AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Eh bien Dr. Parkinson ? On joue à cache cache ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Céleste de Rozières
avatar

Xénegophobe

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 29
XP : 10

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 0 rubz

MessageSujet: Eh bien Dr. Parkinson ? On joue à cache cache ?   Ven 22 Oct - 19:09

Assise sur le fauteuil du Dr. Parkinson, les yeux fermés, Céleste attendait. Depuis combien de temps ? Elle n'en avait aucune idée. Le bon docteur lui avait parlé d'hypnose, puis lui avait demandé de fermer les yeux. Elle attendait donc qu'il l'hypnotise. Mais rien ne venait. Quelques minutes étaient passées déjà mais Céleste n'avait pas ouvert les yeux pour autant.
N'importe qui aurait sûrement déjà ouvert les yeux, mais Céleste n'était après tout pas n'importe qui. Commençant à trouver le temps elle se mit à parler au Dr. Parkinson. Elle ignorait si elle en avait le droit durant la séance d'hypnose mais de toute façon ça n'avait aucun effet, pourquoi continuer ?
En gardant les yeux fermés, elle se mit à parler rapidement et assez fort. Comme à son habitude...


- Vous savez docteur, j'étais persuadée que le travail d'un psychologue était d'écouter ses patients. Je ne vous parlerais pas de ma vie. Non c'est trop banal. Pourquoi ne pas parler de ma passion ? Vous aimez les chaises ? J'adore les chaises. Elle représente ce que l'Homme a fait de meilleur en ce monde - oui oui, avant le scalpel - et jamais personne n'inventera quelque chose de mieux. On peut s'asseoir sur une chaise pour soulager ses jambes fatiguées, on peut se hisser dessus pour atteindre une étagère trop haute, s'en servir de porte-manteau. Avec deux chaises l'une en face de l'autre on peut faire un super lit pour la sieste, mais si c'est pas trop mon truc la sieste. Vous savez docteur, j'aimerais bien un jour parler à ma chaise, je suis sure qu'elles ont des tas de trucs très intéressants à nous dire. Encore faut il savoir les comprendre, pauvres bêtes, elles ont pas un boulot facile vous savez. Qu'est ce que vous diriez vous si tout les jours vous étiez en contact avec des centaines de paires de fesses inconnues ? Vous voyez où je veux en venir ? C'est toujours pareil...

Elle attendit la réponse du médecin qui ne venait pas. Agacée que celui-ci snob ainsi son sujet de conversation préféré, elle se risqua à ouvrir un œil.
Elle eu deux surprises. Premièrement, le bureau était complètement vide. Plus de fauteuils, plus de lampe. Même plus de Dr. Parkinson. Deuxième surprise, elle n'était pas assise comme elle le croyait mais debout, au milieu de la pièce vide.
Elle haussa un sourcil. Que c'était t-il donc passé ? Elle se pinça la joue. Non elle ne rêvait pas. Elle croisa les bras et tapa du pied, l'air impatiente.


- Ce n'est pas très gentil docteur, fit-elle avec une moue boudeuse, Vous pourriez prévenir avant d'entamer une partie de cache cache !

Elle jeta un œil autour d'elle puis elle sortit de la pièce. Tout semblait pareil mais les locaux étaient déserts. Elle prit une grande inspiration, tentant de ne pas céder à la panique. Après tout, c'est ce que tout le monde aurait fait, elle devait donc faire l'exact contraire. Rassurée, elle afficha son plus grand sourire et sortir dans la rue. C'était bien San Fransisco. Mais elle avait l'impression désagréable que quelque chose avait changé, et elle ne savait pas quoi. Elle enleva son chapeau haut-de-forme, se gratta le sommet du crâne et se recoiffa de l'accessoire.
Elle prit alors une décision... inattendue. Le meilleur moyen pour savoir où elle était, c'était que quelqu'un l'aborde. Pour que quelqu'un l'aborde, elle devait se faire remarquer. Et pour se faire remarquer, elle était la reine.
Affichant toujours un sourire digne d'un masque de théâtre, elle s'assit par terre à même le trottoir, sans faire attention aux grommellements des passants, excédés par son attitude, puis elle se mit en position de Lotus et sembla méditer.
C'est ainsi qu'une des voyageuses les plus excentriques de DreamLand se retrouvait à méditer en plein milieu du trottoir d'Ellipse en souriant comme une démente...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Léorio Vardonis
avatar

Démonomanie

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 35
XP : 10

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 0 rubz

MessageSujet: Second Sermon: Rencontre dans l'inconnu damnable   Sam 23 Oct - 23:37

Léorio Vardonis se réveilla doucement... Il regarda la pièce autour de lui.
Vide. Et il manquait du mobilier. Et les murs n'étaient pas vraiment les mêmes...
Léorio se secoua la tête. Un tour d'un démon farceur?
Il se leva cependant. Au moins sa toge n'était point abimée... Peu importait, il devait aller voir Albert, pour qu'il le mène à l'église. Ses frères attendaient sans doute son prochain sermon...
Mais, une fois ouverte la porte, une autre surprise lui sauta aux yeux.

Il semblait qu'il se trouvait toujours dans sa ville... Mais pas de traces de sa voiture, ni de son majordome... Et il pouvait voir, face à lui, des bâtiments étaient en train d'être reconstruits... Pourtant, il n'y avait point d travaux à San Francisco au moment où il était parti chez Parkinson...

Le révérend Vardonis commençait à être perdu... Il commença à avancer, lentement, mais surement. Il avait cependant oublier sa canne...

A peine plus loin de l'entrée de chez Parkinson, il trouva une personne, semblant méditer. Les gens passaient, parfois poussaient des jurons contre cette personne... Il s'approcha doucement.

La personne ne bronchait pas... Il la regarda. C'était la personne la plus étrange qu'il ait eu à rencontrer... Un démon, peut-être? Est-ce qu'une telle personne pouvait être humaine?

Même sa tenue était extravagante... Mais quand Léorio regarda autour de lui, il se dit qu'il ne devait pas être beaucoup mieux, avec sa tenue de prêtre. Il tapota l'épaule de l'inconnue en méditation.

- Mon enfant, que faites-vous à méditer sur les routes de San Francisco?

Il attendit une réponse. Puis, il ajouta :

- D'ailleurs, depuis quand il y a des travaux à San francisco? Je reviens de chez un docteur, et pas de traces de lui, ni de mon majordome...

Tout bas, il prononça un " Que Dieu et Lucifer me guide", et il attendit une réponse de la demoiselle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Céleste de Rozières
avatar

Xénegophobe

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 29
XP : 10

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 0 rubz

MessageSujet: Re: Eh bien Dr. Parkinson ? On joue à cache cache ?   Dim 24 Oct - 15:38

Céleste braqua ses grands yeux sur son interlocuteur et lui offrit son plus beau sourire. Avant de répondre, elle se releva avec souplesse pour se mettre à son niveau.

- Je ne médite pas, j'attire l'attention ! J'ai toujours pensé que les interlocuteurs les plus intéressants étaient les plus curieux, j'attendais donc que quelqu'un m'aborde en me demandant ce que je faisais ! Et vous avez passé l'épreuve bravo !

L'air toute heureuse, elle lui plaqua un baiser sonore sur chaque joue puis recula un peu pour l'observer. Une bure de moine ? Le type devait avoir la soixantaine peut être. Elle savait que ce genre de personne était en général ennuyeux à mourir, mais après tout il était le seul à avoir fait attention à elle. Dans son esprit, cela faisait de cet inconnu un allié.
Les gens autour d'eux lançaient des regards en coins à ce duo pour le moins surprenant. Céleste les repéra des coins de l'œil et leur adressa des petits signes de la main. Elle semblait vraiment de bonne humeur, même si en son for intérieur elle était inquiète, n'ayant toujours pas compris ce qui c'était passé chez le Dr. Parkinson.
Son nouvel ami dit alors quelque chose qui retint son attention. Chez un docteur ? Plus aucunes traces ? Quelle coïncidence... Et Céleste ne croyait pas au hasard.


- C'est donc le destin qui vous a mené à moi cher ami, dit-elle avec un ton grave. Vous revenez de chez le Dr. Parkinson également n'est-ce pas ? J'y était il y a deux heures pour une consultation et puis tout à coup, pouf. Plus rien. Ni meuble, ni secrétaire, ni docteur. J'ai d'abord cru à une partie de cache-cache et je l'ai cherché mais sans succès.

Elle fit une moue boudeuse, puis se saisit de ses lunettes et commença à les nettoyer avec un pan de sa chemise, puis elle les remit sur son nez. Elle n'avait pas entendu le murmure du vieil homme sur Dieu et Lucifer et n'y fit donc pas réponse.


- Mais j'en oublie toute mes civilités ! s'horrifia t-elle.

Elle se saisit de la main du prêtre et y appose un baisemain digne d'un gentleman.

- Céleste de Rozières, et vous êtes ?

Elle sourit. Simplement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Venus Green
avatar

Nymphomanie

Nombre de messages : 22
XP : 6

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 0 rubz

MessageSujet: Re: Eh bien Dr. Parkinson ? On joue à cache cache ?   Dim 24 Oct - 17:06

... Les minutes s'écoulèrent. Longues, silencieuses ett terriblement excitantes pour la Nymphomane. Elle attendait ses ordres, même si elle n'était pas endormie, elle s'exécuterait. Seulement, les ordres ne vinrent pas malgé la demi heure écoulée. Venus, agacée par le manque d'action ouvrit les yeux et tomba sur les fesses. Il n'y avait plus rien dans le grand cabinet, ni meubles, ni docteur, même le sac à main de la folle avait disparu. La jeune fille se leva et regarda dans chaque coin de la pièce pour voir si l'éminent professeur n'était pas en train de lui faire une mauvaise blague. Mais rien, toujours rien.

- Alors c'est comme ça que vous guerissez vos patients Monsieur Parkinson ? J'espère que vous êtes fiers de vous.

Ce fût un long silence qui lui répondit.

- J'exige être remboursée ! * Et pourquoi pas en nature ? *

Furieuse, elle s'élança vers le bureau de la secrétaire. Son égo venait de prendre un sacré coup et elle allait montrer à ces escrocs de quel bois elle se chauffait. Seulement, là encore, la pièce était vide et déserte. Elle n'avait pourtant pas sombrée dans l'inconscience et une petite demi-heure s'était écoulée depuis son entrée dans le cabinet. Ils n'avaient tout de même pas effectués autant de changements en si peu de temps ?!
Sceptique, elle décida de prendre un peu l'air avant de tirer des conclusions attives. Les talons claquèrent de nouveaux et Venus sortit.

- C'est quoi ce bordel ? S'écria-t-elle lorsqu'elle aperçue les batîments en construction qui faisait face au cabinet. Où suis-je ?

Elle tourna sur elle-même, se frotta les yeux et décida de rentrer de nouveau dans le cabinet pour ne pas céder à la panique. Elle allait s'exécuter quand de loin, elle aperçut un visage qu'elle avait déja vu quelques part. Maintenant fallait-il savoir où. Une de ses conquêtes ?

* Non, cet homme est un prêtre, et jusqu'a aujourd'hui je n'ai pas encore assouvi ce fantasme. Mais si il ne m'a pas sauté, où l'ai-je vu ?*

C'est alors qu'elle eu la révélation. Elle s'approcha de lui et l'interpella.

- Révérend ? Nous n'avons jamais eu l'occasion de nous rencontrer seulement... J'ai assistée un jour à un de vos sermon, enfin seulement la première partie. Pour tout vous dire je suis rentrée par erreur car un homme me plaisait donc... Enfin bref. Je ne sais pas si vous vous souvenez de moi et peu importe d'ailleurs. Je voulais simplement savoir où nous nous trouvons.

C'est alors qu'elle se rendit compte que Léorio n'était pas seul. Un étrange spécimen méditait sur le trottoir. C'était une femme étrange. Des allures de clown, un chapeau haut de forme ... Peut-être était-elle de ces gens qui font des spectacles dans la rue, en échange de quelques sous. Elle s'adressa à la ... Chose.

- Je suis désolée, je n'ai pas d'argent à vous donner. On m'a volé mon sac.

Le regard blasé de certains passants étonnèrent la Nympho.

- Ben quoi ?

La femme se redressa et fit ses congratulations au prêtre pour s'être interressé à elle. En même temps, comment ne pas montrer de l'interêt pour un personnage aussi singulier ?
C'est alors qu'ils se mirent à parler d'une choses interressantes..
Venus ne se rendit pas compte qu'elle s'incrustait dans la conversation. Son égo surdimmensionné la poussait à agir ainsi. Et cela depuis longtemps ... Soudain, le clown fit quelque chose de surprenant. Elle baisa la main du prêtre et se présenta : Céleste. Ainsi ce... Truc avait un nom ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Léorio Vardonis
avatar

Démonomanie

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 35
XP : 10

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 0 rubz

MessageSujet: Re: Eh bien Dr. Parkinson ? On joue à cache cache ?   Dim 24 Oct - 19:17

Léorio fut interrompu par une jeune demoiselle... qui semblait avoir été à l'un de ses sermon. Quelle joie! Une admiratrice. Il lui fit son plus beau sourire, et lui répondit gentiment.

- Ainsi, vous avez apprécié l'un de mes sermon? Je suis heureux de le savoir! Quand à ou est-ce que l'on est...

Puis, il commença à se poser des questions sur la personne quand elle parla à l'inconnue qui semblait en incubation... et s'excusa de ne pas avoir d'argent à lui offrir? Cette femme était certes extravagante, mais de là à la prendre pour une personne pauvre...

Celle-ci se releva d'ailleurs, avec une élégance et une prestance sans pareil, et remercia le vieil homme en embrassant ses joues... Autant d'attention, en si peu de temps! Le vieil homme était aux anges. Il n'avait que peu de croyants jusqu'alors, mais peut-être que ces deux femmes changeraient la donne...

Pour le moment, les badauds les regardaient, d'un air étrange. C'est sur que la scène avait de quoi choqué... Une femme avec une tenue de foire, un prêtre et une jeune femme à la tenue plus que provocante...

Puis, la suite l'intéressa un peu plus... Ainsi, la personne qui faisait semblant d'incuber venait aussi d'aller chez Parkinson? Ainsi, il y avait un lien entre ce semblant de San Francisco et Parkinson? Il fallait qu'ils en apprennent plus...

Puis, la personne sembla s'horrifier, et lui fit un baise main tout en se présentant.... Que cette personne était étrange, tout autant que son nom... Céleste de Rozières... Venait-elle d'une famille riche?

Puis elle lui demanda son nom... Il était temps qu'il se présente, en effet.

- Et bien, mademoiselle, je suis le Révérend Léorio Vardonis, ancien prêtre et depuis quelques années, révérend porteur de ma propre parole... Je considère que le Vatican se trompe sur certains points de la religion...

Il allait commencer un sermon, puis il regarda ses deux interlocuteurs. Ce n'était sans doute pas le moment de parler de cela.

-... Mais je crois que nous devrions en parler plus tard. Mademoiselle, quelle est votre nom?

Il s'adressait à la jeune provocante, en disant ses mots. Puis, il continua.

- Maintenant que nous sommes ici, nous devrions essayer d'apprendre où c'est, ici, justement, n'est-ce-pas?

Il s'avança, et un craquement sonore se fit entendre. Il posa une main sur son dos. Une douleur vive se fit sentir. Heureusement qu'il s'entretenait tout de même un minimum... Quelques minutes, et cela serait passé. Mais il poussa tout de même un juron.

- Démon farceur et colère de Dieu! Je suis plus tout jeune!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Céleste de Rozières
avatar

Xénegophobe

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 29
XP : 10

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 0 rubz

MessageSujet: Re: Eh bien Dr. Parkinson ? On joue à cache cache ?   Mar 26 Oct - 21:28

Céleste fixait avec de grands yeux la jeune femme qui venait juste d'arriver. Une terreur sans nom pouvait se lire sur le visage de la xénegophobe, qui arborait pourtant un sourire radieux quelques secondes auparavant. La phrase de la nympho tournait dans sa tête sans interruption. "Je suis désolée, je n'ai pas d'argent à vous donner.". Comment était-ce possible ? Comment ? Pourquoi ? Elle avait donc tant l'air d'une clocharde ? Qu'on ne se méprenne pas, l'idée de paraître sans le sou ou défavorisée ne la gênait pas, mais cette fille l'avait prononcé comme elle l'aurait prononcé pour n'importe qui. Elle... elle l'assimilait à un groupe d'individu ? Elle l'assimilait à d'autres ?! Non. Elle était originale, elle était unique, elle n'était pas comme les autres... Alors pourquoi ? Pourquoi ?!
Ce petit détail, cette phrase apparemment sans conséquences venait de bouleverser Céleste qui recula de quelques pas, comme sonnée.
Tellement sonnée qu'elle n'avait même pas remarqué les changements physiques qui s'étaient imposés d'eux même. Sa peau et ses vêtements... avaient pris les couleurs de ce qui se trouvait derrière elle !
Elle ne s'en rendit compte qu'au moment où elle faillit trébucher. Elle tendit les bras devant elle pour reprendre son équilibre et se rendit compte... qu'elle ne les voyaient presque plus ! Elle poussa un petit cri plaintif en se demandant ce qui lui arrivait. Elle devait rêver, il n'y avait que cette explication.
Elle n'avait même plus conscience de Vénus et Léorio. Elle se contentait d'observer ses bras. Allons bon, elle n'était tout de même pas un caméléon ! Alors pourquoi ?!
Elle prit une grande inspiration et tenta de se calmer afin d'y voir plus clair. Autour d'elle les passants avaient reculés. Un mot traversait la foule, tantôt murmuré, tantôt crié. "Voyageur". Elle n'y faisait pas attention. Elle regarda ses deux interlocuteurs avec une expression de franche panique, du moins, s'ils arrivaient à déceler une émotion par dessus les morceau de mur qui lui servait de visage.

- Aidez moi ! Aidez moi !

Sa respiration s'accélérait. Elle était invisible ? On ne la voyait plus... Elle se fondait... Parmi la masse. C'était sur maintenant : son plus grand cauchemar venait de se réaliser. Elle allait maintenant voir ses deux compères se changer en machines identiques et rire de leur piège savamment orchestré, puis l'emmener dans un laboratoire où elle serait elle même transformé en clone. Elle commencerait alors à regarder des émissions de télé-réalité en préparant les pâtes pour le dîner du soir, à composter tout les jours un billets de tramway pour se rendre à la caisse du supermarché où elle travaillerait et elle finirait par vendre ses chaises ! Ses précieuses chaises !
Elle poussa un cri à déchirer les tympans.

Céleste de Rozières venait de découvrir les particularités étranges de DreamLand...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Venus Green
avatar

Nymphomanie

Nombre de messages : 22
XP : 6

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 0 rubz

MessageSujet: Re: Eh bien Dr. Parkinson ? On joue à cache cache ?   Mer 27 Oct - 17:28


- Je m’appelle Venus, Révérend. Mais vous pouvez me nommer comme vous le désirez.

La Nympho détourna le regard du prêtre pour se focaliser sur Céleste, qui paraissait soudain effrayée et bouleversée. D’ailleurs, il y avait de quoi. Sa peau se teintait peu à peu de nuances de gris, pour finalement s’accommoder avec le fond. La Xénophobe devint invisible. Venus recula d’un pas, puis de deux, poussant un cri horrifié. Quelle était cette Chose qui avait les mêmes capacités d’un Caméléon ?
Quand la femme lui demanda de l’aide, elle ne sut pas comment réagir. Tout d’abord son problème n’était-il pas contagieux ? Et puis, comment aider une femme malade, dont les symptômes sont inconnus ?

- Je … Je suis désolée, je ne peux pas t’aider. Je ne te vois pas et je ne connais aucune manière d’annuler ton … Invisibilité…

Honteuse, la jeune femme se tourna vers un des habitants d’Ellipse. Celui-ci parlait de voyageurs. Terme que la Nymphomane ne comprit pas et ne chercha pas à comprendre.

- Je vous en prie, pouvez-vous nous indiquer le lieu où nous nous trouvons actuellement ?

Elle tourna les yeux vers la masse transparente et ajouta quelques paroles.

- Et si vous savez ce qui lui arrive dites le nous.

- Vous êtes à Ellipse jeunes gens. Quand à votre amie … Je crains qu’elle ne soit une voyageuse.

La jeune femme jeta un regard perplexe à son interlocuteur. Ellipse ? Cette ville n’existait pas. Ce vieux malotru devait se jouer d’elle. C’était évident.
Venus se détourna et approcha du Révérend qui étais plié en deux, suite au craquement sonore qui provenait du bas de son dos.
.
- Je vais vous aidez, Monsieur. Peut-être que votre religion pourra aider...

La jeune femme posa sa main sur son épaule et POUF ! Le prêtre, devint tout à coup une vieille dame. Effrayée, Venus poussa un cri.

- Qui êtes-vous ? Que me voulez-vous ?
Quels étaient ces gens étranges qui l’entouraient . Une pouvait disparaître, l’autre se changer en femme. Horrifiée, elle se précipita sur les gens qui s’attroupaient près d’eux.

- Aidez-moi ! Ces gens possèdent des pouvoirs étranges…

Le second homme qu ‘elle effleura devint à son tour une splendide femme. C’est alors que la Nymphomane comprit que ce phénomène provenait d’elle. Elle se tourna vers Céleste - du moins, si elle n’avait pas bougée, elle devait se trouver là. - Et s’écroulant au sol, lui demanda avec désespoir :

- Que nous arrive-t-il Nom de Dieu ?! Et d'abord, c'est quoi des voyageurs ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Léorio Vardonis
avatar

Démonomanie

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 35
XP : 10

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 0 rubz

MessageSujet: Re: Eh bien Dr. Parkinson ? On joue à cache cache ?   Mer 27 Oct - 18:44

Ainsi, cette jeune fille s'appelait Venus? Quel nom étrange... Mais en accord avec le physique de cette jeune femme, se dit le paroissien.

Puis il remarqua qu'on avait ignoré sa dernière question, et pour cause : Céleste paniquait... et elle prenait peu à peu la couleur des alentours, attirant le regard des badauds...

Comment était-ce possible? Une farce d'un démon? Ce qui était sûr, c'est qu'elle paniquait de plus en plus. Il devait la raisonner!

Mais son dos ne l'aidait pas... Venus partit s'informer, sur un moyen d'aider la personne, et sur le lieu où ils se trouvaient. Il ne comprit que quelques bribes, d'un un " Ellipse" et un " Voyageur". Quel était le rapport?

Venus lui proposa de l'aider, et sitôt qu'elle le toucha, un autre phénomène étrange se produisit.... Et celui-ci le dérangea quelques peu.

En effet, le croyant commença à sentir un changement en lui... De nouvelles formes tombantes apparaissaient, et d'autres... Disparaissaient. Il ne le saisit qu'après avoir vu Venus paniqué devant lui, puis partir vers tout le monde. Une deuxième personne se transforma sous ses yeux. Alors, il se regarda...

La bure lui allait légèrement moins, maintenant qu'il était en femme. Sa barbe manquait à l'appel, ses mains étaient plus minces et... Il avait une poitrine tombant légèrement. Quelle étrange sensation...

Pour se rappeler, l'homme d'église, ou plutôt la bonne soeur pour être exacte, commença à chantonner un sermon.

- Dieu, toi qui laisse les démons, toi qui laisse Lucifer tranquille...

Mais il s'arrêta en cours de route. Un bruit étrange, comme des flammes crépitant, attira son attention dans son dos. Lorsqu'il se retourna, il comprit ou était le problème...

... Qui lui plut au premier abord. ENFIN! Le moment tant attendu était arrivé! Un démon tenait à montrer le bout de son nez, face à lui!

Ou plutôt, une démone. Il/elle faisait en effet face à une Succube, ces créatures tentatrices et provocantes. Celle-ci était habillé comme une renne... Pour une succube. Une tenue semblant faites de cuir, ne cachant que peu ses formes voluptueuse. La minceur de ses jambes et de ses bras contrastait avec la poitrine et le fessier de la créature. Le visage était quand à lui divin, si l'on pouvait dire: un regard de braise, et un visage serti de deux petites cornes. Ses dents pointues, sous ses lèvres purpurines, s'ouvrirent pour voir sa langue de serpent sortir.

Elle s'avança et.. trébucha presque sur la nouvelle prêtresse qu'était Léorio. Elle se releva en poussant un juron.

- Que désires-tu, Léorio Vardonis? Je doute que tu ais fais appel à mes services pour rien...

Elle rapprochait sa poitrine des yeux du prêtre... qui s'efforça de les détourner, voyant alors les habitants le regarder d'un air ahuri. Il devait cependant résister à la tentation! Il était un prêtre, tout de même...

Il racla sa gorge... de femme, et commença à lui parler, d'une voix légèrement intimidé.

- Qui êtes-vous? Et que me vaut l'honneur de rencontrer une démone, enfin? Est-ce Dieu qui m'a écouté? Que fait-on ici? Que...

La succube siffla, un sifflement infernal. Elle essaya de le/la gifler, mais elle le loupa. Pas très doué, la succube...

- Comment oses-tu? Tu m'invoques, en déclarant ton sermon, comme à ton habitude, tu me retires de mon gite patriarcal, tu me retire à mon garde du corps, à mon chien et mon chat, à mes serviteurs, ET tu oses ne plus te rappeler de moi, Lucie, la seule et unique succube que tu ai rencontré un jour? Et en plus, tu me poses des questions aussi facile? Quand je pense que j'ai même pas eu le temps de me refaire une beautée...

La succube se retourna, en étant encore une fois sur le point de casser l'un de ses talons. Léorio se rappelait de rien.

- Cependant je vais te répondre, vu que tu as osé te travestir...

Elle partit dans un rire démoniaque, qui provoqua un frisson d'effroi en Léorio.

- Tu te trouves à Ellipse. Ici, vous avez... Des pouvoirs, je pense que tu peux t'en douter maintenant... Par rapport à quoi? Je vais te laisser deviner, mon chou! Et puis, tu n'as toujours pas de tenue excitante de sadomasochisme à me montrer...

Elle semblait pleurer. Quand Léorio se rapprocha, la diablesse fit bouger sa queue ( une queue de diablesse hein, rien d'autre...), tout en montrant son fessier. Léorio détourna encore une fois le regard. Ne pas tomber dans le péché...

Mais les citadins se rapprochaient, certains avec un air menaçant.

- Venus, Céleste? Si je puis vous presser... Nous devrions peut-être partir...


Et la succube se retourna, l'air furieux.

- Il est hors de question que je cours, sale vieillard! Et surtout pas avec des imbéciles péripatéticiennes!

Mais la vieillard avait elle aussi mal au dos... Léorio aurait donné son âme au diable pour redevenir jeune... Il y penserait à l'avenir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Céleste de Rozières
avatar

Xénegophobe

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 29
XP : 10

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 0 rubz

MessageSujet: Re: Eh bien Dr. Parkinson ? On joue à cache cache ?   Jeu 28 Oct - 21:21

Céleste avait réussi à se calmer quelque peut en utilisant une méthode de respiration qu'elle avait apprise dans un livre quelconque parmi les nombreux qu'elle avait lu au cours de sa vie. Elle observait maintenant en cherchant à comprendre. Vénus semblait transformer des hommes en femmes. Ou plutôt la prêtresse s'était vu imposer la visite d'une femme sortit d'on ne sait où.
Et ces gens qui s'approchaient d'eux, certains menaçant, en prononçant toujours ce mot. "Voyageur".
Il n'en fallut pas plus pour que la jeune femme caméléon bondisse comme un tigre, saisissant la main de ses deux nouveaux compagnons au passage et s'élance dans une direction quelconque en tirant derrière elle les deux femmes, sans ménager leurs efforts.
Elle ne courrait pas très vite, surtout avec deux personnes accrochées à ses mains mais, astucieuse, elle tournait le plus souvent possible, revenant parfois sur ses pas par d'autres chemins. Elle ne savait pas où elle les menait mais elle les y menaient...
Elle tourna pour se réfugier dans un espèce de terrain vague apparemment abandonné et soustrait des regards de la rue.
Elle estimait qu'ils avaient réussi à fuir leurs poursuivants, et donc lâcha ses amis pour tomber à genoux, hors d'haleine.
Enfin, elle leva son visage vers Vénus et Léorio.


- Je... pense qu'on les a eu...

Elle s'étala sur le dos, sur le sol. En proie à une grande fatigue.
Que leur était-il donc arrivé ? Elle leva une main au dessus de son visage et constata que celle-ci arborait toujours la couleur de la rue qu'ils venaient de fuir. Elle tenta de frotter avec son autre main, mais la couleur ne partait pas.
Elle abandonna en priant tout les dieux qu'elle connaissait - et cela passait du panthéon grec jusqu'aux incas en passant par les vaudou - que cette maudite couleur finirait par partir.


- Je ne sais pas ce qu'il s'est passé chez Parkinson. Mais une chose est sûre, on n'est pas chez nous... Je ne suis même pas sur de ne pas être dans un rêve...

La jeune femme avait perdu son ton enjoué de tout à l'heure et fixait le ciel gris tout en parlant à ses compagnons.

- Il faut à tout prix découvrir où on est... Même si je ne pense pas que ce soit possible dans mon état...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Léorio Vardonis
avatar

Démonomanie

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 35
XP : 10

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 0 rubz

MessageSujet: Re: Eh bien Dr. Parkinson ? On joue à cache cache ?   Lun 8 Nov - 8:23

Céleste attrapa soudainement le révérend et Venus, et partit dans une direction.. à un rythme démesuré pour Léorio, qui eut cependant le temps d'attraper Lucie par le bras.
Tandis que Léorio se plaignait de son mal de dos, la succube n'arrêtait pas de son côté de se plaindre, de tout et de rien.

- Comment osez-vous me faire courir, moi, une dame de haut rang? Et puis, mes chaussures me font mal, et j'ai chaud... Vous auriez pas à boire? On peut pas s'arrêter? Et puis, vous êtes des incapables, mon garde du corps aurait été là, il s'en serait chargé en deux temps trois mouvements...
Et cela continuait ainsi tout le long du trajet, qui parut éternellement long et douloureux à Léorio. Déjà que se faire transformé en femme n'était pas franchement magnifique...

Puis, Céleste s'arrêta soudainement, ce qui eut pour effet une chute de Léorio, qui ne comprenait pas la situation, il avait eu le temps de lacher la main de Lucie quand sa chaussure partit en vrille... Et Lucie commença à rire diaboliquement.

En effet, de chaussure, il n'y avait plus, et de bure non plus... Il ne restait que une tenue qui l'amusait et le déplaisait tout autant...

Spoiler:
 

Et c'était un talon qui avait failli se casser... C'était non seulement devenu une vieille, mais en plus une vieille diablesse. Le comble pour le prêtre démonomane...

- Et bien, il ne manquait plus que ça... C'est que je suis plus tout jeune...

Lucie, quand à elle, riait toute seule. Elle le regardait, et ses yeux malsains de démone parcourait son costume sous toutes les coutures. Elle se rapprocha, lui envoya un baiser de loin, puis repartit dans son rire dément.

- C'est pas vraiment la tenue de latex que j'aime tant, mais c'est pas si éloigné chérie! Dommage que tu sois devenu une vieille bique! J'aurais pu te proposer de faire mille et une chose...

Léorio l'écoutait d'une oreille, en écoutant Céleste de l'autre. Il fallait en effet qu'il découvre où il se trouvait...
Une mouche volait pas loin d'elle, et elle voulut la faire partie, et ainsi, elle claqua Céleste avec sa maladresse habituelle.

- Tu aurais au moins pu te pousser pour que je loupe pas la mouche!
Bref, mon cher Léorio, demande ce que tu veux et tu l'obtiendras... Pour cette fois-ci!


Léorio ne prit pas longtemps pour réfléchir.

- Alors où nous trouvons-nous, pourquoi et pourquoi ces gens voulaient nous attraper?

Lucie fit une mine boudeuse. Déçu de la question, sans doute, se dit Léorio. Mais il ne succomberait pas à ses charmes tentateurs.

- Rien de plus simple: Ici, c'est Dreamland. Un monde où votre cher Docteur vous à emmener en vous hypnotisant. Je ne sais pas vraiment s'il le sait pour ça, ce qui est sûr, c'est que tout les maîtres que j'ai eu auparavant possédait des pouvoirs... Bien mieux que les votres, sauf le tien ma chère Léorio....

Elle se rapprocha en lui tenant la joue. Puis elle se remit à rire.

- Les habitants de cette ville, appelé Ellipse, n'aime pas les voyageurs, due à une "catastrophe" due à des gens comme vous. Vous n'êtes pas les seuls, ici.

Un espèce de tintement infernal se fit entendre. La succube commença à partir en fumée, en riant machiavéliquement.

Léorio soupira. Enfin, elles devaient toutes avancés... Il ne savait plus s'il devait se considérer comme une femme ou quoi... Ce qui était sûr, c'était que Dieu l'avait mis à l'épreuve.

Pour que Céleste se ressaissise, il la piqua de sa fourche.

- Mes enfants, nous devons nous calmer, et décider de la suite des opérations!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heather Evans
avatar

tachypsychie

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 5
XP : 2

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 0 rubz

MessageSujet: Re: Eh bien Dr. Parkinson ? On joue à cache cache ?   Jeu 11 Nov - 19:44

Heather ouvrit les yeux.
Etrange comme le cabinet semblait changé, deux minutes plus tôt elle écoutait le docteur Parkinson tenter de l’hypnotiser. Elle trouvait la pratique de l’hypnose stupide, surtout qu’il était bien noté dans son dossier que cette méthode n’avait jamais donné aucun résultat.
Apparemment les spécialistes lui disaient tous qui si elle réussissait a lever le voile sur la partie oubliée de son passée elle irait mieux.
Mais elle n’était pas sensible a l’hypnose elle le savait très bien! C’est vrai, on était pas dans un de ces vieux dessins animés on les personnages tombaient en état de sommeil pour ensuite réagir a la moindre des paroles de l’hypnotiseur.
Et puis elle avait toujours eu horreur de ces dessins animés stupides, la vie n’était jamais aussi facile qu’ils le laissaient entendre. Enfant elle préférait les films d’épouvante et les rediffusion des contes de la crypte, même si ceux-ci lui valait régulièrement les réprimandes musclé de son beau père qui les qualifiaient de « niaiseries a vous rendre plus stupide qu’un attardé ».

Toute a ses pensées Heather avait laissé ses pieds la guider, elle se trouvait maintenant dans le hall d’entrée. Prenant conscience du caractère étrange de la situation, la jeune fille commença a s’inquiéter.
Ou pouvait bien se trouver le docteur? Et se secrétaire?
Peut être avait elle été drogué?
Elle sortie finalement dehors, ne sachant que faire de mieux. Les lieux lui semblaient étrangers, différends…

Elle commençait a s’angoisser pour de bon quand elle aperçue trois personnages a l’air aussi paumés qu’elle, elle s’approcha un peu et tendis l’oreille, ces personnes tenaient des propos bien étranges, et bientôt le situation le devins encore plus…
Entre transformations et apparitions la belle se sentait complètement perdue…
Les gens se mirent tous a parler a tort et a travers tout autour d‘elle, utilisant souvent le termes de voyageur.
Qui avait il de mal à être en voyage? Elle ne comprenait pas.

Toujours est il qu’après avoir réfléchi a la situation elle s’était rendu compte que ces voyageurs n’étaient autre que les trois personnes étranges qu’elle avait repérée, de plus après réflexion et grâce a ce qu’ils disaient plus tôt elle fit le lien entre eux et la cabinet de Parkinson… Et elle par la même occasion…
Ca réflexion n’avait durée que quelques secondes.
Finalement elle n’était pas si cruche qu’elle le pensait!

La bande des trois choisi bientôt de prendre la fuite.
Heather se mêla aux poursuivants, après réflexion c’était la meilleure chose a faire pour ne pas perdre leurs traces.
Seulement après une course effrénée ils gagnaient du terrain…

Tentant sa chance elle bifurqua a droite et accéléra encore.
Quelques longues minutes s’écoulèrent, Heather pensait sérieusement les avoirs perdus quand au détour d’une ruelle elle tomba nez à nez avec les fuyards.
De la fumée tournait autour de la prêtresse, captant les dernières paroles de cette dernière elle se dit que le moment était bien choisi pour faire son entrée:

-Je pense que pour la suite ont ferait mieux d’être discrets et de sortir de cette fichue ville.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marvin Cooper
avatar

Paraphrénie

Nombre de messages : 7
XP : 1

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 0 rubz

MessageSujet: Re: Eh bien Dr. Parkinson ? On joue à cache cache ?   Ven 12 Nov - 20:11

Marvin n'avait pas vraiment eu envie d'aller voir ce Dr. Parkinson, mais il s'était dit que cela rassurerait les gens.
Après tout, comme disait Bob : « Homines quod volunt credunt »

Lui savait qu'il n'était pas fou, les morts l'avaient choisi pour être leur interlocuteur voilà tout, mais il ne demandait pas aux autres de comprendre ça.

IL avait donc rangé Bob dans uns sac à dos – il détestait ça mais Marvin ne pouvait pas se balader en publique avec un crâne dans les bras – et était partie rejoindre le bureau du fameux Doc.

Le docteur avait écouté pourquoi Marvin avait été envoyé ici mais étrangement ne lui demanda pas plus d'explication. IL expliqua au fossoyeur que son traitement était basé sur l'hypnose et obtenait de très bon résultat.
Comme à son habitude, le trentenaire c'était contenter d'acquiescer sans trop y croire : il ne pouvait pas guérir puisqu'il n'était pas malade.

Depuis, Marvin se trouvait là les yeux fermés dans le silence. IL se sentait un peu bête.

- Puis-je ouvrir les yeux maintenant doc' ?

Pas de réponse.

- Qui tacet, consentire videtur, doc'...

Ouvrant les yeux Cooper constata que le Docteur n'était plus là. Il le chercha du regard, mais ne le trouvant pas il décida de s'en référer à Bob, lui devait avoir tout vu.

- Tu sais où est le doc' Bob ?

Le silence.
Cela inquiéta grandement l'homme : pourquoi Bob ne disait rien ? Il se portait bien (enfin autant que peut l'être un crâne mort depuis des années) juste avant et n'avait aucune raison de ne pas répondre...
Marvin chercha alors son sac des yeux et s'aperçut que lui aussi avait disparu.
Le docteur serait partit en volant son sac ? Inconcevable... Le prix de ses honoraires étaient assez élevé pour qu'il n'ait pas besoin de voler...
Avait-il voulu prendre Bob ? Non, impossible, il ne connaissait pas son existence.

Paniqué le trentenaire sortit du bureau, puis du bâtiment à grand pas, ce n'est qu'une fois dehors qu'il se rendit compte de l'ampleur de son problème.
Il se trouvait bien à San Francisco mais les choses était différentes, comme dans une mauvaise parodie de « Sliders » des détails avaient changer.

Légèrement affoler, IL chercha des yeux un point de repère.
Il remarqua alors un petit groupe d'individu étrange à l'air perdu. Ce fut assez facile : déjà on les remarquait, et en plus on ne se doute pas à quel point travailler avec les morts apprend à reconnaître le désarrois chez les vivants.

Alors qu'il commençait à s'approcher quand tout à coup il se mirent à courir, poursuivis par la foule hurlant des choses incohérentes.

Marvin décida qu'il préférais ne pas s'en mêler de trop près et suivi le groupe de loin... Évoluer dans le silence d'un cimeterre lui avait appris à être discret et il ne se fit pas remarqué.

IL remarqua alors que les poursuivants partaient dans la mauvaise direction, se disant que s'était là l'occasion il quitta la masse et bifurqua pour rejoindre le petit groupe.
« Audaces fortuna juvat » comme dirait Bob (mais bon il était mort de façon idiote lors d'un duel alors on ne pouvait pas vraiment lui faire confiance...)

Il contempla la troupe.
Une sorte de mime de l'absurde, une vieille femme vêtue de manière... Bref..., et deux jeunes filles plus ou moins normale.

Entendant ce que disait l'une des deux jeunes filles il préféra confirmer.

- Ils sont partit à l'opposer, mieux vaut y aller avant qu'ils comprennent leur erreurs en effet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heather Evans
avatar

tachypsychie

Sexe : Féminin
Nombre de messages : 5
XP : 2

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 0 rubz

MessageSujet: Re: Eh bien Dr. Parkinson ? On joue à cache cache ?   Ven 12 Nov - 21:25

Heather sursautât quand le nouveau venu prit la parole, l’individu avait une dégaine quelque peu inquiétante mais il n’avait pas l’air dangereux.
De plus il avait l’air de leur coté.

N’attendant pas les réactions de ses nouveaux compagnons d’infortunes, Heather réfléchit a ce qu’ils savaient et aux solutions qui s’offraient a eux. Il allait de soit que fuir n’importe comment ne les aideraient pas beaucoup.
Donc ils n’étaient plus a San Francisco, même si l’endroit présentait de nombreuses similitudes, de plus les gens d’ici étaient hostiles. Il allait de soit qu’ils étaient les « voyageurs » qui avait fait démarrer toute cette agitation, savoir ce que ces gens entendaient par « voyageurs » n’était pas l’important ici, toujours est il que ça avait un rapport avec le docteur Parkinson.

Leurs seule option était de s’enfuir incognito pour l’instant, dans l’espoir d’en apprendre plus a un autre moment, seulement un groupe comme le leur était sur d’attirer l’attention.

-Bon écoutez, on est tous dans le même bateau. Je m’appel Heather. Heather Evans.

Ils leurs fallait se fondre dans la masse, sans quoi ils se feraient prendre a coup sur.

-Je crois qu’on devrait tenter de passer inaperçu.

La jeune femme posa son regard sur céleste et la prétresse.

-Donc je pense qu’il va falloir commencer par vous trouver de nouveaux vêtements.

Elle laissa sa phrase en suspens, attendant la réponse du groupe. Les poursuivant ne tarderais sans doute plus et le temps leurs étaient compté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anton Da Silva
avatar

Obsessions morbides

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 3
XP : 1

MessageSujet: Re: Eh bien Dr. Parkinson ? On joue à cache cache ?   Dim 14 Nov - 13:55

La lumière du soleil tirais formait une colonne de lumière parcourant la pièce en passant a travers les grande fenêtre du bureau du psychologue, capturant des millions de petites poussières stagnantes dans l’air.
Le tout donnant a la scène un caractère un peu mystique dans cette pièce devenu miraculeusement vide, mis a part le bureau.
Cela faisait maintenant bien deux heures qu’Anton s’était réveillé ici, il avait déjà expérimenté des drogues procurant des effets impressionnant mais là c’était la panacée! Quand il retrouverais le doc il devrait absolument penser a lui demander le nom de celle-ci.
Le photographe sentait comme quelque chose de différend dans l’air. La lumière aussi était changé.
Il avait jeté un œil par la fenêtre et la aussi plus rien était pareil, on l’avait déplacé d’un façon ou d’une autre.
Ses ravisseurs ne l’avait sans doute pas emmenés ici sans raison, il ne servait a rien donc de s’exciter dans un endroit inconnu et d’puiser son énergie, ils finiraient bien par revenir.
L’artiste s’était assis en tailleur derrière le bureau pour que celui-ci lui serve de dossier et contemplait la poussière figée dans le soleil, il avait toujours aimé cette vision qui portait une certaine nostalgie en elle, lui rappelant ces après midi d’été stagnant ou enfant il ne trouvait rien a faire.

Il s’écoula un long moment et Anton était presque assoupi quand il avait entendu des mouvement dans la pièce. Il devait être bien plus endormi qu’il ne le pensait car il n’avait pas remarqué la femme entrée.
Celle-ci semblait complètement paumée et ne le remarqua pas derrière le meuble, il l’observa discrètement, elle était plutôt jolie et son air un peu perdue la rendu d’autant plus désirable, il coula un regard sur ses formes avantageuses s’imaginant déjà la ramener a son atelier pour une séance « photos ».
En parlant de photos ?

Anton remarqua soudain qu’il lui manquait son appareil, ça s’était très dérangeant…
Il fouilla rapidement ses poches. Ainsi donc on l’avait délesté de ses possessions, étrange…
Pendant ce temps la poupée était partie, dommage…
Du tout façon il avait peu de chance qu’elle ai a voir avec son enlèvement, elle avait du se perdre dans le quoi, concours de circonstances malheureuses. Le plus important était de récupérer son appareil, sans lui Anton se sentait comme nu, et maintenant que la fille était partie il n’en voyait plus l’intérêt.

Il se rassit donc un instant, qui ne dura pas car soudain une voix masculine se mit a appeler, parlant a un « doc » puis dans une langue étrange pour finir par citer un certain « bob ».
Anton recroquevillé derrière son bureau jeta un œil et vit un type a la dégaine improbable.
Impossible qu’il est été enlevé par un type pareil…
Et puis « doc » ?
Ce pouvait il qu’il parle de Parkinson ?

L’homme quitta la pièce. Après une seconde de réflexion le photographe quitta la pièce a sa suite, ne le lâchant pas des yeux mais restant discret, cette histoire était étrange…
Elle le devint encore plus quand la foule partie elle aussi en vrille, le monde avait décidemment perdu la tête.
Ne voulant pas resté dans l’ignorance il continua a suivre le type étrange, qui le mena tout droit a un petit groupe encore plus étrange qui parlait de choses complètements… Etranges…
Ces gens étaient tous tarés apparemment…

Anton comptait s’éloigner discrètement mais il trébucha sur le couvercle d’une poubelle, et se retrouvât les quatre fers en l’air, tout les regards tourné vers lui.
Le plus proche était le type qu’il avait suivi, et derrière celui-ci la poupée du bureau.
Le photographe eu un petit sourire d’excuse

-Salut…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Léorio Vardonis
avatar

Démonomanie

Sexe : Masculin
Nombre de messages : 35
XP : 10

Feuille de personnage
Pouvoirs:
Objets:
Bourse: 0 rubz

MessageSujet: Une prière pour fuir....   Dim 14 Nov - 23:50

Soudainement , une jeune fille les surprit face à eux. Léorio se sentit légèrement ridicule, avec sa tenue qu'il n'arrivait pas à retirer et qui était très gênante... même s'il était transformé en femme....

Ce qui le dérangeait le plus pourtant, c'est qu'il semblait le seul à avoir remarquer la diablesse... Etait-il sénile? Ou plutôt elle? Il en savait vraiment plus comment se nommer...

Ce qui était sûr, c'est que la jeune fille semblait de leur côté. Partir discrètement? Avec leur tenue extravagante?

Puis après, ce fut un jeune homme qui déboula, prononçant le fait que leurs poursuivants étaient partis à l'opposé. Quel veine, aurait dit quelqu'un de normal. Cependant, Léorio déclara:

- C'est un miracle de Dieu! Vous êtes les élus de Dieu, mes enfants! Nous devons nous efforcer d'écouter sa volonté! Oh saint-père...

Et oui, le vieux (ou la vieille) Vardonis commençait sérieusement à débloquer, en repartant dans ses croyances religieuses.

La nouvelle arrivante leur proposa, à lui/elle et à Céleste de changer de vêtements... Il aurait tant voulu!

- Ma fille, je n'arrive même pas à retirer ces vêtements qui sont arrivés ici par l'opération du Seigneur! C'est sans doute une épreuve de sa part qu'il me faut relever!

Ou peut-être de Lucie. Pourquoi celle-ci était parti d'ailleurs?

Puis il se retourna, entendant la chute d'un autre homme... Mais les enfants de Dieu étaient nombreux aujourd'hui! Cela le mettait en joie.

- Bonjour à toi, mon enfant! Que fais-tu par ici? Tu as aussi été emmené par Parkinson ?

Il voulait se mettre à chanter, mais il commençait à entendre des bruits de pas arriver d'une ruelle proche. Il n'était sans doute pas temps...

Mais son dos et ses jambes le faisait atrocement souffrir... Ce n'était pas ce genre de sport qu'il pratiquait habituellement...

- Mes enfants, ej crois que nous devrions nous presser... Mais ma transformation en femme, cette tenue et mon mal de dos ne m'aide pas... Aidez le pauvre homme d'église que je suis, et vous serez béni!

Il n'était pas déjà l'heure qu'il soit abandonné ici, dans ce monde étrange où on semblait le chasser...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Eh bien Dr. Parkinson ? On joue à cache cache ?   

Revenir en haut Aller en bas
 

Eh bien Dr. Parkinson ? On joue à cache cache ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hypnose :: Continent imaginaire :: Elipse-