparavant se taisaient progressivement en plongeant la pièce dans un silence de mort qui glaça l’adolescente jusqu’à la moelle de ses os. Son amie était partie, l’avait laissé seule et elle finirait trouvée et punie pour deux. Elle en était persuadée, perdue dans son nuage alcoolisé mais n’avait pas les tripes nécessaires pour se tirer d’ici fissa. Tout ce que la brunette voulait en cet instant était les doux bras maternel, un roc de réconfort à quoi se raccrocher désespérément pour ne pas céder à la panique maintenant que son naturel revenait au galop alors que le taux d’alcool dans ses veines baissait progressivement.

Elle avait fait une connerie et elle allait devoir assumer. Ils la trouveraient seul assise sur le sol avec un stylo coincé dans son sous-tif local agrémenté d’un bout de papier qui ne révélait que trop ses désirs d’évasion. Son corps saisit de tremblement se couvrait peu à peu de sueur froide, ses mains se crispant sur ces jambes nues alors qu’elle tentait de réprimer un sanglot…

Un cri perça alors la nuit, si proche que le cœur de Jay manqua de lâcher, lui tirant un hurlement en retour. Elle s’était à moitié relevée pour se plaquer au mur, les yeux exorbités. Son regard fouillait fiévreusement la pièce mais elle n’avait pas besoin de la vue pour comprendre, l’ouïe suffisait bien ! Une bête avait dû s’échapper et s’attaquer à Melena, la tuer et maintenant le monstre devait errer dans la pièce. Peut-être même était-il tout près.

Jade se mit à pleurer de terreur, si déboussolée entre ses sentiment et la peur qu’elle ressentait qu’elle ne se rendit compte qu’alors qu’elle avait mouillé ses vêtements comme une enfant. L’odeur d’urine qui imbibait ses vêtements ne fit que la faire se sentir plus misérable et ses sanglots redoublèrent alors que les travailleurs de nuit poussaient la porte pour voir ce qui se passait.

Après une bruyante aspiration l’adolescente plaqua sa main contre ses lèvres pâles pour atténuer le son de ses pleurs, camouflant du même coup le gémissement qui s’échappa de ses lèvres lorsqu’elle remarqua enfin Melena. Le corps balafré était si mutilé qu’il était à peine reconnaissable, un œil à moitié sortit de son orbite jetant sur elle une regard vide. La bonne jumelle connaissait pourtant le pouvoir de la nécrophobe mais elle était si bouleversée qu’elle n’arriva pas à faire le lien, se contentant d’appliquer sa seconde main sur la première pour s’empêcher de pousser des hurlements à glacer le sang.

Elle était morte, là, juste à deux mètres d’elle… et les hommes allaient partir donner l’alerte en la laissant seule avec un monstre en liberté. Elle allait mourir les tripes à l’air et finirait jeter dans une bouche d’égout qu’elle cherchait si désespérément en pâle copie du sort qui avait été réservé à Haley. Peut-être même qu’un rat géant comme choco BN viendrait aussi se nourrir de ses entrailles encore fraiches.

La porte refermée sur les hommes, Jade se laissa glisser au sol en murmurant tout un tas de paroles incompréhensibles même pour elle-même. Elle voulait rentrer chez elle, elle aurait pleuré sa mère comme une gamine si elle avait encore eut la force de penser, mais force était de constater qu’elle ne l’avait plus. Les évènements l’avaient complètement dessaoulée, et voir Melena se relever d’entre les morts fut le coup de grâce.

- Tu… tu…

La bonne jumelle n’arrivait plus à aligner un mot devant l’autre mais son amie ne s’en souciait guère, la tirant hors de son abri en lui disant qu’elle avait fait… une bêtise. Ce fut le mot de trop, les yeux de Jade s’écarquillant alors que ses mâchoires se crispaient, avant qu’elle ne déverse sur l’irlandaise un flot de paroles bien senties :

- Une BÊTISE ? Tu rigoles là j’espère ?! J’ai cru que t’étais morte ! J’ai cru que j’allais mourir ! Je me suis pissé dessus bordel ! A ce niveau là c’est plus une bêtise, c’est une putain de grosse connerie !

Elle se fichait complètement qu’on l’entende, elle avait bien trop besoin de laisser s’échapper sa peur et sa frustration pour modérer son volume sonore. Alors qu’elle s’offusquait généreusement, elle traversait la salle à tâtons en heurtant de ci de là une cage ou un mur sans manquer de sursauter à chaque choc et feulement. Ses pas finirent par la mener à une gigantesque herse qui donnait sur la fausse de l’arène. Les piques s’actionnaient depuis l’extérieur mais minces comme elles étaient toutes deux elles passeraient probablement au travers sans trop de problèmes. Jay attrapa donc les barreaux glacés avant de se glisser entre eux aussi vite qu’elle le pouvait, même si elle cru l’espace d’un instant que sa tête ne passerait jamais. Elle réussit toutefois à s’extirper en manquant de perdre une oreille dans l’opération pour se retrouver à fouler le sable de l’arène, Melena la suivant de près.

Elles étaient sorties, elles étaient saines et sauves et pouvaient donc discuter tranquillement de la situation à tête reposée une fois que la tension serait redescendue… enfin elles auraient pu si l’un des employés de nuit ne les fixait pas, l’air étrange et une torche à la main, à quelques mètres d’elles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melena Autumn
avatar

Thanathophobie & Nécrophobie

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 570
XP : 211

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 1585 rubz

MessageSujet: Re: L'ambition de Bénificcus   Lun 12 Juil - 21:32

La brunette n'avait même pas pris le temps de remarquer que son leurre avait encore évolué. Les cris de Jade résonnaient dans sa tête en nourrissant sa migraine désagréablement. Melena porta ses mains à ses tempes pour les masser avec fébrilité, avant de répliquer à son tour.

- Parce que tu crois que j’ai fais exprès ?! T’as l’impression que ça m’amuse de tomber morte dès que ma tension monte !

Les effets de l’alcool commençaient à la quitter pour ne lui laisser peu à peu que les sensations vaseuses et un sens de l’équilibre instable. Le processus était accélérer par la peur et la colère suscitée par la remarque de son amie. Sa langue acerbe se retint de lâcher une attaque cinglante en guise de réponse sur le fait qu’elle s’était pissée dessus et sombra dans un mutisme forcé pour ne plus crier devant l’agitation des monstres. Jade finit par trouver la herse qui permettait de faire les créatures rejoindre l’arène en temps voulu lors des combats, et la necrophobe à la silhouette très fine se glissa facilement entre les barreaux sur les talons de la psychotique paniquée, qui laissait goutter dans son sillage quelques gouttelettes d’urine qui se transformaient malheureusement en un merveilleux moyens d’identifier au moins l’une des deux jeunes filles si jamais Bénificcus avait la bonne idée de faire à des chiens chercher une pistes. Après tout, l’irlandaise n’avait aucune idée des moyens qui pouvaient être mis en œuvre dans cette ville aux allures gréco-romaines pour enquêter.

Les deux comparses débarquèrent donc sur le sable de l’arène, à la vue de quiconque dans les gradins. Par chance, l’alerte avait eut l’effet d’envoyer les travailleurs de nuit soit se réfugier dans une pièce sécurisée conçue pour les incidents de ce genre, soit se joindre aux gladiateurs éméchés que l’on sommait de se préparer en vitesse. Autrement dit, c’était une véritablement pagaille qui devenait de plus en plus ingérable. Melena se hâta de traverser la surface de sable, sans remarquer le garde qui les guettait en silence à seulement quelques mètres, puis entraina Jade vers les écuries où elle fut la première à se laisser tomber sur le même matelas de paille où elle avait commencé leur nuit de beuverie. Elle se sentait soudain fatiguée, plus nauséeuse que jamais, et la tête lui tournait si fort qu’elle devait la maintenir d’une main tout en se pinçant l’arête du nez de l’autre pour tenter en vain de faire s’éclipser son mal de crâne. Son cœur battait encore à tout rompre et les tremblements qui l’agitaient n’avait fait que s’amoindrir.
Jetant à son amie un regard las, le teint de craie, elle dit faiblement :

- Je suis désolé… je ne peux pas contrôler mon pouvoir, c’est automatique.

Elle baissa tristement les yeux, et regretta un instant son état euphorique qui lui avait ôté tous ses tourments l’espace d’un long moment. Désormais, tout lui revenait progressivement, et la véritable peine qui s’installait dans son cœur n’était pas pour arranger son état vaseux. Après quelques instants d’un mutisme pensif, n’osant pas s’approcher de sa comparse, la necrophobe se remit fébrilement sur ses jambes en prenant la direction de la petite fontaine à laquelle elles avaient bu le matin même.

- Tu devrais cacher les notes…, dit-elle dans un accès de lucidité avant de se pencher sur le jet d’eau qui jaillissait pour se rincer abondamment la bouche. Les relents de vomi devenaient réellement insupportables.

L’adolescente aurait voulu retourner après de Jade pour s’assurer que réconciliation était faite, mais une série de pas lourds se fit entendre avant qu’un homme n’ouvre brusquement la porte des écuries pour lancer un œil suspicieux à chacune des deux voyageuses. Il tenait une torche qui éclairait son visage fermé inexpressif, et derrière lui, un de ses collègues n’étaient pas plus rassurant avec sa grande taille et ses muscles moites luisant à la lueur du feu. Il s’agissait de Rufus, un responsable de l’équipe de nuit qui ne tolérait visiblement pas la fausse alerte qui avait été déclenchée.

- Est-ce que les deux esclaves que voici peuvent m’expliquer ce qu’elles ont fait ce soir ? Cogna la voix du sextusien.

Prise au dépourvue, Melena resta un instant bouche bée, évitant de faire le moindre geste pour ne pas que ses mouvements hésitants ne trahissent qu’elle était encore à moitié ivre, puis elle jeta un œil à son acolyte avant de prendre son inspiration.

- Et bien…

- Avant que l’une de vous ne commence par tenter de m’embobiner, coupa Rufus, je tiens à dire que je vous ais vu sortir de la chambre aux monstres. Un peu trop tranquilles pour sembler poursuivies par quoique ce soit. Et devinez quoi ? Quand mes hommes sont retournés sur place… il n’y avait ni créature absente, ni cadavre.

Cette fois-ci, la necrophobe était vraiment à court d’arguments factices salvateurs, ses méninges de toute façon encore trop engourdies pour pondre un plan d’échappatoire potable. Elle se contentait de serrer les poings à s’en faire blanchirent plus encore les jointures pour réprimer ses tremblements.

- Laquelle de vous deux à la capacité de se faire passer pour morte ?

Après un instant d’hésitation, l’irlandaise leva une main fébrile en murmurant un « c’est moi » d’une voix totalement éteinte. D’un bref signe de tête, le gorille qui suppléait Rufus saisit la jeune fille par son chignon et la traina sans ménagement jusqu’à la lumière du feu pour que le sextusien puisse l’observer convenablement.

- Tu peux être fière du désordre que tu as mis poulette. Mais t’aurais été plus maligne de ne pas utiliser tes pouvoirs pour te payer nos têtes.


Melena poussait de petits cris lorsque les tiraillements sur son cuir chevelu se faisait trop douloureux. Elle avait machinalement porté une main à son crâne pour essayer de se libérer, mais à la griffure qu’elle infligea à son tortionnaire, celui-ci répliqua par une gifle puissante qui la sonna pour quelques longues secondes. Dans son dos, Jade était entrainée avec le même traitement de brute, accusée plus ou moins à tort d’avoir répandue des débris de verre dans le couloir des employés et vomit dans les vestiaires des gladiateurs. Rufus se fichait de viser juste, il avait des coupables, c’est ce qui importait. Et il veillait à sa procession de son œil dur et glacial.


Dernière édition par Melena Autumn le Lun 12 Juil - 22:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jade Martins
Administratrice
avatar

Troubles dissociatifs du comportement

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 1098
XP : 281

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 2877 rubz

MessageSujet: Re: L'ambition de Bénificcus   Lun 12 Juil - 22:37

Jade ne prit même pas la peine de répondre à Melena tant sa mauvaise foi prenait le dessus. Tout ce à quoi elle pouvait penser était que quand bien même elle ne contrôlait pas ses pouvoirs c’était loin d’excuser la honte qu’elle vivait actuellement et la crise cardiaque qu’elle avait frôlé. Et que d’ailleurs le contrôle ne dépendait que d’elle, alors qu’elle fournisse des efforts en ce sens bon dieu ! Sa langue de vipère des mauvais jours la démangeait sérieusement mais sa fierté bafouée et la vue du travailleur de nuit et de son air suspicieux la condamnèrent au mutisme.

La main de son amie se refermant sur son poignet, elle n’eut même pas le temps de signaler la présence menaçante de l’homme qu’elle se trouvait déjà attirée dans l’écurie où régnait un calme étrange ponctué par la respiration lente des chevaux ensommeillés. Les lèvres pincées et les yeux plissées, Jay croisa les bras alors que Melena se laissait tomber dans la paille du box qui avait servi à leur début de soirée. Elle était bien déterminée à lui en vouloir à mort au moins jusqu’à la fin de ses jours mais le regard las de l’irlandaise fit flancher sa résolution. Les excuses de celle-ci mirent aussitôt un point d’honneur à faire Jade se sentir profondément idiote de faire tout un plat pour quelques gouttes d’urine mais ses sentiments étaient encore trop vifs pour qu’elle réponde aux excuses par des excuses.

- Ouais… grommela-t-elle tout en traçant des dessins sur le sol du bout de sa ballerine trempée, l‘air renfrogné.

La vue de sa chaussure ne lui rappela que trop de quoi ces frustes étaient imbibées, elle se saisit donc tu tuyaux d’arrosage au même moment ou la nécrophobe se levait pour se rincer la bouche à la fontaine après lui avoir conseillé de cacher ses notes… mais où donc ? Sa bande de poitrine lui semblait encore la meilleure solution. Elle ouvrit le robinet et l’eau fraiche se mit à couler sur ses jambes fatiguées, soulageant ses muscles et effaçant la honte qui la couvrait encore.

L’adolescente n’avait pas tout à fait fini sa besogne, toujours muette, quand deux hommes entrèrent avec des mines patibulaires qui n’annonçaient rien de bon. Elle se figea à leur vue, le tuyaux déversant encore sur eau sur le sol de l’écurie alors qu’ils posaient une question qui lui aurait tiré un sourire dans d’autres circonstances. On aurait dit une mauvaise parodie de série B, la lampe dans la figure en moins.

Jade était douée pour mentir, elle aurait pu facilement trouver une excuse valable si Melena ne l’avait pas devancé, mais de toutes manières la suite lui annonça que c’était de toute façon peine perdue. Ce n’était pas pour rien que le visage de l’ homme qui parlait lui disait quelque chose : c’était celui qu’elles venaient juste de croiser au dehors malheureusement.

- Nous reconnaitre ? Dans le noir ? Excuse moi mais ça pourrait correspondre à n’importe qui…

Le travailleur l’interrompit sans porter attention à ses paroles en demandant laquelle des deux avait le pouvoir de devenir un cadavre et à la grande surprise de Jade son amie leva la main. Était-elle devenue folle ?! Elle ne pouvait pas… juste jouer le jeu ? Elles étaient dans une merde noire maintenant ! L’adolescente fit les gros yeux à sa camarade en lui faisant signe de baisser la main mais c’était déjà trop tard, le second homme l’attrapant par son chignon avant de la trainer comme un vulgaire objet.

Inutile de dire que le courage de Jade était loin de l’étouffer et que pour le coup elle pensait sérieusement à se tirer de là discrètement pendant qu’ils s’occupait de l’irlandaise mais bien heureusement pour celle-ci le mode origine de la bonne jumelle se déclencha, et ce juste au moment ou Rufus lui octroyait le même traitement. Sans comprendre ce qui lui passait par la tête, elle tendit la main vers le robinet pour l’ouvrir à fond avant de le diriger vers le visage de son agresseur le jet d’eau pressurisé.

- LÂCHE MOI CONNARD !

Ce n’était pas très douloureux mais la surprise suffisait à faire lâcher prise Rufus, permettant à Jade de reculer pour renouveler l’opération sur le second homme. Melena en profita pour se soustraire à lui et attraper une fourche qu’elle pointa vers eux, l’air farouche. La situation dégénérait et les chances de s’en sortir indemne fondaient comme neige au soleil. Elles n’avaient plus le choix : il faudrait tenter le tout pour le tout, ce soir ou jamais.

Profitant de l’aide de l’irlandaise, Jay se mit à courir vers les portes des box pour les ouvrir toutes grandes, poussant les chevaux à sortir à coup de claques sur les flancs au risque de se prendre un coup de sabot. Les canassons en liberté s’enfuirent dans un concert de hennissements en bousculant tout sur leur passage y comprit Rufus et son acolyte. L’adolescente ne perdit pas de temps et attrapa une fourche à son tour avant d’aider Melena qui avait été envoyée dans la paille à se remettre debout.

- C’est maintenant ou jamais ! On se tire ! On court ! Et surtout on ne se retourne pas !

Elle tira son amie derrière elle alors qu’elle franchissait la porte des écuries que les chevaux avaient gentiment défoncé pour leur facilité la fuite. Pas le temps d’aller chercher les autres, il n’y avait plus qu’à espérer pour eux qu’ils les voient et suivent leur exemple à supposé que leur tentative marche.

Elles courraient, courraient encore et toujours jusqu’à en perdre haleine, le sable de l’arène projeté autour du duo à chaque foulée. Il n’y avait aucune sortie, elles étaient perdues, coincées… ce n’était plus qu’une question de temps avant qu’on ne les retrouve. A peine cette pensée l’avait effleuré que le pied de Jay se prit dans un trou, la faisant chuter face contre terre. Manger du sable était son dernier soucis, avec un peu de chance ça soulagerait même son haleine, mais elle perdait en singerie un temps précieux ce qui était loin de calmer la peur qui la prenait au ventre et qui n'était que trop bien entretenue par les cris au loin dans son dos.

L’adolescente se redressa tant bien que mal et constata non sans surprise que l’objet de sa chute se révèlerait peut-être une bénédiction. Peut-être que Dieu existait au final…

- Une bouche d’égout… Faut faire levier ! C’est notre seule chance de sortie !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melena Autumn
avatar

Thanathophobie & Nécrophobie

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 570
XP : 211

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 1585 rubz

MessageSujet: Re: L'ambition de Bénificcus   Lun 12 Juil - 23:45

Melena pensait bien que leur soirée frivoles s’arrêterait là, mais le hurlement dément de Jade qui arrosa Rufus lui redonna un espoir, tout en glaçant son sang plus qu’il ne l’était déjà. Elle avait l’impression d’être dans un de ces films où les gentils étaient plus ou moins malgré eux pris en chasse par les autorités, mais que plus ça allait, plus les circonstances leur rajoutait des chefs d’accusations de gravité croissante. Et à l’heure actuelle, la necrophobe savait que son amie venait de taper dans les gros lots des délits possibles dans le giron du colisée et qu’elle n’avait plus le choix : il fallait qu’elles s’en sortent et qu’elles le fassent vite ! Sans quoi, toutes les deux seraient certainement condamnées à une peine si écrasante que les conséquences seraient irréversibles.

Quand le gorille qui la tenait pas les cheveux reçu à son tour une bonne giclée du tuyau d’arrosage dans la figure et qu’il se couvrit les yeux par réflexe, l’irlandaise pivota pour envoyer son pied cueillir de plein fouet son service trois pièces. Elle ne l’avait pas mit K.O. mais il eut suffisamment mal pour relâcher son étreinte en laissant s’échapper la jeune fille. Melena se rua sur une fourche non sans manquer de trébucher à cause de son état vaseux, et pointa les quatre pics en acier en direction des deux sextusiens pour leur intimer de ne pas faire le moindre geste brusque. Rufus, le regard flamboyant de rage prenait son inspiration pour sonner l’alerte et pour montrer que ses menaces n’étaient pas une plaisanterie, l’adolescente le frappa au visage avec le plat des dards métalliques. L’homme n’était pas écorché mais, sonné, il s’écroula au sol, laissant échapper sa torche qui roula trop proche d’un tas de paille sèche qui s’embrasait petit à petit. Le premier cheval bouscula la necrophobe en l’envoyant valser comme si elle n’avait été qu’une plume, le second piétina copieusement Rufus suivit de près par un troisième qui jeta son acolyte au sol. Horrifiée, Melena ne fut tirée de sa paralysie que lorsque Jade la prit par la main en lui criant des instructions plus que sensées. Mais dans sa tête, ce qui venait de se produire tournoyait, ravivant plus encore sa nausée, nourrissant sa migraine… elles avaient probablement causé la mort d’au moins un membre du personnel ! Bénificcus les tuerait s’il leur mettait le grappin dessus, c’était certain.

Les deux jeunes files filaient et dans leur dos, les écuries s’embrasaient de plus en plus, allumant dans le colisée nocturne une forte lueur orangée qui noircissait le ciel clair plein d’étoile. Les canassons couraient dans tous les sens, renversaient les travailleurs, défonçaient des portes, certains même des puissants chevaux de course avaient atteint le banquet et cassaient furieusement tables et chaises, gâchant les mets disposés. La pagaille était totale, nourrie d’une réaction cyclique bien trop difficile à maitriser : les chevaux lâchés étaient responsables de troubles bruyant qui eux-mêmes effrayaient les chevaux qui se montraient alors plus dangereux, etc…

Dans toute cette agitation, personne n’avait perçut le duo d’esclave au beau milieu du sable de l’arène qui venait de découvrir leur carte sortie de prison grâce à une maladresse de Jade. Melena s’empressa de lui obéir tout en s’assurant du coin de l’œil que son amie allait bien, et utilisa le manche de la fourche comme d’un levier pour soulever la lourde plaque métallique. La peur d’être découverte à tout moment la rendait fébrile et les effets de l’alcool bien que grandement dissout dans l’adrénaline n’était pas encore effacés, de sorte qu’il lui fallut de longues secondes de forcing assistée par la psychotique avant que la bouche d’égout ne daigne s’ouvrir pour leur offrir le passage vers la liberté. Ou en tout cas, c’est ce qu’elles espéraient. La necrophobe contempla la gueule noire prête à les dévorer et une évidence lui apparut soudain, si poignante qu’elle ne put retenir un gémissement de désagrément.

- Merde ! Il nous faut une torche, on y verra rien là dedans !

Elle releva la tête et jeta furtivement des regards circulaires. L’incendie de l’écurie et la cavale des chevaux monopolisaient encore toute l’attention mais malgré ça, la torche la plus proche était à ses yeux encore beaucoup trop loin. L’adolescente n’avait pas le choix et perdre du temps en tergiversation ne faisait qu’augmenter le risque qu’elles fassent coincées toutes les deux, et avec le bon petit casier qu’elles venaient de se faire en une nuit, la note serait fichtrement salée. Alors qu’elle prenait son courage à deux mains et qu’elle se mettait à courir pour récupérer leur carte compagnie d’électricité, l’irlandaise se promettait intérieurement de ne plus jamais boire la moindre goutte l’alcool.

Son cœur battait à tout rompre quand elle revint vers Jade, projetant avec le dérapage sensé amortir sa course une bonne quantité de sable dans le trou béant, elle devait être encore plus pâle qu’un linge, ses yeux gris brillants d’angoisse.

- Vite ! On y va !

Elle approcha la flamme de l’ouverture sombre et découvrit une sorte de petite échelle couverte d’une moiteur croupie qui conduisait à un grand conduit en pierre dans lequel stagnait paisiblement quelques centimètres d’une eau brune dont l’odeur ne disait rien qui vaille. Malgré tout, Melena n’était pas à l’heure ou elle pouvait faire la difficile, elle invita Jade à descendre la première, s’engagea à son tour pour lui tendre la torche à bout de bras et rejoignit sa camarade en provoquant du même coup le départ de plusieurs rats énormes qui filèrent observer les deux inconnues d’un peu plus loin. Les petites ballerines qu’elle portait n’étaient pas du tout fait pour patauger dans ce genre de fange, ce qui lui arracha une grimace de profond dégout. Elle n’était jamais descendue dans des égouts du monde réel, mais elle avait bien envie de dire que ceux-ci empestait plus encore, et les ténèbres ambiantes que la lueur des torches perçait tout juste semblaient dissimuler quelques mauvaises surprises.

Elles pouvaient suivre le conduit que dans deux sens opposés, et le choix s’imposait déjà comme une responsabilité qui scellerait leur destin. Après un regard vers le ciel d’où provenait encore distinctement l’agitation extrême qui régnait dans le colisée, Melena prit la main libre de jade pour se plonger dans ses yeux bleus d’un air amical, effrayé et décidé.

- Il faut qu’on s’en aille d’ici. Qu’importe de quel coté pour l’instant, mais plus on reste ici, et plus on a de chance que lorsqu’ils trouveront la bouche d’égout ouverte, on ne soit pas encore à l’extérieur !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jade Martins
Administratrice
avatar

Troubles dissociatifs du comportement

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 1098
XP : 281

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 2877 rubz

MessageSujet: Re: L'ambition de Bénificcus   Mer 14 Juil - 19:09

Les flammes semblaient lécher le ciel pour atteindre la lune, embrassant l’air frais de la nuit pour lui donner des teintes d’apocalypse. L’épaisse fumée noire qui s’élevait des écuries ne faisait qu’amplifier le chaos créé par les chevaux qui galopaient en tous sens pris de panique, écrasant tout sur leur passage. Les pointes de sa fourche glissées dans la fente du pourtour de la plaque d’égout, Jade tentait de faire abstraction des cris et de la tourmente. Ses muscles crispés sous l’effort elle dégoulinait de sueur et avait l’impression qu’elle n’y arriverait jamais mais ses efforts conjugués à ceux de Melena eurent raison de l’obstacle au bout de quelques temps.

Le trou rond donnait sur une obscurité totale qui avala comme un trou noir le sable s’y écoulant paresseusement. Une odeur de pourriture et de sang s’en échappait, prenant littéralement l’adolescente au visage. C’était tellement immonde que ses yeux en pleuraient, et ça ne faisait qu’amplifier son hésitation à entrer là dedans sans lumière. L’irlandaise semblait d’ailleurs la partager et fila chercher une torche sans même la consulter, laissant la bonne jumelle au bord du gouffre à se ronger les sangs.

La silhouette de Melena s’éloigna jusqu’à devenir ridiculement petite. Des gens passaient en courant près d’elle mais ne lui prêtaient heureusement pas d’attention mais si Bennificus venait à passer elle ne ferait pas long feu. Que devait-elle faire alors ? Fuir seule ? Rester pour l’aider ? Les mains crispées sur sa fourche et le visage livide la brunette espérait à ne pas avoir à faire un choix… et son vœux fut exaucé. La gerbe de sable projeté par Mel’ lui fouetta les jambes en lui tirant une grimace de douleur mais elle ne prit pas le temps de se plaindre. De toutes manières elle ne l’avait pas.

- Je… moi d’abord ? Euh… ok…

Malgré le mode origine l’idée de descendre en première dans le trou et sans lumière n’était pas pour rassurer Jay mais elle s’y résolu tout de même après une profonde inspiration. Sa main libre glissait sur les barreaux humides et poisseux mais elle s’appliquait autant que ce pouvait pour arriver en bas de la courte échelle sans se briser un membre ni atterir sur les pics de sa fourche. Une fois les pieds sur le sol elle se pressa le plus possible contre la paroi pour éviter que ses pieds n’entre en contact avec l’eau croupie (si seulement c’était de l’eau) et accueilli la torche avec soulagement.

Un liquide brunâtre avait laissé des marques de coulées depuis la bouche d’égout jusqu’au sol en passant par les parois et Jade ne put réprimer un frisson en se rendant compte que ce n’était autre que du sang coagulé. Celui de dizaines, centaines, milliers de gladiateurs et de monstres qui avaient péri dans l’arène. Elle serrait la torche comme un talisman chassant horreur et obscurité tout en tentant d’ignorer les couinements des rats en fuite lorsque son amie la rejoignit dans le tunnel de pierre. L’espace d’un instant elle aurait juré les entendre rire.

- Oui, n’importe où ira très bien, tant qu’on le fait vite.

Elle pressa la main que Melena lui avait prise, sa fourche reposant en équilibre contre son torse avant de la reprendre après avoir lâché son amie. Le temps pressait et rester à discuter juste sous le trou donnant sur l’extérieur tenait presque du suicide, c’était le moment de se bouger. La brunette se mit donc à courir en tête, la torche dans une main et son arme dans l’autre pour s’éloigner le plus possible. Elle posait de temps en temps le pied dans le liquide putride mais n’y faisait même pas attention, pas plus qu’à l’air gras et nauséabond. Mettre le plus de distance entres elles et ce lieu maudit c’était tout ce qui importait.

Lorsqu’elles eurent parcouru au moins plusieurs kilomètres de galerie elle décida de s’octroyer une pose en prenant appui contre sa fourche. Elle était hors d’haleine, transpirante et la lumière des torches lui donnait l’air d’une revenante échevelée mais elle se sentait libre. Ce n’est qu’alors qu’elle remarqua le comique de la situation avant de pouffer sans réussir à se retenir :

- Des fourches et des torches… on dirait presque que c’est nous les bouseux en pleine chasse à l’homme.

Elle suivit du coin de l’œil un rat qui détalait dans l’obscurité avant de soupirer. Ni elle ni Melena n’avait encore aperçu de sorties, et sans provisions elles allaient peut-être mourir de faim avant d’avoir trouvé la sortie. Elle avait le plan des égouts d’Elipse et c’était bien dommage qu’elle ne puisse pas le troquer contre celui de Sextus car la dernière chose qu’elle voulait était de déboucher en plein commissariat ou pire, dans la tour de la luxure.

La bonne jumelle avait peu à peu recouvert ses forces et était prête à repartir, à un rythme moins soutenu. Après tout elles avaient déjà pris plusieurs intersections et ils auraient déjà du mal à l’heure actuelle pour les retrouver, plus besoin de courir comme si leur vie en dépendait. Elle se remit donc en marche à une vitesse supportable sur le long terme avant d’engager la conversation pour troubler le silence des lieux qui la mettait profondément mal à l’aise.

- A Elipse j’ai longtemps erré dans les égouts aussi. On avait dû s’y réfugier après que deux adolescents nous aient attaqué. Ils… ils avaient des flingues et une chose en entrainant une autre… on les a tué. Ça me paraît toujours horrible mais… si lointain ! Comme si c’était dans une autre vie. J’ai ma photo sur des avis de recherche là-bas, tu crois que ça sera pareil ici ?

[Jade & Melena] >> vers les égouts de Sextus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dr. Parkinson
avatar

Nombre de messages : 337
XP : 230

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 0 rubz

MessageSujet: Re: L'ambition de Bénificcus   Jeu 15 Juil - 12:04

[Jade et Méléna >> en provenance des égouts de Sextus]

L'incendie avait fait l'effet d'un coup de pieds dans une fourmilière. Aussitôt après un nombre incroyable et insoupçonné de personne sortit des multiples pièces et étages pour tenter d'éteindre les flammes. Une grosse voix Rudoya trois jeunes oisifs à l'extérieur : "Hey vous là ! Prenez un sceau bon sang de Tour et venez !"

On les bouscula et les enrôla de force dans cette escouade improvisée de pompier. Oui, Kalyss, Myia et Yoru se reconvertissaient de force, contraint de retourner là d'où ils avaient fuis.

Les vrais pompiers de Sextus avaient vaincu le feu avant qu'il ne se propage aux autres pièces. L'écurie était en cendre, il n'y avait plus de box, et les murs autrefois beige, maintenant noir de suie. Une catastrophe se lamentait Bénificcus. Il faudrait donc aménager un coin pour les chevaux et les ânes en attendant les réparations. Quant aux esclaves qui devaient y dormir, et bien, ils dormiraient à la belle étoile.

Le sang du gros homme ne fit qu'un tour lorsqu'il vit son frangin approcher d'un air furax. Ils se croisaient rarement, puisqu'ils se relayaient l'un s'occupant du Colisée le jour, et l'autre la nuit. Ce n'est pas tellement le Tonton qui le fit déglutir difficilement, mais ce qu'il apportait avec lui : les nouveaux esclaves voyageurs. Les deux géants ne manquèrent pas de se disputer, comme à chaque rencontre en fait.

"J't'avais dis que c'était une mauvaise idée ! Des voyageurs, y'a pas plus incontrôlable, y'a pas plus volatile ! Regarde, la première nuit ! Elles ont foutus le feu bordel !!! C'est pour ça que t'as cramer nos économies !
-Mééé, puurtant c'est une bonne idée ! Tu ne les a pas encore vu dans l'arène. Une fois qu'on aura lancé un spectacle, y'aura trois fois plus d'entrée !
-Mouais ! Et en attendant, y'a plus d'écurie ! T'es trop laxiste, fermer les portes la nuit ça suffit pas, elles sont passés par les égouts. Tu dois les punir ! Moi je dis que si tu veux faire des entrées, tu en fais des trous public.
-D... Des quoi ?
-Des trous public. Tu les fous sur le chemin de l'entrée et moyennant finance, chacun peut venir se soulager avant le spectacle moyennant finance. Un trou public quoi.
-Mouais, mais c'est pas hygiénique, et puis elles sont que deux, ce sera pas rentable. Déjà on va leur faire réparer les écuries. Elles vont frotter les murs jusqu'à ce qu'ils redeviennent blancs.
-C'est trop gentil ça ! Qu'on les lynches en publique ! Ca va être ça ton spectacle, on annonce une grosse punition, les gens aiment ça, les punitions !
-D'accord alors demain à la place du défilé des ânes, exécution en règle. Faut envoyer des gars poser des affiches de suite !

-Mais on peut pas les garder, elles vont..."

Ils furent interrompus par des gars couverts de suie qui bousculaient trois gamins devant eux.

"Regardez qui essayait de se faire la malle ?!
-Mais bordel, ils ont quoi dans le cul ! Je t'ai dit, on peut pas les garder, ça va être le souk tout les soirs ! Vous s'rez tous punis.
-Mééééé, ils ont coûtés assez chers !
-T'étais pas le seul à vouloir les acheter. Doit bien y avoir un crétin supplémentaire prêt à les reprendre au même prix..."

Tandis que le Tonton repartait finir sa "nuit" avant de prendre le service de nuit, Bénificcus entraina la troupe de fuyard dans les écuries. Il leur montra ce qu'était devenu leur chambre. Il ajouta qu'ils auraient pu être des grands dans le monde du Colisée mais qu'ils avaient tout gâchés. Il reconnut à contre-coeur que son frangin avait raison...

En attendant le spectacle de demain, il ordonna aux esclaves d'évacuer les cendres, et de frotter la nuit. Pas de repos pour les criminels.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hypnose.hypeforum.net
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: L'ambition de Bénificcus   

Revenir en haut Aller en bas
 

L'ambition de Bénificcus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hypnose :: Continent Chimérique :: Sextus :: Le Colisée-