AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 En route vers Techyo !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Melena Autumn
avatar

Thanathophobie & Nécrophobie

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 570
XP : 211

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 1585 rubz

MessageSujet: En route vers Techyo !   Mar 27 Juil - 2:38

Jade eut l’air soudainement absorbée par quelque chose dont elle seule connaissait l’origine et la nécrophobe comprit bien vite qu’il devait s’agir de la voix de son double. A l’idée de partir à sa recherche, un petit frisson parcourut l’échine de Melena. Elle se souvenait du regard brûlant de haine que lui avait jeté Elie lorsqu’elle était passée devant sa cellule, et sans savoir réellement pourquoi, il l’avait effrayé. Il n’y avait, semblait-il, aucune raison qu’une fille de son âge plus petite d’une demi-tête l’angoisse alors qu’elle avait affronté des criminels armés nue dans une arène… mais pourtant, le souvenir de la colère pure de la mauvaise jumelle qui lui avait été jeté au visage comme une promesse d’en découdre l’inquiétait plus encore. Pourtant, quand la psychotique lui prit la main, l’irlandaise ne résista et se laissa entrainer vers le haut de la colline. Dans leur dos, Myia et Kalyss leur souhaitait bonne chance, et cette démonstration de soutien amical malgré son comportement qui avait principalement été – disons le – abject avec chacun d’eux lui plomba le cœur l’espace d’un instant. L’adolescence fit brièvement volte face pour leur adresser un sourire pâle teinté d’une mélancolie involontaire, avant de disparaître avec Jade sur l’autre flanc de la colline.
Melena était sans doute un paradoxe ambulant. Elle était pratiquement incapable de se nouer d’amitié avec quelqu’un tant ses préjugés misanthropiques influençaient son jugement. Elle avait conscience de se fermer elle-même les portes de la sociabilité ; mais alors, qu’on lui témoigne un intérêt désintéressé, même léger, la touchait inexplicablement.

La course chassait bien vite ces parasites nostalgiques pour la laisser se concentrer sur l’essentiel : elle était toujours avec Jade, et cette simple idée lui réchauffait le cœur. Après tout, elle était sa seule amie à Dreamland, et peut-être bien la première personne de sa vie à qui elle pouvait sans crainte accorder ce titre : elle l’aurait suivit où qu’elle aille… ou presque. A ses remerciements, elle esquissa un sourire tout à fait franc tout en rosissant.

- C’est normal, on ne change pas une équipe qui gagne ! Je te remercie de me garder avec toi moi…

Sa cote la faisait intensément souffrir, mais après tout ce qu’elle avait enduré, elle était largement capable de supporter la douleur pour le moment, et sans ralentir le rythme, elle saisit la carte de Dreamland des mains de son amie pour jeter un œil à la route qu’elles allaient avoir à parcourir. Au grand damne de la nécrophobe qui n’était pas encore clairement au courant, bien que la direction que prenait la bonne jumelle fût tout à fait explicite, il fallait se diriger premièrement sur Sextus, avant de traverser une grande forêt qui promettait sans doute à elle seule plusieurs jours de voyage. Tekyo se trouvait beaucoup plus loin, au-delà de plusieurs étapes qui refroidissaient légèrement la détermination de l’irlandaise.

- Waa… tu sais que ça n’est pas tout près ?!

Un dernier coup d’œil en arrière lui apprit que ses anciens compagnons de route n’étaient plus que des petits points pratiquement impossible à distinguer dans le décor des collines abondamment couvertes de hautes herbes et du même coup, Melena réalisait pleinement qu’elle venait de tourner une page de son livre nommé « aventures à Dreamland ». Bien vite, les deux jeunes filles atteignaient la périphérie de la grande cité, et son agitation se faisait déjà entendre dangereusement. L’irlandaise ralentit en arrivant à une bifurcation et héla Jade pour qu’elle fasse de même. La douleur qui brûlait sa poitrine lui donnait la nausée, et il fallait qu’elle tempère l’allure si elle ne voulait pas finir par tourner de l’œil. Son cœur battait à tout rompre, cognant fortement ses cotes, et c’est d’une voix complètement saccadée pour son essoufflement qu’elle dit :

- Il ne... vaut mieux... pas traverser la ville… regarde là,... on dirait qu’il y a une sorte... de boutique de tourisme.

La nécrophobe pointa du doigt la voie qui semblait contourner Sextus et s’approcha tout en s’autorisant une marche plus lente. Ses jambes engourdies tremblaient, signe que même si elle n’avait pas vraiment faim, son corps avait besoin d’un apport d’énergie si elle ne voulait pas tomber d’hypoglycémie en cours de voyage. En pénétrant dans le magasin, elle baissa machinalement la tête pour laisser ses longs cheveux masquer ses traits, quand le couple qui en sortait la scruta passivement.
Il s’agissait en fait d’une boutique qui vendait tout le nécessaire pour les gens qui se préparaient à une randonnée dans les collines et les monts Olympiens. Il y avait des sacs à dos de taille variables, des vivres en tout genre, des trousses de survies, des objets indispensables comme des torches ou des boussoles, et même des couteaux du genre de ceux dont on pouvait avoir besoin pour couper des cordes en alpinisme. Tout en recouvrant son souffle, Melena parcourait les allées, essuyant régulièrement sa sueur qui perlait sur son front par une main griffée, avant de murmurer à l’intention de son amie.

- Bon et bien… étant donné la route qui nous attend… je pense qu’on aura besoin de vivres pour environ deux semaines, d'une trousse de soin, de deux torches, d'au moins un sac à dos… et tu penses que c’est nécessaire de prendre autre chose pour nous défendre au cas où ?

Elle jeta à la psychotique un regard réellement interrogateur. Elle avait du mal à croire qu’elle s’apprêtait à se lancer dans une aventure réellement éprouvante dans un monde qui lui avait jusque là parut hostile ; elle se sentait comme en compagnie d’une amie de colo avec laquelle elle préparait sa prochaine randonnée pédestre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jade Martins
Administratrice
avatar

Troubles dissociatifs du comportement

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 1098
XP : 281

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 2877 rubz

MessageSujet: Re: En route vers Techyo !   Mar 27 Juil - 16:07

Le cœur de Jade se serra alors que les voix de Kalyss et de Myia s’élevaient dans son dos pour leur souhaiter bonne chance. Elle les abandonnait égoïstement pour partir chercher Elie et eux ne prenait pas la chose mal, leur gentillesse était si inattention que la bonne jumelle avait l’impression qu’elle pourrait s’étouffer avec. Il ne fallait surtout pas tourner la tête vers aux, ne pas voir leurs mains s’agiter et leur air inquiet car sinon elle était persuadée qu’elle n’aurait pas la force de continuer et reviendrait en arrière. Tout ça parce qu’elle était faible.

Il ne restait plus qu’à courir droit devant en ignorant les éclairs de douleur et d’indignation que lui envoyait son postérieur meurtri par le biais de son réseau nerveux et juste penser à la longue route qui s’ouvrait devant elles. Le passé était le passé, il fallait désormais penser à l’avenir… et c’est ce qu’elles firent en obliquant vers Sextus pour s’arrêter à la périphérie de la ville. La bonne jumelle n’aurait pas remit un pied là dedans pour rien au monde mais il leur fallait de quoi faire route pendant un long, très long moment. L’échelle en bas de la carte de Dreamland la faisait grimacer tant l’ampleur de leur projet était énorme. Traverser un demi continent et ce à pied, à travers forêt, montagne et elle ne savait quoi d’autre, de quoi passer pour un bon duo de folles furieuses.

- Bien sûr que je sais, j’ai déjà regardé la carte mais c’est pas comme si j’avais une autre solution.

Le visage plissé par la réflexion et une pointe d’angoisse Jade se rapprochait encore et toujours de la ville jusqu’à pouvoir discerner les pierres des premiers édifices, moment que choisit son cerveau pour lui envoyer un ordre d’arrêt impératif. Aller plus loin tiendrait du suicide avec le nombre de Sextusien qui avaient vu leur visage (et même plus) pendant leur spectacle punitif. Elles ne feraient que 2 pas dans la ville qu’on se retournerait déjà sur leur passage et la nouvelle arriverait bien vite aux oreilles de Bennificus, Jade en aurait mit sa main à couper. Melena partageait visiblement son point de vue car elle exprima à voix haute ce que la bonne jumelle pensait tout bas tout en désignant un magasin situé devant les portes de la ville.

Le cœur de Jay battait la chamade à cause de la course et son souffle court l’empêchait de répondre sur l’instant, elle se permit donc quelques secondes de pause avant de ne serait que penser répondre. A demi courbée, les mains sur les genoux elle profita de la brise qui soufflait agréablement sur sa peau luisante d’une transpiration qui n‘était pas due qu‘à leur cavalcade.

- Sans parler de la traverser, je veux même pas mettre un pied dedans, confia la brunette avec un regard équivoque.

L’adolescente suivit donc son amie à un rythme plus raisonnable et pénétra dans la boutique sur ses talons, se saisissant d‘un panier en plastique rouge qui lui rappelait d‘une manière choquante le monde réel. Leurs tenues de jute ne passaient pas inaperçu dans le décor, elle détourna donc la tête vers un rayon dès qu’elle pénétra dans la fraiche atmosphère du lieu pour éviter que les regards inquisiteurs ne se posent sur ses traits trop pâles pour être ceux d’une habitante de Miquitzli. Un bref coup d’œil sur la marchandise suffit pour comprendre que c’était loin d’être un supermarché comme celui où Elie avait fait ses courses avec Lily à l’époque. C’était bien plus spécialisé, mais elles ne devrait avoir aucun mal à trouver ce qu’elles recherchaient grâce à ça. Les étagères croulaient sous les sac-à-dos, vivres et objets de survie, à croire que Dieu existait et s’était enfin décidé à faire preuve de générosité envers ces deux pauvres hères qu’elles étaient.

Le peu de clients qui erraient entre les rayons n’avaient pas l’air du coin, ce qui avait tout pour rassurer Jade qui s’autorisa enfin à arrêter de dissimuler stupidement son visage en se tordant le cou dès que quelqu’un passait à côté d’elle. Alors que Melena lui proposait une liste de course plus que correcte, les yeux de Jade qui regardait les étagères près du sol tombèrent sur une bourse abandonnée sur le sol (comment trouver son argent de job en une leçon kof). Mis à part leur duo personne ne se trouvait dans les environs, c’était vraiment trop tentant surtout qu’elle n’avait jamais eu autant besoin d’argent. Pour une fois que le destin était de son côté elle n’allait pas cracher dessus…

Jade posa un genoux à terre après avoir inspecté les alentours, une boule de stress au ventre, referma sa main sur la bourse bien remplie et la glissa dans la poche de sa jupe. Elle ne savait pas combien elle contenait mais fut son profil la somme devait être rondelette. Au moins elle n’aurait plus à s’inquiéter du passage à la caisse ! Cette question réglée elle put enfin répondre à l’irlandaise d’une voix hésitante :

- Regarde le prix des vivres… c’est horriblement cher. On devrait plutôt en prendre pour une semaine et combler le reste comme on peut grâce à la gentillesse des gens, ce qu’on trouvera et…

**Ce qu’on volera.**

Sauf que dire ce genre de chose dans un commerce était loin d’être chose à faire, la bonne jumelle laissa donc la phrase en suspens pour réfléchir à la dernière proposition de sa comparse. Une arme ? Elle en avait eu une à l’époque mais elle ne voulait pas y repenser à cause des souvenirs qui s’y associaient. La violence tout ça c’était pas son truc, elle était totalement incapable de se défendre même en le voulant dans la quasi-totalité des cas. Lui donner une arme c’était donner des chaussures à un cul-de-jatte mais maintenant qu’elle avait le mode origine ça valait peut-être le coup d’y repenser sérieusement.

- J’avais un flingue avant… mais je l’ai donné à Maxim. Les armes c’est pas mon truc mais je veux bien faire un effort.

Tout en prononçant ces mots elles étaient arrivées à la hauteur du rayon « arme » qui servait entre autre aux marchands qui désiraient acquérir de quoi défendre leurs cargaisons lors de leurs longs voyages dans les collines. Il y avait un peu de tout et les prix étaient exorbitants, Jay jeta donc son dévolu sur l’une des armes les moins chères et accessoirement la seule qui ne lui filait pas des frissons rien que d’y penser : une batte de base-ball en métal. Sa main se referma sur le manche glacé et elle donna plusieurs coup dans le vide pour la prendre en main. Ca lui semblait naturel, peut-être parce que justement elle associait plus ça au sport qu’au combat… ça serait parfait. La petite étiquette qui pendouillait au manche annonçait la somme de 50 rubz ce qui semblait à Jade exorbitant comparativement aux courses qu’ils avaient fait à Elispe. Et dire qu’Elie avait eu sa batte gratuitement en cadeau d’un ermite toqué, tirée d’un tas d’ordures…

La bonne jumelle mit son arme dans son panier, y ajouta au détour d’un rayon deux lampes torches, une semaine de vivre pour deux personnes, une trousse de secours pour dix soins et un sac à dos de taille moyenne. Le calcul fut rapide : 380 rubz chacune et 50 en plus pour sa batte. Ça faisait cher mais elle n’avait pas le temps ni l’envie de faire tous les magasins du coin pour une étude comparative, elle se tourna donc vers Mel’ avec un regard interrogateur.

- Ça te va ou tu as envie de prendre autre chose en plus ? Je sais pas si on aura l’occasion de faire du shopping de si tôt.

Une petite idée surgit alors d’un recoin de son cerveau, si terre à terre, si « normale » que l’adolescente en resta sur le cul 5 bonnes secondes.

- Des brosses à dents, souffla-t-elle les yeux ronds avant de foncer au rayon hygiène pour en saisir deux au vol et les fourrer dans son panier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melena Autumn
avatar

Thanathophobie & Nécrophobie

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 570
XP : 211

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 1585 rubz

MessageSujet: Re: En route vers Techyo !   Mar 27 Juil - 17:17

Melena fit une halte quand son amie se baissait pour ramasser ce qui était clairement une bourse égarée. Elle ne l’aurait pas blâmé car après tout, elle-même n’avait ni plus ni moins volé l’argent qu’elle avait trouvé dans les gradins du Colisée, mais ce fait ne faisait que renforcer plus encore le sentiment que dans ce monde, elles étaient des intruses. Des êtres malvenus obligés de vivre comme des parasites, volant, fuyant, tuant même, et ce cauchemar ne semblait pas avoir la moindre issu. Quand l’irlandaise y réfléchissait, elle réalisait qu’elle n’avait rien à Dreamland… pas de maison, pas de famille, pas de point de rencontre… elle n’avait désormais plus que Jade et la mission dans laquelle elle l’accompagnait pour échapper à une errance solitaire ; ce constat laissait au creux de son estomac une sensation de vide qui lui tira une larme qu’elle essuya bien vite pour soutenir le regard de la psychotique avec un léger sourire qui manifestait son intérêt. Elle acquiesça à la phrase laissée en suspend et suivit sa comparse au rayon arme tout en écoutant fidèlement son ressenti, somme toute tout à fait compréhensible. Melena n’avait jamais manié d’arme à proprement dit, avant l’épisode du Colisée ; mais elle a été forcée d’admettre que si lorsqu’elles étaient pointées sur elle, la crainte qui la tiraillait était tétanisante, se sentir en possession d’un objet qui lui permettait de se défendre la rassurait. Après tout, elle ne pouvait compter que sur ses propres forces si elle voulait survivre dans ces contrées… Jade n’assurerait pas éternellement ses arrières, et il n’y aurait ni parents ni autorité pour la défendre fidèlement.

Une fois le nécessaire primordiale ajouté au panier, l’irlandaise faillit dit à son amie qu’elle avait tout ce qu’il faut, avant que son regard ne croise le rayon des ustensiles de pique-nique. Il y avait toute sorte de boite en plastique, couverts, gobelets… et quelques couteaux de cuisine pendouillant sous une étiquette flanqué du montant de 45rubz. L’adolescente courut s’en saisir et le montra à son acolyte qui revenait avec deux brosses à dents.

- Ça peut toujours servir…

A la caisse, une femme sextusienne aux formes généreuses observa leur teint pâle avec suspicion, levant un sourcil d’étonnement en voyant leur peau couverte des marques de griffures laissées par les ronces. Son expression surprise s’élargit quand elle identifia la tâche de sang sur le haut de toile de Melena, mais elle ne dit pas un mot extra-professionnel. Quand les deux ex-esclaves eurent payé, elle tira de derrière elle une couverture marron fermement enroulée avant de leur dire d’une voix légèrement monocorde :

- Comme vos achats dépassent les 500rubz, vous avez droit à cette couverture cadeau, très utile pour les nuits froide en montage.

La nécrophobe l’avait saisit avec hâte et s’était empressée de sortir en portant les courses, l’insupportable sensation d’être détaillée lui donnant la chair de poule. Une fois assez éloignée pour qu’elles ne soient plus visibles de la caissière ou des rares clients qui sillonnaient les rayons, elle s’arrêta pour tourner son visage inquiet vers Jade.

- On n’est pas passé inaperçue à la caisse… tu crois qu’elle nous a reconnu ?

Tout en posant la question, elle mettait dans sa poche de cuir – qui était dès lors pleine – sa lampe torche et son couteau de cuisine, avant de remplir le sac avec les vivres, les brosses à dents, la trousse de secours, et d’y attacher la couverture dans les anses prévues à cet effet. Grimaçant à cause de la douleur de sa cote cassée, elle prit le paquetage sur ses épaules en adressant un sourire à son amie.

- Je vais le porter la première. On échangera plus tard, je suis en meilleur état que toi je crois.

Sans attendre de protestations, elle piocha dans sa réserve une barre de céréale et se mit en marche assez rapidement, pour creuser dans les plus brefs délais la distance entre elle et cette ville de malheur. On apercevait déjà la forêt à l’horizon, ce qui garantissait que les deux baroudeuses en herbes l’aurait rejoint longtemps avant le couché du soleil, ce qui était déjà un avantage non négligeable. Melena mordait mollement dans son encas frugal tout en réfléchissant à ce qui les attendait. L’inconnu. Au moins, quand elles étaient en captivité, il ne régnait aucun doute quand à leur destination et ce qui allait leur arriver… ou presque. Mais la liberté avait apporté son lot d’incertitude, la crainte d’être rattrapée, et la peur des nouveaux lieux hostiles qui n’attendaient sans-doute qu’une nécrophobe vienne y mettre les pieds. Sans réellement savoir ce qu’elle attendait de cette question, elle ouvrit la bouche, au moins pour ne pas que la route se fasse dans un silence inquiétant.

- Dis… qu’est-ce qu’on ferait une fois qu’on aura retrouvé ta jumelle ? Qu’est-ce qu’on peut bien devenir dans ce monde ? A part des criminels en fuite…

=============== Courses =================

Lampes de poche : 2x35=60 rubz
Trousse de secours (moyenne) = 150 rubz
Paquetage de vivres (une semaine) : 2x200=400 rubz
Sac à dos (moyen) = 150 rubz
Brosse à dents : 2x5 =10 rubz

Total courses communes : 770/2=385 rubz chacune

Batte en métal pour Jade : 50 rubz
Couteau de cuisine pour Mel : 45 rubz

Total final :
Jade = 435 rubz
Melena = 430 rubz


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jade Martins
Administratrice
avatar

Troubles dissociatifs du comportement

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 1098
XP : 281

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 2877 rubz

MessageSujet: Re: En route vers Techyo !   Mer 28 Juil - 15:34

La lame du couteau de cuisine luisait sous la lumière des plafonnier, tirant une grimace à Jade. Soit ça pouvait servir mais elle n’aimait pas les armes blanches, vraiment pas, tout comme les armes à feu. Les unes comme les autres lui rappelaient un peu trop une certaine journée quatre ans auparavant où elle avait perdu sa sœur. Ça lui rappelait aussi le contact froid du fil du couteau papillon de Liam sous sa gorge le soir du feu de camp, pendant la nuit sanglante. Non vraiment, elle haïssait ces trucs qui lui donnaient des frissons rien qu’à les regarder. Elle réprima malgré tout à contrecœur son envie de dire à Melena de laisser ça sur place, malgré la sueur froide qui coulait désormais de son front.

Elle suivit son amie jusqu’à la caisse en tentant d’ignorer le regard circonspect que leur jetait la caissière aux allures bovine qui leur offrit une couverture avec l’entrain d’un bœuf allant à l’abattoir. Et dire que les commerçants au contact des gens étaient sensé être souriants… à croire que c’était aussi loin d’être appliqué ici qu’à San Francisco. Jay paya sa part et s’empressa de sortir à la suite de sa comparse non sans jeter un coup d’œil inquiet dans son dos qui ne la faisait paraître que plus suspecte encore. Il fallait filer d’ici et vite, qui sait combien de temps mettrait cette grosse dondon avant de piailler sur elles à toutes ses amies commères.

- Je sais pas, mais j’ai pas aimé la manière dont elle nous regardait. On ferait bien de presser le pas si on veut pas avoir des curieux au cul ou pire… des flics et une foule en colère. Une fois m’a suffit, merci bien !

Oh oui, avec Elipse elle avait largement eut son quota de ce genre d’expérience et ne comptait pas renouveler l’expérience de si tôt. L’adolescente remarqua alors qu’elle avait emporté sans s’en rendre compte un sac en laine en bandoulière dont les couleurs rappelaient celles des bonnets péruviens. Un gosse avait dû le glisser dedans pendant que ses parents faisaient les courses et voilà qu’elle se sentait coupable de vol ! Mais hors de question de retourner voir cette bonne femme, elle passa donc la bandoulière par-dessus sa tête, le sac reposant contre sa hanche et y fourra sa lampe torche, son œuf en chocolat, son rouge à goule, sa carte, sa boussole et son œuf de chimère alors que Melena faisait la même chose de son côté. Ce serait bien plus pratique que de tout mettre dans les poches de sa jupe qui menaçaient de craquer à tout instant…

L’irlandaise se mit alors de porter le sac la première sous prétexte qu’elle était en meilleur était mais Jade savait bien que c’était faux. Vu le craquement qu’elle avait entendu dans l’arène son amie avait de forte chance d’avoir un os brisé mais lequel, impossible de le savoir. Elle de son côté n’avait que des hématomes à moitié résorbés qui bien que douloureux ne représentait rien de grave.

- Je ne pense pas que…

La bonne jumelle s’interrompit alors, avec une étrange moue. Elle commençait à connaitre Melena et se rendait bien compte que la contredire ne mènerait à rien si elle était décidée à faire croire qu’elle allait bien. Sur cette aspect elle ressemblait beaucoup à Elie et Jade ne put s’empêcher de se demander pourquoi son double n’aimait pas la nécrophobe alors qu’elles avaient tant de points communs. Elle chassa cette question d’un haussement d’épaule et emboita le pas à sa comparse non s’en s’être aussi octroyé une barre de céréales.

Elles marchaient rapidement et l’une comme l’autre en souffrait mais ce n’était pas le moment de ralentir, ce n’était pas sensé être une promenade de santé. D’après le trajet qu’elle avait prévu il fallait commencer par traverser la forêt au nord de Sextus et celle-ci se rapprochait de plus en plus. La masse de végétation était imposante, effrayante même malgré le soleil encore haut dans le ciel. Elle n’avait jamais aimé les forêts d’ailleurs, en bonne gosse de la ville. Les craquements des branches, les bruissements des feuilles agitées par le vent… tout ça lui foutait les foies. Sans parler de tous les films d’horreur s’y déroulant et qui ne rassuraient en rien la donzelle. La brunette se mordit la lèvre en soupirant, après tout ce n’était pas comme si elle avait le choix, contourner la forêt rallongerait le chemin d’une manière non négligeable et le temps pressait.

Melena la tira de ses mornes réflexions en lui posant une question tout sauf stupide. Qu’allaient-elles faire après avoir retrouvé Elie ? Jade n’en avait strictement aucune idée et ne désirait même pas y penser. Depuis son arrivée elle n’avait fait que fuir les problèmes qui lui tombaient dessus en rafale. Comment prévoir quoi que ce soit quand on ne nous laissait jamais de répit ?

- Se cacher et attendre ? Tenter de se trouver un boulot pépère et attendre le réveil ? Depuis que je suis arrivée je ne fais que courir, c’est crevant. Je veux… juste me poser et attendre tranquillement. Avec un peu de chance les Dreamlandiens finiraient par oublier qu’on est des intrus et nous ficheraient la paix. L’espoir fait vivre !

Elle fit alors une pause dans son discours avant de reprendre Melena sur un point, un sourire au coin des lèvres :

- Et tu sais Elie n’est pas ma jumelle, c’est… moi. J’avais une jumelle, une fausse. Hétérozygote quoi. Alors quand les gens disent ça j’ai l’impression qu’ils font l’amalgame et qu’Amber n’existe pas. Mon double si tu veux, ma copie conforme, mon clone… mais pas ma jumelle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melena Autumn
avatar

Thanathophobie & Nécrophobie

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 570
XP : 211

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 1585 rubz

MessageSujet: Re: En route vers Techyo !   Mer 28 Juil - 17:01

La forêt se dessinait de plus en plus, comme une immense nappe verte et sombre qui menaçait de les engloutir d’un moment à l’autre. Melena, qui avait pourtant l’habitude de cette environnement, appréhendait la traversée presque plus encore que l’idée de couper dans la grande métropole. Elle ne savait pas ce qui pouvait l’attendre une fois à l’ombre des arbres… des créatures étranges, des animaux sauvages, peut-être même d’autres Loups de la croix blanches qui auraient établit un camp pour échapper aux autorités. A cette pensée, un frisson glissa le long de sa colonne vertébrale, et elle s’efforça d’écouter ce que Jade lui répondait pour oublier son malaise.
Se cacher et attendre ? Chercher à mener une vie paisible ? Tant d’idée qui apparaissaient aux yeux de la nécrophobe comme une ribambelle d’utopies qui n’allaient que la conduire dans un mur. Quand elle cherchait à visualiser son futur dans le monde des rêves, aussi loin que son espoir fatigué pouvait encore regarder, elle voyait la fuite, la course, et la mort qui la guettait d’un œil attentif et gourmand comme un chat surveille une souris qu’il est persuadé de saisir. L’irlandaise ne savait pas si cela découlait de son éternel pessimisme ou d’un réalisme froid, mais il y avait une chose dont elle était certaine, c’est qu’elle se battrait comme une diablesse pour ne rien laisser lui prendre la vie. Et dans cette détermination, sa peur était la plus forte de ses motivations.

C’était étrange d’entendre dire son amie que Elie, qui se trouvait être à plusieurs centaines de kilomètres, était « elle ». D’autant plus que la mauvaise jumelle lui vouait une haine incommensurable alors que son homologue était liée d’une amitié assez complice avec elle depuis quelques jours. Melena commençait à réellement se rendre compte de ce qu’impliquait le fait de fréquenter une personne souffrant de dissociation de personnalité, et elle ne pouvait pas nier que c’était extrêmement troublant. Pourtant, autre chose de plus intriguant encore lui fit oublié son petit instant de confusion, et elle regarda intensément son amie lorsqu’elle eut finit, comme si elle cherchait à lire sur son visage les mots qu’elle n’avait pas prononcé. Elle ouvrit la bouche avant de la refermer, sans savoir ce qu’elle pouvait bien dire. C’était la deuxième fois que la psychotique évoquait Amber, parlait d’elle au passé comme si il s’agissait d’une personne chère qu’elle avait perdu. Elle ne pouvait pas savoir si cela avait un rapport avec sa maladie, mais elle reconnaissait sa propre façon de citer sa mère – lors des rares fois où elle le faisait – et une bulle de souffrance compréhensive naissait dans son cœur.
La gorge nouée, elle acquiesça d’un signe de tête en disant :

- Oui… excuse moi.

L’adolescente gardait les yeux rivés au sol, sans savoir si elle pouvait une nouvelle fois parler. La sensation d’avoir jeté un froid sur leur route lui était désagréable, mais en même temps, cette marche éreintante avait des allures de pèlerinage et peut-être que le moment était venu de se livrer un peu, laissant leurs pas rapides et la douleur de sa poitrine prend le rôle de peine expiatoire.

- Vous avez de la chance… d’être deux.

La nécrophobe s’interrompit, hésitant à poursuivre son discours dont elle tissait les mailles au fur et à mesure, sans en connaitre l'issue.

- Au moins ici… il y a quelqu’un qui pense à toi, qui t’attend, et qui ferait tout pour te retrouver. Et quand tu te réveilleras chez Parkinson, tu retrouveras ta famille… et c’est super !

Sa voix trahissait l’émotion naissante, et elle s’efforça de s’interrompre un moment pour reprendre son calme. Elle se mordit la lèvre avant de poursuivre :

- Je n’ai jamais connu mon père parce que… il est mort avant ma naissance. Et ma mère… je l’ai vu mourir juste à coté de moi, avec un camarade que j’avais rencontré sur un tournage. Je suis fille unique, ma mère l’était également, et mes grands-parents sont décédés il y a longtemps de ça.

Melena prenait au fur et à mesure de son récit conscience des raisons implicites qui avaient favorisées sa phobie. Depuis son plus jeune âge, la mort l’avait entouré ; peut-être moins que beaucoup de personnes, mais suffisamment pour traumatiser l’enfant qu’elle était. Elle ne voyait en la résultante que de la tristesse et de la solitude ; des souvenirs mélancoliques que l’on préfère oublier, des regrets, des remords, rien qu’une grisaille étouffante qui ne faisait de bien à personne. Quand elle avait crut perdre la vie dans l’accident, elle a été effrayée, car elle se sentait happée par les ténèbres, et avec elle par le vide immense que devait être la mort de son point de vue. Oui, car si un défunt manque cruellement aux vivants, alors que doit-il ressentir de son coté, alors qu’il a perdu le monde entier ?
Quand bien même le monde ne lui apportait pas vraiment tout ce qui constituerait un cadeau plein d’allégresse, elle savait qu’il était préférable à l’oubli et aux longues années de solitudes dans le noir.

- Je… je ne sais pas pourquoi je dis ça en fait. Juste que… ma famille d’accueil… ils sont gentils hein ! Mais… je ne me sens pas chez moi. Je n’ai plus de famille en fait… j’me sens perdue que je sois ici ou dans le monde réel…

Elle rougit et détourna le regard. Elle se sentait stupide de s’être mise à raconter sa vie sans raison apparente, et bafouilla une dernière chose avant de se taire :

- Enfin, j’veux dire… ma question… je crois que c’était pour ça. Euh… désolé.

La forêt n’était maintenant plus très loin, elles l’atteindraient dans une poignée de minute. Sa masse s’imposait, angoissante, et Melena essuya rapidement ses yeux humides en évitant soigneusement de croiser le regard de son amie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jade Martins
Administratrice
avatar

Troubles dissociatifs du comportement

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 1098
XP : 281

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 2877 rubz

MessageSujet: Re: En route vers Techyo !   Mer 28 Juil - 17:52

La lisière de la forêt n’était plus qu’à une poignée de minutes maintenant et Jade était loin de bien le vivre, mais là dedans ça serait bien pire. Elle espérait que tous les cauchemars des gens relatifs à des loups, des monstres ou des tueurs psychotiques se soient nichés dans l’une des nombreuses autres forêt de DreamLand. Elle se voyait déjà courir, paniquée, poursuivie par je ne sais quoi avec les branchages fouettant son corps et les ronces griffant son corps, déchirant ses vêtements… non merci, vraiment. Elle passait son tour.

Entre ces visions peu rassurantes et le discours déprimant de Melena l’atmosphère de bonheur dû à leur libération inopinée s’était envolée, ne laissant derrière elle qu’un malaise indicible. Le visage de la bonne jumelle se rembrunit au fil des révélations de son amie et inconsciemment elle lui prit la main pour la réconforter. Alors comme ça elle n’avait plus personne ? Ça expliquait en grande partie son éternelle solitude dont elle avait déjà parlé dans le colisée, mais la psychotique ne put s’empêcher de penser qu’elle n’était pas vraiment seule. Si elle avait trouvé une famille d’accueil prenant le temps de l’envoyer chez l’un des spécialistes les plus renommés à l’autre bout du monde pour régler sa phobie c’était qu’ils devaient vraiment tenir à elle, et Jay souhaitait vraiment que l’irlandaise s’en rende compte. Peut-être qu’alors elle se serait sentit un peu mieux…

- Toi aussi tu as quelqu'un, même s'ils ne partagent pas le même sang...

L’adolescente écouta son amie avec gravité sans la couper, jusqu’à ce que la voix de la nécrophobe s’éteigne et qu’elle se mette à essuyer les larmes qui coulaient de ses yeux. On aurait dit qu’elle se sentait honteuse de son passé, honteuse d’être triste… pourtant c’était naturel. Humain. Jade pressa la main de sa comparse pour lui faire sentir qu’elle était là pour elle, avant de se confier à son tour d’une voix hésitante. Elle ne pouvait s’empêcher de penser qu’elle le devait, un prêté pour un rendu en quelques sortes.

- T’as pas à t’excuser, si tu veux parler je suis là. Ça fait du bien parfois de… de vider son sac. Y’a pas de mal à être triste et à avoir besoin de parler. Enfin ça fait un peu l’hôpital qui se fout de la charité, je parle jamais vraiment de ce qui me touche. La dernière fois que j’ai essayé c’était avec Elie et ça a finit en dispute.

La bonne jumelle leva les yeux au ciel tout en secouant la tête alors qu’elles arrivaient à hauteur des premiers arbres. La lumière perçait entre les branches et permettait de voir relativement loin mais ça n’en calmait pas pour autant la jumelle qui dira sa boussole de son sac pour surveiller leur cap. Nord-nord-est, ce n’était pas le moment de se perdre. Tout en s’engageant dans les bois elle reprit avec ce même timbre mélancolique :

- On s’était disputées parce qu’elle insinuait que c’était à cause de moi… de mon côté de personnalité… qu’Amber était morte. Parce que j’avais été paralysée à cause de ma peur au point que son courage ne puisse pas s’exprimer. Mais franchement qui n’aurait pas peur fasse à une bande de brute armée ? C’était déjà un miracle que je m’en sois sortie indemne…

Jade avala la dernière bouchée de sa barre céréalière et fourra le papier au fond de sa jupe, même si à bien y réfléchir elle se fichait bien de l’écologie de Dreamland. Les vieux réflexes ont souvent la vie dure. Manger avait pour but de faire reculer les sanglots qui menaçaient d’éclater à tout moment, mais elle ne réussit qu’à manquer de s’étouffer en avalant de travers. Elle se mit alors à tousser, tapant sa poitrine du poing pour faire passer le tout alors que son visage tournait à l’écarlate. Cet intermède eut au moins le mérite de lui permettre de retrouver un calme tout relatif pour continuer sur sa lancée sans pleurer comme une madeleine.

- Enfin indemne… pas vraiment, lâcha Jay avec un sourire amer, C’est à cause de ça que je suis… enfin… que Elie et moi on a été séparées. J’étais tellement choquée ! Fallait que je bouge mais j’y arrivait pas, et au dernier moment j’ai eut l’impression que mon esprit se brisait. Si ça s’était pas passé je crois que je serais morte. Saine d’esprit mais morte.

Un éclat de rire sans joie résonna dans la forêt et Jade mit quelques secondes à se rendre compte qu’il provenait de sa gorge. Folle ou morte, tu parles d’un choix ! Mais avouer ça à quelqu’un avait quelque chose de tellement soulageant qu’elle n’en revenait pas. Elle n’avait jamais osé en discuter avec ses amies ou sa famille, et ce secret l’étouffait depuis de trop longues années. Elle avait l’impression qu’on venait de lui ôter une tumeur et malgré la douleur et les larmes qui coulaient maintenant sur son visage elle se sentait bien.

L’orée du bois disparaissait déjà derrière elles et seule la végétation était visible de tous côtés avec de ci de là un carré de ciel bleu lorsqu’elles levaient les yeux. Un bruissement qui se révéla être le fait d’un écureuil fit sursauter la bonne jumelle qui se colla un peu plus à Melena avant de lui jeter un regard d’excuse encore humide de larmes, sa main se resserrant sur sa batte.

- Désolé, je suis une froussarde, vraiment. J’ai pas hérité de tous les bons côtés.

Elle hocha la tête l’air entendu avant d’ajouter une dernière confidence, après tout c’était la journée :

- D’ailleurs presque à chaque fois que je t’ai aidé j’étais en « mode origine ». Sauf quand j’ai foncé dans le premier loup pour lui trancher deux doigts, elle grimaça ostensiblement à l’évocation de ce souvenir, Sinon pour le reste c’était grâce à un de mes pouvoirs qui me permet de redevenir comme j’étais avant, malheureusement ça dure pas toujours…

>> direction la passe de l'envol
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: En route vers Techyo !   

Revenir en haut Aller en bas
 

En route vers Techyo !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hypnose :: Continent Chimérique :: Sextus-