AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Profitons du bord de mer !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Selene Nymphadora
avatar

Obsession pour les épouvantails

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 87
XP : 75

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 200 rubz

MessageSujet: Profitons du bord de mer !   Dim 25 Juil - 17:45

Jonh proposa faiblement l’entraide alors que Liam prenait les devants en tenant sa protégée par la main. A vrai dire, Selene ne savait quel camp rejoindre… celui de la compagnie ou de la solitude ? Après ce qu’elle avait vécu, aucun de ses compagnons ne lui inspirait la moindre confiance. Dans le fond, pas même Ella ou Lys, et l’impression brûlante d’être cernée par une bande de serpents qui n’attendaient que le bon moment pour l’empoisonner une nouvelle fois la faisait frissonner. Elle appréhendait l’extérieur autant que l’intérieur de la tour finalement, et l’idée que tout cela ne soit qu’un piège, une vaste blague montée par Asmodée dans le but de les humilier encore plus l’angoissait à tel point que la lumière chaude du jour qui l’aveugla d’abord était à peine un réconfort.

A l’extérieur, elle suivait la marche les yeux baissés, machinalement. Sa pudeur avait été tellement bafouée qu’être nue représentait désormais si peu de chose… seul le fait d’être couverte d’immondices qui devaient à l’instant même faire proliférer dans ses plaies une foule de bactéries nocives l’inquiétait. La longue marche plombait ses jambes d’adolescentes déjà plus faibles que de raison et plusieurs fois, elle manquait de s’effondrer pour se retenir de justesse à un tronc d’arbre ou de simplement se relever en vitesse, refusant que quiconque ne lui apporte de l’aide. Elle se souvenait des moindres détails de son séjour dans les appartements de la vampiresse, et ce tourbillon de volupté qui l’avait englouti, au-delà de tout le plaisir qu’elle avait ressenti sur l’instant, avait balayé ses espoirs et ses rêves de jeune vierge. Il ne lui venait pas encore à l’esprit que dans le monde réel, son corps paisiblement endormi chez Parkinson n’avait subit aucune sévices, mais son psyché était si choqué qu’elle n’était pas sûre de savoir surmonter ce traumatisme avant un long moment.

Parvenue à la mer, la toquée resta un moment figée devant ce spectacle enchanteur en comparaison à tout ce qu’elle avait connu. L’eau était claire, scintillante sous le soleil sextusien qui chauffait abondamment sa peau crasseuse et nue, le sable appelait à se prélasser des heures durant ; suivant l’exemple du taulard, Selene s’élança vers la mer pour y plonger avec allégresse. Elle avait tout simplement l’impression de revivre ; le contact frais de l’eau salé sur son corps frappé par les rayons diurnes détendit ses muscles endoloris et nerveux, dissipait l’impression de chaleur malsaine étouffante qui avait régné dans la tour pour imprégner son corps. L’adolescente avait l’impression que tout son être était purifié, balayant les manifestations physiques de ce qu’elle avait enduré, comme les souvenirs qui la hantaient cruellement.

Une fois convenablement lavée, elle entreprit de nager vers le large. Juste assez loin pour perdre pied et apercevoir le rivage dans son ensemble. Elle était enfin libre ! C’était la première fois depuis son arrivée à Dreamland qu’elle n’était pas soumise à quelqu’un, ou condamnée à un lot de tâches ingrates, et cette perspective de liberté – dont son éloignement de la plage était une sorte d’allégorie – lui faisait peur tout en la rassurant. Elle s’immergea, histoire de sentir le monde se taire au profit du silence sous-marin. Elle resta ainsi à faire le vide jusqu’à ce que son organisme crie à l’air, et elle refit surface en rejetant sa chevelure rousse dans son dos. Elle s’essuya le visage, ses blessures – notamment celle au bras – la piquaient avec insistance, mais elle n’y prêtait pas attention. En jetant des regards aux alentours, elle aperçut sur la plage, relativement loin du point où ils étaient arrivés, quelques silhouettes dont on ne pouvait à cette distance pas discerner l’activité. Ils pouvaient tout à fait s’agir de simples baigneurs, mais sa tenue plus que minimaliste ajoutée à la crainte de tomber sur des hommes à la botte d’Asmodée lancés à leur rechercher, convinrent Selene de se rapprocher de ses compagnons tout en gardant son corps immergé. Elle laissa s'échapper un petit gémissement timide avant de prendre la parole d’une voix faible.

- Là-bas… plus loin sur la plage, il y a des gens. Je ne sais pas trop ce qu’ils font… mais peut-être qu’on pourrait leur demander de l’aide ?

La jeune fille baissa les yeux sur ses pieds qu’elle apercevait à travers l’eau claire. Depuis les mésaventures de la tour de la luxure, elle ne pouvait se résoudre à soutenir leurs regards.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jonh Matrevis
avatar

Trouble bipolaire IV: dépression sur fond de tempérament hyperthymique

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 307
XP : 134

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 300 rubz

MessageSujet: Re: Profitons du bord de mer !   Dim 25 Juil - 18:19

Magnifique. Ils allaient progresser comme ça. Jonh ne rajouta rien et se contenta de suivre avec peine ses compagnons voyageurs avec l'aide de Lys qui était plus en bonne état que lui.
Enfin le groupe sortit des égouts et purent contempler la tour qui les surplombaient. Rien qu'au souvenir de ce qui s'y était passé, le jeune homme eut envie de retourner dans l'eau sale et d'y rester maison amie la dépressif n'était pas de cet avis et le tirait autant qu'elle pouvait à la suite des autres. C'est donc avec l'impression d'avoir les pieds enfoncés dans du bâton que Jonh s'arrêta devant la mer immense qui s'offrait devant eux.

Lys lui lâcha la main et alla elle aussi se laver dans l'eau salé. Jonh se retrouva tout seul sur la plage , il n'avait pas le cœur à se baigner et il n'avait pas le force de nager non plus. Alors qu'il pensait à poser ses fesses par terre, son regard fut attirer par un tas de feuille qui se faisait voltiger par le vent. Le jeune homme les attrapa et constata que c'était un journal. Il y avait peut être une carte météo et de cette manière là ils pourraient savoir où ils étaient. Jonh tourna les pages de sa trouvaille jusqu'à trouver la page adéquate. Les voyageurs avaient carrément changer de continent. Pour le moment de toute façon il fallait quitter cet endroit et trouver des vêtements. Des gens qui se baladaient tout nus c'était pas franchement discret. Le jeune homme s'approcha de l'eau où se baignait ses compagnons et par la même occasion entendit Sélène qui parlait de personne qui se trouvait aussi sur la plage. Si tout les gens d'ici était mauvais c'était pas le fait de leur demander de l'aide qui allait les aider. Jonh alla poser ses tas de feuilles avec le sac de Liam. Après tout il fouillait pas dedans et alla aussi dans l'eau. Restant là où il avait pied laissant les vagues le nettoyer,essayant d'ignorer les brulures que lui causait le sec sur ses blessures.

- Il faut trouver des vêtements alors...à moins que Liam veuille bien se déplacer...?

Etant le seul, à part Ella , à avoir des vêtements, il était le moins louche. Enfin façon de parler.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liam Baldwin
avatar

Hypersexualité

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 158
XP : 125

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 3080 rubz

MessageSujet: Re: Profitons du bord de mer !   Mer 28 Juil - 16:41

Le corps immergé dans l’eau salée Liam fermait les yeux. Il sentait les horreurs collées à son corps se retirer un peu plus à chaque vague, jusqu’à ce que la dernière couche, celle dû à son aventure interdite avec Ella, s’en aille à son tour. Il en éprouva un soulagement si indicible qu’il se souciait à peine de la brulure du sel sur l’entaille de son coup et les écorchures dues à la descendre dans le toboggan rugueux menant au vide sanitaire. C’était comme si la mer entière s’était décidée à le laver de cette erreur, de son pécher pour le laisser comme neuf. En quelques sortes il se sentait comme pardonné.

Le taulard redevint actif lorsque le couinement aigue de la voix de Selene résonna désagréablement dans ses oreilles. Il arrêta de faire la planche, se remit sur ses pied et entreprit d’enlever ses nouveaux vêtements pour les frotter avec énergie histoire de les débarrasser de l’atroce odeur de déjection qu’ils dégageaient. Ses mains s’agitant pour fouler le tissu, le regard noir du trentenaire tenta de percer le voile opaque que formait l’eau autour du corps de la grande rouquine sans y arriver. Ils lui étaient passés dessus et avaient eu l’occasion de connaître les lieux autant dehors que dedans et elle trouvait encore le moyen d’être pudique ? Mais pour cacher quoi, telle était la question quand on savait que tous ici savaient jusqu’au bonnet de son soutien gorge et la couleur de ses poils pubiens.

Toujours aussi inutilement timide et toujours à ressasser la même rengaine. « Je veux de l’aide », « peut-être pourraient-ils nous aider », « on devrait s’entraider »… elle n’était bonne qu’à geindre et à attendre passivement qu’un chevalier tombe du ciel dans son armure étincelante avec cheval blanc assorti. Peut-être qu’elle serait moins gênée si c’était ce mec qui était venu la troncher. Les adolescentes coincées étaient toutes les même.

Si la galloise avait été seule il l’aurait ignoré sans vergogne mais voila qu’un deuxième pleurnichard se joignait à elle à l’unisson. Liam n’eut même pas besoin de tourner la tête pour savoir qu’il s’agissait de Jonh, ce cher dépressif numéro 1. Alors maintenant il fallait que ce soit lui qui fasse les courses des nudistes ? Non mais franchement est-ce qu’il avait la tête du bon samaritain ? S’ils voulaient de l’aide ou la charité ils cherchaient au mauvais endroit. Qu’ils aillent voir ailleurs si le pape y était.

- Mais bien sûr mon cœur, offre moi ton cul et je te prêterais mes bras, proposa le taulard à Jonh non sans sarcasmes.

Il souleva son t-shirt pour l’observer sous l’éclat du soleil avant de hocher la tête, satisfait. Ca irait très bien comme ça. Il continua ensuite sa corvée de lessive en ôtant à Ella sa chemise pour la frotter à son tour, détournant volontairement les yeux du corps nu de la petite de peur que l’influence d’Asmodée soit encore en lui, le poussant à renouveler son crime.

Les minutes s’écoulèrent en silence comme s’ils attendaient qu’il change d’avis et clame que ce n’était qu’une blague, que bien sûr il allait les aider… sauf que non. Il se contenta de rendre à la petite ses vêtements une fois propre avant de dévisager le duo de nudiste qui avaient eu la bêtise de croire en lui.

- Vous prenez votre courage à deux mains et vous y allez tous seuls. C’est Sextus ici, voir des gens à poil choquera personne, même pas les gosses. Vous n’avez qu’à voler leurs fringues quand ils iront tous dans l’eau, j’vois pas ce qu’il y a de difficile là dedans.

Sur ces mots ils sortit de l’eau, propre et la main refermée sur le poignet d’Ella. Une odeur désagréable flottait encore mais sans savon ils ne pourraient rien faire de plus. Liam récupéra son sac à main qu’il enfila sans honte, après tout celui qui oserait se moquer de lui n’était pas encore né ou alors décidément inconscient, avant de fixer le reste du lot qui se trouvait encore à l’eau.

- Je vous suis. Je ne vais pas rater une occasion de vous voir enfin faire un truc qui demande des couilles, parce que jusque là vous valez pas grand-chose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Selene Nymphadora
avatar

Obsession pour les épouvantails

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 87
XP : 75

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 200 rubz

MessageSujet: Re: Profitons du bord de mer !   Mer 28 Juil - 17:55

Sans lever les yeux, Selene avait sut que Jonh l’avait rejoint dans sa complainte, demandant avec force d’utopie de l’aide à Liam. La déclaration du taulard fit la sursauter, en proie à un accès de souvenirs désagréables, et elle consentit à regarder du coin de l’œil ses compagnons tout en s’enfonçant encore plus sous l’eau – comme pour s’assurer qu’elle était bien cachée. Le trentenaire lavait tranquillement les vêtements qu’il avait volé à un mort et pas une fois il fit mine de bien vouloir leur apporter une aide quelconque. Il ne fit qu’émettre une suggestion qui laissait la toquée figée de surprise devant l’idée, réfléchissant aux conséquences, aux pour et aux contres. Elle n’avait jamais rien dérobé dans le monde réel… bon bien sûr, elle avait quelques fois été entrainée par ses amies dans certaines boutiques d’un centre commercial à proximité de leur lycée, où le challenge était de parvenir à sortir en ayant volé quelque chose. Mais il ne s’agissait que de menus objets, des bijoux en plastiques, parfois un ou deux hauts pour les gros défis… mais rien de plus. Elles risquaient quoi ? Au pire de se faire prendre, contraintes de rendre ce qu’elles avaient pris, et emmenées au poste de police pour un petit avertissement verbale en attendant que leurs parents viennent les récupérer. Dans tous les cas, ce qui en résultait était une bonne rigolade et une montée d’adrénaline comme celles que l’on aime raconter aux potes après coup.
Cependant, s’emparer des vêtements de parfaits inconnus, dans un monde où elle avait été traitée en esclave puis en poupée sexuelle, il n’y avait aucun doute que les risques étaient incommensurablement plus grands. On risquait de la rattraper, de la soumettre à quelqu’un d’autre ? De la violer en guise de punition ? Peut-être même de la condamner à une douloureuse sentence physique…

Mais malgré cela, le fait de rester nue demeurait la plus humiliante et la pire des sanctions après ce qu’elle avait vécu. Il suffisait d’être discrète n’est-ce pas ? La première étape et la première épreuve était de sortir de l’eau. Désormais qu’elle s’était dissimulée aux yeux de ses acolytes, elle ne tenait pas à s’exposer de nouveau, la crainte que les pouvoirs d’Asmodée n’agissent encore avec la distance… et tout particulièrement quand Liam se proposa pour l’accompagner. Elle croisa son regard sombre pour la première fois depuis un très long moment, ce qui eut pour effet d’amplifier l’angoisse qui l’étreignait de plus en plus.

Bloquée en immersion jusqu’au menton depuis plusieurs instants, cherchant à apaiser le stress qui grimpait à l’idée de devenir une voleuse, elle sentit un bout de tissu lui caresser le dos quand un fourmillement étrange lui descendait le long des bras. En apercevant le voile bleu mouillée de sa chemise d’épouvantail qui flottait, son premier réflexe fut de pousser un cri qui la fit bondir sur ses pieds. Au moins, le tissu assez long pour venir cacher son intimité en moulant ses hanches et le haut de ses cuisses remédiait à sa nudité ; mais la surprise résidait en ses bras qui, bien que formés de branches – la privant ainsi de mains opérationnelles – étaient restés mobiles au niveau des coudes et des épaules, ce qui était tout de même bien plus confortable que sa position forcée. Cette forme aux allures handicapantes lui apporta inexplicablement un courage nouveau, et sans perdre de temps à s’expliquer le pourquoi du comment de l’évolution de sa capacité spéciale, ni même sans dire un mot, elle se mit souplement en marche vers la plage, soulagée de ne plus offrir une vue imprenable sur son postérieur d’adolescente.

Elle avait encore du mal à se faire à la sensation d’avoir deux branches en guise de bras, mais elle sentait avec elle la présence de son ami l’épouvantail, ce qui la rassurait dans sa mission interdite. Sans vérifier si elle était suivit par le taulard qui se disait ravi d’assister à un spectacle gratuit, elle gagna une ligne de hautes herbes et d’arbres tropicaux, en arrière de la plage, pour se déplacer le plus à l’abri des regards possibles. Il lui fallut plusieurs minutes de marches pour atteindre l’endroit désiré, se figeant chaque fois qu’une brindille craquait ou qu’un oiseau s’envolait à son approche. De la sueur perlait sur son visage, autant par la tension que par la chaleur, et depuis qu’elle s’était griffé le front en tentant machinalement de s’essuyer du dos de la main, elle ne faisait plus que s’éponger avec précaution à l’aide d’une de ses manches.

Parvenue à quelques mètres du camp établi par des baigneurs passagers, elle aperçut une robe de toile blanche à demi mouillée sécher paresseusement accrochée à un arbre, à l’ombre duquel était installée une grande natte avec plusieurs affaires jetées pêle-mêles aux cotés d’une femme somnolente occupée à bronzer poitrine à l’air. On apercevait trois de ses amis dans l’eau qui s’amusaient avec une balle sans se préoccuper de ce qui se passait sur la plage. Tout le challenge serait donc de réussir à attraper la robe suspendue et de s’en aller en catimini… pour Jonh et Lys, c’était difficile à dire, d’autant plus pour Selene, mais elle ne prendrait pas le risque d’approcher la créature endormie pour chiper des trucs juste à coté d’elle.

La jeune fille s’avança donc jusqu’à épouser le tronc. La paille de son torse fit un léger bruit auquel elle ne s’attendait pas ce qui la figea, tremblante d’anxiété. Mais rien ne bougea, et elle put étendre un bras vers le tissu blanc. Après un long moment d’effort, jetant des regards réguliers à la mer des fois que l’un des baigneurs ne se décide à venir lui aussi se dorer la pilule, elle finit par accrocher la robe sur l’une de ses branches et l’attira vers elle avant de s’adosser à l’arbre avec un soupir de soulagement. Elle entreprit de s’éloigner alors, aussi discrètement qu’à l’aller, mais bien plus vite. Le blanc risquait d’être légèrement transparent mais au moins, elle ne serait pas nue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jonh Matrevis
avatar

Trouble bipolaire IV: dépression sur fond de tempérament hyperthymique

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 307
XP : 134

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 300 rubz

MessageSujet: Re: Profitons du bord de mer !   Mer 28 Juil - 20:20

A force de fréquenter Liam, Jonh ne répondait même plus à ses réponses cinglantes et n'espérait même plus qu'il aide. Au final ça en devenait désespérant cette façon qu'il avait de tout tourner au cul même si le taulard avait de bonne raison d'être devenue comme ça. Mais de là à leur proposer de voler des vêtements aux autres baigneurs c'était surréalistes. D'accord c'était pas difficile mais le jeune homme avait une conscience par rapport à d'autres...Rien à voir avec le fait d'avoir des couilles ou non.

Il regarda Selena marcher en direction de la plage en mode épouvantail. Soit il était pas né dans la bonne tranche de génération soit c'était le seul à avoir un sentiment de culpabilité. Voler c'est mal.

* Tu t'en fous ce monde n'existe pas *

Lui souffla sa conscience. C'est vrai qu'en pensant comme ça, Dreamland n'existait pas à proprement parler mais était juste le fruit d'un envoi de leur esprit dans une autre dimension. Et puis qu'est ce qu'était un vol par rapport à de l'esclavage et des abus sexuels ? Jonh sortit donc de l'eau à son tour suivant les pas de la jeune rouquine à travers la flore en essayant de faire le moins de bruit possible. Ils arrivèrent à l'endroit où les jeunes gens avaient établis leur territoire de jeu.Trois s'amusait dans l'eau tandis qu'une femme faisait le lézard à côté des vêtements. Seule une robe était exclue du lot. Ce que Sélène s'empressa d'atteindre comme but. Bon...comment allait il faire... Le jeune homme essuya du revers de sa main la sueur qui coulait de son front à cause de cette chaleur et peut être un peu de fièvre dût à ses blessures.

Jonh regarda la femme allongé qui semblait somnoler et les trois dans l'eau était absorbé par leur jeu. Il fallait faire ça vite en fin de compte. Le jeune homme inspira comme pour se donner du courage et posa un pied sur le sable. Heureusement que c'était pas une plage de galets. Autant silencieusement et prudemment qu'il le pouvait, Jonh marcha jusqu'au tas de vêtement gardant un oeil sur leurs propriétaire. La femme avait choisit l'ombre ce qui était un bon point puisque elle ne serait pas attiré par ça. Discrètement le jeune homme attrapa un short et une chemise, horrible mais bon ainsi que pour Lys. Il se redressa et fila vers sa cachette en arrière. Il arriva juste à temps à se cacher avant qu'un cri s'élève sur la plage par la sextusienne ( ou autre) avant de s'exclamer " au voleur ! au voleur ! ".Bon bah tant pis pour la fin de l'histoire. Jonh attrapa Lys et fila sur les traces de Sélène en courant . Il retiendrait Liam et ses idées à la noix.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liam Baldwin
avatar

Hypersexualité

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 158
XP : 125

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 3080 rubz

MessageSujet: Re: Profitons du bord de mer !   Jeu 29 Juil - 16:24

Pendant un long moment Liam cru qu’ils allaient tout bonnement se défiler. Parce qu’ils seraient honnêtes en disant avoir peur des risques, ou en étant lâches et en se rabattant sur des principes de midinette idéaliste comme « voler c’est MAL ». Le taulard ne le saurait jamais mais c’est-ce que Selene et Jonh faillirent faire avant de se résoudre à aller dépouiller les pauvres baigneurs inconscients. Il emboita le pas à la grande rouquine, laissant Ella avec William pour être sûr qu’elle n’ait pas de problèmes si jamais ils se faisaient avoir, bien vite suivit par le dépressif numéro 1. Depuis sa position il aurait dû pouvoir dévorer du regard le corps nu de l’adolescente mais elle avait revêtu son apparence d’épouvantail, ne lui laissant à se mettre sous la dent que la vision de ses cannes de serin.

Leurs troupe se rapprocha en silence de la femme endormie, dont les seins nus provoquèrent une réaction bien connue chez Liam et appelée communément « le piquet ». Ses yeux ne prêtait dès lors plus attention à la peau blanche de la toquée, préférant admirer la courbe ronde des formes généreuse de la sextusienne. Le spectacle de l’épouvantail voleur de linge était pourtant comique, mais on connaissait bien les priorités du tueur, n’est-ce pas ?

Il laissa donc la rousse filer à l’anglaise son butin dans les bras, vite suivi par Jonh qui en bon gentleman avait prit de quoi vêtir aussi sa chère et tendre moitié. Si c’était pas mignon…

Puis il y eut les cris. Brefs et au nombre de trois il n’y en eut pas un de plus. La lame du couteau papillon de Liam contre la gorge de la femme savait être persuasive à n’en pas douter. Le taulard s’était dissimulé dans l’ombre d’un arbre et depuis la plage les amis de la pauvre bronzeuse ne voyait que celle-ci droite comme un piquet adossée au tronc. La distance et l’ombre de la végétation faisaient leur travail et pour le compléter Liam murmura à sa prisonnier, son souffle contre son cou :

- Chuuuut… dis leur que tout va bien, que c’était juste un cauchemar…

- Je… C’est rien ! Un mauvais rêve ! Juste un mauvais rêve ! S’égosilla la donzelle avec un manque de naturel flagrant qui suffit malgré tout à rassurer ses compagnons qui restèrent dans l’eau.

Plus son envie grandissait plus la bosse dans son jean durcissait et plus… plus son bras entier gonflait ?! Une chance qu’il ne porte pas de chemise car celle-ci aurait sans aucun doute craqué maintenant que son membre avait littéralement doublé de volume. Il se sentait comme à chaque fois plus apaisé mais les tremblements nerveux de sa proie ne faisait que le pousser à l’acte. Liam força donc la femme à reculer sous le couvert des arbres alors que le visage de celle-ci commençait à se couvrir de larmes pour le plus grand bonheur du violeur.

Ils étaient sortis de la tour brisés moralement et elle… elle bronzait ? Ce n’était que justice qu’elle connaisse l’horreur à son tour non ? Elle qui comme les autres habitants de cette ville les avaient laisser entrer dans l’édifice gardé par Asmodée en sachant bien ce qui allait se passer. Ceux qui n’avait pas de pitié ne méritait pas d’en provoquer. Sous la colère et le désir sa main difforme resserra sa poigne sur l’avant bras de la sextusienne qui pâlit aussitôt. Le bougre n’avait pas mesuré sa force qui grandissait encore et toujours depuis son arrivée, cassant comme une brindille les os de la demoiselle. Elle avait pâlît d’un coup alors qu’un gémissement s’échappait de ses lèvres, ne faisant qu’alimenter le feu au sein des entrailles de Liam qui passa sa langue sur ses lèvres.

Il la voulait, il allait la prendre là, juste l’histoire de quelques minutes. Les autres pouvaient bien attendre non ? Non, à vrai dire et il le comprit bien lorsqu’il croisa le regard de Selene et Jonh qui s’étaient arrêtés dans leur course après que les cris eurent cessés. Il y lissait de l’horreur, de la colère, du mépris… mais ils ne bougeaient pas pour autant ! Les gens pleins de principes étaient toujours comme ça : moralisateurs mais faibles et hypocrites.

La colère lui ôtait presque l’envie qu’il avait ressentit pour la belle effrayée, il lâcha alors un borborygme avant de lui trancher la gorge net et de la laisser retomber au sol comme un mannequin désarticuler pour rejoindre le duo de faux super héros. Au fil des pas il retrouvait son apparence normale et à hauteur des voleurs de vêtements il rétorqua en réponse à leurs regards :

- Et bien je vous ai sauvé les miches, ne me dites pas merci surtout.

Il agrémenta sa remarque d’un abominable sourire en coin avant de ranger la lame rougie dans sa poche pour rejoindre sa fille qui n’avait heureusement pas pu assister à la scène.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Selene Nymphadora
avatar

Obsession pour les épouvantails

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 87
XP : 75

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 200 rubz

MessageSujet: Re: Profitons du bord de mer !   Jeu 29 Juil - 18:08

Selene qui avait déjà réussit à prendre plusieurs mètres d’avance entendit retentir dans son dos le fatidique « au voleur ! » qui laissait entendre que non seulement Jonh n’avait pas réussit à égaler son modèle de discrétion, mais qu’en plus ils risquaient d’avoir à leurs trousses toutes la bande de baigneurs qui, si l’on excluait les deux jeunes filles affaiblies et la petite Ella, étaient en supériorité numérique devant le groupe de voyageurs. La toquée s’apprêtait à prendre ses jambes à son coup, préférant assumer son geste jusqu’au bout plutôt que de faire marche arrière et de se rendre aux sextusiens, mais voilà que Liam s’en prenait à la jeune femme qui s’était réveillée de sa bronzette. Impuissante, la galloise tremblait, ses branches rabattues devant ses lèvres sans qu’elle ne remarque que ça n’était toujours pas ses véritables mains ; et quand vint le moment sanglant du meurtre, elle pâlit plus encore et dû se mordre la lèvre pour ne pas pousser un hurlement.

Cet homme… était horrible. Elle le voyait revenir vers elle fier comme un coq en pâte, comme si il venait de faire la bonne action la plus évidente du monde. Il l’avait violé, il avait tué une innocente sous ses yeux, et malgré que son cerveau lui ordonnait de fuir le plus loin possible de cet individu, ses jambes flageolantes n’obéissaient pas.
Et puis, pour aller où ?

Le teint cadavérique, écœurée, une boule vide au creux du ventre qui lui laissait l’impression d’avoir été vidée de sa substance, Selene suivait machinalement le criminel jusqu’à la portion de plage où ils avaient laissé leurs autres compagnons. Guettant d’une oreille un cri, ou le moindre bruit qui manifesterait que le corps de la morte aurait été découvert, l’adolescente s’éclipsa derrière un arbre pour s’adosser à son tronc. Le visage couvert de sueur dressé vers le soleil, elle reprenait son souffle, cherchant désespérément une issue à toute cette mascarade. Jamais elle n’avait eut à faire face à une situation de ce genre dans le monde réel, elle n’avait aucune expérience de la survie en milieu hostile, et elle se sentait bien trop faible pour essayer de s’imposer par la force. Elle aurait simplement voulut pouvoir trouver un endroit tranquille, loin des ennuis, et attendre sagement que Parkinson mette fin à ce cauchemar en fabriquant des tas et des tas d’épouvantails de toute sorte.

Quand elle se sentit un peu plus calme, son corps reprit son apparence normale et elle s’empressa d’enfiler sa robe avant que quiconque ne l’aperçoive. Elle dû faire un nœud aux bretelles pour l’ajuster à sa taille et, comme elle le redoutait, le tissu était plus ou moins transparent, mais ça suffirait pour le moment. Ses bras nus laissaient clairement voir les cicatrices qui vrillaient sa peau pâle ainsi que la blessure qu’elle s’était infligée dans la tour de la luxure. Ses cheveux roux déjà à moitié secs, adoptaient peu à peu des agrégats secs à cause du sel et elle dû se les attacher en chignon pour éviter qu’ils ne lui chatouillent désagréablement la nuque.

Désormais, il fallait qu’ils s’en aillent. Cela défierait tout logique de rester dans les parages quand on savait qu’une bande de sextusiens risquaient d’une minute à l’autre de découvrir le cadavre de leur amie, et que les coupables n’étaient qu’à quelques encablures sur la même plage. Prenant son courage à deux mains, savourant discrètement le plaisir d’être habillée d’une manière bien plus descente qu’elle ne l’avait été chez Asmodée, Selene s’extirpa de sa cachette pour revenir vers ses compagnons. Elle les regarda un à un dans le silence, s’efforça de garder une expression impassible quand vint le tour de Liam, puis elle ouvrit enfin la bouche :

- Il faut qu’on parte. Ils vont découvrir la… la fille d’un moment à l’autre !

Elle marqua une pause pour faire cesser les tremblements de sa voix. Elle n’aimait pas attirer l’attention sur elle, encore moins au sein de ce groupe qui l’avait aperçut dans son plus simple appareil… certains ayant même profité de son corps avec la même passion illusoire que celle que l’on dédie aux catins. Mais pourtant, elle avait peur de se faire prendre de nouveau, et cela lui donnerait presque des ailes.

- On finira bien par trouver une agglomération, ou d’autres voyageurs, qu’importe… mais on ne peut pas rester ici.

Et pour illustrer sa tirade, après un instant d’hésitations, ses yeux humides de larmes qui venaient rivés sur le sol, Selene fit demi-tour et commença à s’éloigner de ses compagnons.


Dernière édition par Selene Nymphadora le Jeu 29 Juil - 19:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jonh Matrevis
avatar

Trouble bipolaire IV: dépression sur fond de tempérament hyperthymique

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 307
XP : 134

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 300 rubz

MessageSujet: Re: Profitons du bord de mer !   Jeu 29 Juil - 19:15

Jonh s'était arrêté lorsqu'il n'entendit plus aucun cri. A vrai dire le jeune homme avait bien peur de comprendre pourquoi. Même en ayant pas passer sa vie avec Liam, il connaissait à bien le connaitre. Jonh se retourna et vit l'ex-taulard tenir la jeune femme avant de tout simplement l'égorger. Ce geste lui rappela le meurtre de la petite fille par le même assassin dans la gare.Ce type le dégoutait vraiment, pas pour son passé mais pour ses actes qui aux yeux du dépressif n'arrangeait en rien son problème et c'est ça qui l'énervait le plus en prime que le plus vieux d'entre eux en était fier.

- Ouais merci

Dit-il d'un air détaché avant de rejoindre la plage comme ses compagnons. Bien sur ça le révulsait lui aussi d'avoir assister à un assassinat mais qu'aurait il pu faire hein ? C'était soit elle soit eux après tout. Une pensée égoïste certes mais bon...Jonh enfila les vêtements emprunté aux hommes après avoir donné ceux pour Lys. Le short était un peu grand mais il tombait pas de ses fesses et la chemise était un peu juste mais il devrait faire avec. Au moins il n'était pas tout nu et protégerait ses blessures qui le piquait un peu à cause du sel.

Il était du même avis que Sélène, ce n'était pas bon de rester ici , il faudrait à peine cinq minutes pour que les trois jeunes découvrent le corps de leur amie. Jonh jeta un regard à Liam avec un petit sourire indéfinissable. Peut être était ce de la reconnaissance , après tout le taulard leur avait sauvé la mise, certes d'une manière assez brute mais bon ou bien parce que malgré leur caractère différent les deux hommes ne pouvait pas tourner la page à un événement de leur vie ce qui permettait de comprendre un peu le tueur? Enfin bref, Jonh suivit la jeune rouquine qui venait de partir accompagné de son amie dépressif qui s'était habillé. Où iraient ils ? C'était une très bonne question. En ayant regarder la carte , le dépressif n'avait pas vu de grandes villes aux alenteours de Sextus. Peut être y avait il des villages ou autres petites communes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ella MacDubh
avatar

Pyrophobe

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 125
XP : 60

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 310 rubz

MessageSujet: Re: Profitons du bord de mer !   Ven 30 Juil - 14:53

Amorphe, la fillette avait suivi le groupe sans mot dire depuis leur réveil difficile. Elle s’était laissée faire sans problème lorsque son père lui avait mis les vêtements d’un mort, avait sagement gardé sa main et suivi sans s’opposer à quoi que ce soit. Mais ce qui maintenant clos la bouche de la gamine, c’était pas l’odeur immonde qui les entourait, ni la vision d’un mort. Non. Ce qui avait fait taire la fillette depuis si longtemps, c’est la pensée de son père se tranchant la gorge.

Elle avait beau essayer de penser à autre chose, la petite était amère. Il s’était fait du mal volontairement et de ce fait, lui en avait fait aussi. Elle ne comprenait pas. Le réflexe avait été immédiat. Sang : bobo : enlever. Son pouvoir s’était alors déclenché, bien qu’inconnu d’Ella. Ça avait fait tout chaud dans la main, et surpris son père, le temps que le couteau soit éjecté. Et ça, c’était toujours ça de gagné. Il avait voulu l’abandonner, encore.

Alors qu’un homme étrange vienne la mordre pour lui sucer le sang, la fillette n’en avait eu cure. De toute façon elle en était pas morte puisqu’elle s’était réveillée dans la merde, au sens propre comme au figuré d’ailleurs. Depuis ça, elle suivait son père comme son ombre, le regard le plus souvent fixé sur un point invisible. Les vêtements, les cris, elle s’en fichait. Son père avait suivi les deux autres, la laissant avec William. Décidément.. Ella s’assit près de l’écrivain, pensive.

Les autres revinrent quelques minutes plus tard, Selene visiblement effrayée et bien motivée à partir d’ici. Ils allaient découvrir « la fille » ? … Quelle fille ? Ella fronça les sourcils, et fit quelques pas en direction de l’endroit d’où ils venaient. La seule fille qu’elle pouvait apercevoir était allongée sur le sable. La fillette haussa les épaules et se replaça près de son père. Elle dormait, et alors ? Elle avait le droit non ? Si on avait même plus le droit de se reposer sur la plage..

Franchement.. Les adultes faisaient vraiment tout un tas d’histoires de rien du tout. Secouant la tête, la fillette se rendit compte que Miss Épouvantail 2010 avait déjà mis les voiles et que Mister Météo et la muette la suivaient. Ella leva les yeux vers son violeur préféré, l’interrogeant du regard. Est-ce qu’ils devaient aussi les suivre ? Est-ce qu’ils partaient ailleurs, tous les deux ? Est-ce qu'il comptait l'abandonner à William et partir avec eux, encore ? Reposant les yeux sur les petit groupe, la fillette nota un détail d’une affligeante banalité mais qui l’amusa tout de même un peu. Comme quoi, on fait avec c'qu'on a.. Trois filles, trois rousses. Elles auraient presque pu être sœurs.. Presque.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liam Baldwin
avatar

Hypersexualité

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 158
XP : 125

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 3080 rubz

MessageSujet: Re: Profitons du bord de mer !   Lun 2 Aoû - 23:30

Comme il s’y attendait Selene ne releva pas la plaisanterie de mauvais goût, préférant pâlir et trembler comme une feuille, à croire que c’était un sport national là d’où elle venait. Jonh de son côté lui apporta plus de satisfaction… car ne venait-il pas de le remercier ? On sentait que ce n’était pas totalement sincère mais bon dieu quelle évolution ! Dire qu’il y avait quelques semaines il avait failli le carboniser à coup d’éclairs parce qu’il avait tué cette gamine et maintenant il ne montrait qu’une légère désapprobation qu’il n’exprimait même pas oralement. On pourrait peut-être faire quelque chose de ce garçon…

Tout en marchant vers le reste de leur groupe il détourna son regard des deux voleurs de vêtements pour jeter un œil à l’état de son t-shirt. Celui-ci était vierge de tâches de sang étant donné qu’il s’était tenu dans le dos de la malheureuse mais son jean comportait quelques tâches brunes plus que louches qui n’étaient pas toutes dues au lieu où avait été trouvé le pantalon. Sa main droite aussi était couverte d’un sang épais qui commençait à sécher, mais dans la globalité le taulard était plutôt satisfait. Au moins il ne rejoindrait pas Ella avec un look proche de Carie après le bal.

D’ailleurs en parlant de la petite rouquine, son mutisme le frappa lorsqu’il la rejoignit, tout comme son regard vide et… en colère ? Liam n’était pas sûr de ce qu’il y lisait mais une chose était sûre, ça ne lui plaisait pas. Peut-être avait-elle compris combien ce qu’il avait fait était mal et qu’elle lui en voulait. Quoi d’autre sinon ? L’esprit du trentenaire ne pouvait imaginer une autre explication, après tout comment concevoir qu’elle soit heureuse de ce qui c’était passé mais que c’était la violente conclusion à coup de couteau qui l’avait choqué ? Impossible, inconcevable… c’était le sexe, forcément le sexe.

Le violeur tendit la main pour saisir celle de sa fille mais la voix fluette de la toquée lui fit interrompre son geste. Partir ? Oui, il le fallait mais pas à cause de trois blaireaux qui prenaient encore leur bain de mer sans savoir qu’un cadavre les attendait sur le sable. C’était Asmodée leur problème. Elle était encore trop près, trop dangereuse, trop menaçante pour leur petit groupe. Et voilà qu’à peine eut-elle fini de parler que la femme épouvantail tirait sa révérence, bien vite suivie par les deux dépressifs et leur nuage de mauvaise humeur.

Liam avait entraperçu le sourire de Jonh à son égard qui ne faisait que le conforter dans son idée de la dépravation croissante du jeune homme mais il ne s’y attarda pas, trop inquiet du comporte de sa fille adoptive. Elle lui jetait un regard interrogatif, comme pour connaître la suite du programme mais il sentait que quelque chose n’allait pas. Il aurait voulu la prendre dans ses bras et lui demander ce qui clochait, si c’était parce qu’il lui avait fait du mal… mais il n’avait pas le temps pour ça.

- Viens ma puce, il ne faut pas rester ici. On pourrait nous trouver et nous ramener dans la tour.

Il souleva l’enfant dans ses bras et emboîta le pas aux autres, un William toujours en tenue d’Adam sur les talons. Celui-ci arracha sur le chemin une poignée de feuille de cocotiers pour tenter de masquer un peu son intimité mais il fallait avouer que le résultat était peu probant. Enfin c’était toujours mieux que de se balader à poil en attendant que la police des mœurs lui tombe dessus.

Leur petit groupe marcha longtemps et en silence une fois n’est pas coutume, jusqu’à ce que le bleu azur des eaux ne soit plus visible dans leur dos, jusqu’à ce que le cri des mouettes se fasse lointain. Leurs pieds étaient tous nus à l’exception de Liam qui portait ceux du mort, et leur plante des pieds commençait à souffrir des assauts des cailloux traîtres cachés sous l’herbe des plaines qu’ils parcourraient désormais depuis des kilomètres et des kilomètres. Ça devait bien faire des heures qu'ils traçaient tout droit sous le soleil brulant. La douleur et la fatigue se lisait sur les visage et cela donnait du courage et une satisfaction perverse à Liam qui se mit à siffloter avec entrain avant de jeter un bref regard inquiet à Ella pour voir si elle était toujours froide et distante. Et elle l’était, la bougresse.

- Mon cœur, tu m’en veux à cause de… hey !

D’un geste de la main le taulard fit signe à toute la troupe de s’arrêter avant de désigner 4 silhouettes au loin qui… tournaient en rond ? On aurait dit que l’un des hommes en poursuivait un autre et après un coup vil de la part de la seule fille ils se mirent tous à courir dans leur direction. De leur côté ils s’étaient baissé pour être masqués par les herbes hautes et le trentenaire ne se releva que quand les inconnus furent assez proches pour qu’ils… deviennent connus. Kalyss avec qui il avait offert un flingue, Yoru et Myia entraperçus sur le SM et l’Asmodée et… un autre dont le visage ne lui disait rien.

Ils avaient l’air en conflit mais ce n’était pas le genre de chose qui l’arrêtait. Il aimait ça, il s’en nourrissait… sans parler du fait que plus de monde signifiait aussi plus de choix sur sa carte. Qui pourrait-il bien manger ce soir ?

- Et bien, de vieille connaissances… la politesse nous pousse au moins à aller leur dire bonjour !

Il adressa à ses compagnons un sourire à vous filer des frissons avant de se diriger d’un pas vif et alerte vers le quatuor bruyant, la petite rouquine toujours dans ses bras.

>> direction la plaine aux collines
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Profitons du bord de mer !   

Revenir en haut Aller en bas
 

Profitons du bord de mer !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hypnose :: Continent Chimérique :: Sextus-